Revenir en haut Aller en bas



 


le gouvernement
Palier 10
l'ordre écarlate
Palier 6

la confrérie
Palier 3
le cercle
Palier 5

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 5
les veuves
Palier 5

les perles noires
Palier 5
les épines rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3


NEUTRE— those who don't care —
Lys Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 382
AVATAR + © : KRISTINE FROSETH. (AV/@SARASVATI)
POINTS : 101
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_o7n3tgJTWA1rd81odo7_250
AGE : VINGT-DEUX ANS, petite jeunesse effleurée, il semblerait pourtant que sous ses yeux ornés de cernes s'agrippent une décennie de tourments. on l'a dit trop jeune pour décider, pour aimer qui elle veut, pour être libre ; et pourtant, lys est épuisée de faire l'enfant, elle est prête à ouvrir les yeux et au lieu d'offrir sa main, elle offrira son poing.
STATUT CIVIL : FIANCEE, lys s'est pendant très longtemps refusée aux voeux matrimoniaux et pour cause, elle n'en voyait pas l'intérêt, ni le besoin. A présent les choses ont changé, l'anneau ornant son doigt en est la preuve.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Sam 20 Avr - 15:52
NOW THAT YOU'RE GONE
who's gonna rescue you when you're lost at sea? and who's gonna love you of it isn't me?
Lys leva les yeux vers le grand théâtre. Pieds cloués au sol, menton levé, yeux rivés sur les moulures qui embellissaient la façade, elle ne trouvait pourtant pas le courage d’avancer. Un pas après l’autre, sa main sur la poignée, son courage pris à deux bras, et elle entrerait dans ce satané bâtiment ; ça paraissait si simple, et pourtant, en pratique si difficile. Elle soupira entre ses dents, c’était la cinquième tentative cette semaine, elle voulait surmonter sa peur, ses doutes et cette boule d’anxiété nichée dans son estomac, et pourtant elle n’y arrivait pas. Des flashs de son passé lui revenaient, de ses pieds dans ses pointes, des matraques s’abattant sur son genou. Elle soupira, fît demi-tour et s’en alla dans la nuit noire. S’accrochant au rebord d’une fenêtre pour se hisser sur le toit d’une petite cabane, elle sautilla de toit en toit, laissant la brise fraiche venir caresser ses cheveux. Un shot d’adrénaline s’empressa de faire son effet, après quelques minutes elle oublia la raison de ses maux, elle oublia sa peur, cette tentative, à nouveau, ratée. Elle se sentait libre, indépendante, presque forte, presque indestructible, alors que les rayons lunaires venaient éclairer son visage. Souriante, voilà ce qu’elle était quand elle était dehors, quand elle n’avait aucune attache. Si elle glissait, si elle trébuchait, alors peut-être qu’elle tombait à sa mort, se briserait la nuque ou le dos et ne pourrait jamais plus se relever ; cette pensée aurait dû l’arrêter, à la place de quoi, elle accéléra sa course, ses enjambées, ses sauts. Ce soir, elle se sentait irresponsable, inconsciente et elle aimait cette sensation, ce sentiment, elle qui avait toujours été si sage, si gentille, si réfléchie, elle voulait aujourd’hui dépasser les limites, les frontières de son entendement. Lorsqu’elle vit au loin un gigantesque écart entre le bâtiment sur lequel elle se trouvait actuellement et celui qu’elle voulait atteindre, elle commença à courir davantage plus vite, prenant de l’élan, elle sauta. Tomber dans le vide était une impression dont elle avait rêvé plusieurs fois, le cœur qui battait à n’en plus finir, la gravité qui ne demandait qu’à être défié, cette impression d'être imbattable, et si peu en contrôle. C'était sa drogue, son talon d'Achille. Elle flotta dans les airs avant de retomber sur ses deux pieds, finissant sa cascade par une roulade, elle se laissa ensuite tomber par terre, en riant à pleins poumons. Elle n’était pas morte ce soir ; et peut-être qu’à cet instant, elle en était ravie, ravie d’être encore là, ravie de pouvoir regarder les étoiles scintiller tout en se demandant si un jour elle les rejoindrait. Si elle brillerait comme elles le faisaient et si on se souviendrait de qui elle était. Insignifiante, minuscule, écrasable, cette pensée, si morbide, ne la dérangeait en rien, au contraire, elle lui offrait l’ambition de vouloir plus ; de devenir plus.

Soupirant entre ses dents, elle se releva enfin, épousseta sa cape et descendit la façade avec aisance. Parfois elle se demandait si la fracture de ses genoux n’avait pas été un simple cauchemar, après tout, les jours où tout allait bien, elle se sentait presque capable de danser, elle se sentait presque capable de surmonter monts et marais. Comme si la douleur était dans sa tête, comme si ce blocage elle se l’était ancrée dans la tête par peur d’être encore capable, par peur d’être encore entière alors qu'elle avait juré au cours de ces dix derniers mois qu'elle n'était plus rien. Cette dernière année, elle avait passé sa vie à pester contre la vie et le monde, et si au fond c’était elle qui se barrait la route ? Et si c’était elle, finalement, qui se rendait la vie bien plus difficile qu’elle n’était censée l’être ? Secouant la tête, elle vadrouilla dans les rues presque vides avant de se retrouver nez à nez avec un établissement qu'elle n'avait jusque-là toujours que vu, sans jamais avoir eu le courage d'entrer. La lumière que le petit bar émanait l’attira comme un aimant, alors qu’elle posa sa main sur la poignée. Lys ne buvait que très rarement, elle n’était pas particulièrement encline à terminer la tête dans le caniveau et vomir ses tripes, mais ce soir elle se sentait folle, ce soir elle se sentait libre. Alors elle entra, le pas sûr, confiant, elle leva le menton en direction du propriétaire avant de stopper net. C’était presque rigolo à quel point l’humain était capable, en un claquement de doigts, de changer d’humeur, c’était presque ironique de vouloir se convaincre que tout allait bien, alors que finalement en arrière-plan tout partait en fumée. D’une seconde à une autre, on pouvait se sentir heureux, puis malheureux. Voulant retrousser chemin, Lys resta pourtant plantée là, face à Kane Faring, le garçon qui avait si misérablement brisé son cœur. Elle se mordit la lèvre inférieure, et tourna la tête en direction des autres invités. Il était auprès d’une fille qui ne devait pas être beaucoup plus âgée qu’eux. Un monstre empoigna ses entrailles, alors qu’elle sentit sa jalousie émaner de tous ses ports. Ils s’étaient revus à quelques reprises après leur rupture, et elle avait fait semblant que tout allait bien, qu’elle était passée à autre chose. Et si Kane semblait vouloir la croire, Lys savait bien au fond, que l’oublier n’avait jamais été une option. Il lui collait à la peau, il était tatoué dans sa tête, il était toujours là, même quand il était à des années-lumière d’elle. Et le revoir, parfois, ça faisait mal, mais c’était surmontable, parce qu’ils restaient eux, deux entités qui s’étaient aimés, appréciés, entraidés. Mais de le voir avec une autre fille, c’était une gifle imprégnée de réalités et de vérités qu’elle n’avait pas voulu entendre : il était passé à autre chose. Il était capable de voir d’autres filles, de tomber amoureux, alors qu’elle en était incapable, alors qu’elle ne pensait qu’à lui. Elle se racla la gorge, et s’approcha d’eux avec un pas bien moins confiant. Cela aurait été étrange de ne pas lui dire bonjour, de l’ignorer, après tout ils étaient censés encore être amis ou tout du moins des connaissances, qui avaient vécu une belle histoire. Une histoire qui l’avait probablement bien plus marqué elle que lui. Lys serra les poings, laissant ses ongles s’enfoncer dans ses paumes, elle pourrait au moins se concentrer sur cette douleur, que celle rageante dans son ventre. – Bonsoir Kane. – Sa voix n’était pas tremblante, si peu en adéquation avec les émotions qui lui passaient par la tête. Elle lui sourit et tourna son regard en direction de la fille avec qui il était. – Je ne savais pas que tu venais ici. J’espère que tu vas mieux. – Elle tourna son attention vers lui, tout en évitant ses yeux. Elle ne retomberait pas dans ce trou, ne referait pas les mêmes erreurs. Il semblait le même, mise à part peut-être la lueur éteinte dans ses yeux, rappelant leur dernière altercation : il avait tué un homme. Et le connaissant, Lys savait que ça devait le dévorer un peu plus chaque jour. – Mais je ne veux pas te déranger, je vois que tu es en bonne compagnie. – Petite grimace en direction de l’impétueuse dans ses bras. Elle tourna brusquement la tête vers le bar, et fît signe au serveur. – Quelque chose de fort, de très fort. – Il hocha la tête et lui apporta le petit verre, qu’elle but d’une traite.


I WANT TO SIN
every time that i'm with him

LES EPINES ROUGES— those who steal —
Kane Faring
surface
inside
behind
MESSAGES : 425
AVATAR + © : chalamet + BONNIE.
POINTS : 1796
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_poyl082a5y1ufrz0io5_r1_400
AGE : vingt-deux années au compteur de son existence. on le dit grand gamin, encore échoué dans les méandres d'une enfance qu'il se refuse à quitter. le refus de grandir, un goût d'immortalité imprégnant sa langue. kane, pourtant, n'est plus un enfant. l'innocence a été furieusement écornée. si ses traits demeurent doux et frivoles, ses mains, elles, sont tâchées de sang.
STATUT CIVIL : à défaut de pouvoir être aux côtés de l'élue inavouée de son cœur, il peut au moins se consoler de son célibat. s'il ne rencontrerait pour sûr aucune difficulté à se trouver une femme approuvée par les siens, il n'en laisse nullement entendre l'envie. peu enclin à laisser à nouveau son cœur se prendre dans les filets de qui que ce soit, il préfère se consacrer à la place qu'il occupe au sein des affaires familiales.
LES EPINES ROUGES
those who steal

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t334-i-am-mine-before-i-am- http://gods-will-fall.forumactif.com/t402-doll-face Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Sam 20 Avr - 22:40
Kane s'extirpa tant bien que mal de l'étreinte suintante de la fille perchée sur ses genoux, suffisamment pour pouvoir saisir son verre insolemment plein. Sa main pale attrapa le récipient et il le porta ses lèvres, ingérant l'alcool d'un seul coup. La brulure du liquide ambré ne le fit pas grimacer, l'habitude aidant grandement. Être saoul. Ça semblait être devenu sa solution miracle pour supporter ses nuits infernales, gorgées d'absences et de souvenirs sanglants. Enchaîner verre sur verre jusqu'à ce que le monde se délite sous ses yeux délavés. Une façon comme une autre de tolérer tout et tout le monde. Il n'était pas encore suffisamment imbibé ce soir. Il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il devait avoir l'air maladif, le visage parsemé de gouttes de sueur, ses boucles brunes tranchant méchamment avec sa peau trop blanche. Un fantôme, écho fané d'un passé désormais hors de portée. Et cette fille, qui persistait à se coller à lui, son visage (entre autres choses) quasiment écrasé contre le sien. Comme il avait chaud. Comme il brûlait d'être ailleurs. Pas chez lui. Jamais chez lui. Pas dans son lit, lit dans lequel il ne parvenait plus à dormir de tout façon. Non. Juste ailleurs. Loin de tout, ou non, peut-être pas, mais suffisamment haut pour pouvoir se le figurer. Respirer. Respirer enfin. Un raclement de gorge se fit soudain entendre non loin de lui et il émergea, levant son visage palot vers la source du bruit. Son regard clair accrocha celui de Lys et il suspendit son souffle. Il ne l'avait même pas entendue s'approcher, tout occupé qu'il se trouvait être à endurer cette soirée. Ses joues s'embrasèrent, étendard rougeoyant. Un instant, il fut vraiment heureux de la voir et puis la réalité de la situation le percuta de plein fouet. La façon dont il l'avait plaquée avant de revenir pleurer sur ses genoux comme un enfant déboussolé. Et cette fille, avachie contre lui. La poupée de Kilian Faring dans toute sa splendeur, violemment exhibée. Et il se fichait de l'opinion de bien des gens, Kane, mais pas celle de Lys. Jamais celle de Lys. L'embarras le gagna lourdement et il dut s'armer de courage pour ne pas vriller son regard en direction du sol. « Bonsoir Kane. » Elle lui adressa un sourire qui le trancha aussi efficacement qu'une lame. «  Je ne savais pas que tu venais ici. J’espère que tu vas mieux. » Elle s'adressait à lui sans jamais se résoudre à fouiller son regard. C'était plus simple en un sens et pourtant ça lui faisait mal. Il s'était toujours vu si nettement à travers ses yeux, si entier, si vivant. Être privé de ce miroir, c'était presque comme ne plus exister du tout. Sans doute qu'il le méritait bien. Oui, il méritait bien de n'être plus rien que cette parodie d'homme, cette espèce de putain au coeur lacéré. N'être plus rien pour elle, car c'était ce qu'il avait décidé d'être. C'était ce qu'il avait voulu, c'était ce qu'il avait choisi. Un choix qu'il continuait à faire chaque jour. prostitute. murderer. well done, faring. Comme elle devait le haïr. Il ne l'en blâmait guère. Lui-même n'était pas très fan ces derniers temps. « Mais je ne veux pas te déranger, je vois que tu es en bonne compagnie. » Comme pour approuver cette décision, l'embarrassante conquête de Kane gratifia son oreille d'un coup de langue aguicheur. Seule l'habileté du fils Faring à jouer la comédie lui permis de retenir un tressaillement révulsé. Entre temps, Lys s'était détournée, visiblement las de ce spectacle peu ragoutant. Bien sûr, Kane n'était pas sensé la suivre. Il avait renoncé à elle et s'était assuré de se montre suffisamment odieux pour lui passer l'envie de revenir vers lui. Il avait endossé le rôle de l'immondice car c'était plus simple ainsi. Générer la haine, à défaut de pouvoir éradiquer toute trace d'amour. Cela n'avait pas marché, pas du côté de Kane en tout cas. Preuve en était, c'était auprès de Lys qu'il était logiquement parti puiser du réconfort après avoir versé le sang pour la première fois. Cette fille demeurait ancrée en lui. Elle s'était glissée sous sa peau et Kane doutait qu'il soit seulement possible de l'en déloger. Ne lui restait qu'à se réfugier dans une parodie de force. Demeurer loin d'elle, car il lui devait bien cela. Car s'il ne pouvait pas l'avoir, elle méritait malgré tout de goûter au bonheur dans les bras d'un autre. S'effacer, voilà ce qu'il lui devait. Mais Kane n'était pas fort. Kane n'avait d'yeux que pour elle. Il ne pu donc se résoudre à la laisser filer ainsi, pas sans lui avoir expliqué par a + b que cette fille ne représentait strictement rien pour lui. « Je reviens » lança-t-il d'une voix caressante avant de se soustraire à l'étreinte encombrante. Sans un regard pour la fille qu'il avait passé la majeure partie de la soirée à courtiser, il progressa dans le bar, scannant minutieusement l'endroit du regard à la recherche de Lys. Il n'eut finalement pas grand mal à la repérer, un premier verre vide à la main. Il alla la rejoindre, non sans passer une main dans sa tignasse ébouriffée. « Lys » lâcha-t'il. Et le prénom demeura un instant suspendu entre eux. Un peu trop tard, il se rendit compte qu'il n'avait guère préparé ses paroles au delà de ça. « Je suis en mission ce soir. Tout ceci, ce n'est pas ma conception de la soirée idéale. » Il ignorait pourquoi il s'embêtait seulement à lui dire tout cela. Il n'aurait pas dut et pourtant, il ne pouvait s'empêcher d'essayer de récurer son blason bien entaché.



Looking at you makes it harder But I know that you'll find another That doesn't always make you wanna cry (...)

You know that I love you so I love you enough to let you go

NEUTRE— those who don't care —
Lys Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 382
AVATAR + © : KRISTINE FROSETH. (AV/@SARASVATI)
POINTS : 101
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_o7n3tgJTWA1rd81odo7_250
AGE : VINGT-DEUX ANS, petite jeunesse effleurée, il semblerait pourtant que sous ses yeux ornés de cernes s'agrippent une décennie de tourments. on l'a dit trop jeune pour décider, pour aimer qui elle veut, pour être libre ; et pourtant, lys est épuisée de faire l'enfant, elle est prête à ouvrir les yeux et au lieu d'offrir sa main, elle offrira son poing.
STATUT CIVIL : FIANCEE, lys s'est pendant très longtemps refusée aux voeux matrimoniaux et pour cause, elle n'en voyait pas l'intérêt, ni le besoin. A présent les choses ont changé, l'anneau ornant son doigt en est la preuve.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Dim 21 Avr - 14:09
NOW THAT YOU'RE GONE
who's gonna rescue you when you're lost at sea? and who's gonna love you if it isn't me?
Lys observa son verre, elle n’était rien de l’oisillon libre qu’elle avait été quelques minutes plus tôt. A présent piégée dans l’immensité de son désarroi, elle se contenta de jouer avec les quelques gouttes encore restantes du liquide carmin qui avait brûlé sa gorge. Réfléchir, voilà ce qu’elle devait faire, se sortir de cette sale situation avec sa fierté intacte. Kane était prêt à passer à autre chose et elle avait tenté de lui faire croire la même chose en se fiançant à Aries. Aries qui ne serait jamais celui qui lui ferait oublier le Faring, Aries, qui lui-même en aimait une autre. Elle soupira silencieusement, et riva ses yeux sur le bar, pour ne pas les tourner en direction de la table du garçon. Que s’était-elle dit il y a quelques heures ? Qu’il était inutile de se remémorer le passé. Elle était censée tourner la page, écrire un nouveau chapitre dans sa vie et pourtant, à chaque tournant sa mémoire lui jouait des tours. La souffrance était bien plus simple à ressentir, que le délivrement d’une année d’enfer. C’était tellement plus simple de pester contre le monde plutôt que d’accepter l’absolution, plutôt que d’accepter que tout ça c’était avant. Avant, quand Lys était une toute autre fille, quand Lys était joyeuse, émérite, talentueuse. Et accepter que le passé était le passé, c’était tirer un trait sur son ancienne carrière, sur Marcus, sur Kane, c’était accepter passer à autre chose et mettre en sourdine le reste de sa vie. Et c’était terrifiant. Terrifiant parce qu’elle n’était pas sûre d’en être capable ou même de le vouloir. Elle voulait revivre, redevenir elle, s’aimer et s’accepter comme elle était, même si cela voulait dire un genou en moins ; et pourtant elle avait si peur. Si peur de ne pas être à la hauteur, de ne jamais retrouver une vie où elle serait pleinement heureuse, pleinement indépendante de toutes ces horreurs qu’elle avait pu, jusqu’à maintenant, vivre. Lys détestait s’apitoyer sur son sort et pourtant il semblait que, ces derniers mois, c’était devenu son passe-temps préféré. Elle secoua la tête quelque peu brusquement et releva le menton. Elle arrêterait de plonger son désarroi dans son verre, elle arrêterait de se sentir mal pour ce qu’elle avait idiotement provoqué : jamais plus elle ne s’attacherait à quelqu’un comme elle l’avait fait pour Kane. Après tout, il l’avait quitté, mais c’était à elle de l’oublier, c’était à elle de forcer son cerveau à ne plus l’aimer. C’était à son tour de jouer la pièce maîtresse de son jeu, c’était à elle de prouver qu’elle était capable de tourner cette page et d’écrire un nouveau chapitre.

– Lys – Elle se retourna en direction de la voix, et s’empressa de serrer les poings. Inspirer, expirer, ne pas oublier d’être humaine, ne pas oublier qu’ils n’étaient plus ensembles, mais bien deux instances séparées, trop différentes pour un jour aboutir à plus. Cette fois-ci, elle osa tourner son regard dans celui du garçon, et ne flancha pas, lorsque pour la première fois depuis des mois, elle sentit ses entrailles bouillonner. Jalousie, amour, rancune, frustration, toutes ces émotions qui tournaient dans sa tête, et qui l’empêchaient de former des phrases cohérentes. Peut-être était-elle aussi en colère, en colère contre lui, contre tout ce qu’il avait fait ces dernières années. Il ne l’avait jamais aimé, il avait prétendu l’être, il avait avoué qu’elle était son premier amour, et pourtant lors de leur rupture il avait cassé la bulle, il l’avait faite éclater avec rage. – Je suis en mission ce soir. Tout ceci, ce n'est pas ma conception de la soirée idéale. – Elle soupira. Pourquoi lui dire ça ? Pourquoi tenter d’enfoncer le couteau dans la plaie, alors qu’elle était prête à partir, à tourner le dos à cette scène venue tout droit de ses cauchemars ? Peut-être qu’elle aurait préféré le voir embrasser cette fille, peut-être qu’elle aurait préféré son indifférence à ça. Parce que ça l’aspirait à nouveau dans la spirale, parce que ça lui faisait ressentir de l’espoir. De la joie. Du soulagement, tant de soulagement. Mais peut-être qu’il lui mentait, peut-être que Kane ne voulait pas la blesser, pas lui faire du mal. Après tout, même s’il lui avait craché des horreurs à la figure, ils avaient été amis, s’étaient aimés d’une façon ou d’une autre. Et Kane n’avait jamais foncièrement été méchant, il aimait être aimé, et peut-être qu’il ne voulait pas que Lys le déteste, peut-être qu’il voulait tout simplement lui faire comprendre que oui, il était passé à autre chose, mais que Lys comptait encore un peu. Un tout petit peu. Et ce peu, lui crevait le cœur, parce qu’elle voulait plus, plus qu’une excuse, plus qu’une simple justification. Elle voulait le grand amour avec un grand a, elle voulait qu’il lui dise qu’il regrettait, qu’il l’aimait à n’en plus finir, qu’il ne pouvait pas l’oublier. Elle voulait Kane dans toute son entièreté, et à un moment, elle savait qu’elle l’avait eu, elle savait qu’elle avait eu le semblant de garçon amoureux. Mais si à l’époque elle n’avait pas su le garder, cela prouvait bien qu’elle n’était pas prête de le récupérer. Il l’aimait comme on aimait une simple amie. Elle l’aimait comme on aimait son autre moitié. Et ça depuis leurs quatorze ans, et ça depuis maintenant bien trop longtemps. Alors, elle fît ce qu’elle savait faire de mieux, se braquer, se défendre, et protéger cette mince brèche de dignité qu’elle pouvait encore amasser. – Tu n’as pas besoin de te justifier auprès de moi Kane. – Ils étaient finis, terminés, et si ça avait été beau, et si ça avait été magnifique, c’était à présent dans le passé. – Tu peux passer tes soirées avec qui tu veux, tu n’as pas besoin de protéger mes sentiments. Nous n’avons plus aucun compte à nous régler. – Ces mots amers lui firent plisser le nez, elle se mordit la lèvre inférieure et fît signe au barman de lui resservir un verre. – Mais tu dois être content, ce genre de mission est bien plus agréable que celles que les épines te donnent habituellement. – Elle ne voulait pas sous-entendre l’homme qu’il avait tué lors d’un vol, elle ne voulait pas aggraver sa situation précaire et pourtant. Et pourtant, c’était à son tour de se venger. – Dis-moi Kane, quelle est ta définition de la soirée idéale si ce n’est pas la passer avec une jolie fille ? Tuer un homme et venir me voir ensuite ? – Le placébo, le pansement, le temps de quelques minutes, voilà ce qu’elle était. Et elle détestait ça vilement.


I WANT TO SIN
every time that i'm with him

LES EPINES ROUGES— those who steal —
Kane Faring
surface
inside
behind
MESSAGES : 425
AVATAR + © : chalamet + BONNIE.
POINTS : 1796
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_poyl082a5y1ufrz0io5_r1_400
AGE : vingt-deux années au compteur de son existence. on le dit grand gamin, encore échoué dans les méandres d'une enfance qu'il se refuse à quitter. le refus de grandir, un goût d'immortalité imprégnant sa langue. kane, pourtant, n'est plus un enfant. l'innocence a été furieusement écornée. si ses traits demeurent doux et frivoles, ses mains, elles, sont tâchées de sang.
STATUT CIVIL : à défaut de pouvoir être aux côtés de l'élue inavouée de son cœur, il peut au moins se consoler de son célibat. s'il ne rencontrerait pour sûr aucune difficulté à se trouver une femme approuvée par les siens, il n'en laisse nullement entendre l'envie. peu enclin à laisser à nouveau son cœur se prendre dans les filets de qui que ce soit, il préfère se consacrer à la place qu'il occupe au sein des affaires familiales.
LES EPINES ROUGES
those who steal

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t334-i-am-mine-before-i-am- http://gods-will-fall.forumactif.com/t402-doll-face Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Dim 21 Avr - 23:21
Il essayait pourtant. Il essayait vraiment. Se la sortir de la tête. Se défaire de cette emprise qui n’en finissait pas de le tirer impitoyablement vers le bas. Ils étaient néfastes tous les deux, néfastes l’un pour l’autre. Amants maudits, ou quelque chose s’en approchant. break her heart and save yours. C’était ce que son père lui avait dit, alors que Lys se remettait de ses blessures. Lui briser le coeur et sauver le sien du même coup. Et effectivement, il l’avait malmenée. Alors même qu’elle était déjà physiquement brisée, il s’était employé à achever le travail en lacérant froidement son palpitant. Il l’avait blessée, mais il n’était pas parvenu à s’épargner lui-même. Bien au contraire, en fait. Sinistre coup du sort, le piège s’était refermé sur lui, emprisonnant sa jambe dans une mâchoire de métal. Il demeurait piégé en elle, habité par son souvenir. Elle l’attirait invariablement et il se révélait trop faible pour résister à ce degré d’attraction. Il était allé la trouver cette nuit-là alors qu’il aurait dut rentrer chez lui pour essuyer les remontrances révulsées de son père et voilà qu’il reproduisait gaiement la meilleure erreur, essayant de justifier ses actes du soir alors même qu’il n’avait plus aucune raison concrète de le faire. Un comportement somme toute assez déroutant et absurde, ce que Lys ne se gêna décemment pas pour souligner. «  Tu n’as pas besoin de te justifier auprès de moi. » Car, compte tenu de la façon dont il l’avait rejetée, que pouvait-il bien avoir à faire de l’avis qu’elle se faisait de lui ? A ces mots, Kane ne répondit rien. Il enfonça ses mains aux ongles rongées dans les poches de sa veste et refréna une envie de se mordiller la lèvre. Il n’était capable de formuler une réponse décente. L’honnêteté envers elle n’était plus un luxe qu’il pouvait se payer. Le mieux était encore de garder ses lèvres scellées. Une technique somme toute assez efficace pour éviter de commettre un énième impair. «  Tu peux passer tes soirées avec qui tu veux, tu n’as pas besoin de protéger mes sentiments. Nous n’avons plus aucun compte à nous régler. » Il ne pu qu’acquiescer, ses lèvres fines réduites en une ligne sévère. Il répugnait à entendre tant d’amertume dans sa voix. « Mais tu dois être content, cet genre de mission est bien plus agréable que celles que les épines te donnent habituellement. » L’expression péniblement fermée de Kane se fit plus grimaçante face à cette allusion à peine voilée. Effectivement. Faire des avances à une fille était autrement plus tolérable que de descendre un homme. «  Dis-moi Kane, quelle est ta définition de la soirée idéale si ce n’est pas la passer avec une jolie fille ? Tuer un homme et venir me voir ensuite » S’il n’avait pas saisi l’allusion plus tôt, voilà qui aurait eut pour effet efficace de dissiper tous ses doutes. Le visage déjà blafard de Kane se délesta un peu plus encore de ses couleurs. Il n’avait de cesse de penser à cette maudite journée. Il lui suffisait de fermer les yeux pour qu’un intolérable filet d’images s’imprime sous le couvert de ses paupières scellées. Ses mains, rougies par le sang. Les yeux vides de l’homme qu’il avait tué. La main de Lys, à la fois réconfortante et insupportable, caressant ses boucles dans un geste empreins de familiarité. Autant de souvenirs qui n’en finissaient pas de le maintenir longuement éveillé. « Pour ce que ça peut bien valoir, sache que je suis désolé pour ça » s’entendit-il lui répondre comme de très loin. Sa voix était douce et blanche, une caresse impersonnelle dont l'intonation lui semblait presque étrangère, désincarnée. « Je n’aurais pas dut partir te retrouver cette nuit-là. Ce n’était pas juste. » Un élan d’égoïsme étranglé qu’il se reprochait assurément. and as for my conception of a perfect night, it would be enough for me to spend it with you. Une réponse qu’il eut au moins le bon sens de passer sous silence. « Je ne pouvais pas rentrer chez moi immédiatement après ce que je venais de faire et je ne supportais pas de me retrouver tout seul. » Un aveux venu irriter une fierté d'ores et déjà passablement égratignée. Un semblant d’honnêteté qu’il concédait malgré tout à accorder à Lys. « Mais c'était mon problème pas le tien. Ça ne se reproduira plus. » Une promesse dont il ignorait s'il était seulement capable de la tenir. Une promesse qu'il prononçait malgré tout.



Looking at you makes it harder But I know that you'll find another That doesn't always make you wanna cry (...)

You know that I love you so I love you enough to let you go

NEUTRE— those who don't care —
Lys Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 382
AVATAR + © : KRISTINE FROSETH. (AV/@SARASVATI)
POINTS : 101
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_o7n3tgJTWA1rd81odo7_250
AGE : VINGT-DEUX ANS, petite jeunesse effleurée, il semblerait pourtant que sous ses yeux ornés de cernes s'agrippent une décennie de tourments. on l'a dit trop jeune pour décider, pour aimer qui elle veut, pour être libre ; et pourtant, lys est épuisée de faire l'enfant, elle est prête à ouvrir les yeux et au lieu d'offrir sa main, elle offrira son poing.
STATUT CIVIL : FIANCEE, lys s'est pendant très longtemps refusée aux voeux matrimoniaux et pour cause, elle n'en voyait pas l'intérêt, ni le besoin. A présent les choses ont changé, l'anneau ornant son doigt en est la preuve.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Lun 22 Avr - 0:04
NOW THAT YOU'RE GONE
who's gonna rescue you when you're lost at sea? and who's gonna love you if it isn't me?
Il avait du culot, peut-être trop pour son propre bien. Mais Lys avait toujours aimé ce trait de caractère chez lui, il était spontané, impulsif, parfois un peu fou mais surtout franc. Si franc, trop franc. Elle se souvenait du jour où il l’avait quitté, le visage stoïque, dénudé de toute émotion, il lui avait poignardé le cœur sans montrer une brèche dans son apparence statuesque, avec des vérités qu’elle aurait préféré ne jamais avoir à entendre. Il avait fait le sale travail, la mine las, le regard ennuyé par une telle tâche et avait tourné les talons, sans se retourner ; c'était seulement, maintenant que Kane se retournait, la regardait parfois et venait se plonger dans ses bras. Mais seulement pour quelques minutes, quelques minutes qui étaient bien assez pour la faire retomber elle, pour la faire se retourner et se demander : et si ? Et s’il l’aimait encore ? Et s’il l’avait quitté pour la protéger ? mais Lys faisait toujours très attention, elle taisait cette lueur d’espoir sans remord, préférant broyer du noir, que se faire briser le cœur une nouvelle fois. – Pour ce que ça peut bien valoir, sache que je suis désolé pour ça. – Et Kane, si parfait, si poli, trouvait dans les situations les moins opportunes encore le temps de s’excuser. Il n’avait pas à lui dire désolé, sa pique envoyée n’était qu’un moyen de le provoquer, de nourrir la jalousie qu’elle ressentait en le voyant en si bonne compagnie. Mais s’il le lui demandait, s’il le voulait, elle reprendrait sa main, lui chuchoterait que tout irait bien. Elle ne demandait que ça, d’être en sa présence, d’être à proximité de lui. Alors elle voulait lui avouer tout ça, mais les mots restèrent coincés dans sa gorge et penaude elle se contenta d’éviter son regard. Lys lui avait craché un coup bas à la figure en lui remémorant ce soir-là, le soir où tout avait probablement changé pour lui. Il avait ôté une vie, et elle se contentait d’en jouer, pour le faire sortir de ses gonds, pour le faire regretter ; mais Kane regrettait probablement déjà assez et Lys se trouva cruelle. Cruelle de lui en parler, de lui faire ressentir de la culpabilité, alors qu’au fond, elle ne regrettait en rien de l’avoir aidé ce soir-là, bien au contraire. – Je n’aurais pas dut partir te retrouver cette nuit-là. Ce n’était pas juste. – Non, ce n’était pas juste, mais rien de cette situation l’était, rien dans sa vie ne l’avait jamais été. Elle avait envie de prendre sa main, enrouler ses doigts autour des siens, les serrer et lui dire que tout irait bien. Qu’elle ne lui en voulait pas pour ça, qu’elle n’était pas terriblement jalouse à cause de ça. C’était ce soir qu’il lui avait assené un coup fatal en se pavanant auprès d’une jolie fille, c’était ce soir qu’il lui avait prouvé au combien il était passé à autre chose. Elle avait été une phase dans sa vie, un chapitre qu’il avait terminé d’écrire ; alors qu’elle semblait encore être en pleine rédaction. Elle voulait le supplier de ne pas l’oublier, de ne jamais oublier les années qu’ils avaient passé ensemble, elle voulait lui demander de l’embrasser une dernière fois ; mais tout ça semblait si terriblement déplacé et bien trop personnel. – Je ne pouvais pas rentrer chez moi immédiatement après ce que je venais de faire et je ne supportais pas de me retrouver tout seul. – Et il était alors venu la voir, peut-être que Lys n’était pas la roue de secours, peut-être qu’elle était plus, peut-être qu’elle comptait encore un peu. Un petit peu. Et si ça lui brisait le cœur, ça avait aussi le don de l’apaiser, calmer sa peur, sa terreur de n’être plus rien, qu’une simple poussière dans sa vie. Mais, Lys n’avait pas le droit de lui montrer quelconque réaction, quelconque émotion, alors elle se contenta de regarder droit devant elle, faisant mine que l’étagère de bouteilles d’alcool était fascinante. – Mais c'était mon problème pas le tien. Ça ne se reproduira plus. – Ca ne se reproduira plus. Elle sentit son cœur manquer un battement, ses mains se crisper, ses tempes exploser. C’était tout le contraire de ce qu’elle voulait, c’était exactement ce qu’elle voulait éviter. Mais à force de le repousser, lui envoyer des horreurs de cette nuit-là à la figure, elle avait atteint le point de non-retour : celui où Kane ne reviendrait pas. Il ne se retournerait pas une dernière fois, il lui disait peut-être adieu, adieu à leur amitié, à leur amour, à leur historie. Un gros trait tiré. Elle voulait retourner dans le temps, mais elle se racla simplement la gorge pour combler le silence qui les entourait. – Ce n’est pas à moi que tu dois des excuses. – elle était méchante Lys quand elle se braquait, elle était terriblement sotte quand elle le voulait. C’était presque cruel. Elle soupira longuement et tourna son regard en direction du sien. Elle posa sa main sur son épaule et la serra pour un court instant avant de la ramener sur le bar. – Je suis désolée, c’était injuste de te parler de la dernière fois. Puis à ta place j’aurais probablement fait la même chose. Je t’en veux pas pour ça. – Elle soupira. Il était peut-être temps de mettre cartes sur table, cesser ce jeu de chaud ou froid, du chat et de la souris. Qu’il la rejette une dernière fois, pour qu’elle puisse enfin l’oublier. Le rayer, comme lui l’avait fait. – Ce pour quoi je t’en veux, c’est ton indécision. Tu viens me voir dans tes moments vulnérables, pour m’interdire de sortir la nuit sous prétexte que ce sont tes rues et maintenant que tu es en compagnie, tu viens t’excuser. – Les mots sortirent d’une traite sans qu’elle puisse les arrêter ou encore réfléchir à leur impact. – Pour quelqu’un qui ne voulait rien avoir à faire à moi, tu sembles pourtant ne pas pouvoir t’empêcher de rester dans les parages. – Elle inspira d’un coup sec et laissa ses doigts pianoter le bois du bar. La vérité ferait mal, mais cette fois-ci elle était préparée à l’encaisser.


I WANT TO SIN
every time that i'm with him

LES EPINES ROUGES— those who steal —
Kane Faring
surface
inside
behind
MESSAGES : 425
AVATAR + © : chalamet + BONNIE.
POINTS : 1796
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_poyl082a5y1ufrz0io5_r1_400
AGE : vingt-deux années au compteur de son existence. on le dit grand gamin, encore échoué dans les méandres d'une enfance qu'il se refuse à quitter. le refus de grandir, un goût d'immortalité imprégnant sa langue. kane, pourtant, n'est plus un enfant. l'innocence a été furieusement écornée. si ses traits demeurent doux et frivoles, ses mains, elles, sont tâchées de sang.
STATUT CIVIL : à défaut de pouvoir être aux côtés de l'élue inavouée de son cœur, il peut au moins se consoler de son célibat. s'il ne rencontrerait pour sûr aucune difficulté à se trouver une femme approuvée par les siens, il n'en laisse nullement entendre l'envie. peu enclin à laisser à nouveau son cœur se prendre dans les filets de qui que ce soit, il préfère se consacrer à la place qu'il occupe au sein des affaires familiales.
LES EPINES ROUGES
those who steal

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t334-i-am-mine-before-i-am- http://gods-will-fall.forumactif.com/t402-doll-face Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Lun 22 Avr - 12:41
Il scrutait son visage tout en craignant ce qu'elle pourrait bien lire sur le sien. Il était en train de tout foirer, méthodiquement, absolument. Il ne pouvait pas être avec elle, mais il ne pouvait pas non plus se résoudre à la laisser derrière lui. C'était trop tard. Elle avait déjà beaucoup trop pris racine en lui. Il ne pouvait qu'essayer vainement de se convaincre qu'il en était différemment. Qu'un jour ça cesserait de faire aussi mal. Des fables qui ne prenaient pas. Des histoires en lesquelles il était bien incapable de croire. En quoi croyait-il donc encore, d'ailleurs ? En la famille, aussi tortueuse et chargée de complications soit elle. En la famille et en Lys. Constamment en Lys. Même si elle était à juste titre furieuse contre lui. Même si elle le méprisait pour la façon dont il la traitait. Il continuait à s'accrocher à ce qu'ils avaient vécus ensemble, trouvant un réconfort douloureux dans un passé maintenu hors de sa portée. «  Ce n’est pas à moi que tu dois des excuses. » Mais il ne pouvait pas s'excuser envers un cadavre. Il était plein de ressources, Kane, mais pas au point de réaliser ce genre de miracles. Il inclina la tête vers l'avant, rivant son regard bleuté sur le sol de l'établissement. Il ne se redressa qu'en entendant Lys soupirer. Vrillant son regard dans le sien, il sentit son corps se tendre lorsqu'elle lui pressa l'épaule. Comme ça lui manquait. Comme il voulait la toucher et comme il avait peur que ce manque ne se voit plus  jamais comblé. Il avait désormais un trou dans le coeur et la perspective de demeurer pour toujours ainsi, incomplet, le tétanisait. Comment était-il sensé vivre ainsi ? hold on, Faring. Le contact physique fut trop bref. Kane observa en silence la main de Lys alors qu'elle la ramenait sagement sur le comptoir. « Je suis désolée, c’était injuste de te parler de la dernière fois. Puis à ta place j’aurais probablement fait la même chose. Je t’en veux pas pour ça. » Le pensait-elle vraiment ? Serait-elle également venue le trouver si les rôles avaient été inversés ? Il ignorait s'il éprouvait du réconfort ou de la peine à cette idée. Quoiqu'il en soit, il ne desserra pas les lèvres, se contentant d'acquiescer dans un témoignage silencieux de reconnaissance. « Ce pour quoi je t’en veux, c’est ton indécision. Tu viens me voir dans tes moments vulnérables, pour m’interdire de sortir la nuit sous prétexte que ce sont tes rues et maintenant que tu es en compagnie, tu viens t’excuser. » Kane se figea, tel un renard acculé par une poignée de chiens de chasse. oh crap. « Pour quelqu’un qui ne voulait rien avoir à faire à moi, tu sembles pourtant ne pas pouvoir t’empêcher de rester dans les parages. » Elle avait raison, bien sûr. Il ne faisait pas du très bon boulot. Il n'avait de cesse de multiplier malgré lui les signaux contradictoires. Elle était perdue, incapable de le cerner, lui qui s'illustrait pourtant d'ordinaire par une franchise somme toute assez rafraichissante. Et ça la rendait malheureuse, bien sûr. Il n'avait de cesse de remuer impitoyablement le couteau dans la plaie. Et que pouvait-il donc lui répondre à présent ? Il avait toujours eut une langue bien pendue, mais voilà que les mots lui manquaient. Des propos qu'il voulait tenir, une vérité qu'il brulait véritablement d'énoncer, mais il ne pouvait pas. Il devait s'en tenir à ce qu'il avait décidé. Des vérités écornées, sabotées. Des fragments d'honnêteté, toujours insuffisants. « Tu comptes pour moi » commença-t'il prudemment, conscient du caractère décisif de cet instant. Il lui fallait assurer durant les prochaines minutes. il serait libre de souffler après, une fois cette passe difficile passagèrement écartée. « Tu compteras toujours pour moi. Et je disais la vérité, tu sais. Cette fille là-bas, c'est du boulot pour moi, rien de plus. » Il se mordit la lèvre, comme pour retenir le discours qu'il voulait véritablement lui tenir. Que tout cela, son attitude, c'était du flan. Qu'il n'avait envie que d'elle. Qu'il n'aurait jamais envie que d'elle. Qu'il avait voulu les préserver, la préserver, mais qu'il s'était planté en beauté. Qu'il voulait que cela cesse. Mais il n'en était pas capable, pas alors qu'il entendait distinctement la voix de son père dans sa tête. « Non pas que ça ait la moindre importance. » Lâcha-t'il à regret, d'une voix trop blanche, dénaturée. « Je n'éprouve rien pour cette fille, mais ça n'a aucune incidence directe sur ce qu'il se passe entre nous. J'ai besoin de toi, égoïstement. Et je vais arranger ça, je sais que je te le dois. Mais Lys... » Il serra les dents. Il ne voulait pas entendre dire. Il ne voulait pas s'entendre lui tenir ses propos. La brulure de ces mots dans sa gorge. Non. « Je ne veux pas être avec toi de cette façon. » Et ça lui trouait le coeur. C'était un comme un coup dans son estomac, un impact constant, brutal. Une morsure insupportable. « Et je t'assure, Lys, tu n'as pas envie d'être avec moi non plus. » Cela au moins, il le pensait sincèrement. Il était bousillé. Une parodie d'homme, arraché à l'enfance et pourtant incapable de se comporter zen adulte. Une silhouette fantomatique, floutée, qui ne respirait plus qu'à moitié. « Tu mérites mieux que ça. » Et il le lui souhaitait, sincèrement. Elle en avait d'ores et déjà suffisamment basé. Ses rêves, tâchés. Lees trahisons à son encontre, répétées. Tant de violence dirigée contre une fille qui ne méritait pas cet acharnement impitoyable. Et il se détestait de contribuer à ce déferlement de peine. Il ne valait pas mieux que sa famille de tyrans. Il était l'un de ses bourreaux, lui aussi.



Looking at you makes it harder But I know that you'll find another That doesn't always make you wanna cry (...)

You know that I love you so I love you enough to let you go

NEUTRE— those who don't care —
Lys Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 382
AVATAR + © : KRISTINE FROSETH. (AV/@SARASVATI)
POINTS : 101
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_o7n3tgJTWA1rd81odo7_250
AGE : VINGT-DEUX ANS, petite jeunesse effleurée, il semblerait pourtant que sous ses yeux ornés de cernes s'agrippent une décennie de tourments. on l'a dit trop jeune pour décider, pour aimer qui elle veut, pour être libre ; et pourtant, lys est épuisée de faire l'enfant, elle est prête à ouvrir les yeux et au lieu d'offrir sa main, elle offrira son poing.
STATUT CIVIL : FIANCEE, lys s'est pendant très longtemps refusée aux voeux matrimoniaux et pour cause, elle n'en voyait pas l'intérêt, ni le besoin. A présent les choses ont changé, l'anneau ornant son doigt en est la preuve.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Lun 13 Mai - 15:40
NOW THAT YOU'RE GONE
who's gonna rescue you when you're lost at sea? and who's gonna love you if it isn't me?
– Tu comptes pour moi. – Ce n’était pas la réponse attendue, ni celle voulue. En réalité, ce que Lys souhaitait, c’était qu’il la repousse, l’envoie balader comme il l’avait si bien fait dans le passé. Qu’il redevienne l’entité froide qu’elle avait eu sous les yeux il y a quelques mois de cela. Et non pas le garçon indécis, et non pas le garçon qu’elle avait tant aimé, non pas ce garçon qui lui rappelait bien trop le Kane qu’elle avait perdu et qu’elle ne pourrait probablement jamais plus avoir. Elle comptait pour lui, comme une amie, une connaissance, un premier amour oublié, évanoui, effacé. – Tu compteras toujours pour moi. Et je disais la vérité, tu sais. Cette fille là-bas, c'est du boulot pour moi, rien de plus. – Elle ne savait pas, ne savait plus rien. Et ne comprenait pas. Pourquoi insister, pourquoi ne pas tout simplement faire déborder le vase, enfoncer le couteau dans la plaie, mentir et dire que cette fille c’était sa nouvelle conquête, sa nouvelle petite-amie, la fille qui l’avait remplacé elle. Peut-être qu’elle était capable de vivre avec cette réalité, peut-être était-elle capable de l’accepter, de l’entendre, une dernière gifle avant de passer à autre chose. Lys resta pourtant stoïque, si ces mots auraient dû l’apaiser, au contraire, ils ne faisaient que l’angoisser davantage. Avant la tempête, le beau temps, avant l’orage, les quelques rayons ensoleillés. Et il lui donnait des miettes sur lesquelles elle pouvait temporairement se rassasier, mais la vérité restait pourtant toujours la même. Elle pouvait tourner ce scénario dans n’importe quel sens et l’échéance serait toujours la même : ils n’étaient plus ensemble, pour une très bonne raison. Kane ne l’aimait plus, elle comptait pour lui, mais pas comme elle le voulait, pas comme elle le souhaitait si ardemment. Ils étaient un semblant d’amis, deux personnes qui se connaissaient bien. Probablement ne voulait-il pas la blesser, probablement voulait-il protéger ses sentiments et pourtant c’était trop. Elle avait envie de tourner les talons, courir, prendre ses jambes à son cou et ne plus jamais avoir à se retourner, et pourtant. Deux guiboles ancrées au sol, un regard défiant, elle resta là, à attendre l’ultime punition. La réalité. Cette vérité empoisonnée.

– Non pas que ça ait la moindre importance. –
Elle avait envie de lui dire qu’il avait raison, que sa mission ce soir ne changeait rien. Conquête ou devoir, elle était là, présente et lui la charmait et il pouvait l’embrasser quand bon lui semblait. Il n’avait pas besoin de lui dire toutes ces choses, elle ne voulait pas les savoir, ne voulait pas les entendre. Ce qu’elle voulait entendre c’était qu’il ne l’aimait plus comme ça, qu’il était là, à côté d’elle, à cet instant pour la simple et bonne raison qu'il voulait tout arrêter, tout stopper. Mettre fin à leur amitié, leur passé, leur histoire. – Je n'éprouve rien pour cette fille, mais ça n'a aucune incidence directe sur ce qu'il se passe entre nous. J'ai besoin de toi, égoïstement. Et je vais arranger ça, je sais que je te le dois. Mais Lys... – Elle avait envie de le gifler. Elle avait envie de le secouer, de lui dire qu’elle aussi avait égoïstement besoin de lui, qu’elle avait tout bonnement et simplement besoin de lui. Qu’elle voulait pouvoir être encore capable de lui serrer la main, de poser sa tête contre son épaule, et l’embrasser si tendrement. Elle voulait pouvoir lui parler jusqu’au petit matin, tout en passant sa main dans ses cheveux. Elle voulait son pilier, le rocher sur lequel elle s’était échouée il y a tant d’années. Lys avait besoin de lui comme elle avait besoin de respirer, elle avait besoin de lui parce qu’il était sa liberté, parce qu’il avait tout tant représenté à ses yeux. Alors elle voulait lui crier tout ça à la figure, elle voulait lui faire entendre raison. Mais le mais l’en empêcha, parce qu’il allait continuer sur sa lancée, il allait faire évanouir toute illusion, tout espoir qui s’était allumés dans sa poitrine. – Je ne veux pas être avec toi de cette façon. – Le coup de poing dans le ventre, la fin d’une jolie lueur dans ses entrailles. Il avait besoin d’elle égoïstement, mais seulement sous condition de ne plus avoir à l’aimer comme avant. Comme elle l’aimait elle. Et ça faisait mal, ça crevait le cœur, ça le faisait battre à l’envers, ça atrophiait l’espoir et les illusions, ça tirait un violent trait sur le futur qu’elle s’était imaginée. Elle avait envie de chialer comme une enfant, elle avait l’impression d’être remontée dans le temps et de revivre la nuit de leur rupture. Jusqu’à quand allait-il lui faire du mal comme ça ? quand est-ce que la douleur disparaitrait enfin ? comment faisait-on pour oublier son premier amour ? Elle se mordit la lèvre inférieure, se la mordit si fort qu’elle sentit le gout d’acier sur sa langue. Lys ne pleurerait pas, pas ce soir, elle se l’interdisait. – Et je t'assure, Lys, tu n'as pas envie d'être avec moi non plus. – Non, peut-être pas. Peut-être qu’il avait enfin réussi l’inévitable : lui briser le cœur en trop de morceaux pour qu’elle ait un jour envie de retomber amoureuse. Elle ne voulait plus être avec lui, parce qu’ils étaient destinés à se faire du mal. Si pendant longtemps elle avait été dans le déni, dans la dépression la plus totale, à présent elle était en colère. Très en colère. Il était lâche, lâche de croire qu’il n’était pas assez bien pour elle. Kane l’avait toujours été, solaire, libérateur, souriant, il avait été sa brise fraiche, il avait été son tout. Comment osait-il remettre toutes ces belles années en question ? – Tu mérites mieux que ça. – Elle le poussa. La main se figea sur les pans de sa cape. Elle avait envie de le secouer, mais elle ne fît rien, et se contenta de vriller son regard dans le sien. – Tu es un idiot Kane. – Elle soupira longuement. – Tu m’as dit à l’époque que tu me quittais parce que j’étais encore une enfant, mais aujourd’hui c’est toi l’enfant. –  Aujourd’hui c’était lui qui était incapable d’assumer ce qu’il était, ce qu’il avait fait. Il avait besoin d’elle égoïstement ? Il n’aurait plus rien, pas même un sourire, pas même un soupir. Elle était épuisée, épuisée d’avoir à danser d’un pied à l’autre quand elle était à proximité de lui. Ses affirmations vagues ne faisaient que nourrir sa rage, ça ne faisait que davantage alimenter sa colère. – Si tu penses que j’ai changé, regarde-toi dans un miroir. Où est le garçon confiant, solaire, le garçon qui assumait n’importe lequel de ses méfaits ? T’es plus qu’un fantôme de ce que tu étais autrefois. – Elle serra les poings, il avait enclenché une fausse manœuvre, elle venait de griller un câble dans sa propre tête. – Tu as raison, je ne veux plus être avec toi, parce que tu n’es plus le garçon que j’ai rencontré, et ni l’homme que tu voulais être. La prochaine fois que tu es avec une fille, ne viens pas te justifier, ce n’est pas la peine. – Elle ne voulait plus rien savoir, plus rien entendre. Elle était colère, elle était rage, elle n’était plus que poison. – Égoïstement, je vais cette fois-ci penser à moi. La prochaine fois que tu penses avoir besoin de moi, trouve toi une mission pour te consoler. Ou va courir voir ton père, il me semble que c’est de toute façon ce que tu sais faire de mieux. – Elle était vile parfois Lys, si vile, que ses traits étaient probablement déformés par toute la colère qu’elle avait amassé au court des derniers mois. Contre Kane, contre Gabriel, contre Marcus, contre le monde entier.


I WANT TO SIN
every time that i'm with him

LES EPINES ROUGES— those who steal —
Kane Faring
surface
inside
behind
MESSAGES : 425
AVATAR + © : chalamet + BONNIE.
POINTS : 1796
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_poyl082a5y1ufrz0io5_r1_400
AGE : vingt-deux années au compteur de son existence. on le dit grand gamin, encore échoué dans les méandres d'une enfance qu'il se refuse à quitter. le refus de grandir, un goût d'immortalité imprégnant sa langue. kane, pourtant, n'est plus un enfant. l'innocence a été furieusement écornée. si ses traits demeurent doux et frivoles, ses mains, elles, sont tâchées de sang.
STATUT CIVIL : à défaut de pouvoir être aux côtés de l'élue inavouée de son cœur, il peut au moins se consoler de son célibat. s'il ne rencontrerait pour sûr aucune difficulté à se trouver une femme approuvée par les siens, il n'en laisse nullement entendre l'envie. peu enclin à laisser à nouveau son cœur se prendre dans les filets de qui que ce soit, il préfère se consacrer à la place qu'il occupe au sein des affaires familiales.
LES EPINES ROUGES
those who steal

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t334-i-am-mine-before-i-am- http://gods-will-fall.forumactif.com/t402-doll-face Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Mar 14 Mai - 14:28
Amusant comme il pouvait agir bêtement quand il s'en donnait la peine. Il était pourtant futé, mais il n'y avait rien de tel que la proximité de Lys pour le pousser à agir comme le dernier des crétins. Ses actes étaient dénués de logique. Il la repoussait avant de revenir vers elle, causant le doute dans une paire d'esprits déjà bien troublés. Il était sensé se tenir loin d'elle. Il était sensé l'oublier, ou bien, tout du moins, lui permettre de le faire de son côté. Se tenir loin d'elle, car c'était là ce qu'il lui devait, à défaut de pouvoir rester à ses côtés. Une distance raisonnable qui le déchirait de l'intérieur. Et il avait faillit y parvenir. Tenir bon. Le cœur lacéré, il s'était efforcé de mener adroitement sa barque. Il avait essayé de se montrer fort, à l'instar de son père. Le meurtre dont il s'était rendu coupable avait cependant détruit tous ses efforts. Dans un élan de faiblesse il était revenu vers elle. Il avait fauté et voilà qu'il recommençait ce soir. Son comportement était déplorable. Quitte à jouer les ordures, au moins devrait-il les se tenir à ce rôle jusqu'au bout. Feindre d'être épris de cette fille qui devait désormais attendre son retour, par exemple. Prétendre avoir oublié Lys, comme il était sensé le faire. Mais il ne pouvait pas. Il avait fallu qu'il la suive car il ne supportait pas qu'elle puisse s'imaginer qu'il s'était épris d'une autre. Alors qu'il aurait dut s'appliquer à lui inspirer de la haine, il ne pouvait s'empêcher de ramper dans son sillon, désireux de glaner des miettes de pardon.
Au final, il ne faisait qu'empirer les choses. Il ravivait ses espoirs, pour mieux les éteindre par la suite. Le summum de la cruauté. Des mensonges ourlés d'honnêteté. Des couleuvres tortueuses qui s'échappaient douloureusement de sa bouche. Il ne la méritait pas. Cela au moins était vrai. Y avait-il seulement quelqu'un en ce monde qui puisse prétendre le contraire ? Lys valait mieux que lui. Mieux que tous les autres. Lys était trop bonne, trop brave. Parfaite. Elle le repoussa et il ne fit pas mine de résister. Il accueillit sa colère, presque soulagé de la voir agir ainsi. Les cris étaient préférables aux larmes.  Il préférait se voir confronté à sa rage plutôt qu'à sa peine. « Tu es un idiot Kane. » Tell me something I don't know. « Tu m'as dit à l'époque que tu me quittais parce que j'étais encore une enfant, mais c'est toi l'enfant. » Il ne desserra pas les lèvres, ne fit pas mine de se défendre. Il se terra dans un silence qu'il estimait préférable à une salve de paroles maladroites. Il était plus raisonnable qu'il se taise un peu. Les mots qu'il aurait voulu prononcer n'étaient pas envisageables, mieux valait donc trouver refuge dans le silence. Et Lys, Lys semblait soudain pleine de rage. Une colère qui déformait ses jolis traits, une colère qu'elle ne demandait de toute évidence qu'à déverser. Il n'en savait foutrement rien. « Si tu penses que j’ai changé, regarde-toi dans un miroir. Où est le garçon confiant, solaire, le garçon qui assumait n’importe lequel de ses méfaits ? » Il n'en savait foutrement rien. Cette parodie d'homme n'était plus, disparue. Un gosse corrompu qui n'en avait dorénavant plus que les traits émoussés. « T’es plus qu’un fantôme de ce que tu étais autrefois. » Il savait déjà tout cela. Elle ne lui apprenait rien et pourtant, ça faisait mal. Entendre ces mots dans sa bouche. Comme il déplorait d'être ainsi perçu. Comme il haïssait lui aussi le garçon dont il fuyait impitoyablement le reflet. « Tu as raison, je ne veux plus être avec toi, parce que tu n’es plus le garçon que j’ai rencontré, et ni l’homme que tu voulais être. La prochaine fois que tu es avec une fille, ne viens pas te justifier, ce n’est pas la peine. » Il encaissait sans broncher, les lèvres rosées, tordues en une moue un brin enfantine. Un gamin labouré de coups, piteux, qui ne demandait qu'à baisser les yeux. Il ne s'y autorisait pas cependant. Il garda son regard vissé dans celui de Lys, s'accrochant à un petit fragment de fierté. « Égoïstement, je vais cette fois-ci penser à moi. La prochaine fois que tu penses avoir besoin de moi, trouve toi une mission pour te consoler. Ou va courir voir ton père, il me semble que c’est de toute façon ce que tu sais faire de mieux. » Il sentit cuir ses joues alors que les dernières de paroles de Lys s'abattaient sur sa chair telle une gifle efficace. Une morsure brûlante qui lui coupa momentanément le souffle. Elle avait raison. Là était la source de l'embarras de Kane. Le fait qu'elle avait vu juste, bien sûr. Elle le connaissait. Elle l'avait entendu s'épancher sur son besoin viscéral de s'attirer l'approbation de son père. A l'époque, elle l'aimait assez pour ne pas lui asséner cette faiblesse à la figure. A présent cependant, il en allait différemment. Elle n'était plus tenue de le ménager, plus tenue de l'aimer. Et elle cherchait à lui faire mal. L'attaque pour unique défense. Il ne pouvait même pas rendre le coup. Il n'en avait même pas l'envie. Il ne pouvait qu'espérer que l'éclairage tamisait rendait ses joues moins écarlates qu'elles ne l'étaient vraiment. Maigre consolation, vraiment. Au point où il en était avec Lys, il ne faisait plus franchement grand cas de sa fierté. Plus rien à perdre, plus rien à gagner. Ne lui restait plus qu'à se retirer. C'était ce qu'il avait choisi de faire le jour où il l'avait larguée. Le moment était venu de s'en tenir définitivement à cette décision. « Je pense que tout est dit. » Ou non. Tout restait à dire, mais c'était là des mots qu'il ne pouvait pas prononcer. La vérité était un luxe qu'il avait choisi de ne pas se payer. Il déployait de gros efforts pour raffermir sa voix, s'enveloppant bon gré mal gré dans une enveloppe de pudeur écornée. « Je ne te retiens pas davantage. » Les mots prononcés lui faisaient l'effet d'autant de lames enfoncées dans sa gorge. Le simple fait de s'exprimer réclamait de lui un effort considérable. « Passes une bonne soirée. » Elle ne pouvait décemment qu'être meilleure que la sienne. Il laissa encore un moment  son regard sombrer dans le sien. Il avait renoncé à elle depuis des mois et pourtant, le caractère définitif de l'instant lui tailladait à la gorge. La pensée de ce qui n'était plus, mais pourrait encore être. Espoir vite rincé. Quand il commença à trouver insupportable de la regarder, il détourna sans ambages le regard et retourna s'enfoncer dans les profondeurs de la salle, en brave petit soldat qu'il était et entendait bien rester.



Looking at you makes it harder But I know that you'll find another That doesn't always make you wanna cry (...)

You know that I love you so I love you enough to let you go

NEUTRE— those who don't care —
Lys Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 382
AVATAR + © : KRISTINE FROSETH. (AV/@SARASVATI)
POINTS : 101
( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Tumblr_o7n3tgJTWA1rd81odo7_250
AGE : VINGT-DEUX ANS, petite jeunesse effleurée, il semblerait pourtant que sous ses yeux ornés de cernes s'agrippent une décennie de tourments. on l'a dit trop jeune pour décider, pour aimer qui elle veut, pour être libre ; et pourtant, lys est épuisée de faire l'enfant, elle est prête à ouvrir les yeux et au lieu d'offrir sa main, elle offrira son poing.
STATUT CIVIL : FIANCEE, lys s'est pendant très longtemps refusée aux voeux matrimoniaux et pour cause, elle n'en voyait pas l'intérêt, ni le besoin. A présent les choses ont changé, l'anneau ornant son doigt en est la preuve.
NEUTRE
those who don't care

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile http://gods-will-fall.forumactif.com/profile?mode=editprofile Voir le profil de l'utilisateur

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  Lun 3 Juin - 20:53
NOW THAT YOU'RE GONE
who's gonna rescue you when you're lost at sea? and who's gonna love you if it isn't me?
Lys bouillonnait d’une rage si soudaine, si statique, qu’elle s’étonna de voir ses mains trembler. Elle ne perdait que très souvent le contrôle et pourtant à cet instant, elle avait juste envie de crier sur Kane, le secouer, lui dire qu’il était temps que ce jeu cesse. Qu’il cesse d’exister dans sa vie, dans sa tête, dans son cœur. Il fallait qu’elle le gomme, l’efface, l’irradie complètement de sa vie, sans quoi elle finirait par perdre la tête. Il la rendait folle, lunaire, complètement vulnérable, complètement enragée. Il la transformait en une différente Lys, une qu’elle ne reconnaissait pas, et qu’elle n’avait pas envie de connaître. – Je pense que tout est dit. – Elle se pinça les lèvres, parce qu’en réalité, toutes les choses qui comptaient, toutes les vérités, elles n’avaient pas été soufflé. Elles étaient restées coincées dans leurs gorges et n’avaient pas dépassé les frontières de leurs bouches. Vanité, arrogance ou tout simplement stupidité, ils étaient deux aveugles, deux aveugles qui se mouvaient dans un monde bien trop sombre quand ils étaient séparés. Et pourtant, elle croyait dur comme fer à ses mensonges, et lui probablement aussi. Éberlués, mais surtout abrutis par ce que leurs noms leur insufflaient, ils ne se méritaient peut-être pas au final. Trop bêtes pour s’avouer leurs sentiments, trop bêtes pour s’aimer librement, elle se contenta de hocher de la tête rigidement à ses mots. Elle ne l’empêcherait pas de partir, pas cette fois. Il lui tournerait le dos une dernière fois, une dernière fois elle lui dirait adieu, et cette fois-ci c’était pour de vrai. Ce n’était pas un vulgaire au revoir qui promettait une future rencontre, non cette fois-ci ça signait la fin de leur relation. La prochaine fois qu’elle le verrait, elle l’ignorerait, elle se le promettait. Plus jamais elle ne serait faible face à Kane, plus jamais elle ne lui donnerait cet atout, plus jamais il ne la verrait pleurer, plus jamais il ne serait témoin de sa vulnérabilité. Elle garderait tout pour elle, et le menton levé, ne lui adresserait ni un mot, ni un regard. Il n’avait plus aucun droit sur sa vie, sur son cœur, sur sa tête. Il quitterait ses pensées ce soir, pour toujours et à jamais. Sa raison avait envie de rire, de s’esclaffer, tant le mensonge était gros et pullulant d’un déni bien trop flagrant. Mais Lys n’écouta pas sa raison, elle préféra se concentrer sur le diable qui se balançait sur son épaule gauche. – Je ne te retiens pas davantage. – Elle n’était pas dépitée cette fois-ci, non elle était fière, elle était fière de lui avoir tenu tête. Et pourtant, quelque chose grondait dans son estomac, comme un semblant de regret qui faisait tâche au tableau qu’elle tentait tant bien que mal de dépeindre dans sa cervelle. Elle se sentait misérable, profondément, là où les émotions aimaient être étouffées, et pourtant, elle ne dit rien, elle ne flancha pas. Ca brisait le cœur, mais c’était si bien gardé par l’orgueil, qu’elle fît mine que son départ ne la touchait en rien. – Passes une bonne soirée. – Elle sourit, de ces sourires si peu honnêtes, qu’il lui refroidissait le sang. – Au revoir Kane. – Elle inclina la tête sur le côté. – Profite bien de ta compagnie ce soir. – Et réverbérant les actions du jeune homme, elle tourna les talons et s’en alla ; sans se retourner cette fois-ci.
Elle était convaincue d'avoir tourné la page. elle était convaincue qu'après ce soir elle ne l'aimerait plus ; apparement Lys n'apprenait jamais de ses erreurs, surtout pas quand celles-ci concernaient Kane.

rp terminé


I WANT TO SIN
every time that i'm with him

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: ( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  |  

( NOW THAT YOU'VE MOVED ON ) // kalys  Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Entrainement] Kalys du Dragon VS un volontaire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: AKKADIA :: aureus :: Le pied d'Aureus-
Sauter vers: