RAPPEL DU REGLEMENT
N'oubliez pas de lire les règles du forum avant de vous inscrire. Ces règles sont importantes et la lecture n'est pas optionelle.

Pour rappel, les questions administratives (incompréhension, code qui ne fonctionne pas, demande de précision, demande de confirmation d'un plot,...) doivent être postées dans le sujet des questions ou envoyées au PNJ et uniquement au PNJ.

Nous vous rappelons également que vous devez recenser un rp toutes les deux semaines. Nous sommes dans la période allant du 17 mai au 31 mai (non inclus).
Revenir en haut Aller en bas



 


le gouvernement
Palier 10
l'ordre écarlate
Palier 6

la confrérie
Palier 3
le cercle
Palier 5

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 5
les veuves
Palier 5

les perles noires
Palier 5
les épines rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3


LES SILENCES— those who train to strike —
Glen Berhemus
surface
inside
behind
MESSAGES : 45
AVATAR + © : Dylan o'brien
POINTS : 222
Le lion et le corbeau  ( ÉOSPHOROS) Tumblr_inline_pefi6zY4ds1rifr4k_1280
AGE : Vingt-sept années filées, échappées, malmenées dans le temps et l'espace si l'ont peut dire.
STATUT CIVIL : Célibatairement seul, incapable d'accorder sa confiance aussi minime soit-elle.
LES SILENCES
those who train to strike

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t203-glen-la-mutation-d-un- http://gods-will-fall.forumactif.com/t324-glen-la-mutation-d-un- Voir le profil de l'utilisateur

Le lion et le corbeau  ( ÉOSPHOROS) Empty
Revenir en hautAller en bas
Le lion et le corbeau ( ÉOSPHOROS)  |  Mer 17 Avr 2019 - 15:20

Le lion &
le corbeau
Le monde…Tellement beau vu d’en haut, tellement éphémère lorsqu’on y regarde bien. Les choses meurent, reviennent, se reconstruisent pour être mieux détruites au final. Cruelle fatalité qu’est l’existence en elle-même, qu’est la vie en soit. Qu’elle beauté en même temps. Grand paradoxe. Pourtant, je ne cesse d’admirer les fails, les éléments qui divagues, dépassent bien trop souvent l’imagination des imbéciles, des aveugles et des renfrognés. Aujourd’hui, j’ai besoin de ça. J’ai besoin de ces éléments pour ne pas flancher, pour ne pas sombrer dans une folie passagère. Folie qui n’est jamais bien loin, les abysses sont là, enfouies, prêtes à submerger telles des vagues violentes et sournoises. Alors oui, pour retarder l’évidence, mes ailes se sont déployées, l’homme a laissé place à l’animal une fois encore. Pépites dorées dans un carmin rougeâtre, la différence est subtile mais bien là…assez pour que le mot mutant me soit approprié de naissance, me soit collé au dos pour l’éternité. Mutation génétique que beaucoup ne comprennent pas, que certains craignent, que d’autres dévorent du regard par jalousie ou simple curiosité. C’est malsain…Malsain d’éloigner ceux qui ne se ressemblent pas, de se servir de cette différence pour lutter là où les autres seraient trop fragiles pour le faire. C’est l’histoire de notre vie, de notre passé. Armes de guerre, la sollicitude n’a pas suivi, n’est jamais arrivée. Reconnaissance effacée, assez pour mettre le feu aux cœurs, aux âmes et faire en sorte que les miens sentent la colère les dévorer. Ils auraient dû y réfléchir à deux fois avant de nous mêler à leurs conneries, les guerres stupides. Ils auraient dû éviter de nous effacer, nous rejeter, bientôt, ils finiront par le regretter. C’est ce que je me répète sans cesse avec amertume depuis mes seize ans, depuis que Les Silences sont devenus ma famille, ma bouée de sauvetage.

Mais pour l’heure, le besoin de m’éloigner de tout ça m’oppresse, m’oblige à laisser le vent caresser le plumage sombre du Corbeau. L’horizon est vaste, lointain. La fatigue n’est pas encore là, mais la curiosité elle, est dévorante. De nouveaux paysages, un nouveau regard, la beauté des lieux n’est pas à négliger. De vaste étendues boisées, des plaines, des champs de cafés. L’odeur pourrait presque m’attirer, mais c’est vers les arbres denses que j’amorce ma descente. Je zigzag entres plusieurs branches, laisse les feuilles frapper mes ailes avec aisance mais jamais douleur. La sensation est grisante, presque trop duce pour être vraie. L’animal se pose sur le sol, laisse la terre lui rappeler qu’il n’est pas vraiment une bestiole mais autre chose. Un homme. Un humain se cachant sous des traits différents. Une couverture spéciale, bien trouvée, furtive. Qui pourrait se douter qu’un oiseau, présage de malheur, recèle plus de secrets qu’on ne pourrait l’imaginer ? Peux de gens, sauf peut-être les plus curieux, les plus vigilants. Mais là, personne n’est dans les alentours, les hommes sont plus loin, laissant la faune prendre ses traces, marquer le paysage pour le surplomber et donner un peu d’ombre à qui en chercherait. Mes ailes battent légèrement, mais ne me font pas voler. Pas encore. Une petite pause est bien méritée et, l’environnement est agréable, pas spécialement menaçant…Du moins, c’est ce que je pensais. Un craquement résonne, ma tête se tourne vigoureusement alors que mes billes orangées se posent sur l’horizon. Surprise qui m’envahi, qui coule dans mes veines…assez pour que je ne réagisse pas tout de suite. Un lion approche. Un lion…Que vient faire un tel prédateur dans ces lieux ? Ce n’est pas normal, ce n’est pas logique…Illusion ? Je n’en suis pas certain. Aurais-je perdu la tête ? ça ne m’étonnerait pas.

Je devrais penser à m’envoler, mais la surprise me cloue sur place, du moins, l’espace de quelques secondes…Mon esprit réagit, hurle à l’alerte alors que le fauve approche, un air menaçant…Un croassement menaçant résonne, je regrette de ne pas avoir pris la forme de ce chien qui aurait pu, peut-être, faire plus menaçant que mon simple croassement…L’oiseau recule au sautillant, une patte aux serres aiguisées soulevée, prête à crever un œil si nécessaire. Si il attaque, je sais déjà que m’envoler est probable, mais également que me transformer en humain serait probablement plus rapide.
GODS WILL FALL - 2019

LES VEUVES— those who murder —
Éosphoros Yomaris
surface
inside
behind
MESSAGES : 881
AVATAR + © : sheehan, bandit rouge.
POINTS : 1837
♛
AGE : (31 YO) ❂ le temps qui défile, la chair qui change. on ne pense pas à la naissance, ni au lendemain. on existe, tout simplement en restant insouciant face aux tracas de la vie.
STATUT CIVIL : (SINGLE) ❂ les draps partagés aux plus offrants. faux-semblants de passion. l'amour est devenu un métier, on ne songe plus à la vie privée. tout cela est oublié.
LES VEUVES
those who murder

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t215-little-lion-man#665 http://gods-will-fall.forumactif.com/t350-gold-lion#4255 Voir le profil de l'utilisateur

Le lion et le corbeau  ( ÉOSPHOROS) Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Le lion et le corbeau ( ÉOSPHOROS)  |  Jeu 18 Avr 2019 - 7:25


le lion et le corbeau
duel de serres et de crocs.


revenir sur les terres de sa région avait quelque chose de ravissant. j'avais beau avoir un goût pour le voyage, la découverte ; retrouver son territoire d'origine est une forme d'excursion. elle vous ramène vers le passé, vos souvenirs. aussi n'ai-je pas pu m'empêcher de prendre la forme du lion pour galoper à travers les champs de café afin de retrouver des milieux plus boisés. comme avant. néanmoins, ce n'est pas motivé par la nostalgie que je décide d'user de mon don. c'est aussi et avant tout un moyen de m'entraîner et c'est également plus efficace pour circuler. être sous la forme d'un animal, c'est devenir quelqu'un d'autre. on a soudainement plus aucune limite pour nous arrêter. on peut s'évader en pleine nature sauvage. tout quitter pour n'être plus qu'une bête jouissant du simple plaisir de la vie. mais je ne dois pas me méprendre. si mon expérience me permet de rester quelques temps sous l'apparence du fauve, je ne peux l'être éternellement, hélas. il fallait profiter de chaque secondes. et c'est bien ce que je comptais faire présentement. avançant d'un pas lent, j'observe les alentours en quête de quelqu'un ou de quelque chose. sur les gardes, je n'aimerais être embêté d'une quelconque présence humaine qui pourrait avoir la mauvaise idée de me chasser. car je sais que malgré mon allure de prince chat, l'homme reste roi, apte à abattre n'importe quel monstre sur son chemin, souvent aidé d'armes destructrices. finalement, c'est vers le ciel que mes prunelles dorées se portent, pourléchant mes larges babines. je vois ces volatiles virevolter et je me dis que cela pourrait être l'occasion de chasser. employer mes aptitudes pour des fins plus offensives. m'amuser aussi un peu, je l'avoue.

je quête donc patiemment l'atterrissage de l'un d'eux, couché sur l'herbe, espérant être bien dissimulé parmi les fourrages que je bats parfois de ma queue. je sais me montrer persévérant, j'ai tout mon temps, pour le moment. et je suis en mesure de savoir qu'ils ne peuvent pas passer toute leur journée là-haut ; tôt ou tard, ils devront se reposer. enfin, l'un d'eux décide de s'abattre, ignorant totalement qu'un félin puisse le guetter. je décide donc de faire mon entrée, rampant silencieusement, les griffes sorties, agrippant la terre. concentré, tout mes sens sont en alerte. je suis déjà exalté à l'idée de chasser mon propre gibier même si ce petit corbeau à une piètre mine ; incapable de rassasier l'appétit d'un gros lion. et en plus d'être maigrichon, il semble aussi bien sot à vouloir affronter l'adversité quand il pourrait tout bonnement s'enfuir. qu'est-ce donc cette fougue qui l'anime face à la fatalité ? ne se rendait-il pas compte que ses serres, aussi aiguisées soient-elles, ne pouvaient faire le poids face à mes griffes considérables ? un couteau ne pourrait gagner face à une épée et il allait prochainement s'en rendre compte, au bord du trépas. je laisse donc échapper un grognement rauque, le mettant en garde. je pourrais l'abattre maintenant, en finir avec le moineau, mais j'ai envie de faire durer ce sentiment grisant où l'on admet que tout est gagné à l'avance. observer sa proie se débattre afin de trouver un échappatoire quand il y en a, en réalité, aucune. je devrais le gober en une bouchée, mais l'idée de pouvoir donner des coups de patte comme le ferait un matou au cœur d'un jeu morbide me traverse l'esprit aussi. il commence à réaliser, se tortillant et croassant, priant certainement pour avoir l'air terrifiant, mais je ne daigne nonobstant à reculer. c'est moi le plus imposant des deux. aussi, sans prévenir, je décide alors de charger subitement, toutes les dents dehors. malgré l'envie de me divertir, je ne veux plus prendre le risque de voir mon repas se tirer à tire-d'aile. il était hors de question d'avoir fait tout ces efforts pour rien ; se métamorphoser pour chasser et, en définitive, repartir à la maison tout penaud. je voulais faire mes preuves en tant que traqueur. aujourd'hui j'allais faire face à un oiseau et demain je pourrais m'en prendre à beaucoup plus gros. pouvoir me repaître d'un cheval, voir d'un humain s'il fallait en découdre avec des hommes ou mêmes divers autres ennemis des veuves.





i went from zero, to my own hero


Le lion et le corbeau ( ÉOSPHOROS)  Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» [vente] R armure lion
» Question...(armure lion)
» Entraînement de Nuage de Lion (PV Nuage de Lion)
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: AKKADIA :: Sebanira :: Javelaa-
Sauter vers: