Revenir en haut Aller en bas



 


le gouvernement
Palier 10
l'ordre écarlate
Palier 6

la confrérie
Palier 3
le cercle
Palier 5

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 5
les veuves
Palier 5

les perles noires
Palier 5
les épines rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3


NEUTRE— those who don't care —
Airen Lokarth
surface
inside
behind
MESSAGES : 595
AVATAR + © : Jamie Dornan + lane.
POINTS : 1483
Child of None Tumblr_nap50012dS1si4n1ho3_500
AGE : (TRENTE-ET-UN AN) que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
STATUT CIVIL : (EN COUPLE) Coeur autrefois battant silencieuse sa mélodie amoureuse, il chante à présent la sérénade en canon avec celui qui l’a toujours possédé.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t206-child-of-none http://gods-will-fall.forumactif.com/t234-what-is-a-god-to-a-non Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Child of None  |  Jeu 11 Avr - 18:25

airen
lokarth
ONE OF THE NICEST ASSHOLE YOU COULD EVER HOPE TO MEET.
PRENOM, NOM - (AIREN) Enfant non-désiré, ce n’est ni ton père, ni ta mère qui te nomma ainsi. Syllabes s’entrechoquant dans un son presque doux, c’est l’une des putes travaillant avec ta mère qui te donna un nom. Airen. Le petit Ren. Plus si petit que ça après que la vie sembla s’acharner sur toi. (LOKARTH) Fils de personne, c’est à travers l’adoption que tu acquis un patronyme. Gamin des bas-fonds, il aura suffi d’un seul cambriolage pour que ta vie change du tout au tout.  AGE - (TRENTE-ET-UN AN) que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.  DATE ET LIEU DE NAISSANCE - (11 MAI 2645) Naissance miséreuse, c’est dans un bordel des bas-quartiers que tu as vu le jour. Nul bras chaleureux ou plein de tendresse pour ton premier souffle. Juste le rejet catégorique d’une femme dont la santé mentale défaillait toujours un peu plus de jour en jour. (REZBIA, VALDIERVA) C’est au bastion des maîtres du métal que tu vis le jour. Et si tu ne renies nullement tes origines, tu n’éprouves que peu d’amour pour cette ville qui te vit tant souffrir.  STATUT CIVIL - (CELIBATAIRE) Tu ne t’es jamais attaché, tu n’as jamais su comment. Et pourtant. Et pourtant un jour, tu t’es rendu compte que tu n’avais pas besoin de d’ouvrir aux autres : ton cœur était déjà pris depuis longtemps. Amour impossible, amour douloureux, tu te demandes à présent si c’est la folie qui t’attend comme elle a attendu ta mère. METIER - (CUISINIER) Apprentissage et concours réussit, c’est à travers les arts culinaires que tu fais ta vie, louant actuellement tes services à la famille Sielle et à leur patriarche.  POUVOIR - (AUCUN) Créature rouge, ta race a su s’élever par le sang, les armes et les pleurs. Nul pouvoir ne fut nécessaire pour cela. Anciens esclaves, vous êtes dit à présent plus forts, plus intelligents, plus aptes que vos maîtres. Mais un miséreux reste un miséreux, qu’importe l’âge, qu’importe le sang. Et qu’est-ce qu’un miséreux si ce n’est une créature invisible aux yeux de tous ? LIEU DE LOCALISATION - (AUREUS) Ville détestable et détestée, tu n’as mis les pieds à la capitale du vice que car ton blond décida de fuir là-bas. Et si tout comme Nikolai, tu absorbes les informations comme tu respires, tu n’as véritablement que faire du jeu des Puissants.  CREDITS ET AVATARS - jamie dornan. @kidd.
WHO ARE YOU REALLY ?
Indifférence notoire, tu te fiches bien de tous ces complots de nobles du moment qu’on vous laisse en paix, toi et ta famille. Une famille d’Argent refait surface alors qu’on les croyait tous éteint ? Grand bien leur face, ça ne te mettra pas de la nourriture dans ton assiette. Ta place n’est pas idéale et tu le sais. Mais tu ne rêves pas de grandeurs, juste d’un monde où les enfants n’auront pas à voler pour manger à leur faim. Argents, Mutants, Rouges, ils sont tous les mêmes pour toi, relégués en trois catégories : ceux qui vivent de la misère des autres, ceux qui ferment volontairement les yeux et ceux qui essaient de changer les choses pour le mieux. Tu n’as encore malheureusement rencontré personne de cette troisième catégorie.
Apolitique, tu n’as que faire des jeux de pouvoirs des Grands de ce monde, du moment qu’ils te laissent en paix, ta famille et toi. Et si ta loyauté va avant tout va à la masse désordonnée qui te sers de famille d’adoption, tu n’es pas aveugle au malheur des autres tout autour de toi. Tu vois la pauvreté alors que d’autres s’engraissent dans leurs châteaux. Tu vois la misère alors que d’autres s’enrichies à travers elle. Et tu es dégoûté de voir que ce sont toujours ceux qui ont tout qui veulent toujours plus. Alors non. Nulle politique, nul groupe, nulle organisation ne possède ton allégeance et encore moins ta loyauté. Car si les belles paroles sont veines et seul compte les actions, tu as appris très tôt que tout a un prix et que l’aide n’est jamais gratuite : tout le monde veut toujours quelque chose en retour.
WHICH SIDE ARE YOU ON?
ANECDOTE 1 ; résultat d’une éducation bien tardive ou simple fait de ta nature, les mots de viennent difficilement. Lettres se mélangeant devant tes yeux alors que tu tentes de les déchiffrer, c’est un charabia incompréhensible qui se présente devant toi à chaque tentative de lecture. Ta frustration n’en est que toujours plus intense, à chaque fois que quelqu’un remarque ce handicap. Borné, c’est par des centaines de lectures que tu as décidé de corriger seul ce défaut. Lectures lentes, douloureuses, mais lectures ô combien satisfaisantes à mesure que les mots cessent de danser devant tes yeux quand tu tentes de les comprendre.  ANECDOTE 2 ; Ta peau est chaude, bien plus chaude que la moyenne, sans l’être anormalement. Véritable bouillotte humaine, tu as mainte fois réchauffé les mains gelées de tes frères et sœurs entre les tiennes. ANECDOTE 3 ; Marques d’un passé indélébile, tes cicatrices dressent la carte de ton histoire à travers une myriade de constellations figées. De la coupure sur ton mollet aux mains brûlées sur ton cou, tu retraces les marques de ta vie avec des yeux qui souhaiteraient parfois pouvoir oublier. ANECDOTE 4 ; Tu aimes les femmes. Tu aimes les hommes. Aucune préférence ne s’est jamais faite savoir dans tes goûts à ce niveau. Au diable la loi et ce qu’elle peut bien en dire. Pourquoi t’occuperais-tu d’elle quand elle ne s’est jamais souciée de toi ? ANECDOTE 5 ; Le gâchis t’es insupportable. Tu mangeras toujours tout ce qu’on te donnera. Même les miettes. Tu connais trop bien le poids de la faim dans un ventre vide pour laisser quelque chose dans ton assiette. ANECDOTE 6 ; Ta mère n’a donné naissance qu’à un seul enfant, mais ça ne t’empêche pas d’avoir des frères et sœurs. Tous nés de mères différentes, c’est l’expérience qui vous lie à défaut du sang. Loyauté forgée face aux épreuves de la vie, face à la maladie, à la famine, à la mort, il n’y a rien que vous ne feriez pour les autres. Rien. ANECDOTE 7 ; Vêtements chauds et confortables, tu favorises le pratique face au style. Bottes usées, pantalons délavés et pulls trop portés, tu ressembles bien plus à voyageur itinérant plutôt qu’à une figure de mode. Tu t’en moques. Qu’ils se moquent de ton apparence. Tu ne frissonnes jamais au premier coup de vent, toi. ANECDOTE 8 ; Tu aimes les enfants, les adore même. Comment ne pas aimer quelque chose qui soit si pur, si innocent dans un monde dont tu n’as vu que la noirceur ? Mais des enfants, tu n’en veux pas et c’est la peur qui dicte ce choix. Peur d’être un mauvais père. Peur de finir comme ta mère. Peur étouffante et paralysante d’être un jour haït par l’être que tu aimes le plus au monde. ANECDOTE 9 ; Un combattant expérimenté, tu ne l’es pas. Et si le maniement des armes et du corps à corps te fut enseigné dans la demeure du patriarche Hallaryn, tu ne seras jamais un combattant de génie, encore moins le meilleur guerrier de ta génération. Tu n’es en vérité qu’un guerrier moyen, usant de sa seule et véritable arme pour gagner : son cerveau.  ANECDOTE 10 ; Fils unique, aucun frère, aucune sœur, n’a jamais partagé de lien de sang avec toi. Pourtant, avant la fuite, avant la rue, tu en avais une de sœur. Une petite sœur que tu chérissais plus que tout. Mais tu l’as perdu. Tu l’as perdu dans la précipitation de la fuite et n’a jamais pu la retrouver. Elle te manque. Terriblement. Mais tu la crois morte, l’espère morte. Morte plutôt qu’une vie de souffrance dans un bordel à vendre son corps.  
pseudo - Clotho/Claire âge - vingt-quatre ans et presque toutes mes dents What a Face pays - celui des pommes  Child of None 3649701126  comment as-tu connu le forum? j'ai stalké sans aucune forme de honte le projet  Child of None 2814153173  smiley préféré -  Child of None 3943621194  gif qui décrit le mieux ton personnage -
Spoiler:
 
GODS WILL FALL - 2019


Dernière édition par Airen Lokarth le Ven 12 Avr - 14:00, édité 7 fois

NEUTRE— those who don't care —
Airen Lokarth
surface
inside
behind
MESSAGES : 595
AVATAR + © : Jamie Dornan + lane.
POINTS : 1483
Child of None Tumblr_nap50012dS1si4n1ho3_500
AGE : (TRENTE-ET-UN AN) que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
STATUT CIVIL : (EN COUPLE) Coeur autrefois battant silencieuse sa mélodie amoureuse, il chante à présent la sérénade en canon avec celui qui l’a toujours possédé.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t206-child-of-none http://gods-will-fall.forumactif.com/t234-what-is-a-god-to-a-non Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Jeu 11 Avr - 18:26

falling and
rising
where the paupers didn't became princes

***
0 years

Dans les ruelles d’un quartier mal famé, on pouvait entendre les douloureux hurlement d’une femme qui perçaient la nuit. Rien d’inhabituel en ce lieu où vols, meurtres et viols dictaient la vie des habitants. Mais nul crime n’avait lieu lors de cette chaude nuit d’été, non. Juste le sanglant et traumatisant miracle de la vie.

Mina hurlait Mina s’égosillait. Mina souffrait et s’époumonait de douleur alors que la chose lui déchirait les entrailles. Des heures que durait son calvaire, des heures que durait qu’elle était allongée dans cette chambre à se tordre de douleur alors que la parasite qui l’habitait se préparait à sortir. Pas une seule seconde ses sœurs ne l’avaient quittée : Orna qui lui épongeait le front, Rosalie qui tenait sa main et lui murmurait des paroles rassurantes et Nissa, douce et fière Nissa, qui était agenouillée entre ses jambes pour suivre la progression des évènements. La putain les aimait tout autant qu’elle les haïssait. Elle les aimait pour le peu de santé mentale qu’elles lui permettaient de conserver, elle la petite chose brisée par la vie et les hommes. Elle les haïssait pour toutes ces fois où elles l’avaient empêchée de prendre sa vie, pour toutes les fois où elles avaient pris le couteau de sa main avant qu’elle ne se débarrasse du parasite qui grandissait en elle. Maintes fois avait-elle essayée. Encore. Encore. Et encore. Elle ne voulait plus vivre, Mina. Plus depuis que l’amour de sa vie, son âme-sœur, sa seule lumière dans son monde fait de vice et de souffrance, était partit à cause de l’enfant qui poussait en son sein. Autrefois présage d’un heureux évènement, ses rêves de famille heureuse avaient volé en éclat à l’instant même où les mots avaient franchis sa bouche. Ne restait plus que son cœur brisé et un bébé qui n’était plus voulu. Et elle le haïssait. Oh qu’elle le haïssait cet enfant qui n’avait même pas poussé son premier cri. Elle l’arborait avec toute la puissance du désespoir, avec toute la rage d’une femme qui avait besoin de trouver une cause à son malheur quand elle ne saurait accuser l’être aimé. Elle haïssait son enfant car c’était tout ce qui lui restait pour ne pas sombrer dans la folie.

Un nouveau cri franchit ses lèvres et elle peut à peine entendre la voix de Nissa qui lui ordonne de pousser. La putain parlait d’une tête, mais en ne le comprenait pas, Mina, à travers le brouillard douloureux qui avait recouvert son esprit. N’existait plus dans son monde que la sensation déchirante d’un petit être qui essayer de s’extirper de son corps, n’ayant que faire de la douleur qu’il lui causait. Elle hurlait, Mina. Elle était Presque sûre qu’elle brisait les doigts de Rosalie mais ne pouvait s’en empêcher. Pas quand sa chair se déchirait. Pas quand ses nerfs hurlaient avec elle à chaque centimètre que parcourait la chose. Et puis, dans une poussée qui lui sembla plus interminable que les autres, un cri monstrueux déchira la pièce alors que des sourires naissaient sur le visage de ses sœurs. La putain s’écroula dans son lit miteux, des gouttes de sueurs recouvrant son corps et le visage plus blanc qu’un linceul. “It’s a boy !” dit Nissa avec toute la fierté d’une jeune mère. Mina, elle, n’en avait que faire. “What do’you wanna call hi-“ “I don’t care.” Son intervention coupa court à la bonne humeur qui avait osée commencée à s’installer. Elle sentait leurs regards sur elle, Mina. Sentait le poids de leur jugement, le poids de leur pitié. Elle ne les haït jamais plus qu’en cet instant. “Mina …” commença l’une de ses sœurs, mais la jeune femme ne voulait pas l’entendre. Elle ne voulait pas entendre cette conversation mainte fois eu durant ces sept derniers mois. “I don’t care what you call it.” Articulat-elle d’une grimace dégoûtée, refusant de regarder la petite larve rougie de son sang qui s’agitait dans les bras de Nissa, refusait d’entendre ses vagissements monstrueux pour sa mère. “I don’t wanna hear it anymore, get it out.” Dit-elle froidement, ses yeux reculements fixés sur l’armoire de sa chambre. Un instant flotta dans la pièce avant de Nissa ne se lève finalement, emportant le parasite hors de sa vue. Et alors que ses cris disparaissaient dans le couloir, Mina sentit des larmes d’épuisement couler sur ses joues.

***
5 years

Debout devant La Porte, te tenais résolument tes petites fleurs dans tes minuscules mains. Tu ne devrais pas être là. Mama Nissa vous avait mainte et mainte fois ordonné de ne pas vous trouver dans le bordel en journée. Pas quand elle et les autres Mama travaillaient avec les messieurs dans leurs chambres. Vous ne saviez pas trop ce qu’ils faisaient dans ces chambres, vous entendiez juste des bruits forts, des cris, des coups et parfois des pleurs et des hurlements. On vous avait toujours défendus de vous approcher de ces chambres, même si vous entendiez des choses effrayantes, surtout si vous entendiez des choses effrayantes. Et jamais, jamais, vous ne deviez-vous retrouver seul avec un des clients. Jamais. C’était la première règle, le premier ordre qu’on vous avait donné. Et pourtant tu te trouvais dans l’enceinte du bordel à l’heure de pointe, risquant d’enfreindre la règle à tout moment. Là où tu aurais dû normalement aller jouer dehors avec les autres enfants du bordel, c’était devant La Porte que tu te trouvais, ton petit cœur battant à tout allure dans ta poitrine. La Porte, c’était ce qui te séparait de ta Mama. De ta vraie Mama. Tu aimais Mama Nissa, Mama Rosalie et toutes tes autres Mama. Tu les aimais comme ça et plus encore ! Mais c’étaient pas tes vraies Mama. Pas comme Mama Orna était la mama de Tagh ou Mama Rosalie celle d’Elen. Tu voulais une mama à toi, juste pour toi. Une qui te donnerais des câlins et des bisous spéciaux, ceux qu’on tous tes amis quand ils pleurent ou se font mal. Tu savais que tu en avais une : Mama Orna te l’avait montré une fois, te défendant de l’approcher car ta mama était très malade. Tu n’avais vu que son dos, mais déjà elle te semblait être la plus belle dame du monde. Alors dans ton petit esprit enfantin, un plan c’était construit. Un plan tout simple comparé à ceux que tu élaboreras plus tard, mais un qui te semblait parfait à l’époque : Tu allais offrir des fleurs à cette mama si mystérieuse. Lui offrir des fleurs pour qu’elle lui sourit comme les autres Mama avec leurs enfants, qu’elle lui sourit et qu’elle aille mieux pour que vous puissiez être de nouveau tous les deux. Et c’est devant sa porte que tu te tenais actuellement. Un client venait d’en sortir, tu la savais donc seule pour le moment. Expirant lentement, t’armant de tout le courage que tu possédais, tu poussas doucement la porte de la chambre, la faisant grincer. La chambre était semblable à toutes les autres : rouge, avec des rideaux et un énorme lit. Et elle était là, ta Mama, entrain de coiffer ses longs cheveux. Elle était encore plus belle que tu ne l’avais imaginé. “Nissa, I already told you that I didn’t-“ ses beaux yeux se posent sur ton petit être et l’exaspération laisse rapidement la place à une froideur glacée. “What are you doing here ?” Son ton te fige l’espace d’un instant mais, innocente créature que tu es, tu ne fuis pas alors que tu le devrais pourtant. Non tu lui adresses à la place ton plus beau sourire, présentant tes petites fleurs. “I … I wanted to give you these …” dis-tu gentiment et naïvement, espérant un sourire, espérant un peu d’amour. Et elle sourit ta mère, mais pas comme tu l’aurais souhaité. Elle t’adresse un sourire polaire, se levant gracieusement de son lit, s’avançant vers toi. Et toi, du haut de tes cinq ans, tu ne peux que la contempler, confus, effrayé. “For me … ?” susurre-t-elle doucement. Tu hoches la tête, un peu plus confiant maintenant qu’elle prend ton cadeau entre ses mains délicates. Elle les regarde un instant, ses yeux reflétant des émotions incompréhensibles pour un enfant de ton âge, avant de commencer à en arracher les pétales devant toi. “What a beautiful bouquet of garbage …” déclare-t-elle avant de jeter les petites fleurs à l’autre bout de la pièce. Tes yeux suivent le bouquet dans sa chute, se remplissant rapidement de larmes, alors que ta lèvre commence à trembler sous la douloureuse confusion de la situation. Ses mains viennent doucement se poser sur tes joues dans un étau inébranlable et fatale. “Oh you gonna cry … ?” te demande-t-elle ironiquement, un petit sourire moqueur aux lèvres. “What did you expected by giving me this trash, hm ? A hug ? A congratulation for putting dirt everywhere ?” Des sanglots incontrôlables commencèrent à sortir de ta poitrine. Tu ne comprenais pas ce qu’il se passait. Pourquoi ta Mama se comportait-elle aussi méchamment avec toi ? Est-ce que tu avais fait quelque chose de mal ? “Mama I’m so-“ “I’M NOT YOUR MOTHER !” hurla-t-elle tout contre ton visage, enfonçant brusquement ses ongles dans tes joues. Tu tressailles, lâchant une exclamation de douleur qui ne semble qu’enrager la femme devant toi. “I NEVER WANTED YOU ! YOU TOOK HIM FORM ME ! YOU TOOK EVERYTHING FROM ME, YOU LITTLE PARASITE !” Tu tentas de t’extirper de sa priser mais, enflammée par sa rage, ta mama était bien trop forte pour toi. “It- It hurts-“ “GOOD ! YOU SHOULD FEEL SOME OF MY PAIN !” Brusquement, elle cessa d’hurler, se contenant de regarder ta petite forme tremblotante et sanglotant avec de grands yeux, la respiration sifflante. Son pouce caressa ta joue d’une douceur presque surprenante, étalant une traînée de sang contre ta peau. “You have his face …” marmonna-t-elle lunatiquement. “… I hate it !” Comme un étau implacable, ses mains se refermèrent sur ton cou. Serrant, serrant, serrant. Coupant tes sanglots, coupant ta respiration, coupant ton souffle. Avec une force si supérieure à la tienne, ta mama te projeta au sol, utilisant tout son poids pour t’y maintenir. Tu te débattis aussi fort que possible, en vain. Tu n’entendais plus rien, ne voyais que la grimace haineuse de ta mère qui te hurlais dessus. Tu étouffais. Et puis soudain, tu brûlas. Tout ton cou d’enflamma, t’arrachant un hurlement de douleur étouffé. Tes petites mains essayèrent faiblement de griffer celles qui te faisaient tant souffrir, mais rien n’y faisait. Tu mourrais tout simplement. Et alors que tu perdais connaissance, la porte de la chambre s’ouvrit à la volée.

***
6 years

Tes cicatrices te démangeaient. Longs doigts délicats à jamais graves dans la chaire de ton cou, n’existait pas un jour sans que ces marques ne te démangeassent. Qu’importe l’heure, qu’importe le temps. Les années passes n’ont rien changées à ça. Douloureuses cicatrices, tu te sentais mal dès que tu les voyais ou les touchais, t’enfermant dans un cercle vicieux d’éternelles démangeaisons. Tu grattes ta nuque alors, t’attirant les regards de tex compagnons de jeu alors même que vous vous lanciez une balle. “It still hurts … ?” entendis-tu Elen te demander de sa petite voix innocente. Tu ne peux qu’hausser les épaules faiblement, les yeux baissés sur les dalles couvertes d’immondices de la rue devant le bordel. Tu ne voulais pas voir les regards d’innocente pitié que tu amis ne manquaient sûrement pas de te lancer à l’instant. Tu n’en voulais pas de leurs regards désolés, de leurs regards pleins d’incompréhension quant au fait que ta mère ne voulait pas de toi. Que ta mère te haïssait suffisamment pour essayer de t’ôter la vie. Et elle aurait réussi si les autres mères n’avaient pas été attirées par les hurlements. Petit corps arraché aux mains de la mère infanticide, c’est assaillit de cauchemars que tu as passé toute ta convalescence. Cauchemars d’espoirs et de rêves brisés, tu ne t’approchais plus de la Porte ni de la Dame aux yeux fous. La réalité de ta situation t’avait étranglé bien trop fort pour que tu songes à retenter l’expérience.

Une grimace contrariée sur le visage, tu te baissais pour ramasser votre balle quand des éclats de voix attirèrent votre attention à tous. Huit petites têtes se retournèrent pour voir des hommes armés se précipiter dans le bordel alors que des hurlements et des cris colériques retentirent à l’intérieur. Tu ne sais plus qui se précipita le premier et qui suivit ensuite, mais tous vous vous retrouviez dans le seul endroit que vous considériez comme être votre maison pour y trouver un carnage. Du sang. Du sang partout et coulant à flot sur les murs, le sol, alors que les hommes s’entretuaient et les femmes hurlantes tentaient de se mettre à l’abri. Efforts futiles quand très vite les hommes, dans la confusion, commencèrent à s’en prendre aux femmes et aux enfants restés là. Un gamin tenta de se précipiter vers sa mère qui se faisait traîner dans une chambre par les cheveux et tu ne le retins que de justesse, plus instinctivement qu’autre chose. La confusion était totale, tu ne savais plus ce que tu voyais, ce que tu entendais, ce que tu ressentais. Les hurlements et cris formaient un brouillard qui t’empêchait de réfléchir et de comprendre ce qu’il se passait. Alors quand des hommes se précipitèrent vers vous, c’est l’instinct de survie qui vous poussa tous à courir le plus vite possible dehors. Vous courûtes, encore et encore et encore. Vous couriez en entendant les hurlements furieux derrière vous. Les rues défilèrent et pourtant vous ne vous arrêtiez toujours pas. Vous ne pouviez pas vous arrêter, la peur vous en empêchait. Et pourtant, quand vos petites jambes ne tinrent plus debout, quand vos poumons expiraient tellement vite que vous aviez l’impression d’étouffer, il vous fallut arrêter. Vous pleuriez. De douleur, de confusion, de terreur, vous pleuriez. Et tu ne reconnaissais pas cette rue. Tu ne reconnaissais pas cette rue, tu ne connaissais pas ces maisons, tu ne connaissais pas cette partie de la ville oh par les dieux tu ne savais pas où tu étais comment est-ce que tu allais rentrer mais tu ne pouvais pas rentrer tunepouvaispasrentrertunepouvaispasrentrerTUNESAVAISPASOUTUETAISOUESTCEQUETUETAISTUNESAVAISPASTUNESAVAISPASTUENESAVAIS-

Vous étiez perdu.

***
7 years

La fièvre d’Amenia avait de nouveau empiré et vous ne saviez pas quoi faire. Allongée sur une paillasse de fortune fait des draps les moins troués que vous aviez trouvé, ta sœur respirait difficilement, le souffle sifflant et entrecoupé d’une toue qui semblait couper en deux son corps bien trop maigre. Maigre vous l’étiez tous, mais Amy, avec son teint blanchard et son corps tremblotant face à la fièvre, te semblait bien plus cadavre que vivante. Tes yeux brûlaient alors que tu la regardais, ton esprit conjurant un autre cadavre bien trop maigre, bien trop petit, bien trop jeune. Mais Amy n’était pas comme Thalion : vous aviez de la nourriture cette fois, et si vos ventres ne cessaient jamais véritablement de gronder, vous aviez suffisamment pour pouvoir bouger. Amy ne mourrait pas de faim, vous aviez de la nourriture. Mais vous n’aviez pas de médicaments.

Tu te levas brusquement de ton coin de sol, t’attirant le regard de Tagh qui surveillait Amy et le camp. Vous n’étiez que trois en cette chaude après-midi, les trois autres arpentant la ville en quête de nourriture à subsister, de vêtements à emprunter ou bien présentement, de médicaments à voler. “I’m going.” Dis-tu en t’éloignant déjà, tes pieds nus et sals frottant contre le pavé. “Where ?” demanda ton frère dans ton dos sans t’arrêter. “Ask for help.” Car malgré vos vols, malgré vos maigres pitances et votre indépendance forcée, vous n’étiez que des enfants. Qu’étiez-vous sensé faire sans adultes pour vous aider, sans adultes pour vous réconforter, sans adultes pour vous protéger ? Chemins à présent connu, tu te dirigeas rapidement vers l’avenue principale, attrapant la manche du premier passant venu. “Please, Sir! My sister’s sick and-!” Dans coup sec de l’épaule, l’homme dégagea son bras de ta faible emprise avant de reprendre son chemin sans un mot. Tu le regardas s’éloigner un instant, le bras toujours tendu et la bouche encore ouverte pour des mots qui ne furent pas entendus. Te retournant brusquement, tu te plantas devant un autre passant, essayant une nouvelle fois de demander de l’aide. “Miss, Please! My sister, she-!” La femme richement vêtue se contenta de te contourner sans un mot, t’adressant un rapide regard du coin de l’œil avant de sembler accélérer le pas. Ta lèvre commença à trembler alors que tu regardais la masse mouvante humaine s’activer autour de toi. Tes yeux commencèrent à te piquer alors que les regardants glissaient sur toi avant de rapidement se détourner, refusant de s’impliquer dans ton malheur. Sensation de déjà vu te prenant, tu vous revois hurler à l’aide aux premiers jours de votre vie dans la rue. Tu revoies cette même indifférence, ce même désire de ne pas se mêler de problèmes qui n’étaient pas les leurs. Tu revois également le rejet de vos appels à l’aide quand Thalion n’avait même plus assez de forces pour avaler de l’eau. Le désespoir t’envahissant, tu te jetas sur un inconnu, t’accrochant à sa tunique et refusant de lâcher quand l’homme essaya de se dégager violemment. “We need help! Please, please, please!” Un coup à ta joue t’envoya valser au sol alors que l’inconnu te regarda avec une grimace furieuse. “Get lost, you fucking street urchin! I ain’t got any money to give to trash like you!” La rage te prit alors que l’homme s’éloignait déjà et que personne ne s’arrêtait pour toi. Une rage sourde, bouillante, mêlée du désespoir et de l’impuissance de ta situation. Une rage faite de l’injustice et qui creusait des sillons sur tes joues alors que tu te relevais péniblement. Tu quittas lentement la rue principale, convaincus d’une unique vérité : personne ne viendrait vous aider. Vous ne pouviez à présent plus compter que sur vous-même.

Deux jours plus tard, Amina mourru.

***
9 years

C’était une mauvaise idée. C’était même une très mauvaise idée, mais vous n’aviez plus trop le choix à présent. Vous n’aviez plus d’argent, vous n’aviez plus de nourriture et vous saviez à présent ce qui vous attendait quand l’un et l’autre disparaissait : l’indifférence générale et la mort de vos frères et sœurs. Vous ne laisserez pas ça arriver de nouveau, vous ne pouviez pas perdre quelqu’un de plus. Alors vous aviez décidé, si l’argent ne venait pas à vous, c’est vous qui iriez le chercher.

C’est Murtagh qui avait trouvé la maison. Petite et reculée des autres comme elle était, elle était parfaite pour ce que vous alliez faire. Tu te sentais mal, vous vous sentiez tous mal. L’idée d’entrer par effraction dans une maison pour y voler tout ce qui pouvait se revendre ou se consommer ne vous réjouissait pas. C’était différent du vol à la tire, dangereux, bien plus dangereux, mais encore une fois, quel choix aviez-vous vraiment ? Alors comme pour toutes les autres choses désagréables que vous aviez dû faire depuis que vous viviez dans l’enfer de la rue, vous serreriez les dents et ravalerait votre dégoût jusqu’à ce que vous ailliez l’estomac plein.

La nuit était tombée depuis bien longtemps quand Elen força le verrou de la porte en bois, vous laissant accès à la demeure plongée dans l’obscurité. Tout était silencieux à l’intérieur et il n’y avait que les craquements du bois sous vos pieds pour déranger ce calme. Vous répartissant rapidement dans la cabane, vous commenciez à chercher dans les meubles, dans les placards, espérant une trouvaille qui vous permettrait de survivre une journée de plus. De ton côté, pas grand-chose d’intéressant ou vendable : Des photos, des livres, des bibelots que tu ne saurais même pas nommer. Et toujours pas de nourriture. Un cri de surprise immédiatement suivit du bruit sourd d’un objet percutant un mur arrêta rapidement tes recherches. Revenant en courant dans le salon, tu percutas presque l’un de tes frères dans ta course avant de revenir à votre point de départ. Dans un coin, contre un mur, se trouvait assise Elen. Elen dont le regard terrifié se trouvait figé sur un point précis : Un homme adulte à la barbe grisonnante et aux sourcils froncés vous toisait de toute sa hauteur, un air presque … déçus dans les yeux. “Well …” traîna-t-il, laissant son regard lentement glisser sur les gamins maigrelets que vous étiez. “Wasn’t expecting a bunch of stray cubs when I heard the door being cracked open. Shitty job, also, whoever did it.” Du coin de l’oeil, il te sembla voir Elen rougir à l’insulte, mais tu ne t’attardas pas pour vérifier : Tu étais trop effrayé pour détourner les yeux de l’homme qui s’avançait à présent vers vous. Tes instincts te disaient de fuir, vous n’étiez pas préparé. Si vous aviez l’avantage du nombre, il était plus grand, plus fort que vous. Mais Elen était trop loin pour pouvoir s’échapper assez rapidement : Il l’attraperait aussitôt. Fuir en laissant ta sœur seule face au danger ? Jamais. “Sorry, Sir. We’ll leave right now and never come back.” Commença Tagh, alors que tu te rapprochais de ta cadette, cherchant à distraire l’homme qui vous semblait être un géant. “And leave you without getting punished for trying to robe me nacked ?” demanda-t-il en claquant sa langue contre son palais. “Don’t think so. Actions have concequences, you kow .. ?” Attrapant la main d’Elen, tu la relevas brusquement, vous tirant rapidement vers la sortie alors que le reste de votre fratrie faisaient divertirons en lançant vos trouvailles à la figure du géant. Mais aucun objet ne l’atteint, tous s’arrêtant magiquement en l’air comme si les lois de la gravité ne s’appliquaient plus. Stupéfaits, vous en oublièrent de vous enfuir. Et ces quelques seconds vous furent fatales quand la porte de sortie, votre seule échappatoire se ferma seule derrière vous. L’homme haussa un sourcil, grogant. “Bad idea, little trashes.” Vous étiez piégé.

S’ensuivit la pire correction de votre vie. Et vous vous défendiez, évidemment que vous vous étiez défendu. Mais qu’étaient des gamins n’ayant même pas dix années, affaiblis, affamés, amaigris, contre un homme adulte en parfaite santé ? Coups de poings, coups de pieds, objets qui vous tombaient dessus, le vieil homme ne retenait pas ses coups. Et quand vous ne furent plus que bleus et écorchures douloureuses au sol, tu attendis la mort en la fusillant du regard, montrant les dents et grognant comme le chien errant que tu étais. Un objet vient s’écraser violemment contre ton visage en réponse à ta provocation, t’envoyant de nouveau valser au sol. “Manners, you little shit.” Gonda l’homme aux étranges pouvoirs. Grognant de nouveau, tu le fusillas du regard avant de poser instinctivement les yeux sur ce qui venait de te percuter et te figeas aussitôt en voyant ce qui se trouvait entre tes mains. Est-ce que c’était bien … un kit de premier soin ? “Fucking patch up while I make dinner.” Gronda de nouveau l’homme en se détournant de vous, partant vers ce qui semblait être une cuisine. “And fucking wash your hands ! Gods know where you fucking put’em !” Regardant tes frères et sœurs d’un air abasourdit, tu trouvas le même regard confus que le tien. Qu’est-ce qu’il venait de se passer au juste ?

***
10 years

“You look stupid!” Nez plissé, mâchoire serrée, bras croisés et yeux meurtriers, le blondinet en face de toi avait le parfait air de l’enfant contrarié. Pas que tu sois mieux avec tes yeux brûlants d’agacement et de colère juvénile face aux insultes que vous vous échangiez depuis quelques minutes. La cause de votre dispute ? Tu ne t’en rappels pas. Tu ne te rappels même pas qui a lancé la première attaque ou pourquoi la vue de l’héritier Hallaryn t’agaçait au plus haut point. Votre première rencontre c’était mal passée, très mal passée même, de cela tu étais sûr. Et depuis cette fatidique rencontre, ne se passait pas une seconde sans que l’un ne cherche pas à provoquer l’autre d’une quelconque manière.

Une année avait passé depuis votre tentative ratée de cambrioler la demeure du vieux Lokarth. Une année qui te semblait parfois en être dix tant tout avait changé. Vous viviez avec celui qui aurait dû être votre victime, à présent, partageant son toit et sa nourriture, l’homme ayant refusé de vous laisser repartir dans la rue où vous aviez grandis. Tes premières nuits furent passées dans la terrifiante attente de voir un jour la SPC venir vous chercher. Vous auriez pu partir, mais pourquoi l’auriez-vous fait ? Vous dormiez dans un lit au chaud, de la nourriture vous était donnée chaque jour. Pas de voleurs, pas d’hommes effrayants pour venir vous dérober ou essayer de vous enlever la nuit. Cela ressemblerait presque au paradis si vous n’aviez pas depuis longtemps apprit que rien n’était jamais gratuit dans cette vie. Alors vous attendiez. Vous demandant quelle serait la contre-parti pour toutes ces nuits en sécurité. Voulait-il vous manger ? Voulait-il que vous voliez pour lui ? Ou bien voulait-il que vous lui montiez votre culotte comme vous l’aviez déjà fait pour quelques pièces d’argent. Mais les jours et les nuits passèrent, et rien ne changea. Vous ne compreniez pas. Alors quand le vieux Lokarth commença à vous emmener avec lui à son travail, vous furent presque soulagé. Vous commençâtes à l’aider dans ses tâches. D’abord en cuisine, là où il était, puis à mesure que le temps passait, partout dans le manoir des Hallaryn. Vous n’étiez pas payés, mais vous vous en fichiez du moment que le vieux Lokarth vous laissait rester chez lui, du moment que vous aviez l’impression de faire quelque chose pour mériter la nourriture dans votre ventre, le toit au-dessus de votre tête. Et c’est comme ça que tu rencontras l’exaspérant, l’agaçant blondinet en face de toi. Au détour d’un couloir, lors d’une course à remplir, c’est comme ça que tu rencontras Nikolai Hallaryn, fils ainé du seigneur des lieux. Rencontre fatidique où des cris résonnèrent, où des insultes fusèrent et où tu ressortis avec l’impression d’avoir rencontré le gamin le plus froid et le plus imbu de lui-même au monde.

Et, alors que dans le jardin tu te tenais devant l’horrible personne qu’était ce blond, ce sentiment ne t’avais nullement quitté, il s’était même intensifié à mesure de vos rencontres, te laissant avec une seule et unique immuable certitude : Tu détestais Nikolai Hallaryn. “Well, you look like a girl !” rétorquas-tu, sentant naître en toi une grande satisfaction en voyant ce fils de bonne famille devenir rouge d’indignation à l’insulte. « I do not ! » hurla-t-il en tapant du pied contre la boue du jardin. « Take it back ! » Pour toute réponse, tu te contentas de lui tirer la langue, ce qui n’eut que pour lieu d’enrager encore plus ton adversaire. Ouvertement, tu te moquais du blond, riant à grands cris devant la couleur cramoisie qu’avait prit son visage, mais tes éclats de rire s’arrêtèrent bien rapidement quand quelque chose d’humide, froid et visqueux vient percuter violement ton visage. Essuyant rapidement tes yeux, c’est de la boue qui en tomba, provoquant cette fois les moqueries d’Hallaryn. « Now you look stupid AND dirty ! » qu’il te lanca impérieusement, fier de sa répartie. Expression qui disparut rapidement de son visage quand de la boue vient le recourir. L’expression choquée de son visage de poupin te fit éclater de rire un instant avant que tu ne sois propulsé au sol, un Argent enragé sur le torse et de la boue volant partout autour de vous.

Il te frappa, tu le frappas, vous vous frappèrent. Tu lui fis manger de la boue et lui t’enfonça la tête dedans. Votre bataille faisait rage dans les jardins et ai concentré l’un sur l’autre que vous n’entendirent pas les hommes se faufiler près de vous. Votre bataille s’arrêta aussitôt quand des hommes attrapèrent le blond avant de te t’attraper à ton tour. Confus, tu te débattis instinctivement face à la poigne de ces inconnus, une main sur ta bouche t’empêchant de hurler à l’aide. Mais ce fut entièrement futile. Que pouvait faire un gamin contre plusieurs adultes ? Et la dernière chose que tu vis avant qu’un sac de toile ne recouvre ton visage, fut les yeux effrayés de Nikolai.

***
10 years

Main tenant fermement celle du blond, tu avançais aussi rapidement que le permettaient tes jambes, guidant ton compagnon à travers la forêt. La nuit commençait à tomber et la luminosité disparaissait dangereusement de seconde en seconde. Il vous faudrait vous arrêter bientôt. Mais pas maintenant. Encore quelques mètres. Encore quelques mètres de plus entre vos ravisseurs et vous. Deux jours que vous leur aviez échappé et si tu aimerais dire que c’était grâce à une brillante stratégie de ta part, tu sais que vous ne deviez votre salut qu’à de la chance. Une soirée trop arrosée pour que les hommes ivres s’intéressent à des marmots attachés, une pierre suffisamment rugueuse pour couper les cordes de tes poignets et une nuit sans lune pour vous permettre de vous faufiler. Oui, c’était de la chance. Une chance ridicule et inexpliquée. Une chance que tu espérais bien voir perdurer jusqu’à ce que vous soyez à l’abris. Car tu n’avais nullement l’intention de te retrouver de nouveau aux mains de ses hommes. Tu savais ce qu’ils comptaient faire de vous deux. Tu les avais entendu murmurer leurs plans, des sourires avares sur les lèvres, alléché par la promesse de tout l’argent que rapporteront vos petits corps pleins de jeunesse et d’innocence. Tu ne l’avais pas dit à Hallaryn. Pourquoi l’aurais-tu fait quand cela n’aurait fait que l’affoler d’avantage, lui qui tremblait déjà de faim, de froid et de peur derrière toi ? "Airen … " l’entendis-tu d’ailleurs derrière toi murmurer. “my legs hurt …” Tu le tiras un peu plus vers toi, tenant sans broncher sa main glacée dans la tienne. “Just a few more steps and we’ll rest a bit.” Lui répondis-tu simplement avançant toujours résolument vers ce que tu pensais être la route menant à Rezbia. D’après le vieux Lokarth et ses points cardinaux, c’était vers le Sud que vous voyagiez depuis quelques jours. Ne te restait plus qu’à prendre le chemin inverse et à espérer que tu n’avais pas fait ta sieste au moment d’une explication cruciale.

"I’m hungry... " continua doucement l’Argent derrière toi. “We’ll look for food when we’ll stop.” Rétorquas-tu sans te retourner, essayant d’éviter de prendre ton pied dans une racine. La dernière chose dont vous aviez besoin était de vous blesser, ou pire, de vous casser quelque chose. Le silence se fit de nouveau, seulement brisé par vos pas sur l’herbe et les feuilles et le hurlement sinistre d’animaux lointains. Toi aussi tu avais faim, toi aussi tes jambes te faisaient mal, mais vous ne pouviez pas vous arrêter, pas encore. Pas quand tu ne savais pas si les trafiquants étaient proches de vous. Pourtant, alors que tu pensais la discussion clause, une toute petite voix reprit derrière toi, dans ce qui sembla être un début de sanglot. “I wanna go home …” Tes pas s’arrêtèrent brusquement, et Hallaryn manqua de te percuter, ne s’attendant probablement pas à cet arrêt. Tu te tournas pour lui faire face, observant les vêtements tâchés, les cheveux hirsutes, le teint pâle et les grands yeux plein de larmes effrayées. Il te semblait bien loin le gamin arrogant qui te lançait de la boue parce que tu l’avais traité de fille. « Listen. » commenças-tu doucement, essayant de parler comme Tagh quand il tentait de calmer les plus petits après un cauchemar. “We gotta get moving. The men that got us … They’re gonna hurt us if they catch us again. Really bad. So we gotta as fast as possible until we reach the city, you understand ?” Le blond ne répondit pas, se contentant d’hocher tristement la tête tout en regardant le sol, sa main toujours dans la tienne. Tu soupiras. Soupiras avant de te frotter les yeux, sentant la fatigue les piquer. “Look … We’re just gonna walk a few more meters today. Until the big hill overthere.” Lui dis-tu en montrant une colline se trouvant à environ dix mètres de vous. "Just a few more meters and we’ll eat something and sleep, okay … ?” Hallaryn se contenta d’hocher la tête, l’air toujours aussi triste de son sort, ressemblant à un chaton perdu plus qu’à un humain. Tu tiras doucement sur sa main pour l’inciter à marcher de nouveau. "C’mon,  I think I saw some fruits.” Vous vous remirent à marcher.

***
16 years

C’était arrivé presque naturellement. Comme ça, progressivement, sans que tu te rendes compte de ce qu’il se passait, jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour toi. La réalisation avait été brutale également. Comme un coup de poing dans le ventre, comme un coup de poignard dans le cœur. Quelle douce sensation que de se rendre compte qu’on aime. Quelle terrible sensation que de se rendre compte que son amour ne sera jamais retourné. Et n’était-ce pas ironique que tu en sois arrivé là alors que quelques années auparavant tu ne supportais pas sa vue ? Mais les choses avaient bien changé entre toi et Nikolai depuis votre enlèvement. Le traumatisme commun vous avait rapproché comme des personnes extérieures ne sauraient savoir ou comprendre. Tu te rappelles le sentiment de panique aux premières semaines de votre retour quand le blond disparaissait de ta vue quelques minutes durant. Tu te rappelais l’impossibilité de dormir si l’Argent ne se trouvait pas à tes côtés. Tu te rappels des remerciements pour avoir ramené l’héritier en sa maison et des réprimandes pour refuser ensuite de le laisser seul. Tu ne leur as jamais dit que c’était Nik qui te rejoignait la nuit dans ton lit pour pouvoir dormir sans cauchemars. Tu ne leur as jamais dit que c’était lui qui venait te trouver en journée pour calmer le tremblement de ses mains. A quoi cela aurait-il servit de le dire ? Cela ne les concernait pas. Mais votre rapprochement avait causé ta lente et vicieuse perte. Tu l’aimais. Tu l’aimais tellement. Comme un affamé aime son premier repas depuis des mois. Comme un aveugle aime le soleil lorsqu’il le voit pour la première fois. Comme un noyer aime l’air qui entre dans ses poumons. Tu l’aimais religieusement, douloureusement, et bientôt, tu l’aimeras de loin. Car jamais tu ne lui diras tes sentiments. Tu préférerais mourir en silence plutôt que de gâcher ce que vous aviez déjà. Vous étiez amis, vous étiez meilleurs-amis. Camarades, complices, colocataires et compagnons et entre vous régnait la nécessité de la présence de l’autre. Tu te savais indispensable au blond, de cela tu ne douteras jamais, mais c’était ton amitié qui lui était indispensable, pas toi. Pas quand le blond aimait les femmes. Pas quand il ne t’avait jamais regardé avec autre chose qu’une platonique complicité. Pas quand chaque nuits son lit était réchauffé et vidé au petit matin. Alors oui, tu l’aimerais de loin et en silence. Tu tenais trop à lui pour risquer de le perdre.

***
21 years

Attendant patiemment à l’extérieur de la demeure, ton sac était déjà depuis longtemps fait quand Nik sort discrètement par la porte. Sa volonté de fuir n’était en rien une surprise pour toi, au contraire, tu étais même étonné qu’il ait tenu aussi longtemps. Tu avais vu la pression de sa famille, leurs attentes et leurs demandes, se refermer sur le blond comme un étau, l’étouffant, l’emprisonnant. Tu l’avais vu se refermer petit à petit sur lui-même, se fissurant intérieurement, comme une fine porcelaine qu’on serait trop fort entre nos mains. Et tu ne pouvais rien faire. Tu ne pouvais rien faire d’autre que de regarder, que d’être l’oreille silencieuse quand Nikolai venait te confier son mal-être. Tu ne pouvais que parler des villes que tu souhaiterais voir, n’insinuant rien, ne le poussant à rien, car après tout, ce n’était pas à toi de prendre cette décision pour lui. Seul Nikolai Hallaryn savait jusqu’où allait sa tolérance et son désir de liberté. Alors tu as attendu, chaque nuit. Guettant le moment où la limite serait atteinte et où le désir de fuite dépasserait celui de rendre fier ses parents. Et ce moment arriva en cette soirée, quant au détour d’une conversation, le patriarche Hallaryn annonça à son fils qu’il avait commencé à lui chercher une compagne pour passer le restant de ses jours avec. Tu avais vu les muscles de Nik se tendre, tu avais vu sa mâchoire se serrer discrètement et puis tu avais vu le regard de défis illuminer tout son visage alors qu’il débitait ses platitudes d’une voix bien trop polie pour être honnête. Tu as sus alors, ce serait cette nuit. Et cette nuit ce fut quand la silhouette du blond sortie de la porte d’entrée de la demeure de sa famille.

“Hope you weren’t planning to leave without me, Nik.” Lui dis-tu platement, notant la surprise colorer un instant son visage. Tu vois la confusion laisser rapidement place au soulagement et à la reconnaissance alors qu’un sourire en coin naissait doucement sur son visage. “Like I could…” qu’il te dis, te fesant reniffler de dédain alors que déjà vos pas se métaient en marche. “Damn right. You’d be lost without me to take care of your fragile ass.” Ta remarque te valut un coup de poing dans l’épaule mais tu n’en eu que faire : Tu étais avec Nik et tu ne le quitterais pas de sitôt. Maintenant tu allais pouvoir lui expliquer tout le plan que tu avais lentement mit en place en attendant que le blond se décide enfin, car le connaissant, cet idiot n’était parti qu’avec son slip et aucune idée d’où aller. Ce qui fut effectivement le cas.

***
31 years

Les années avaient passées et si certaines choses avaient bien changées, la plupart étaient restées foncièrement les mêmes. Tu vivais toujours avec ton abrutit de blond, pour commencer, partageant un appartement bien simpliste dans la Petite Ville d’Aureus. Des années que vous viviez dans cette horreur que certains osaient appeler « ville. » Tu la détestais, ne lui trouvais aucun charme. La seule raison pour laquelle tu n’avais pas encore fait tes valises était le simple fait que Nik semblait presque si plaire dans cette monstrueuse capitale. Il aimait les secrets, aimait les entendre et les stocker dans son esprit bien trop aiguiser parfois. Ça le stimulait, l’aidait à se sentir vivant. Et tu doutais foncièrement de pouvoir lui retrouver une telle sensation dans une autre ville que celle du vice. Alors tu restais car jamais ne te viendrais à l’idée de quitter ton Argent. Tu restais également car tu t’étais fait une vie dans cette ville de malheur également. Des amis, rencontrés à travers le boulot ou bien lors de sorties nocturnes, des contacts réguliers avec ta familles, lorsque ceux-ci passaient te voir ou au-travers de lettres, et un travail qui te permettait de vivre. Un bon travail qui payait bien, même s’il t’arrivait d’être partiale quant à tes employeurs. Mégalomaniaques du pouvoir et couple plus que houleux, tu ne savais jamais si le patriarche et la matriarche Sielle souhaitaient s’entre-tuer ou simplement baiser contre le premier mur à leur portée. Probablement les deux. C’est ce qu’ils faisaient le plus souvent en tout cas, si tu en croyais les racontars. Leur gosse était adorable cependant, et plus d’une fois tu t’es surprit entrain de lui glisser discrètement une sucrerie dans la main.

Alors, oui, quand tu faisais le point sur ta vie actuellement, tu pourrais presque dire que ta vie était satisfaisante, confortable, agréable. Tu aurais dû te douter que ça ne durerait pas.
GODS WILL FALL - 2019


Dernière édition par Airen Lokarth le Ven 12 Avr - 18:32, édité 10 fois

LE CERCLE— those who want the crown —
Arabella Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 392
AVATAR + © : jlc, moonlight roses.
POINTS : 1375
Child of None 1559233292-2
AGE : trente-et-un ans. de ces dames qui n'accusent pas le poids du temps, car il octroie la sagesse et l'influence.
STATUT CIVIL : mariée, depuis treize ans. ils sont les acteurs principaux d'une tragédie. le couple enchaîne les actes, et la toute dernière scène sera épique, fantasque. elle sera belle et pathétique, puissante et misérable. elle sera à l'image de leur ménage.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t90-arabella-a-la-folie http://gods-will-fall.forumactif.com/t354-hell-should-be-easy Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Jeu 11 Avr - 18:39
MERCI POUR TON PETIT MOT, C'EST ADORABLE
Child of None 3241848309 Child of None 3241848309

lA BIENVENUE PAR ICI
tout plein de courage pour la rédaction I love you I love you


ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.

LE CERCLE— those who want the crown —
Noah Sielle
surface
inside
behind
MESSAGES : 1911
AVATAR + © : ben barnes // av©midwinters wifey
POINTS : 652
Child of None Giphy.gif?cid=790b76115cccb275797a6e4d322b9fa8&rid=giphy
AGE : L'homme n'est ni jeune, ni vieux. Encore jeune, peut être, pour être à la tête de sa famille. Mais la tête sur les épaules, une expérience qui commence à compter, et des rêves qui se sont définis avec le temps de ses 35 années.
STATUT CIVIL : Marié à Nysa Sielle depuis 10 ans déjà, et pourtant l'homme ne l'a jamais vraiment acceptée. Il a voulu la dresser, comme il a dresser sa tigresse Thanae mais Nysa est pire qu'un fauve et quelque part... Ca lui plait. Mais détourné de son épouse, le voilà tombé pour un autre, un autre qui lui change les idées, mais pas pour de meilleures.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Jeu 11 Avr - 18:41
JE PLUSSOIE MERCI T UN CHATON
Child of None 3649701126 Child of None 3649701126 Child of None 3649701126 Child of None 3649701126 Child of None 3649701126 Child of None 3649701126

bienvenue Child of None 2964515584
hâte d'avoir ton full feedback et reaction video hein oublie pas Child of None 3931335125 Child of None 1105821870


I think when you've suffered terrible things, you become capable of terrible things.



absente du 06/06 au 10 juin inclus
mise à jour lente mais certaine.

LE CERCLE— those who want the crown —
Themyskira Sielle
surface
inside
behind
MESSAGES : 2767
AVATAR + © : Eiza González; ©ultraviolences
POINTS : 6465
Child of None Tumblr_ntds7akxgM1qlk7iko1_250
AGE : Du haut de ses 26 ANS, elle brille au firmament. Sa jeunesse et sa grace ne doivent cependant pas vous leurrer : la demoiselle sait ce qu'elle fait, et ne s'est jamais faite damoiselle en détresse.
STATUT CIVIL : Mariée depuis un peu moins de 4 ans à Asher Sielle, leur union se fait passionnelle et passionnée. Ils se sont choisis l'un l'autre, un privilège quelque peu rare dans leur milieu, et si leurs disputes sont légendaires, leurs réconciliations se font mythiques.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t60-with-the-taste-of-her-l Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Jeu 11 Avr - 18:42
Succomber à la tentation, c'est clairement ce qu'il fallait faire Child of None 4225342464
Et puis, je suis tellement contente que tout te plaise Child of None 2786644310

Tellement hâte de lire tout ça, but je sais que ça va envoyer du lourd, as always Child of None 921412604

NEUTRE— those who don't care —
Rakan Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 625
AVATAR + © : max irons ; av@lane + sign@iceandfire.
POINTS : 460
Child of None GlaringForsakenGannet-small
AGE : v i n g t – h u i t a n n é e s / passées à décevoir son patriarche, à être la vilaine canaille de l’immaculée lignée gavon. le temps ne semble pas avoir d’emprise sur son visage angélique d’adolescent modèle. ni sur son esprit d’éternel électron libre. il ne veut pas vieillir, rakan.
STATUT CIVIL : f i a n c é / rakan a appris la nouvelle il y a seulement quelques jours. le couperet est tombé, la sentence est désormais irrévocable. fiancé à une divine créature à laquelle il n’accorde absolument aucune importance. parce que le cœur de l’infâme l’emporte bien loin de cette femme, tout épris de désir pervers qu’il est envers une autre.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Jeu 11 Avr - 19:04
on se connaît ? Child of None 2964515584


you should
f e a r us

NEUTRE— those who don't care —
Keira Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 684
AVATAR + © : zhenya katava (balaclava)
POINTS : 2045
Child of None 7e6b4cecff1fbf3787150df54137dac7
AGE : vingt-trois frêles années, instants sacrifiés sur l'autel des hommes ingrats.
STATUT CIVIL : coeur papillon qui frissonne à la vue des âmes les plus diverses, l'annulaire et l'existence qui s'entremêlent à celle d'achil valeska, pourtant, fiançailles politiques auxquelles elle s'est paisiblement résignée.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Jeu 11 Avr - 19:59
jte hais.
crève.
cordialement.
(non en vrai jtm mais tu le sais déjà)
(renren mon amour is back)



--- hellfire
they say the loveliest angels make the cruelest demons — and you, my darling, you were so king and gentle before they dragged you to hell.

LES TRINITAIRES— those who seek equality —
Marcus Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 648
AVATAR + © : Douglas booth +ultraviolences (av)
POINTS : 1022
the shadow of who I used to be
AGE : 22 ans , solaire comme le mois de juin qui l'a vu naître.
STATUT CIVIL : Fiancé, le couperet est tombé. La sentence irrévocable et il l'a connait si peu la fiancée, mais peut-être pourrait-elle s'avérer une alliée de choix, un soutien dans son univers de solitude
LES TRINITAIRES
those who seek equality

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t62-these-violent-delights- Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Jeu 11 Avr - 20:17
CE MOT TROP CHOUPINOU, THKS Child of None 180545382
Bienvenue (tellement pressée de créer ta fiche que tu le fais au travail, ça c'est une belle preuve d'amouuur héhéhé Child of None 1995654310 )
Hâte d'en lire plus du coup, tout ce viiiiide hihi

NEUTRE— those who don't care —
Airen Lokarth
surface
inside
behind
MESSAGES : 595
AVATAR + © : Jamie Dornan + lane.
POINTS : 1483
Child of None Tumblr_nap50012dS1si4n1ho3_500
AGE : (TRENTE-ET-UN AN) que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
STATUT CIVIL : (EN COUPLE) Coeur autrefois battant silencieuse sa mélodie amoureuse, il chante à présent la sérénade en canon avec celui qui l’a toujours possédé.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t206-child-of-none http://gods-will-fall.forumactif.com/t234-what-is-a-god-to-a-non Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 0:02
@Arabella Gavon CE N'EST QUE LA STRICTE VÉRITÉ What a Face
et merci à toi Child of None 3649701126

@Noah Sielle YOU'RE WELCOME LIONCEAU
je t'ai hurlé ma joie en pv, ça compte comme un feadback ? Child of None 329248541

@Themyskira Sielle Ouais je suis très beaucoup faible pour ce genre de merveilles Arrow
okay j'ai rougi là gnjfldngjfkng
COUP DE PRESSION Child of None 1193113961

@Rakan Gavon du tout Child of None 915789165 Child of None 2964515584

@Keira Gavon non
cordialement
(i know darling)
(et j'en parle de keikei ?)

@Marcus Gavon Ouais j'ai vu le mp et j'ai pas résisté Child of None 3931335125 Child of None 318283149 Child of None 329248541
mes 9 minutes de pause furent mises à profit Child of None 678124086
j'espère donc que ma fichette te plaira un peu plus maintenant qu'il y a moins de vide Child of None 1557579508

VOUS ETES DES AMOURS ET JE VOUS AIME TOUS
VOILA

avatar
Invité
surface
inside
behind
Invité

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 0:50
Mon frère Child of None 2186484611
On va s'aimer fort.
Et se faire tout plein de mal avant.
Enfin, je parle pour toi Child of None 2964515584

Ta fiche vient de me mettre une sacrée claque.
J'ai la pression mais tellement hâte qu'on joue ensemble  Child of None 1686218429

p.s. : le gif Princess Bride m'a achevée Child of None 2996881088

LES TRINITAIRES— those who seek equality —
Marcus Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 648
AVATAR + © : Douglas booth +ultraviolences (av)
POINTS : 1022
the shadow of who I used to be
AGE : 22 ans , solaire comme le mois de juin qui l'a vu naître.
STATUT CIVIL : Fiancé, le couperet est tombé. La sentence irrévocable et il l'a connait si peu la fiancée, mais peut-être pourrait-elle s'avérer une alliée de choix, un soutien dans son univers de solitude
LES TRINITAIRES
those who seek equality

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t62-these-violent-delights- Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 9:00
Well, ça me plaisait beaucoup, jusqu'à ce que je lise ceci "Mina hurlait Mina s’égosillait. Mina souffrait et s’époumonait de douleur alors que la chose lui déchirait les entrailles." Mina c'est mon prénom alors si tu veux j'ai eu un ptit choc xDDD c'est tellement rare de voir ce prénom utilisé. Mais aaaah j'adore ce que je lis, ça valait l'attente Wink (*retourne stalker les fiches)

LES VEUVES— those who murder —
Heza Saab
surface
inside
behind
MESSAGES : 1912
AVATAR + © : gabriela bloomgarden ; av©myself ; crackships©myself ; gif©tumblr
POINTS : 3208
Child of None Tumblr_poifylDL9k1wncedeo1_r1_400
AGE : vingt cinq années faites de chaos et de pêchés
STATUT CIVIL : l'amour est un mensonge, la liberté est le salut de l'âme
LES VEUVES
those who murder

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t196-there-will-be-blood http://gods-will-fall.forumactif.com/t263-don-t-play-games-with- Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 10:25
le retour de ren, toujours aussi beau gosse Child of None 3943621194
et un rouge yassss, on va dominer le monde Child of None 724212037



--- i fear no monster
for no monsters i see, because all this time, the monster has been me ☾☾ h.s

NEUTRE— those who don't care —
Lys Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 382
AVATAR + © : KRISTINE FROSETH. (AV/@SARASVATI)
POINTS : 101
Child of None Tumblr_o7n3tgJTWA1rd81odo7_250
AGE : VINGT-DEUX ANS, petite jeunesse effleurée, il semblerait pourtant que sous ses yeux ornés de cernes s'agrippent une décennie de tourments. on l'a dit trop jeune pour décider, pour aimer qui elle veut, pour être libre ; et pourtant, lys est épuisée de faire l'enfant, elle est prête à ouvrir les yeux et au lieu d'offrir sa main, elle offrira son poing.
STATUT CIVIL : FIANCEE, lys s'est pendant très longtemps refusée aux voeux matrimoniaux et pour cause, elle n'en voyait pas l'intérêt, ni le besoin. A présent les choses ont changé, l'anneau ornant son doigt en est la preuve.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 11:03
ça me rappelle des souvenirs ce personnage
Child of None 1624146352 Child of None 1624146352
hâte de voir comment ren va s'intégrer dans cet univers et hâte de voir la seconde moitié débarquer What a Face
j'te souhaite la bienvenue et bon courage pour ta fiche. I love you


I WANT TO SIN
every time that i'm with him

NEUTRE— those who don't care —
Airen Lokarth
surface
inside
behind
MESSAGES : 595
AVATAR + © : Jamie Dornan + lane.
POINTS : 1483
Child of None Tumblr_nap50012dS1si4n1ho3_500
AGE : (TRENTE-ET-UN AN) que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
STATUT CIVIL : (EN COUPLE) Coeur autrefois battant silencieuse sa mélodie amoureuse, il chante à présent la sérénade en canon avec celui qui l’a toujours possédé.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t206-child-of-none http://gods-will-fall.forumactif.com/t234-what-is-a-god-to-a-non Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 11:53
@NÁLI AÍFE ma soeur Child of None 1624146352 Child of None 2128450950
on va tellement souffrir oui avant de se faire des poupouilles d'amour Child of None 349549410
surtout moi oui Child of None 1211900593

mais
mais non
faut pas Child of None 1193113961
pas de pression à avoir, je vais t'aimer comme tu es, je le sais Child of None 3688418266
hâte auss Child of None 3688418266 Child of None 3688418266 Child of None 3688418266

Princess Bride c'est la vie Child of None 1905854949

@Marcus Gavon OMFG JE SUIS DÉSOLÉE Child of None 2400912950
je peux changer le nom si tu veux ? Child of None 1193113961
et merci pour le compliment Child of None 1211900593 Child of None 3649701126

@Heza Saab thanks darling Child of None 4265375708
et je valide mille fois ce nouveau choix d'avatar Child of None 921412604
évidemment qu'on va dominer le monde !
c'est nous le meilleur groupe Child of None 224588431 Child of None 678124086

@Lys Gavon Moi aussi, je suis émotion Child of None 1211900593
la seconde moitié arrive ce weekend normalement Child of None 1557579508
merci à toi I love you

LES TRINITAIRES— those who seek equality —
Marcus Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 648
AVATAR + © : Douglas booth +ultraviolences (av)
POINTS : 1022
the shadow of who I used to be
AGE : 22 ans , solaire comme le mois de juin qui l'a vu naître.
STATUT CIVIL : Fiancé, le couperet est tombé. La sentence irrévocable et il l'a connait si peu la fiancée, mais peut-être pourrait-elle s'avérer une alliée de choix, un soutien dans son univers de solitude
LES TRINITAIRES
those who seek equality

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t62-these-violent-delights- Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 11:57
ahah mais naaaaan pas du tout voyons jamais je demanderais une chose pareille Child of None 3932396905 , c'est pas grave du tout si c'est mon prénom, ça m'a surtout fait rire Child of None 2996881088 Child of None 2996881088 stay awesome Child of None 2338632519

avatar
Invité
surface
inside
behind
Invité

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 13:18
un rouuuuuge, like it. Child of None 2964515584
j'aime c'que je lis, j'aime beaucoup c'que je lis.
comment ça j'me répète ?
bienvenue. Child of None 180545382

AD MAIUS BONUM— those who believe —
Shila Xi'nora
surface
inside
behind
MESSAGES : 1535
AVATAR + © : neelam gill, av©mine.
POINTS : 2520
Child of None JLbSXnO
AGE : ce sont vingt-quatre hivers qui se sont écoulés depuis sa venue au monde, aux premières minutes de novembre, en l'an deux mille six cent cinquante-deux.
STATUT CIVIL : fiançailles prononcées depuis peu, union sacré à laquelle elle devra se soumettre au gré de la volonté de feu son père. promise à cillian gavon, ils partagent tout deux la simple conviction que cette alliance est une erreur sur toute la ligne.
AD MAIUS BONUM
those who believe

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t195-a-wolf-will-never-be-a http://gods-will-fall.forumactif.com/t285-don-t-tame-the-wolf-in Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 13:41
tiens, ce personnage me dit vaguement quelque chose. Child of None 4230820522
contente de le voir reprendre vie dans les parages. Child of None 2964515584
bienvenue. Child of None 3649701126


quiet rebellion
you collect scars because you want proof that you are paying for whatever sins you have committed.
(c)crackintime

NEUTRE— those who don't care —
Airen Lokarth
surface
inside
behind
MESSAGES : 595
AVATAR + © : Jamie Dornan + lane.
POINTS : 1483
Child of None Tumblr_nap50012dS1si4n1ho3_500
AGE : (TRENTE-ET-UN AN) que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
STATUT CIVIL : (EN COUPLE) Coeur autrefois battant silencieuse sa mélodie amoureuse, il chante à présent la sérénade en canon avec celui qui l’a toujours possédé.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t206-child-of-none http://gods-will-fall.forumactif.com/t234-what-is-a-god-to-a-non Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 18:37
@Silas Madden yasss les rouges vaincrons What a Face
merci pour le compliment, ça me fait plaisir Child of None 3932396905

@Shila Xi'Nora je vois pas de quoi tu parles Child of None 2338632519
merci, ma chère Child of None 3688418266

LE CERCLE— those who want the crown —
Noah Sielle
surface
inside
behind
MESSAGES : 1911
AVATAR + © : ben barnes // av©midwinters wifey
POINTS : 652
Child of None Giphy.gif?cid=790b76115cccb275797a6e4d322b9fa8&rid=giphy
AGE : L'homme n'est ni jeune, ni vieux. Encore jeune, peut être, pour être à la tête de sa famille. Mais la tête sur les épaules, une expérience qui commence à compter, et des rêves qui se sont définis avec le temps de ses 35 années.
STATUT CIVIL : Marié à Nysa Sielle depuis 10 ans déjà, et pourtant l'homme ne l'a jamais vraiment acceptée. Il a voulu la dresser, comme il a dresser sa tigresse Thanae mais Nysa est pire qu'un fauve et quelque part... Ca lui plait. Mais détourné de son épouse, le voilà tombé pour un autre, un autre qui lui change les idées, mais pas pour de meilleures.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 20:28

bien ouej
tu es validé(e)
libéré, délivré, plus de fiche à faire valider
BIENVENUE OFFICIELLEMENT SUR GWF
Congrats, tu es validé, cela veut donc dire que ta fiche est en ordre et que tu as surmonté cette étape difficile. A présent tu peux donc vadrouiller sur le forum librement et commencer à rp ainsi que plotter et bien entendu feelser. Avant toute chose ta fiche était:
J'AI TROP KIFEEEEEEE
Alors déjà
"Mégalomaniaques du pouvoir et couple plus que houleux, tu ne savais jamais si le patriarche et la matriarche Sielle souhaitaient s’entre-tuer ou simplement baiser contre le premier mur à leur portée."
JE SUIS MORTE
ÙLTRA MORTE

bon bien sûr je ship airen et nik Child of None 4230820522
qu'elle se dépêche à venir là on attend le ship Child of None 2964515584


Même si tu es validé il te reste encore quelques étapes à passer avant d'être officiellement ajouté dans tous les registres. Pour recenser ton pouvoir, mais aussi ton prénom, ton métier etc.. il te faudra te rendre dans le recensement général que tu peux trouver ici. Surtout n'oublie pas de le faire, ce serait dommage que ton métier ou ton rôle au sein d'un mouvement te passe sous le nez.

Après avoir surmonté la bureaucratie, tu peux donc commencer à te concentrer sur la partie inrp. Tout d'abord nous te conseillons d'aller poster ta fiche de liens dans cette partie pour pouvoir tisser des liens avec d'autres membres. Si tu en as besoin tu peux également poster un scénario, mais aussi un pré-lien ou encore ta famille (n'oublie pas de lire les règles avant de poster les sujets). Qui plus est, tu peux également recenser tes points dans ce sujet pour par la suite acheter des armes ou encore des avantages pour les futures intrigues comme par exemple les compétences. Nous t'encourageons aussi d'aller faire un tour dans la partie chuchots propre à ta famille ou ton mouvement puisque c'est là-bas que beaucoup des complots vont être créés. Puis, tu peux également créer ton propre mouvement si toutes les conditions requises sont remplies. Et pour finir, tu peux également te rendre dans la partie IRL, c'est à dire le flood ou encore la partie ship pour feelser un peu.

Maintenant il te reste plus qu'à t'amuser, feelser, plotter, bref à avoir du fun. en cas de question n'hésite pas à contacter @the parcae.
GODS WILL FALL - 2019


I think when you've suffered terrible things, you become capable of terrible things.



absente du 06/06 au 10 juin inclus
mise à jour lente mais certaine.

NEUTRE— those who don't care —
Airen Lokarth
surface
inside
behind
MESSAGES : 595
AVATAR + © : Jamie Dornan + lane.
POINTS : 1483
Child of None Tumblr_nap50012dS1si4n1ho3_500
AGE : (TRENTE-ET-UN AN) que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
STATUT CIVIL : (EN COUPLE) Coeur autrefois battant silencieuse sa mélodie amoureuse, il chante à présent la sérénade en canon avec celui qui l’a toujours possédé.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t206-child-of-none http://gods-will-fall.forumactif.com/t234-what-is-a-god-to-a-non Voir le profil de l'utilisateur

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  Ven 12 Avr - 20:30
MERCI POUR LA VALIDATION Child of None 3688418266 Child of None 3688418266 Child of None 3688418266

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind

Child of None Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Child of None  |  

Child of None  Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: WRITE THE STORY :: rite de passage :: fiches validées-
Sauter vers: