Revenir en haut Aller en bas



 


le gouvernement
Palier 10
l'ordre écarlate
Palier 6

la confrérie
Palier 3
le cercle
Palier 5

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 5
les veuves
Palier 5

les perles noires
Palier 5
les épines rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3


LE CERCLE— those who want the crown —
Arabella Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 392
AVATAR + © : jlc, moonlight roses.
POINTS : 1375
 (arabella) à la folie. 1559233292-2
AGE : trente-et-un ans. de ces dames qui n'accusent pas le poids du temps, car il octroie la sagesse et l'influence.
STATUT CIVIL : mariée, depuis treize ans. ils sont les acteurs principaux d'une tragédie. le couple enchaîne les actes, et la toute dernière scène sera épique, fantasque. elle sera belle et pathétique, puissante et misérable. elle sera à l'image de leur ménage.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t90-arabella-a-la-folie http://gods-will-fall.forumactif.com/t354-hell-should-be-easy Voir le profil de l'utilisateur

 (arabella) à la folie. Empty
Revenir en hautAller en bas
(arabella) à la folie.  |  Ven 1 Fév - 16:05

arabella
gavon
They can say, they can say it all sounds crazy. They can say they can say I’ve lost my mind. I don’t care, I don’t care, so call me crazy. We can live in a world that we design.
PRENOM, NOM - S I E L L E patronyme abandonné, rapidement rayé de toutes les paperasses quand l'annulaire gauche, d'or blanc et fins diamants, s'est habillé. devenue G A V O N par les liens sacrés du mariage. AGE - un visage enfantin et des traits bien trop fins. de ces rares dames qui n'accusent pas le poids des années, elle se régale des  T R E N T E - E T - U N ans habilement passés, car avec le temps vient sagesse qui de crédit est compagne. DATE ET LIEU DE NAISSANCE - la brume masque le sommet de la tour d'ivoire, en ce P R E M I E R jour de F E V R I E R. il est tôt. si tôt que la lune et le soleil se toisent encore. ils se bagarrent le ciel, le fardent de mille couleurs. R E Z B I A est si belle au petit-matin, elle l'est presque autant que l'enfant qui vient de naître. STATUT CIVIL - M A R I É E, au prince charmant. METIER - la morale est maligne, la garce vacille au tintement des aura. J U G E aux jugements douteux qui fait régner la loi du plus fort, les murmures des bas-fonds la qualifient de harpie. POUVOIR - reine des métaux, M A G N E T R O N. ils sont les esclaves de ses vœux, les serviteurs de ses caprices. LIEU DE LOCALISATION - dans les hauteurs d'A U R E U S. CREDITS ET AVATARS - jenna coleman @lempika.
WHO ARE YOU REALLY ?
Les mois passent, l'aigreur s'installe. Prise dans ce spleen qui l'écrase, elle a constamment l'impression de suffoquer sous le poids de cette société immonde. Aujourd'hui lui paraît compliqué, mais ça l'est chaque jour un peu plus. Et elle le sait maintenant, que ni demain, ni son surlendemain ne sera plus évident. La candeur a délaissé ses prunelles, chassée par un pessimisme endurant qui la colle et l'enlace si fort qu'elle se complaît presque là-dedans. Les choses changent, et tout va en s'empirant. Pas si rapidement, mais lorsqu'elle se replonge dans les souvenirs de ces dernières années, c'est bien là qu'elle perçoit ô combien tout est différent. D'abord, ce gouvernement, branlant et infesté de parasites qui le rongent à petit feu, mais qui ne parviennent pas à le faire s'effondrer. Elle voudrait le ravager à grand coup de masse, le broyer par la simple force de sa colère ou sous la violence de ses cris de rage. C'est long. Le processus est lent. Le monde ne tourne pas dans leur sens et ça l'exaspère de devoir attendre. La brune est impatiente, elle est ambitieuse ou peut-être seulement présomptueuse et capricieuse. Toujours est-il qu'elle se sent vite inutile dans ce tourment, parce que ce ne sont pas ses mains qui dessinent les plans et que si on lui demande son avis, elle dira que ça lambine. Parce qu'elle le sent, ce couperet qui la nargue de loin. Elle ne voit pas encore le tranchant de sa lame au-dessus de son crâne, mais elle sent l'odeur du métal et voudrait le faire fondre avant-même qu'il soit forgé. Elle est insupportable, constamment sur la défensive, parce qu'elle est éprise de fâcheux pressentiments qui lui font garder l'œil trop vif.
Une couronne. Unique. Le pays tout entier aux mains des manipulateurs de métaux. Voilà ce que désire ardemment la princesse du cercle. Une monarchie, et à la tête de celle-ci son frère aîné. La descendante de l'ancien roi de Valdierva rêve de supériorité, et mets depuis qu'elle est en âge de le faire, ses forces au service de son clan. Activiste ambitieuse d'un mouvement qui devient un véritable fléau pour qui n'en fait pas partie. Parce qu'il est rempli de gens comme elle, de taupes infiltrées un peu partout. Aucun bout de terre n'est épargné par le cercle. Aucune institution n'est dépourvue de ses sympathisants. Juge corrompue, pour sa part. Un simple anneau suffit à la rendre aveugle, le même qui éblouit les autres. Le même qui brille à son doigt par tous les temps. Ce bout de métal, façonné par feu son père. Il a tant de pouvoir, il ouvre toutes les portes et pour ceux qui ont affaire à elle, il referme celles de la prison. Digne héritière du fondateur du mouvement, elle convoite un retour en arrière. Les anciennes mœurs politiques n'ont d'archaïque que leur nom. Si seulement elle avait pu naître en ces ères, quand il était de notoriété publique que les argents valaient plus que le reste. Les idéaux ont changé pour plaire à une poignée d'imbéciles, mais son voisin rouge ne sera jamais son égal. Le sang Sielle impose d'être à contre-courant, de s'élever face au régime actuel et plus que de le faire évoluer, de prendre sa place, de le raser, complètement. Elle veut un trône pour les Sielle, mais pas n'importe lequel, celui d'Akkadia.
WHICH SIDE ARE YOU ON?
1 -- K E Y W O R D S // thé, couronne, fusion, océan, bancale, passion, caprices, anxiété, envie, pouvoir, bagues, solitude, sang, vin, empire, corruption, mondaine, colère, encre, argent, snob, larmes, loi, coups, famille, nerfs, rancœur, vice, autorité, démesure, craintes, carriérisme et silence. 2 -- // Elle s'est mariée à l'âge de dix-huit ans, un huit août. Précisément trois mois après avoir passé le concours obligatoire. L'union était prévue depuis deux ans - depuis le oui de papa, mais depuis toujours pour l'amoureuse. Pari dangereux, quand on connaît les risques encourus en cas d'échec au concours, mais son fiancé lui avait juré amour et fidélité quoi qu'il en coûte. Les résultats sont tombés en plein durant les préparatifs du mariage et un brin frivole en ce temps-là, la brune doit bien avouer, avec du recul, qu'elle n'en avait que faire. L'année de sa majorité représente son union avec son amour de jeunesse. 3 -- // Elle ne veut pas d'enfants. Si plus jeune le doute persistait, aujourd'hui, elle en est certaine. Elle voit le temps que consacrent ses cousines à ses neveux et nièces. Elle perçoit mieux encore les répercutions de la maternité sur leur carrière. Elle a vu leur corps se modifier, vu leurs maux et écouté les récits qui parlaient de miracle, de beauté, mais surtout de douleur. Elle ne veut pas de ça. Ni des responsabilités, ni des sacrifices. Alors elle continue de prendre chaque soir une petite pilule, dans le dos de sa famille, et de son mari. Elle n'en a que faire qu'on la pense stérile, c'est plus facile de supporter la pitié dans leurs prunelles que les reproches. 4 -- // Dans leur appartement, les mariés ont fait aménager deux pièces à leur image. Un bureau pour monsieur, un salon de thé pour madame et les deux renferment bien des secrets, car ils sont les lieux de nombreuses invitations. Atypique, le choix de la mariée, mais qui la connaît bien sait que le thé est son breuvage de prédilection. Dans une armoire vitrée sont enfermés bien des services, tous fabriqués par les orfèvres de Valdierva. Sur la plupart trônent ses initiales, et même ses initiales de jeune fille pour certains, puisqu'elle les collectionne depuis l'adolescence. Lieu presque saint, que son mari fuit et dont il rigole souvent. Il est pourtant le temple des ragots de la capitale et voit défiler les dames les plus bavardes. C'est aussi là qu'elle rédige ses courriers. C'est là qu'elle rêvasse, trouve le calme et qu'elle verse des larmes. Là toujours qu'elle se saoule parfois, puisque les armoires ne renferment pas que des tisanes. 5 -- // Esclave de sa rage, qui souvent l'aveugle. Sanguine, elle fulmine facilement. C'est son principal défaut, et ce que la soif de pouvoir entraîne. L'envie. La folie. La colère. 6 -- // Un soupçon de mégalomanie, qui la fait tendre vers la paranoïa. Trois hommes ont sa pleine confiance, son grand-frère, son époux et son cousin, Erebe. Elle se méfie du reste. De tout le monde, de tout. Elle ne se confie pas, et son crâne regorge d'angoisses et de questions qu'elle ne désire pas poser à haute voix. Elle n'utilise que rarement le téléphone, par crainte d'être écoutée. De toute manière elle aime les mots, l'odeur de l'encre et se plaît à manier la plume. Elle scelle à la cire toutes ses lettres et se rend à la poste en personne. 7 -- // Son opinion sur les mutants s'est modifiée à la naissance de sa nièce, qui en était une. Mais cette ouverture d'esprit est morte avec elle. Ni les mutants, ni les rouges ne seront jamais ses égaux. Neela n'était finalement qu'une exception, elle le sait aujourd'hui. 8 -- // Solitaire. Plus par besoin, que de nature. Petite, elle passait tout son temps avec ces deux gamines, qui plus tard, à tour de rôle l'on déçue. Elle ne croit pas en l'amitié pure. Les liens se font et se défont par intérêt. Elle-même n'est plus aimable sans contrepartie et elle n'a plus jamais ri de bon cœur, depuis que l'une de ses meilleures amies s'est enfuie, et que l'autre est devenue sa belle-sœur. 9 -- // Elle possède une petite maison de pêcheur dans la ville de K'huz, qui se situe sur une île, au sud-ouest de Valdierva. Elle est tombée amoureuse de l'endroit durant des vacances en famille, alors qu'elle n'était encore qu'une petite-fille. Papa le savait, alors il lui a offert un bout de terrain sur l'île, en guise de cadeau de mariage. Sur ce terrain trônait une vieille baraque délabrée, qu'elle a fait entièrement refaire par la famille d'Ambrose. Elle adore cet endroit, et s'y rend plusieurs fois par an. La plupart du temps seule, pour se ressourcer auprès de l'océan. 10 -- // Elle se souvient encore de ses rencontres glaçantes avec la Pythiam. Elle n'était qu'une enfant, face à cette femme froide à l'aura si mystique que la petite se cachait dans les jupes de sa maman. Elle en garde la même crainte aujourd'hui, malgré son regard de trentenaire. Autant que faire se peut, la brune se tient éloigner du milieu de la religion. Par peur d'être jugée, elle préfère fuir ces gens, ces fêtes et les temples. Elle prie, mais jamais sous d'autres prunelles. Loin d'être à l'aise dans ces regroupements, si elle consent parfois, ce n'est que pour contenter son mari. L'unique figure de la religion qu'elle fréquente est la pryessa qui s'est chargée de ses noces. Et qui a eu la patience de la prendre sous son aile, alors qu'elle n'était qu'une jeune fille effrayée par la rigueur de sa belle-famille, qui voyait d'un mauvais œil son manque d'engagement dans ce domaine.
pseudo - natblida. âge - vingt-cinq. pays - france. comment as-tu connu le forum ? bonne question ?? smiley préféré -  (arabella) à la folie. 2964515584 gif qui décrit le mieux ton personnage -
Spoiler:
 
GODS WILL FALL - 2019


Dernière édition par Arabella Gavon le Dim 21 Avr - 15:01, édité 26 fois

LE CERCLE— those who want the crown —
Arabella Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 392
AVATAR + © : jlc, moonlight roses.
POINTS : 1375
 (arabella) à la folie. 1559233292-2
AGE : trente-et-un ans. de ces dames qui n'accusent pas le poids du temps, car il octroie la sagesse et l'influence.
STATUT CIVIL : mariée, depuis treize ans. ils sont les acteurs principaux d'une tragédie. le couple enchaîne les actes, et la toute dernière scène sera épique, fantasque. elle sera belle et pathétique, puissante et misérable. elle sera à l'image de leur ménage.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t90-arabella-a-la-folie http://gods-will-fall.forumactif.com/t354-hell-should-be-easy Voir le profil de l'utilisateur

 (arabella) à la folie. Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: (arabella) à la folie.  |  Ven 1 Fév - 19:08

one garden
two serpents
forget stardust, you are iron.

-- are you listening, little bird ?

Il y avait ces gamins qui manipulaient la lumière. Ils étaient plus âgés. Plus grands. Bien plus forts que la petite-fille qui se blottissait contre son grand-frère, parce qu'elle craignait plus que tout l'obscurité. Il y avait ces gamins oui dont elle peut encore peindre le portrait, ces gosses qui avaient la fâcheuse manie de semer le trouble partout où ils allaient. Pour se rendre intéressants. Pour faire rire la galerie et arracher des larmes aux plus petits. Ça les faisait rire ces gamins. Ces saletés de gamins qu'elle fuyait comme la peste jadis, et qui lui filent encore des sueurs froides aujourd'hui.

Video meliora proboque deteriora sequor
some day, you will be old enough to start reading fairy tales again.

Il n'y a rien de normal là-dedans. Rien. Non ce n'est rien qu'un mirage, des racontars de soûlards comme les dizaines que se content les dames. C'est improbable. Comment survivre en silence durant tout ce temps ? Des rumeurs. Des mensonges. Des questions. La ville jase depuis des semaines. Prunelles instables qui virent de droite en gauche à la recherche d'esgourdes dans les murs. Les gens tremblent. Ils tremblent de peur à l'idée qu'on les entende colporter cette rumeur qui s'exfiltre déjà de toutes les bouches. Ils sont là. Il n'a suffit que d'un bavard pour que les ont-dit se répandent comme une traînée de poudre. Les ombres sont revenues en ville, les ombres ont survécu aux flammes allumées par la main revancharde de papa et ils sont bien là, quelque part, paraît-il que les gens les ont vus se mouvoir dans les rues de la capitale. Certains sont persuadés que la nouvelle est véritable. D'autres non et la brune faisait partie de ceux-là jusqu'à hier, hier dans la soirée, alors qu'elle quittait la maison de maman pour rentrer chez elle. Ces visages-là ne s'oublient pas. Ils sont un diable à deux faces dont on reconnaît entre mille les traits.

Ils sont bel et bien revenus sur terre et pourquoi, pour l'engloutir complètement. Rancœur. Vengeance. Le malin ne doit avoir qu'un seul nom en tête. Le sien. Le leur. Celui de papa qui n'est plus là pour rembourser sa dette. « Il faut que je vois Noah. » Ses phalanges agrippent fermement la balustrade de son balcon. Son regard se perd sur l'horizon, sur tous ces petits points de lumières qui commencent à vivre alors que la nuit tombe. Sous laquelle de ces lampes préparent-ils leur plan macabre. Au coin de quel feu façonnent-ils leur vendetta. Elle sent le métal fondre sous ses doigts alors que ceux de l'époux se referment sur ses épaules et que ses lèvres viennent embrasser son cou. « Rentrons, il commence à faire froid. » Qu'il susurre à son oreille tout en laissant glisser ses mains le long de son buste, mais elle ne répond pas. Aveuglée par la colère, elle ne l'entend même pas. Elle ne perçoit pas son soupir, ni même son corps qui se détache. « Est-ce qu'un jour, tu m'accorderas au moins autant d'importance qu'à ton frère ? » Ce n'est pas pour le rassurer qu'elle se détourne d'Aureus, mais parce qu'il vient de nommer le seul être dont elle voudrait les bras, les paroles rassurantes et le regard apaisant. Elle ne prend même pas la peine de le cacher. Il connaît ce regard. Il sait si bien lire en elle et elle en lui, alors elle sait aussi. Elle se sait lâche. Elle se sait égoïste. Elle se sait ingrate. « Arrête ça, tu sais très bien que tu comptes autant que lui à mes yeux. » C'est elle qui s'approche cette fois, mais lui qui impose cette distance par le timbre de sa voix. « C'est faux. » Son coeur pourrait imploser, là, maintenant. Se répandre à ses pieds. Déverser le flot de honte et de rage qu'il contient, mais il n'en fait rien. Il se contente de battre si fort que des étoiles naissent sous ses paupières fermées. « C'est faux et si tu penses le contraire, c'est que tu te mens autant qu'à moi. » La déception se mêle à la colère pour déformer les traits du Gavon, alors elle ploie les genoux. Elle se laisse tomber. Elle voudrait implorer son pardon, mais aucun mot ne s'échappe. Même de ça, elle en est incapable. « Relève-toi. » Qu'il crache plus qu'il demande, sans contrôler la force avec laquelle il agrippe les avants-bras de sa bien-aimée. L'oeil est fou. Fatigué. « Lâche-moi Hiram, tu me fais mal. » Lasses. Ils le sont tous les deux de ces interminables disputes qui éclatent pour un oui, pour un nom. « Tu n'es qu'une gamine Arabella, une gamine bête et capricieuse qui vit dans un monde chimérique. » Ses sentiments ruissellent hors de ses yeux, lui écrasent le visage tandis qu'elle imagine toutes les horreurs qui se bousculent dans le crâne de son mari, alors qu'il s'éloigne et revient. S'éloigne et revient encore. « Grandit je t'en prie. Il attrape ses mains, la rejoint sur le sol humide de la terrasse. Arrête de suivre aveuglément ton frère dans ses délires narcissiques et surtout arrête de croire à tout ce qu'il te raconte. Ce ne sont que des conneries, les mêmes contes de fées auxquels il te faisait croire quand tu n'avais que trois ou quatre ans. » Elle ne veut plus lui mentir, alors elle s'enferme dans un mutisme agaçant. Il ne veut pas la comprendre. Elle ne veut pas l'écouter. Dialogue de sourds. Ils sont les acteurs d'une tragédie qui enchaînent les actes, à bout de souffle. Et la dernière scène sera épique, fantasque. Elle sera belle et pathétique, puissante et malheureuse. Elle sera à l'image de leur couple. « Le monde ne tourne pas autour de toi Arabella, et il ne s'arrêtera pas de tourner parce que tu n'as pas de couronne sur la tête ou parce que ces imbéciles de Zarkari reviennent à la vie. » L'intonation, elle est redevenue douce. Les lèvres de l'amant s'étirent légèrement, mais elle sent la force de sa colère se répandre sous sa chair, alors elle rompt le contact et se relève. Il l'imite. « Toi et Noah, vous êtes les mêmes. Qu'il vocifère. Deux paranoïaques qui vont réussir à se mettre la terre entière à dos. » Elle passe le reste de la nuit lovée dans un fauteuil à remplir et remplir encore un verre qui lui semble toujours trop vide. Lui ne revient au domicile conjugal qu'au petit-matin. Ils se réconcilient, enivrés, sur l'oreiller. -- Nimium altercando veritas amittitur.
GODS WILL FALL - 2019


Dernière édition par Arabella Gavon le Dim 24 Mar - 16:46, édité 7 fois

LE CERCLE— those who want the crown —
Noah Sielle
surface
inside
behind
MESSAGES : 1911
AVATAR + © : ben barnes // av©midwinters wifey
POINTS : 652
 (arabella) à la folie. Giphy.gif?cid=790b76115cccb275797a6e4d322b9fa8&rid=giphy
AGE : L'homme n'est ni jeune, ni vieux. Encore jeune, peut être, pour être à la tête de sa famille. Mais la tête sur les épaules, une expérience qui commence à compter, et des rêves qui se sont définis avec le temps de ses 35 années.
STATUT CIVIL : Marié à Nysa Sielle depuis 10 ans déjà, et pourtant l'homme ne l'a jamais vraiment acceptée. Il a voulu la dresser, comme il a dresser sa tigresse Thanae mais Nysa est pire qu'un fauve et quelque part... Ca lui plait. Mais détourné de son épouse, le voilà tombé pour un autre, un autre qui lui change les idées, mais pas pour de meilleures.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

 (arabella) à la folie. Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: (arabella) à la folie.  |  Mer 6 Fév - 21:11
la plus belle  (arabella) à la folie. 3241848309  (arabella) à la folie. 3241848309  (arabella) à la folie. 3241848309


I think when you've suffered terrible things, you become capable of terrible things.



absente du 06/06 au 10 juin inclus
mise à jour lente mais certaine.

LE CERCLE— those who want the crown —
Arabella Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 392
AVATAR + © : jlc, moonlight roses.
POINTS : 1375
 (arabella) à la folie. 1559233292-2
AGE : trente-et-un ans. de ces dames qui n'accusent pas le poids du temps, car il octroie la sagesse et l'influence.
STATUT CIVIL : mariée, depuis treize ans. ils sont les acteurs principaux d'une tragédie. le couple enchaîne les actes, et la toute dernière scène sera épique, fantasque. elle sera belle et pathétique, puissante et misérable. elle sera à l'image de leur ménage.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
http://gods-will-fall.forumactif.com/t90-arabella-a-la-folie http://gods-will-fall.forumactif.com/t354-hell-should-be-easy Voir le profil de l'utilisateur

 (arabella) à la folie. Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: (arabella) à la folie.  |  Mer 27 Fév - 13:19
tel frère telle soeur  (arabella) à la folie. 582471758  (arabella) à la folie. 582471758

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind

 (arabella) à la folie. Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: (arabella) à la folie.  |  

(arabella) à la folie.  Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
» Ylo: grain de folie, un peu , beaucoup... passionément...bien casse cou
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: WRITE THE STORY :: rite de passage :: fiches validées-
Sauter vers: