Revenir en haut Aller en bas
INTRIGUE
Ne manquez pas le second chapitre du deuxième tome de l'intrigue. Plusieurs sujets ont été postés, vous pouvez tous les retrouver dans la partie intrigue.

période sprint rp
Merci à tous pour votre participation à la période de sprint RP. La prochaine arrivera bientôt !

nouveaux dés
De nouveaux dés ont fait leur apparition, pour vous aider à participer dans le grand jeu du pouvoir et de la politique. Toutes les explications se trouvent dans ce sujet.
les petites news

les personnages de GWF



 


le gouvernement
Palier 9
l'ordre écarlate
Palier 7

la confrérie
Palier 5
le cercle
Palier 8

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 6
les veuves
Palier 5

les perles
noires
Palier 5
les épines
rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3
les rossignols
Palier 1

propagée par les Veuves: Alors que de nombreuses personnes ont été empoisonnées à Aureus ces derniers temps, il semblerait que la contamination des eaux ne soit pas une conséquence des manifestations de ce 5 septembre mais provient de la malveillance des Perles, par désir de vengeance suite à la perte d'une part du marché sur la Capitale suite à l'instauration de la république d'Aureus. Des hommes ont été aperçus la nuit, déversant des liquides dans l'eau d'Aureus, à la peau bien trop claire et au regard mauvais.
propagée par les Perles et la population d'Aureus: Il a été raconté par ceux présents sur la scène de crime qu'une rose avec des épines a été trouvée sur le corps d'Alexandre Shelby. Quelques minutes plus tard, à peine, un malheureux homme de main des épines rouges fut trouvé non loin de la maison de l'ancien dirigeant. Il se murmure que les épines rouges seraient à l'origine de cet assassinat, énervé par les contraintes qui leur étaient imposées par le nouveau gouvernement d'Aureus.
propagée par la population de Rezbia: Voilà plusieurs semaines que les apparitions publiques de la reine Nysa Sielle se font rares. Si la famille royale n'a pour l'instant pas offert d'explications à son peuple, cela n'empêche pas certains de spéculer sur la nature de cette absence. On murmure au sein du palais que la reine serait malade, et que c'est pour cette raison qu'on ne la voit quasiment plus sortir de sa chambre et qu'elle ne semble plus s'impliquer dans la vie du royaume. Cette rumeur commence à se répandre comme une traînée de poudre à travers le royaume de Valdierva.
Vous aussi vous voulez propager votre propre rumeur? Alors rendez-vous dans le recensement général pour remplir le champ "rumeurs et informations". Vous pouvez également consulter toutes les rumeurs et informations avérées au sein du registre des informations et rumeurs.


 Justice ? Are you serious ?

 :: LET'S GO BACK TO THE START :: flashbacks  
— SILENCES ; those who train to strike —
SILENCES ; those who train to strike
Cynéad DeQ'ianto
surface
inside
behind
MESSAGES : 409
AVATAR + © : h. newton haydon - thinkky (ava) - mars (signa) - stellae (gif) / Draíochta (gif)
POINTS : 791
Justice ? Are you serious ? JTgXw4T
AGE : Moitié de vie coupée, occultée par un voile mémoriel cassé, fracturé, il a toujours tenté d’occuper un maximum sa « nouvelle vie » comme il aime le dire. Vingt-neuf années d’une vie dont il ne connaît pas tout, mais qui lui semble déjà bien assez remplie, bien assez complexe, pour ne pas en rajouter d’autant.
STATUT CIVIL : Chef de famille sans épouse attire indéniablement nombreuses rumeurs et envolée lyrique de l'esprit, principalement depuis qu’il s’est engagé en politique. Comme si ses confrères décrépis du parlement n'avait rien de plus agréable à se mettre sous la dent, que de décortiquer sa vie (pour ne dire qu'il ne s'arrête qu'à sa vie, dans leurs esprits obscènes). Il ne voudrait pas apporter de l’eau au moulin de ses adversaires, c’est pourquoi il s'est fiancé à une Sovereign, afin d’y apposer son nom, sa marque et qu’elle lui donne un héritier. Purement pratique. D’une pierre, deux coups.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t775-what-is-dead-may-neve https://gods-will-fall.forumactif.com/t1362-what-is-dead-may-nev Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Justice ? Are you serious ?  |  Jeu 25 Juil 2019 - 15:42


Justice ?

Are you serious ?


« I believe that there will be ultimately be a clash between the oppressed and those who do the oppressing. I believe that there will be a clash between those who want freedom, justice and equality for everyone and those who want to continue the system of exploitation. I believe that there will be that kind of clash. » - Malcome X

« Je vais les crever ces connards ! » Je tournais en rond dans mon bureau. Ma veine temporale droite tambourinait. Je la sentais. Et plus je marchais, plus cela résonnait dans mon crâne. Je n'arrivais presque plus à réfléchir convenablement. Je n'avais qu'une seule idée en tête, qu'une seule envie... Assouvir ma soif de sang ! Plus aucun raisonnement ne faisait sens. Plus rien ne comptait en dehors de cette pulsion. Cela ne m'arrivait jamais. Non. Jamais. Ou alors peut-être une fois... Mais pas plus. Je savais que je devais en parler à certains membres des silences... Mais pour l'instant... Je n'en étais pas capable. « Ce régime est pourri jusque la moelle, gangrené et ils pensent être en mesure de détruire ma famille comme ça impunément ! Ils ne me connaissent pas ! Ils vont entendre mon nom ! » Mégalomane moi ? Certainement. Je continuais mes cent pas. Incessant. Ma respiration était haletante et je ne m'arrêtais pas un seul instant. Si on regardait cette scène d'un point de vue externe, je faisais figure de proue des malades mentaux que j'essayais tant d'« aider » durant mes séances avec eux. Je parlais seul. J'étais totalement désorienté, anxieux et je paraissais erratique. Mais j'étais loin d'être paranoïaque. On voulait nuire à ma famille et indirectement me nuire. Ruiner ma réputation, mes ambitions. Ruiner la vie de ma famille. Cela me faisait complètement vriller. On ne s'attaquait pas seulement à moi, mais également à la famille que je m'étais construite, à l'influence, la réputation que j'avais eu tant de mal à créer. Moi qui n'avais rien. Moi que la mort avait voulu emporter alors que je n'avais même pas encore l'âge d'être adulte. Moi qui avais fait naître des cendres un empire bien plus vaste que ce que j'avais bien pu imaginer... Je n'allais pas me laisser faire. Il fallait que je sois patient et réfléchi. Oui, c'était ça la clé. Être patient. Réfléchir. Je pouvais faire preuve d'ingéniosité dans ces moments de doute. Pour la première fois, une idée me venait. Très clairement. Je m'arrêtais. Je retrouvais une respiration normale. Je m'asseyais derrière mon bureau. C'était comme cela. Comme si la colère avait fait place neuve pour autre chose. Tel un phénix qui renaît de ses cendres, cette colère avait tout balayé sur son chemin et avait fait apparaître une nouvelle étincelle. Je savais. Une flamme dans l'œil. Je savais que j'allais leur faire payer. Je savais comment. Je savais. Le bon moment allait venir. Le moment où j'allais pouvoir les saigner tel des porcs. Les porcs qu'ils sont. Ces salopards d’argents qui font régner depuis trop longtemps cette dictature totalitaire et injuste.



J’avais mis du temps avant de pouvoir vraiment retrouver tous mes esprits et avant de mettre en place un plan digne de ce nom. J’avais touché deux mots à Kiel. Nombreux étaient nos points de discordances par le passé, mais aujourd’hui… Je savais que je pouvais compter sur lui, si jamais les choses devaient mal tourner. Je sentais mon sang brûler dans mes veines. Je réfléchissais encore à toutes les informations que j’avais obtenues et au plan que j’avais mis en place. Le psychologue que j’étais, essayais de mobiliser toutes ces ressources cognitives. Je devais être le plus alerte possible. Je devais être le plus sensé possible. Je ne devais pas être vindicatif, je ne devais pas être trop pressant. Je devais paraître tout à fait normal. Je savais que c’était le seul moyen pour moi, d’obtenir véritablement une audience avec la magistrate qui allait s’occuper de cette affaire. C’était le seul moyen d’être entendu, véritablement.



J’arrivais devant une secrétaire. Arborant mon plus beau sourire, je demandais « Bonjour, j’ai rendez-vous avec le juge Gavon. » léger silence « Cynéad DeQ’ianto. » Les choses pouvaient commencées.


Made by Neon Demon




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
“Chaos exists only in the moment. But Fate knows all. Every action and reaction. Since everything is destined, nothing is random... Chaos is only an illusion.” - B.C. Sirrom ☾☾


my spiritual animal:
 

— CERCLE ; those who want the crown —
CERCLE ; those who want the crown
Arabella Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 1111
AVATAR + © : jlc, eilyam.
POINTS : 2943
Justice ? Are you serious ? EM6lneHr_o
AGE : trente-et-un ans.
STATUT CIVIL : mariée.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t2186-a-la-folie https://gods-will-fall.forumactif.com/t354-hell-should-be-easy Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  Ven 26 Juil 2019 - 15:52
justice ? are you serious ? -- @cynéad deq'ianto Les documents, ils s'amoncellent. Des centaines de noms qui s'empilent sur les étagères, dans les tiroirs et jusqu'aux coins de son bureau. Des tas qui ne se réduisent pas, malgré les coups d'œil et de crayon, malgré les dizaines de dossiers qu'elle ramène à la nuit tombée et le peu d'heures qu'elle accorde à ses paupières pour se fermer. Depuis les attentats du dix-sept mai, les audiences se succèdent et les arrestations aussi. Les salles sont toujours pleines et dans les couloirs, ça fourmille. C'est un satané cercle vicieux tout ça, qui tourne et qui tourne, qui les étourdie tous, et qui finira par les engloutir. Les magistrats ne sont plus capables de suivre et certains se font porter pâles quand d'autres s'éloignent, d'autres comme elle qui fuient lâchement les contrariétés et qui ne désirent nullement se hisser sur le devant de la scène. Mais si certains ploient sous la charge de travail ou la pression mise par les autorités, elle se sont les tentures et dorures de son chez-elle qui deviennent aussi oppressantes que les prunelles de celui dont elle partage le lit.

Alors elle part. Elle est partie la veille du drame et s'enlise depuis dans la demeure familiale. Parce que Rezbia est rassurante, et qu'elle est à peu près tout ce qu'il reste de sa part d'innocence. Là-bas elle se sent comme cette petite fille immunisée qu'elle était avant de se faire happer par la capitale, celle qui entourée par les bras des siens ne risquait rien. Elle s'accorde le droit de relâcher ses épaules et de tout envoyer valser pour ne serait-ce qu'une toute petite poignée de secondes, même si ce sentiment de bien-être n'est qu'une saleté d'illusion qu'elle entretient. Alors oui dans sa sottise, elle ressent la solitude de ce château devenu bien trop vide, mais elle reste. Ses valises demeurent vides au-dessus d'une armoire et ses vêtements continuent d'être rangés en-dedans par les domestiques, et elle fait sciemment des tours de métal sa prison, parce qu'il est plus facile d'être loin de tout, et surtout loin de lui.

Mais sur ses traits l'ont ressent le poids de sa couardise, de sa bêtise aussi, car ils se creusent et se tirent un peu plus chaque fois que la lune s'en vient. Ce bureau devrait l'accueillir davantage et ses appartements de Aureus aussi, mais rien que la pensée de les regagner ce soir la tire depuis le matin dans de sombres rêveries dont la voix d'une secrétaire la sort enfin. Monsieur DeQ'ianto est arrivé, que celle-ci murmure entre toutes ces fioritures qui forment des phrases à rallonge qui l'agacent au plus haut point. Signe de main en guise de réponse, et bientôt le bois se referme derrière un homme dont elle ne sait rien. Asseyez-vous, je vous en prie. Le timbre est monotone et elle ne cille pas, non ses iris détaillent la silhouette qui s'installe et ce visage qui ne lui parle pas. Et éclairez-moi sur la raison de votre présence, puisque je ne ferais pas semblant de chercher votre nom dans un agenda que je n'ai plus le temps de remplir. Elle pose son crayon et entrelace ses doigts, qui se posent contre un dossier qu'elle prend seulement la peine de refermer.


ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.


Dernière édition par Arabella Gavon le Sam 14 Sep 2019 - 17:57, édité 2 fois

— SILENCES ; those who train to strike —
SILENCES ; those who train to strike
Cynéad DeQ'ianto
surface
inside
behind
MESSAGES : 409
AVATAR + © : h. newton haydon - thinkky (ava) - mars (signa) - stellae (gif) / Draíochta (gif)
POINTS : 791
Justice ? Are you serious ? JTgXw4T
AGE : Moitié de vie coupée, occultée par un voile mémoriel cassé, fracturé, il a toujours tenté d’occuper un maximum sa « nouvelle vie » comme il aime le dire. Vingt-neuf années d’une vie dont il ne connaît pas tout, mais qui lui semble déjà bien assez remplie, bien assez complexe, pour ne pas en rajouter d’autant.
STATUT CIVIL : Chef de famille sans épouse attire indéniablement nombreuses rumeurs et envolée lyrique de l'esprit, principalement depuis qu’il s’est engagé en politique. Comme si ses confrères décrépis du parlement n'avait rien de plus agréable à se mettre sous la dent, que de décortiquer sa vie (pour ne dire qu'il ne s'arrête qu'à sa vie, dans leurs esprits obscènes). Il ne voudrait pas apporter de l’eau au moulin de ses adversaires, c’est pourquoi il s'est fiancé à une Sovereign, afin d’y apposer son nom, sa marque et qu’elle lui donne un héritier. Purement pratique. D’une pierre, deux coups.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t775-what-is-dead-may-neve https://gods-will-fall.forumactif.com/t1362-what-is-dead-may-nev Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  Jeu 22 Aoû 2019 - 18:33


Justice ?

Are you serious ?


« I believe that there will be ultimately be a clash between the oppressed and those who do the oppressing. I believe that there will be a clash between those who want freedom, justice and equality for everyone and those who want to continue the system of exploitation. I believe that there will be that kind of clash. » - Malcome X

Il avait toujours eu cette aisance pour jouer avec les mots. C'était comme un jeu pour lui. Les arts et la manière de la langue n'étaient pas donnés à tous, mais ceux qui avaient la chance de savoir en user avait un sérieux avantage. C'était sans doute pour cela qu'il s'était d'abord orienté vers un métier comme celui de psychologue. Allier analyse et jeu de mot était un véritable régal pour le jeune mutant. Mais il avait également conscience de ses propres faiblesses : son caractère. S'il avait un jour envisager de devenir avocat ou magistrat, il s'est très vite abstenu. Il n'était pas en mesure de garder la tête froide assez longtemps. Il n'était pas en mesure de mettre sous silence tout ce tourbillon d'émotions et de ressentis qu'il y avait au fond de son cœur. Il n'aurait jamais pu être complètement impartial. Il le savait très bien. Surtout dans ces grosses périodes de troubles que le monde connaissait depuis quelques mois.

La personne à qui il venait tout juste de se présenter venait de lui indiquer une porte, qu'il devait emprunter. S'il n'était pas attendu par la juge d'argent, il devait lui reconnaître sa mansuétude de le recevoir malgré la période de trouble qui secouait la capitale et le pays tout entier. Elle était jeune et frêle. D'une beauté peu commune. Un regard malicieux qui pouvait démontrer un haut niveau d'intelligence et une posture -glaciale- qui semblait de rigueur pour la mission qui était la sienne. Une simple invitation à s'installer sur la chaise qui se trouvait face au bureau, une voix monocorde, dénué d'une quelconque émotion. Il ne pouvait s'empêcher de l'observer. D'essayer de capter quoi que ce soit. Déformation professionnelle sans doute. Mais l'argent devait sans doute en voir passer des hommes et des femmes comme le parlementaire. Peut-être pas d'une si belle condition, mais qui devait essayer, par n'importe quel moyen de trouver la moindre faille à cette carapace de façade. Une statue pétrifiée aurait montré sans doute plus d’émotions.

- Et éclairez-moi sur la raison de votre présence, puisque je ne ferais pas semblant de chercher votre nom dans un agenda que je n'ai plus le temps de remplir. voilà qui donnait le ton des prochaines minutes de l’entretien. Il n’avait jamais douté tomber sur quelqu’un de fort et de peu avenant. Il en aurait fait de même. Et pendant quelques micro-secondes, ses vieux démons refaisaient surfaces. Ceux qu’il avait précisément pris le soin de bien cacher sous le tapis, pour qu’ils ne déferlent pas telles des furies assoiffées de sang. Il ne fallait pas que ses propres émotions, ses propres cauchemars ruinent les chances de liberté et surtout de survie de son frère. Oui, beaucoup de choses jouaient en sa faveur et il savait qu’il avait un sacré avantage dans tout cela… Mais est-ce que cela allait être suffisant pour faire flancher ou faire entendre raison cette ancienne noble qui avait tout et qui ne devait rien, à personne.

Il s’était d’abord adossé tranquillement contre le dossier du siège. Montrant une certaine décontraction, il voulait afficher un sourire de façade, mais qu’il faisait s’évanouir rapidement. Il n’était pas en mesure de garder son calme. Il était stressé et anxieux. Chose qui ne lui arrivait jamais. Non. Vraiment jamais. La vie de son frère était en jeu… Il ne devait pas merder. Surtout pas maintenant. Pas aujourd’hui. « Je vous remercie grandement Lady Gavon de me recevoir aujourd’hui, malgré votre emploi du temps qui, je le présume, doit être bien chargé. » s’il savait la flatterie inutile la plupart du temps, surtout lors de négociations, il ne pouvait s’empêcher de se dire que cela pouvait malgré tout atteindre, même les cœurs les plus asséchés. Le brun se redressait, pour se rapprocher au maximum du bureau, sans pour autant envahir « l’espace vitale » de la jeune femme « Je ne veux pas vous retarder plus dans votre travail et c’est pourquoi, je ferais en sorte d’être bref et de ne pas vous faire perdre votre temps » s’il pensait que sa première stratégie allait marcher ? Il savait très bien que tout ceci était voué à l’échec, mais il devait malgré tout suivre une certaine ligne de conduite et ce n’était pas en l’agressant et la harcelant de questions dès les premières secondes de cet entretien pénible qu’il allait obtenir gain de cause. « Je sais que vous êtes en charge du dossier de mon frère, Oscar DeQ’ianto. C’est pourquoi je me permets de vous solliciter, afin de savoir où nous en sommes de cette histoire. » il était vague. C’était nécessaire pour l’instant. Il ne voulait pas dévoiler tout son jeu, tous ses arguments d’un coup. Il devait lui laisser une chance de s’exprimer et de voir où est-ce que tout ceci allait les mener. Les exactions de ces fanatiques de la religion avaient tendu le climat dans tout le pays et maintenant de nombreuses manifestations bourgeonnaient un peu partout. Il se fichait éperdument de comment tout ceci allait se terminer… Mais il devait protéger sa famille et les membres des silences. C'était son but premier.



Made by Neon Demon





‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
“Chaos exists only in the moment. But Fate knows all. Every action and reaction. Since everything is destined, nothing is random... Chaos is only an illusion.” - B.C. Sirrom ☾☾


my spiritual animal:
 

— CERCLE ; those who want the crown —
CERCLE ; those who want the crown
Arabella Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 1111
AVATAR + © : jlc, eilyam.
POINTS : 2943
Justice ? Are you serious ? EM6lneHr_o
AGE : trente-et-un ans.
STATUT CIVIL : mariée.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t2186-a-la-folie https://gods-will-fall.forumactif.com/t354-hell-should-be-easy Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  Mar 27 Aoû 2019 - 15:25
justice ? are you serious ? -- @cynéad deq'ianto Et voilà que lui aussi s'épanche en flatteries et autres phrases, qui ne semblent avoir de point final. Les gens prennent bien trop de pincettes de leurs jours, qu'elle se dit. Mais cela ne se lit pas sur ses traits, qui ne se déforment pas non, malgré les mots qu'il débite et qui n'en finissent plus de se suivre. Rigides, sont parfois l'âme et souvent la posture de la brune. Mais c'est bien là un qualificatif régulièrement repris pour parler d'elle, par les plus éduqués du moins, alors il serait bien étonnant que l'autre en soit surpris. Et quand bien même, au mieux les juges ne sont pas connus pour parler plus que nécessaire. Au pire ? Il n'est nullement à exclure que cet homme puisse faire partie des moins polis, de ceux qui ne se présentent à elle que dans l'espoir de lui nuire, et des bouches desquels sortent tout un tas de noms d'oiseaux pour la décrire. Insultes auxquelles elle s'est fait depuis longtemps cela dit, et surtout desquelles elle n'a que faire. Après tout, ils ne fabulent pas tant que cela lorsqu'ils remplacent son patronyme par celui de harpie. La preuve, ne feindre aucune émotion en réponse à ce qu'il raconte ne lui demande aucun effort, pas plus que de manquer cruellement de compassion.

Ce qui lui coûte par contre, c'est de voiler son agacement. Elle choisit de le faire pourtant, mais par simple curiosité, ou question d'instinct, elle ne sait même pas vraiment. Toujours est-il que ses doigts se lâchent enfin, et rangent le dossier sur lequel ils reposaient le temps de la tirade, avant d'en sortir un second du même tiroir. Et les prunelles filent de gauche à droite dès qu'elle l'ouvre, puis quelques secondes de silence s'installent, alors qu'elle débute sa lecture. En détention provisoire depuis le vingt mai dernier, dans l'attente d'un procès qui devrait se tenir le dix-neuf du mois prochain. Elle parcourt rapidement le reste des écrits et parvient bientôt en bas de page. Seulement là, elle relève les yeux, quand ses doigts eux s'enlacent de nouveau contre le papier, peut-être pour le masquer. Les accusations qui pèsent contre lui sont assez lourdes, mais je présume que vous êtes déjà bien au courant de ce que l'on reproche à votre frère. Ses yeux se plissent très légèrement, et sciemment. Elle le détaille, elle sonde le visage qui lui fait face et veut qu'il le sache. Monsieur DeQ'ianto, c'est bien ça ? Je suis navrée, mais je ne vois pas bien ce que je peux faire pour vous. Toutefois, je vous invite à vous rapprocher de la personne en charge de la défense de votre frère, qui j'en suis certaine, saura répondre à vos interrogations. Elle ne se lève pas et ses doigts n'invitent aucunement à la poignée de main, non ils sont toujours scellés sur le bureau. Mais l'intensité avec laquelle ses prunelles restent plantées dans celles du client ne laisse planer aucun doute : cela veut dire au-revoir.


ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.


Dernière édition par Arabella Gavon le Sam 14 Sep 2019 - 17:58, édité 1 fois

— SILENCES ; those who train to strike —
SILENCES ; those who train to strike
Cynéad DeQ'ianto
surface
inside
behind
MESSAGES : 409
AVATAR + © : h. newton haydon - thinkky (ava) - mars (signa) - stellae (gif) / Draíochta (gif)
POINTS : 791
Justice ? Are you serious ? JTgXw4T
AGE : Moitié de vie coupée, occultée par un voile mémoriel cassé, fracturé, il a toujours tenté d’occuper un maximum sa « nouvelle vie » comme il aime le dire. Vingt-neuf années d’une vie dont il ne connaît pas tout, mais qui lui semble déjà bien assez remplie, bien assez complexe, pour ne pas en rajouter d’autant.
STATUT CIVIL : Chef de famille sans épouse attire indéniablement nombreuses rumeurs et envolée lyrique de l'esprit, principalement depuis qu’il s’est engagé en politique. Comme si ses confrères décrépis du parlement n'avait rien de plus agréable à se mettre sous la dent, que de décortiquer sa vie (pour ne dire qu'il ne s'arrête qu'à sa vie, dans leurs esprits obscènes). Il ne voudrait pas apporter de l’eau au moulin de ses adversaires, c’est pourquoi il s'est fiancé à une Sovereign, afin d’y apposer son nom, sa marque et qu’elle lui donne un héritier. Purement pratique. D’une pierre, deux coups.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t775-what-is-dead-may-neve https://gods-will-fall.forumactif.com/t1362-what-is-dead-may-nev Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  Dim 8 Sep 2019 - 15:30


Justice ?

Are you serious ?


« I believe that there will be ultimately be a clash between the oppressed and those who do the oppressing. I believe that there will be a clash between those who want freedom, justice and equality for everyone and those who want to continue the system of exploitation. I believe that there will be that kind of clash. » - Malcome X

Dire qu’il était agacé par l’attitude de l’argent était un doux euphémisme. La gorgone ne sourcillait pas et ne laissait transparaître aucune émotion. Rien. Pas la moindre vague, haussement de sourcils ou même de frémissement d’un muscle quelconque au niveau de son visage. Était-elle paralysée de la face ? Il en doutait, puisque ce dernier n’avait pas eu de mal à se mouvoir pour évoquer le dossier de son frère. Il restait alors deux options supplémentaires, soit elle était tellement bien cantonnée dans son rôle, qu’elle ne voulait pas laisser sous-entendre à son interlocuteur qu’elle avait des émotions et qu’elle pouvait être touchée par cet amour fraternel. Soit elle était une sociopathe en puissance, totalement incapable de ressentir des émotions humaines. Mais dans le fond, tout ceci ne réglait en rien son problème et qu’importe ce qui pouvait se passer dans la tête de cette magistrate dont l’existence paraissait bien insipide, il avait besoin d’elle. Quoi que cela puisse lui coûter, quoi qu’il advienne, il devait faire sortir son frère de prison et le plus rapidement possible.

Un soupir. Il baissait la tête ainsi que les yeux. Il ne voulait pas montrer son mécontentement, à la Gavon. Elle était navrée ? Vraiment ? Encore une demoiselle qui avait eu la chance de naître dans une pouponnière coupée du monde, de la réalité des choses. Se rendait-elle compte qu'elle avait la vie de vraie personne entre les mains ? Ou bien n'était-ce que des numéros, des dossiers qui s'enchaînaient ? À moins que cela soit ça qui lui procure des petits trucs dans le ventre, au plus profond d'elle-même, entre ses cuisses frigides et son cœur atrophié en manque d'hémoglobine En réalité, elle aimait ce pouvoir qu'elle avait l'impression de détenir, elle qui ne s'apercevait pas qu'elle n'était qu'un pion parmi tant d'autres. Qu'elle n'était qu'un rouage ridicule dans ce monde gangrené par des ripoux, des véreux peu enclin à véritablement travailler dans le sens du bien commun. Comme lui après tout. Finalement, chacun voulait tirer un peu plus la couverture à lui, dominer à sa manière un monde déjà envahi par les ténèbres. Il n'y avait pas d'espoir. Il fallait faire table rase. Mettre ce monde à feu et à sang, pour qu'il puisse renaître de ces cendres. Dans une nouvelle et meilleure version de lui-même.

Son regard était sans équivoque. Elle en avait terminé avec lui. Et s'il savait déjà, au moment où il avait pris la parole, la dernière fois, que toutes ses envolées lyriques et ces paroles bien faites, n'allaient pas émouvoir la juge, il devait passer à la seconde phase de son plan. Le regard toujours vers ses pieds, sa voix avait changé de ton. Elle était claire, nette, franche, directe. « Vous vous rendez-bien compte que cela serait une erreur de votre part ? il relevait la tête pour planter ses iris dans ceux de la brune. « Vous savez très bien que votre témoignage ne vaut rien, ou du moins qu'il est plus que bancale. D'ailleurs, vous saviez que votre fameux témoin et mon frère avait un passif amoureux ? » il commençait à dérouler. Et même s'il n'allait pas abattre toutes ses cartes maintenant, il était en mesure de négocier. « Et puis avec le climat actuel, pensez-vous réellement que cela soit judicieux de juger quelqu'un, un mutant qui plus est, sur des bases plus que floues, alors que la situation des mutants est déjà plus que bancale ? Vous voulez vraiment être le bras armé de ces hystériques prêtresses et leur donner raison, en créant une jurisprudence et en montrant à la face du monde que madame Gavon est celle qui détruit la vie de ses chers compatriotes mutants, sans aucune base véritablement fiable ? » il savait qu'il allait loin et qu'il était maintenant sur une corde tendue. Que c'était tout ou rien. Mais n'était-il pas, déjà, au pied du mur ? « Je suis persuadé que vous ne voulez pas d'une chasse aux sorcières. » il mentait. Il le savait et il savait qu'elle saurait, mais il continuait naturellement « Travaillons ensemble ! »



Made by Neon Demon




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
“Chaos exists only in the moment. But Fate knows all. Every action and reaction. Since everything is destined, nothing is random... Chaos is only an illusion.” - B.C. Sirrom ☾☾


my spiritual animal:
 

— CERCLE ; those who want the crown —
CERCLE ; those who want the crown
Arabella Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 1111
AVATAR + © : jlc, eilyam.
POINTS : 2943
Justice ? Are you serious ? EM6lneHr_o
AGE : trente-et-un ans.
STATUT CIVIL : mariée.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t2186-a-la-folie https://gods-will-fall.forumactif.com/t354-hell-should-be-easy Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  Lun 9 Sep 2019 - 15:38
justice ? are you serious ? -- @cynéad deq'ianto Pris par le temps, le baratineur laisse tomber son masque sans attendre. Et le voilà qui se lance dans une tirade qui passe à quelques milliers de kilomètres au-dessus de la juge. S'il savait l'effronté, ô combien elle attend que cette chasse aux sorcières débute. Le climat actuel se calque parfaitement sur les attentes des siens, et quoi de plus jouissif même que de pouvoir participer à sa chute. Travailler ensemble, vous dites ? Elle ne retient pas ce rictus, qui transforme ses lèvres et peut-être même tout son visage en cette espèce de réaction douce amère. Les journées sont longues au sein de ce tribunal et plus encore ces derniers temps, alors faire face à ce genre d'énergumène fait naître en elle des sentiments divergeant.

La plupart du temps, elle se contente d'appuyer sur l'un des boutons du téléphone qui trône à quelques dizaines de centimètres de ses doigts toujours entrelacés. Elle fait venir la secrétaire et lui intime d'appeler les gorilles de service, ou les autorités. Mais aujourd'hui, la juge sourit bel et bien. Les lippes ne s'étirent peut-être pas de la plus jolie des manières, mais le fait est qu'elles transmettent toute la fatigue, et le semblant d'amusement que la situation provoque en elle. Désirez-vous que je vous libère une place sur mon bureau peut-être, ou mieux, que je vous offre mon siège ? Par tous les Dieux, avec des frères de cet acabit, le vôtre n'a plus besoin d'ennemis. Les prunelles prennent toutefois bien vite une teinte plus sombre, signe que dans l'intérêt de monsieur, la boutade ferait mieux de toucher à sa fin. Et si les phalanges se séparent enfin, ce n'est que le temps de renvoyer le dossier du détenu d'où il vient.

Mais si elle l'a laissé voler un peu de son temps, ce n'est sûrement pas pour le chasser sur cette plaisanterie douteuse. Il faut dire que la brune ne fait pas partie des gens les plus amusants de ce monde, et qu'elle a tendance à favoriser l'humour quand il est sombre. Trêve d'inepties, vous pensez bien que je ne vais pas répondre à ce genre d'accusations. Mais puisque vous avez eu votre temps de parole, je vais m'octroyer le droit d'y aller de mon commentaire. Et ses prunelles se plantent dans celles de l'autre. Exactement de la manière dont lui l'a fait plus tôt, comme pour souligner toute l'absurdité de la situation. Les événements d'hier joueront peut-être en la faveur de votre frère en effet, ou peut-être pas. Ce sont des éléments bien bancales sur lesquels vous reposez vos convictions, puisque qui sait ce qu'il peut bien se passer d'ici le mois prochain ? Et puis la vie en prison est rude, ne le dément cette pile de documents qui s'élève entre nous et qui ne contient pas moins de cinq affaires traitant d'agressions sur quo-détenus. Toutes datant de cette semaine. Elle fait preuve d'aplomb et pourtant, seuls les Dieux savent ce qui est écrit sur ces papiers qui s'amoncellent depuis le lundi. Mais combien de jolies sommes lui ont été proposées pour faire taire définitivement des détenus un peu trop loquaces ces derniers temps ? Et à mesure que les minutes passent, elle se dit que pour celui-ci, elle va sûrement le faire gratuitement. Aussi, je vous rappelle que votre frère est accusé de terrorisme et qu'il est donc certainement à l'origine de la mort du patriarche, ou des chérubins de toutes ces familles endeuillées qui attendent avec impatience que nous prononcions des peines à perpétuités. Alors qui est-ce qui est en train de faire une erreur, à votre avis ? L'homme est loin d'être le premier à traîner sa peine dans ce tribunal, c'est même un défilé qui s'effectue depuis les attentats du dix-sept mai dernier. Mais peu font preuve d'autant d'audace - ou de stupidité.


ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.


Dernière édition par Arabella Gavon le Sam 14 Sep 2019 - 17:59, édité 1 fois

— SILENCES ; those who train to strike —
SILENCES ; those who train to strike
Cynéad DeQ'ianto
surface
inside
behind
MESSAGES : 409
AVATAR + © : h. newton haydon - thinkky (ava) - mars (signa) - stellae (gif) / Draíochta (gif)
POINTS : 791
Justice ? Are you serious ? JTgXw4T
AGE : Moitié de vie coupée, occultée par un voile mémoriel cassé, fracturé, il a toujours tenté d’occuper un maximum sa « nouvelle vie » comme il aime le dire. Vingt-neuf années d’une vie dont il ne connaît pas tout, mais qui lui semble déjà bien assez remplie, bien assez complexe, pour ne pas en rajouter d’autant.
STATUT CIVIL : Chef de famille sans épouse attire indéniablement nombreuses rumeurs et envolée lyrique de l'esprit, principalement depuis qu’il s’est engagé en politique. Comme si ses confrères décrépis du parlement n'avait rien de plus agréable à se mettre sous la dent, que de décortiquer sa vie (pour ne dire qu'il ne s'arrête qu'à sa vie, dans leurs esprits obscènes). Il ne voudrait pas apporter de l’eau au moulin de ses adversaires, c’est pourquoi il s'est fiancé à une Sovereign, afin d’y apposer son nom, sa marque et qu’elle lui donne un héritier. Purement pratique. D’une pierre, deux coups.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t775-what-is-dead-may-neve https://gods-will-fall.forumactif.com/t1362-what-is-dead-may-nev Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  Mar 10 Sep 2019 - 18:42


Justice ?

Are you serious ?


« I believe that there will be ultimately be a clash between the oppressed and those who do the oppressing. I believe that there will be a clash between those who want freedom, justice and equality for everyone and those who want to continue the system of exploitation. I believe that there will be that kind of clash. » - Malcome X

Elle se foutait vraiment de lui. Mais finalement n'était-ce pas cela le jeu ? N'être qu'un pantin pour cette tyrannique marionnettiste ? Il savait qu'il n'était qu'une vulgaire mouche volant un peu trop près de son pot de confiture, mais il n'en avait cure. Il se fichait pas mal des idées, des envies et des véritables intentions de cette chère demoiselle, qu'il haïssait autant qu'elle l'amusait. Elle était intelligente. Cela se voyait. Elle ne se laissait pas intimider aussi facilement -et en même temps, était-ce étonnant ? Une Gavon, née Sielle, devenue juge… Il fallait avoir les nerfs et les reins solides- et même s'il savait, qu'il ne devait pas être le premier indigent à venir dans son bureau pour jouer aux pleureuses, elle n'avait toujours pas cédé à la tentation de le virer de son bureau à l'aide des agents de sécurité. Elle était froide aussi. Directrice et autoritaire. Et surtout elle n'avait pas froid aux yeux. Ses prunelles déjà noires s'étaient irrémédiablement drapé d'un voile rendant son regard encore plus ténébreux et diabolique. Si elle était terrible, elle l'amusait aussi énormément. Il fallait dire, qu'il ne connaissait que très peu de personnes qui lui tiennent tête de cette manière. Habituellement, il avait soit le dernier moi, soit l'intelligence de fermer sa gueule avant que les choses ne dérapent. Mais pas aujourd'hui, non. Il était prêt à tout. Et s'il devait égratigner son joli visage de porcelaine, inexpressif, semblable à celui de poupées pour jeune fille, flegmatique et austère, alors il ne se gênerait pas pour y laisser sa petite signature.


Elle parlait. Encore et encore. À croire que les monologues étaient contagieux. Il ne disait rien. Ne sourcillait pas. Il restait planter ses azurs dans ses iris d'onyx. Finalement, ils venaient d'échanger les rôles. Elle parlait et lui statufié, limite dédaigneux à l'écouter bavasser. De la bile lui brûlait le fond de la gorge, tellement son discours était à vomir. Elle l'énervait finalement plus qu'elle ne l'amusait. Il se doutait que cette argent bien née n'espérait qu'une guerre civile. Qu'importait son métier, sa véritable allégeance. Tous les argents étaient comme ça. Tout comme les rouges d'ailleurs. Il en côtoyait déjà bien assez tous les jours au parlement pour ne pas comprendre leur mode de fonctionnement. Ils ne comprenaient que la guerre, le sang et la violence. La mort n'était qu'une étape bien anodine parmi tant d'autre, pour peu que leur cause aille dans le bon chemin. Ils le dégoûtaient. Tous autant qu'ils pouvaient l'être.

Et puis quoi ? Elle pensait véritablement qu'elle allait lui faire peur avec les histoires qui pouvaient se produire -ou non- en prison ? S'il avait peur pour la survie de son frère, il ne se faisait aucun souci quant à sa capacité à se défendre. Ils n'avaient pas vécu toutes ces épreuves pour se laisser intimider par plus forts et plus puissants qu'eux. Et s'ils devaient mourir ainsi et bien qu'il en soit ainsi. Et puis finalement, la rue et la misère étaient deux grandes institutrices. Elles ne vous tuent pas, mais vous cassent plus d'un homme en milles morceaux.


Elle finissait. Enfin. Premier haussement de sourcil pour le mutant. Interrogateur. Circonspect. Il voulait s'emporter, il voulait laisser libre court à son pouvoir et lui montrer à quel point elle n'était rien d'autre qu'un amalgame de sang, de chaire fraiche et qu'elle pouvait parfaitement servir de repas pour la journée. Oh oui, qu'est-ce qu'il aurait aimé. Profondément. Sincèrement. Mais finalement « C'est vous qui faites une erreur ! » à moins que ça ne soit réellement lui ? Il ne se débine pas « Quand vous aurez compris que tout ceci n'est qu'une mascarade et que vous servez la mauvaise cause, le mauvais roi. » Il respirait calmement et replongeait son regard dans celui de la juge. Avec moins d'intensité et plus de douceur qu'il ne l'aurait souhaité. Il n'essayait pas de la charmer. Non. Il aurait été bien stupide de prendre ce genre de direction. « Ne vous faites pas passer pour moins intelligente que vous n'êtes. » ce n'était pas de la flatterie. C'était un fait. Continuant, pour ne pas lui laisser l'occasion de le couper « La démonstration de force sans la véritable justice, équitable, reposant sur des faits réels n'est que tyrannie. Et vous le savez très bien, madame le juge. » net, clair et précis. Il attendait quelques secondes, afin de voir si son message était passé auprès de l'intéressée et se levait de son fauteuil, trop peu confortable pour le temps qu'il venait d'y passer. Ne présentant pas ses hommages et ne demandant pas son reste, il se dirigeait vers la porte, comme elle le lui avait intimé quelques minutes auparavant.




Made by Neon Demon




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
“Chaos exists only in the moment. But Fate knows all. Every action and reaction. Since everything is destined, nothing is random... Chaos is only an illusion.” - B.C. Sirrom ☾☾


my spiritual animal:
 

— CERCLE ; those who want the crown —
CERCLE ; those who want the crown
Arabella Gavon
surface
inside
behind
MESSAGES : 1111
AVATAR + © : jlc, eilyam.
POINTS : 2943
Justice ? Are you serious ? EM6lneHr_o
AGE : trente-et-un ans.
STATUT CIVIL : mariée.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t2186-a-la-folie https://gods-will-fall.forumactif.com/t354-hell-should-be-easy Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  Ven 13 Sep 2019 - 20:26
justice ? are you serious ? -- @cynéad deq'ianto Elle esquisse un sourire la brune, et ne cache pas le sarcasme qui en découle. Parce qu'elle se rend bien compte que l'agneau s'est changé en loup, et qu'il ne s'agit en rien de compliments qu'il lui fait là, mais bel et bien d'une attaque, de la même trempe que celles présentes dans toutes ses autres phrases. Et il parle de justice et de tyrannie, quand elle ne retient que le mauvais roi. Que veux-t-il dire par là ? Elle ne relève pas - pas encore. Elle le laisse terminer sa tirade tout en se repassant cette phrase dans sa tête. Mascarade. Mauvaise cause. Ce genre de mots ne s'échappent pas des lèvres des gens lambdas et elle le sait bien, pour ne pas en être. Ce sont des termes qu'ils utilisent au sein du Cercle, mais ici, au tribunal ? Non, jamais. Alors qui est-il, ce Deq'Ianto. Et son frère derrière les barreaux, veut-il l'en faire sortir pour qu'il continue ce qu'il était en train de faire le dix-sept mai dernier, ou n'est-il qu'une victime de ragots, comme il semblait le souligner un peu plus tôt. Les pensées vont et viennent, comme les hypothèses. Et si au départ de la conversation la brune misait sur la deuxième solution, elle se demande alors que le silence revient si elle ne s'est pas fait berner.

Pas par lui, pas par ses mots ou pas vraiment du moins, mais plutôt par son propre instinct. Bien-sûr ce dernier lui disait d'écouter cet homme, raison pour laquelle il en est arrivé jusqu'à ces dires qui restent tourner dans sa tête alors que l'autre se lève, mais il n'avait rien de quelqu'un de dangereux, rien d'un frère éploré non plus. En fait, il ne semblait pas bien différent de la tonne de gens qui défilent en ces lieux. Mais à le regarder de plus près ? C'est ce qu'elle fait, toutefois sans mimer de sentiment particulier. Elle le laisse se lever et le regarde simplement jouer sa scène, puis la regarder, et tenter de déceler quelque chose en elle qu'il semble trouver. Étrange, comme parfois le silence parle bien plus aux autres que les mots. Et pourtant la juge ne se mure pas dedans cette fois, non elle lui laisse à peine le temps de faire quelques pas avant de laisser résonner sa voix. Les faits que je viens d'énumérer sont bel et bien réels, monsieur Deq'ianto. Je ne sers rien d'autre que les lois de ce pays, qui me permettront sans mal de rallonger le séjour de votre frère derrière les barreaux. Et lui, qu'est-il capable de faire ? Rien de bien fantasque s'il sollicite son aide, à moins qu'il préfère salire les mains de la juge, plutôt que les siennes. Difficile à dire, mais le fait qu'il fuit la rassure. La conversation se serait déroulée d'une toute autre manière s'il était en mesure de la mettre sous son joug. Maintenant il ne tient qu'à vous de passer cette porte, ou de vous rasseoir afin de m'éclairer sur la cause qu'il serait dans mon intérêt de défendre. Mais quand bien même choisissez-vous la première option, qu'elle ajoute sans lui laisser le temps de répondre. puis-je me permettre de vous demander ce que vous faites dans la vie ? L'allure peut tromper, mais ses mains ne ressemblent en rien à celles des hommes qui travaillent la terre. Pas plus que son parler ne lui permet de l'assimiler aux commerçants des bas quartiers. Et que fait-il ici, alors même qu'aucun juge n'a officiellement été assimilé au dossier ? Les journées sont longues, bien trop longues oui. Et elle s'est visiblement laissé troubler par la fatigue que lui provoque son travail, mais aussi toutes les autres facettes de sa vie.


ça va mal. mais quand ce sera pire, on regrettera le temps où ça n’allait pas bien.

— SILENCES ; those who train to strike —
SILENCES ; those who train to strike
Cynéad DeQ'ianto
surface
inside
behind
MESSAGES : 409
AVATAR + © : h. newton haydon - thinkky (ava) - mars (signa) - stellae (gif) / Draíochta (gif)
POINTS : 791
Justice ? Are you serious ? JTgXw4T
AGE : Moitié de vie coupée, occultée par un voile mémoriel cassé, fracturé, il a toujours tenté d’occuper un maximum sa « nouvelle vie » comme il aime le dire. Vingt-neuf années d’une vie dont il ne connaît pas tout, mais qui lui semble déjà bien assez remplie, bien assez complexe, pour ne pas en rajouter d’autant.
STATUT CIVIL : Chef de famille sans épouse attire indéniablement nombreuses rumeurs et envolée lyrique de l'esprit, principalement depuis qu’il s’est engagé en politique. Comme si ses confrères décrépis du parlement n'avait rien de plus agréable à se mettre sous la dent, que de décortiquer sa vie (pour ne dire qu'il ne s'arrête qu'à sa vie, dans leurs esprits obscènes). Il ne voudrait pas apporter de l’eau au moulin de ses adversaires, c’est pourquoi il s'est fiancé à une Sovereign, afin d’y apposer son nom, sa marque et qu’elle lui donne un héritier. Purement pratique. D’une pierre, deux coups.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t775-what-is-dead-may-neve https://gods-will-fall.forumactif.com/t1362-what-is-dead-may-nev Voir le profil de l'utilisateur
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  Ven 27 Déc 2019 - 20:36


Justice ?

Are you serious ?


« I believe that there will be ultimately be a clash between the oppressed and those who do the oppressing. I believe that there will be a clash between those who want freedom, justice and equality for everyone and those who want to continue the system of exploitation. I believe that there will be that kind of clash. » - Malcome X

Il devait l'admettre, il avait apprécié cette rencontre. L'esprit de la juge l'avait étonné pour une argent. Mais il savait très bien que tout ceci n'avait été qu'un coup d'épée dans l'eau. Une perte de temps tout au plus, alors même que cette denrée était rare. Il devait cesser ce genre d'actions chronophages. Il avait promis à sa sœur de faire tout son possible pour leur frère. S'il n'avait pas encore utilisé toutes ces cartes, rien n'était plus urgent que de trouver une solution rapidement. Il cloisonnait. Efficacement. Rapidement. Son esprit avait déjà quitté les lieux avec que la juge venait une nouvelle fois de remettre une couche « Les faits que je viens d'énumérer sont bel et bien réels, monsieur Deq'ianto. Je ne sers rien d'autre que les lois de ce pays, qui me permettront sans mal de rallonger le séjour de votre frère derrière les barreaux. » Il souriant et se stoppait dans son élan, quelques instants. Il lui tournait toujours le dos. Décidément, il se demandait qui ne voulait pas lâcher l'affaire. Pourtant, il offrait sa capitulation sur un plateau d'argent, comprenant qu'elle n'était qu'un pion d'un système, auquel elle ne semblait pas adhérer. Une intuition. Des observations et des interprétations. La demoiselle aurait été un très bon sujet d'étude lors de ses études en santé mentale. Impassible et froide comme la glace, elle dégageait malgré tout, une aura mystérieuse qui pouvait pourtant sembler accueillante et agréable, passé cette clôture de façade.


Il se tournait délicatement. Un léger rictus dans le coin de la lèvre. Il n'avait pas envie de cacher son envie de sourire. « Maintenant il ne tient qu'à vous de passer cette porte, ou de vous rasseoir afin de m'éclairer sur la cause qu'il serait dans mon intérêt de défendre. Mais quand bien même choisissez-vous la première option, puis-je me permettre de vous demander ce que vous faites dans la vie ? » Et voilà. Elle venait de laisser une brèche. Elle avait donc quelque chose à offrir. Il avait frappé à la bonne porte. Alors que l'avenir semblait s'assombrir cette dernière phrase était pareille à un soleil traversant d'épais nuage dans une journée morose et pluvieuse. Ce n'était pas tant le message qui était important, mais cette possibilité qu'elle laissait présager. Si l'on pouvait penser qu'il était talentueux pour manipuler son monde, il se murmurait -pour lui-même- bien que personne ne s'y attendait, ne se doutait et pourtant cela se murmurait dans les alcôves de son être que la juge était bien douée à ce petit jeu-là. Qu'il venait de trouver son égale argentée. Il ne bougeait plus. À mi-chemin entre la porte et la chaise qu'il venait de quitter. Il toisait du regard la jolie brune, tout en gardant son rictus sur le visage. « En quoi, la profession que j'exerce, concerne t-elle mon frère ? » réellement intéressé par cette réponse. Il avait très bien entendu la première partie de sa phrase, mais il devait délibérément l'oblitérer. Il avait bien évidemment plusieurs arguments pour répondre à cette invective, mais il ne voulait pas griller toutes ces cartouches aussi rapidement. Parce qu'une petite voix, au fond de lui, lui susurrait que même si leur rencontre s'arrêtait immédiatement, les deux se reverraient assez rapidement.

Il déglutissait. Se redressait de tout son long, comme pour faire ressortir son torse. La mine penseuse, il se demandait bien encore ce qu'il faisait dans son bureau. La jeune femme était pourtant passé par toutes les étapes… De la menace d'expulsion, à la présentation de preuve soi-disant « irréfutables »… Qu'attendait-elle de cette entretien finalement ? Se jouait-elle de lui ? N'avait-elle pas assez de hobbies en dehors de son travail qu'elle veuille s'amuser un peu avec le jeune mutant ? Il devait se jeter à l'eau. « Madame Gavon, soyez franche ! Qu'est-ce que je fais encore ici ? Il y a de cela quelques minutes à peine, vous étiez complètement hermétique à la conversation et maintenant vous souhaitez savoir ce que je fais dans la vie ? » le regard interrogateur, il voulait noyer le poisson. Découvrir ce qu'elle envisageait. Ses idées et ses pensées. « Jouons carte sur table, voulez-vous ! Ni vous, ni moi n'avons de temps à perdre ! » Il venait de planter son regard bleuté dans les prunelles sombres de l'argent. S'il n'était pas complètement certain de cette manœuvre, il l'espérait malgré tout payante et/ou enrichissante. Qu'importe qu'elle soit en mesure de libérer son frère ou non. Plus il en apprendrait sur elle, plus il serait en mesure de l'atteindre les prochaines fois. Jouer avec elle, sa vie, ses aspirations et atteindre ses objectifs. Voilà qui n'était peut-être pas une si grande perte de temps que cela après tout.




Made by Neon Demon





‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
“Chaos exists only in the moment. But Fate knows all. Every action and reaction. Since everything is destined, nothing is random... Chaos is only an illusion.” - B.C. Sirrom ☾☾


my spiritual animal:
 

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind
Justice ? Are you serious ? Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Justice ? Are you serious ?  |  

Justice ? Are you serious ?  Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Pacte [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: LET'S GO BACK TO THE START :: flashbacks-
Sauter vers: