Revenir en haut Aller en bas



 


le gouvernement
Palier 9
l'ordre écarlate
Palier 6

la confrérie
Palier 5
le cercle
Palier 7

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 5
les veuves
Palier 5

les perles
noires
Palier 5
les épines rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3
les rossignols
Palier 1

propagée par la Confrérie du Soleil: Il semblerait que les bavures militaires ne soient pas l'oeuvre d'argents (ou du moins pas uniquement). Sidonie Galathynius, pourtant une rouge, a été vue agressant la foule et usant de son autorité de commandante pour inciter les militaires à faire de même. Parmi les personnes touchées par la Galathynius: plusieurs argents mais également plusieurs rouges. Personne n'est plus à l'abri...
propagée par la Confrérie du Soleil: L'assaillant de Orion et Tonia Zarkari aurait été commandité par la famille Sielle. Des pièces frappées du tigre ont été retrouvées lorsqu'il a fait tomber une bourse durant sa fuite.
propagée par la population d'Aureus: Lyanna Burkhardt, la fille de Nerea Burkhardt (née Iskander) est morte durant les manifestations. Certains affirment avoir vu un homme portant une veste floquée d'un grand soleil dans le dos s'enfuir à l'endroit où le corps à été retrouvé.
Vous aussi vous voulez propager votre propre rumeur? Alors rendez-vous dans le recensement général pour remplir le champ "rumeurs et informations". Vous pouvez également consulter toutes les rumeurs et informations avérées au sein du registre des informations et rumeurs.


 future's in our hands now

 :: LET'S GO BACK TO THE START :: flashbacks  
Hector Macanthos
CONFRERIE DU SOLEIL— those who want it back —
surface
inside
behind
MESSAGES : 2607
AVATAR + © : Sweetie Plum (avatar) floweryshell (gif profil), PHILTATOS (crackship x2 signature), ASTRA, (codage signature) ♥
POINTS : 7396
future's in our hands now Tumblr_pw2p2uiMaV1tlov0zo3_400
AGE : 41 années passées avec un unique but pour le guider : la couronne, sa couronne
STATUT CIVIL : Ancien veuf, à présent fiancé, il passera bientôt la bague au doigt de sa douce alliée
CONFRERIE DU SOLEIL
those who want it back

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1449-the-measure-of-a-man https://gods-will-fall.forumactif.com/t1458-when-something-is-im Voir le profil de l'utilisateur

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
future's in our hands now  |  Jeu 29 Aoû - 15:22



future's in our hands now

@Tonia Macanthos & @Hector Macanthos


22h15. C’était l’heure qu’indiquait l’horloge de la spacieuse salle à manger lorsque le téléphone avait sonné. Très peu connaissaient ce numéro personnel que lui et Tonia ne donnaient qu’à ceux en lesquels ils avaient confiance. Personne n'appelait à cette heure si ce n’était l’armée. Le pouvoir implique de grandes responsabilités, il ne lui était pas rare d’avoir des affaires urgentes à traiter pour l’armée, et bien plus encore pour son cher et tendre Soleil. Mais l’heure avait tout de même piqué sa curiosité.


30 secondes. C’était le temps qu’avait duré l’appel. Comme l’on savait qu’ils n’aimaient pas être dérangé dans leur appartement, un simple coup de fil avait suffit. Suffit à tout faire basculer. Il avait reposé le combiné sur son socle, geste qui pourtant avait été exécuté avec bien moins de vigueur que d’ordinaire, comme si son esprit divaguait déjà de manière lointaine, en en oubliant presque ce qu’il tenait dans la main. Son regard s’était soudainement obscurci et il restait raide, comme souvent, mais cette fois l’apparence plus rigide que d’ordinaire. Peut-être qu’une personne quelconque aurait pu dire qu’il avait perpétuellement l’air rigide, pourtant bien souvent il se forçait à se donner un air décontracté et celui qui le connaissait savait qu’il demeurait calme et impassible. L’apparence dure, les gestes maîtrisés, une contenance souple et flegmatique, le regard perçant. Tel était l’aigle qui se dessinait, l’image projetée, celle qui inspirait le respect. Il mesurait ses pensées de sorte à ce qu’elles soient toutes minutieusement filtrées et cela passait par cette attitude. Seulement là il en était autrement. Exactement comme si cet air impassible avait été heurté par quelque chose de bien plus grand que le désir de dominer et de vaincre qui le guidaient habituellement. Le 29 mars de l’année 2677 l’inébranlable aigle royal avait vécu le dernier jour de sa vie. Il y a moins d’une heure qu’il avait rendu son dernier souffle. Pour la dernière fois il s’était délecté de ses gouttes liquoreuses qui l’avaient fait glisser plus profondément encore sur la pente du désespoir, jusqu’aux abimes de la folie. Sûrement étaient elles aussi responsable de cet infarctus. Ça, la haine, la rage et l’aigreur avaient toutes contribué à précipiter Arius Macanthos vers la pétrification de son palpitant déjà presque de pierre.


Pour une fois, il avait peine à garder la main sur le flot de ses pensées, son sang froid habituel dérivant au grès de ses émotions. Il était partagé entre la tristesse de la perte de cette homme qui l’avait élevé, surplombée par un soulagement qu’il ne pouvait décemment nier, sentiments qui se partageaient avec l’appréhension de ce statut qu’il assurerait désormais au sein de sa famille, héritier de l’aigle argenté. Il savait qu’il avait déjà tant de choses à gérer, pourtant sa pensée se canaliser à présent sur une personne : Tonia. Il devait la mettre au courant. Il ne devrait pas en être ainsi, mais son myocarde qui aurait pourtant dû être de glace en cet instant tragique fut inondé d’une chaleur naissante se propageant beaucoup trop rapidement dans son corps robuste : les deux gamins avaient désormais le sort des Macanthos entre leurs mains, la victoire plus que jamais proche ; il les voyait déjà tous deux régner, comme la revanche des orphelins maudits qu’ils étaient. Ils avaient tout à gagner, plus redoutables que jamais.
Alors il aurait dû se rendre au manoir voir le défunt, préparer ses obsèques, mais égoïstement, il voulu profiter de ces quelques instants où tout lui sembla plus atteignable que jamais, ce avec la seule qui comptait réellement à ses yeux et dans son coeur, celle pour qui il aurait pu exécuter toute la vermine de cette fichue ville, tous ceux qui leur barraient le chemin s’il l’avait pu : Tonia.


Traversant leur grand appartement du Haut Aureus, il se dirigea décidément vers la chambre de Tonia, le pas léger, mais résolu. Il leva le poing en direction de la porte, toqua trois coups vigoureux avant de lâcher : « Tonia, nous devons parler ».


Pour Tonia, pour leur mère, leur moment était venu, le tortionnaire de leurs nuits s’était tue et si leur coeur triomphait déjà, bientôt ce serait leur victoire qui ferait trembler Akkadia jusqu’aux contrées les plus lointaines.





Hector pendant que le Cercle et les haters parlent:
 


Dernière édition par Hector Macanthos le Dim 8 Sep - 0:21, édité 1 fois

Tonia Zarkari
CONFRERIE DU SOLEIL— those who want it back —
surface
inside
behind
MESSAGES : 3063
AVATAR + © : bella hadid / vocivus (av) philtatos (gifs)
POINTS : 376
future's in our hands now 9kVwKHzp_o
AGE : vingt cinq ans, les années se battent et soupirent
STATUT CIVIL : la bague au doigt et le coeur au large, mariée à orion zarkari - impératrice en devenir
CONFRERIE DU SOLEIL
those who want it back

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1041-tonia-leave-a-light- https://gods-will-fall.forumactif.com/t1081-leave-a-light-on-ton Voir le profil de l'utilisateur En ligne

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: future's in our hands now  |  Ven 30 Aoû - 18:31
future's in our hands now
Toc toc toc.

Hector s’annonce de trois coups portés à la porte de sa chambre et, alors, qu’il se glisse à l’intérieur de la pièce – le cœur de la gamine égoïste se gonfle d’un amour que peu connaissent. A vrai dire, il se gonfle d’un amour que lui seul connaît, car Tonia n’a de place que pour lui. Le cœur de la dame aux aigles s’est fissuré avec les années et il ne reste aujourd’hui qu’Hector pour en tenir les bouts. Oh, il y a bien des gens que Tonia aime. Mais personne n’a ce pouvoir qu’à l’aîné sur sa cadette, cette affection sans limite sans qu’elle lui porte sans poser de condition. L’ingratitude de Tonia semble ne pas s’appliquer à son frère, lui qu’elle place à des lieues au-dessus des autres.

Mais quelque chose ne va pas.

Car l’affection de Tonia est à double sens et la gamine connaît son frère mieux que quiconque. Alors, celle qui n’est encore qu’une enfant à bien des égards, se lève pour le rejoindre. Pose une main sur son épaule et l’autre sur sa main à lui avant de planter l’ambre de ses yeux au fond des siens. Les traits de Tonia sont plus fins, moins marqués par les années, mais il n’en reste pas moins que regarder au fond des yeux de l’un équivaut à regarder au fond de ceux de l’autre : la même ambition  y est écrite, la même résolution dévorante d’un jour tenir les ficelles du monde à deux.

Hector et Tonia s’imaginent déjà marionnettistes d’un monde de fumée.

« Que se passe-t-il ? » La fille des éclairs est inquiète, ne prend pas la peine de le cacher alors que ses doigts se serrent autour des siens – de cette façon si singulière qu’ils ont de se toucher avec tendresse (et qui nourrit de temps en temps les ragots). Tonia le lâche comme elle l’a trouvé pour retourner s’asseoir sur son lit, dégage ce qui s’y trouve pour lui faire une place à ses côtés. « Hector ? » Et c’est autant pour l’inviter à la rejoindre que pour s’impatienter de son silence.

La gamine s’imagine des centaines de scénarios mais est bien loin de se douter que c’est tout son monde qui s’apprête à changer. L’ingrate imagine la mort d’Arius depuis des années – secrètement, presqu’honteusement – avant de s’endormir. Le trépas est toujours sanglant (et souvent de sa main). Les pulsions mortifères de l’enfant brisée se sont toujours heurtées à cette adoration pour le sang qu’ont les Macanthos. La famille avant tout. L’adage s’est malheureusement toujours aussi appliqué au vieil ivrogne.

(c) DΛNDELION


she wears strength and darkness equally well, the girl has always been half goddess half hell -- t.m

Hector Macanthos
CONFRERIE DU SOLEIL— those who want it back —
surface
inside
behind
MESSAGES : 2607
AVATAR + © : Sweetie Plum (avatar) floweryshell (gif profil), PHILTATOS (crackship x2 signature), ASTRA, (codage signature) ♥
POINTS : 7396
future's in our hands now Tumblr_pw2p2uiMaV1tlov0zo3_400
AGE : 41 années passées avec un unique but pour le guider : la couronne, sa couronne
STATUT CIVIL : Ancien veuf, à présent fiancé, il passera bientôt la bague au doigt de sa douce alliée
CONFRERIE DU SOLEIL
those who want it back

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1449-the-measure-of-a-man https://gods-will-fall.forumactif.com/t1458-when-something-is-im Voir le profil de l'utilisateur

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: future's in our hands now  |  Mar 3 Sep - 0:38




future's in our hands now

@Tonia Macanthos & @Hector Macanthos


Alors qu'il venait tout juste de frapper à la porte de sa soeur, la porte de la chambre s'ouvra bien plus vite qu'il ne l'aurait voulu. Lui, l'homme au coeur de pierre le sentait ramollir dans sa poitrine. Il peinait à y voir clair entre toutes ses pensées qui fusaient. Lui qui avait toujours le contrôle sur tout voyait son pouvoir se dérober chaque second qui passaient, le rapprochant toujours plus de Tonia que de la nouvelle qui allait bientôt sortir d'entre ses lèvres. Celle qui les toucherait bien plus qu'ils n'étaient prêts, celle qui venait de changer leur misérable vie, celle qui allait venir chatouiller les plais encore à vifs. Celles sur lesquelles il aurait préféré ne pas ré-appuyer, celles qui lui avaient tant appris y compris, surtout, culpabilité, et parmi ça la souffrance, se trouvant encore en leur berceau. Mais pourtant il le savait, si c'est dans ces moments qu'il pouvait faiblir, il le savait aux tréfonds de son coeur, tandis qu'elles lui déchiraient encore les entrailles, les abîmes de la culpabilité ne s'étaient jamais fermées, il ne devait pas flancher. Pas cette fois. Il ne se le pardonnerait pas. Pas un autre abandon.


Il se reprit presque imperceptiblement, mais pas assez pour elle. Elle venait de comprendre que quelque chose n'allait pas. Ils se connaissaient mieux que personne, presque comme des jumeaux. Et si l'on ne connaissait pas l'électricité qui les animait, on aurait pu croire à une télépathie. Pourtant, c'était indéniable, personne n'aurait osé le remettre en question, ils étaient liés, mais s'ils l'étaient c'était avant tout par l'amour. Les deux êtres les plus égoïstes, mal-aimants d'Akkadia connaissaient pourtant le secret d'un amour fraternel rarissime, celui même qui leur donnerait éternellement cette force capable de bouger des montagnes. Alors il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'elle lut en lui comme dans un livre ouvert. Un simple contact physique, la main de celle qui était encore une enfant pour lui se posant sur la sienne, un contact visuel, leurs regards l'un dans l'autre. Pourtant cette fois le silence ne suffit pas à l'apaiser. Si leur relation avait ça de magique qu'était un silence aussi parlant que les mots, aujourd'hui y faisait exception. Elle commençait déjà à se demander ce qu'il lui arrivait : « Que se passe-t-il ? ». Maître des mots, de la persuasion, éloquant monarchiste teinté par l'ambition, ces derniers l'avaient ce soir abandonné, lui, à son tour. Peut-être que ce n'était que ce qu'il méritait. Néanmoins il savait qu'il ne pouvait pas continuer ainsi. La gamine avait déjà retiré ses doigts, jusqu'alors liés autour de ceux de son frère aîné, pour rejoindre son lit sur lequel elle lui faisait déjà une place. Elle s'impatientait, l'appelait : « Hector ? », l'arrachant de ses pensées. Si aucun son ne sortait de sa bouche, s'il ne lui disait pas, s'il lui cachait cela c'est à elle qu'il ferait du mal.


Il s'avança doucement, le pas léger, mais le coeur lourd vers la seule qui comptait vraiment à ses yeux, son sang. Il savait que dans quelques instants, lorsque la nouvelle sortirait de ses entrailles au fond desquelles elle s'était malicieusement logée, tout allait changer. Plus rien ne serait comme avant. Si d'un côté c'était une nouvelle positive pour leur avenir, le passé qu'il fuyait s'inviterait. Lui se logerait encore entre eux, bourreau sans coeur. Il essaierait à nouveau de les séparer. Et s'il ne tenterait pas de prendre la place du futur, il essaierait de se ré-incarner en Janus de leurs malheurs, tuant Elpis sur son passage. Alors qu'il alla s'asseoir à ses côtés, il posa délicatement sa main, trop marquée par les combats, ceux de l'armée et ceux de la vie, oui il la posa sur celle de sa cadette. Il la serra doucement, tendrement comme pour lui envoyer une décharge de courage, bien qu'elle n'en manquait pas, il voulait lui montrer qu'il était là pour elle. Ses lèvres s'entrouvrirent pour anéantir le silence qui avait déjà pris trop de place, laissant la vibration de ses cordes vocales produire cette amère sonorité : « Nous venons de recevoir un appel de Beniria, le coeur de père s'est dérobé il y a moins d'une heure ». Il avait voulu lui annoncer avec le plus de retenu possible, mais de façon assez claire. Si la délicatesse avait toujours était un mystère pour leur père, l'annonce, elle, ne pouvait pas en manquer.


Il s'était arrêté là, il ne devait lui en dire plus. Il fallait qu'elle digère la nouvelle. L'homme animé par l'électricité avait tant redouté ce jour qu'il l'avait désespérément secrètement attendu. S'il avait ruiné leur vie, particulièrement celle de sa soeur, alors que son coeur avait cessé de battre, ce n'était pas aujourd'hui qu'il arrêterait de les importuner, comme si son âme flânait encore au-dessus de leurs têtes, enfants maudits qu'ils étaient.





Hector pendant que le Cercle et les haters parlent:
 

Tonia Zarkari
CONFRERIE DU SOLEIL— those who want it back —
surface
inside
behind
MESSAGES : 3063
AVATAR + © : bella hadid / vocivus (av) philtatos (gifs)
POINTS : 376
future's in our hands now 9kVwKHzp_o
AGE : vingt cinq ans, les années se battent et soupirent
STATUT CIVIL : la bague au doigt et le coeur au large, mariée à orion zarkari - impératrice en devenir
CONFRERIE DU SOLEIL
those who want it back

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1041-tonia-leave-a-light- https://gods-will-fall.forumactif.com/t1081-leave-a-light-on-ton Voir le profil de l'utilisateur En ligne

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: future's in our hands now  |  Dim 8 Sep - 10:23
future's in our hands now
La nouvelle tombe et Tonia en a le souffle coupé pendant quelques instants. Les émotions se bousculent aux alentours de son coeur carbonisé alors que la gamine reste silencieuse. Instinctivement, les doigts de la dame aux aigles viennent caresser la tâche jaunâtre qui orne encore une de ses clavicules, souvenir amer de sa dernière visite au château de Beniria. La différente reste là, poison dans ses veines: il y a une différence entre souhaiter la mort de quelqu’un et la mort elle-même. Mais Tonia ne peut nier ce drôle de noeud au fond de son estomac: le monde est un peu moins noir, un peu moins étouffant. C’est à l’annonce de la mort du Père que Tonia se rend compte de tout ce qu’Arius lui a volé.

« Je… » L’égoïste a pourtant toujours les mots, sauf aujourd’hui. « Je suppose qu’Iris et Tilly sont déjà mises au courant? » - vu qu'elles vivent avec Beniria avec le monstre. La logique pour tenir le palpitant au loin, vaine tentative de cacher son trouble à son frère. Tonia ne sait pas comment gérer la nouvelle, déchirée entre la peine qui perce bien malgré elle ses défenses, et la joie glaciale qui commence à éclater ses veines. Arius est mort. La gamine ne connaîtra plus jamais la sensation de ses poings contre la porcelaine de son corps, n’aura plus jamais à masquer la honte de son visage ou bien de sa carne. La sensation est enivrante et presque trop pour la gamine aux sentiments anesthésiés.

Et puis… La réalisation frappe Tonia avec la force d’un coup de poing et les yeux de l’aigle s’écarquillent légèrement: la mort d’Arius ne va pas juste changer sa vie mais également celle d’Hector. En tant qu’aîné, c’est à lui que revient la tâche de succéder au patriarche, c’est à lui que revient la responsabilité de leur nom. En ces temps troubles, Tonia ne réalise que trop bien à quel point le poids doit être lourd. Affectueuse avec lui comme avec personne d’autre, la gamine vient nicher sa tête au creux de son cou - s’appuie contre lui alors qu’elle reprend la parole - « Et toi… Comment vas-tu? » Sa voix tremble légèrement mais Tonia se reprend rapidement. « Je serai là pour t’aider, tu sais. A diriger la famille. » Un léger sourire vient prendre place sur ses lèvres, timide aux commissures. Ils dirigeront le monde, ensemble. Comme ils se le sont toujours promis. « Toi et moi. »

(c) DΛNDELION


she wears strength and darkness equally well, the girl has always been half goddess half hell -- t.m

Hector Macanthos
CONFRERIE DU SOLEIL— those who want it back —
surface
inside
behind
MESSAGES : 2607
AVATAR + © : Sweetie Plum (avatar) floweryshell (gif profil), PHILTATOS (crackship x2 signature), ASTRA, (codage signature) ♥
POINTS : 7396
future's in our hands now Tumblr_pw2p2uiMaV1tlov0zo3_400
AGE : 41 années passées avec un unique but pour le guider : la couronne, sa couronne
STATUT CIVIL : Ancien veuf, à présent fiancé, il passera bientôt la bague au doigt de sa douce alliée
CONFRERIE DU SOLEIL
those who want it back

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1449-the-measure-of-a-man https://gods-will-fall.forumactif.com/t1458-when-something-is-im Voir le profil de l'utilisateur

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: future's in our hands now  |  Lun 16 Sep - 0:45

 
future's in our hands now
 

@Tonia Macanthos & @Hector Macanthos


Il la connaissait, il savait que tout ce qu'elle pouvait cacher à n'importe qui, elle ne pouvait lui cacher à lui. Car il n'était pas n'importe qui et ne le serait jamais. Alors il savait qu'elle détournait légèrement le sujet, le tourner de façon à ne pas s'étaler d'avantage sur ce dont elle aurait : ce qu'elle ressentait à présent. Alors elle s'attardait sur des détails, lui demandait ce qu'il en était pour Iris et Tilly, alors qu'en cet instant, cela ne comptait pas. Egoïstement, il voulait s'accaparer ces quelques minutes, presque de répit face à la tempête qu'ils avaient connu jusqu'alors, comme s'il se trouvait dans l'Oeil du cyclone et qu'ils pouvaient enfin se payer le loisir de reprendre leur souffle, s'appliquer à une introspection, penser leurs plaies avant que la tempête ne reparte de nouveau. Cette tempête qui s'essoufflerait un jour, mais qui, il le savait, était la responsable des ruines de leur vie, ruines d'antan et ruines d'aujourd'hui. Oui il le savait, ces ruines il faudrait les reconstruire. Un soulagement avare mué du passage de l'oeil, qui n'était alors que l'ombre de la labeur qui les attendait déjà jusqu'à au trône. S'ils avaient pu se cacher derrière la paternité, aujourd'hui à découverts ils avaient en leurs mains le destin Macanthos. Pourtant, alors qu'il avait déjà commencé à s'y atteler, pour cette fois, il ne voulait que profiter de ce moment de magie où il les savait que tous les deux. Peut-être aurait-il dû pleurer sa chaire, son sang. Cependant, à ses yeux, seule Tonia était de sa chaire. De ce fait, n'était-il pas si égoïste de ne vouloir penser qu'à celle-ci pour le moment. Celle qui portait les cicatrices physiques du passage de la tempête.


Il n'aimait pas s'attarder sur les sentiments, sensibilité réservée aux femmes paraît-il, pourtant ceux de sa cadette l'intéressait. Il n'y a que trop peu accordé d'attention, préférant lui donner la force, cette force de pouvoir être celle qu'elle était aujourd'hui, néanmoins la culpabilité pointait le bout de son nez, plus présente que jamais il se devait de lui demander : « Tonia, je sais que j’aurais dû te le demander plus tôt, comment vas-tu, toi ? ». Bien sûr, c’était presque évident, cette nouvelle devait avoir laissé bien plus de place au soulagement qu’à la tristesse, mais plus que tout encore, elle devait avoir réouvert ses plaies encore à vif, alors il voulait lui montrer par-là qu’elle n’était pas seule, qu’il l’écouterait.


Comme si ce qu’elle lui avait dit juste avant n’avait pas d’importance. Il ne voulait pas que l’on se concentre sur lui. Il savait qu’il avait déjà bien trop attiré la fierté de son père jusqu’alors, comme s’il l’avait entièrement volé et qu’il n’en était plus resté pour celle qui partageait son sang. Non il ne voulait pas être au centre de l’attention. Ses pensées étaient encore confuses, tout se précipitait encore dans son crâne. Le regret du passé, la colère du présent et le doute du futur. Mais la politique attendrait bien quelques minutes. Obnubilé par ses affaires, il ne pouvait pas la négliger elle, pas en cet instant si précieux. Il lui prit délicatement la main et comme pour appuyer sur cette partie d’elle-même qui s’était trop longtemps cachée, qu’elle avait étouffé et qu’il voulait désormais faire sortir il brisa l’attente : « Le monde meurt d’impatience de nous voir, toi et moi en habits de monarchistes, assis sur le trône, mais il peut encore attendre. Ces minutes-là ne leur appartiennent pas, c’est notre moment, tu le sais. Tu le sais, il n’y a pas de pudeur entre nous. Et s'il y en a eu il n'y en aura plus », marquant une pause le temps d'avaler sa salive il ajouta « Secrètement nous avons sans doute intimement attendu cette annonce, peu importe puisqu'il n'y aura jamais de honte entre nous. Maintenant que c'est chose faite, il faut que nous laissions partir tout ce qui nous nuira un jour ou l'autre. Tu le sais, il faut renvoyer ces démons d'où ils viennent ». Il voulait parler à coeur ouvert, il le fallait. Peut-être n'avait-il jamais été aussi transparent sur ses sentiments, bien qu'il s'ouvrait plus à sa soeur qu'à n'importe qui. Néanmoins il le savait, s'ils ne s'exorcisaient pas des démons du passé, ils continueraient de les hanter à jamais, les entraînant dans des abysses trop profondes pour pouvoir s'en échapper, les éloignant alors de leur victoire prochaine. Ils devaient se débarrasser de ce passé toxique pour se concentrer sur leur avenir. Et très égoïstement, sans doute qu'Hector lavait sa culpabilité encore imbibée du sang, de la douleur de celle qui logeait sa tête au creux de son cou. Peut-être son regard était vide, mais de là où elle était, heureusement elle ne pouvait pas décerner les notes de regret qui le tachaient, ce regard d'océan. Peut-être encore avait-il aussi pris sa main dans la sienne pour s'empêcher de serrer ses poings, empêcher à sa rage de se montrer en spectacle. S'empêcher d'abîmer ses mains avec lesquelles il lui restait tant à construire. Alors assis sur ce lit, plus raide que jamais, il attendait qu'elle comble ce silence extérieur, fasse taire son brouhaha intérieur en s'exorcisant de son démon.




Hector pendant que le Cercle et les haters parlent:
 

Tonia Zarkari
CONFRERIE DU SOLEIL— those who want it back —
surface
inside
behind
MESSAGES : 3063
AVATAR + © : bella hadid / vocivus (av) philtatos (gifs)
POINTS : 376
future's in our hands now 9kVwKHzp_o
AGE : vingt cinq ans, les années se battent et soupirent
STATUT CIVIL : la bague au doigt et le coeur au large, mariée à orion zarkari - impératrice en devenir
CONFRERIE DU SOLEIL
those who want it back

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1041-tonia-leave-a-light- https://gods-will-fall.forumactif.com/t1081-leave-a-light-on-ton Voir le profil de l'utilisateur En ligne

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: future's in our hands now  |  Lun 30 Sep - 21:50
future's in our hands now
Arius est une tempête qui a ravagé aussi bien le coeur que le corps de la cadette. La mort de l’homme ne change rien au poison qu'il a eu le temps de déposer partout sur elle, ne suffira jamais à réparer les dégâts infligés. Tonia n’a plus que quelques tisons de charbon à la place du coeur, a dédié tout ce qu'il lui reste d'amour à donner à celui dont elle tient la main - presque comme une enfant. Car la dame aux aigles n’a jamais eu le loisir de l’innocence, n’a eu d’enfance qu’avec Hector. « Je vais bien. » Les trois mots remontent de ses tripes et sont avoués dans un souffle à peine assumé: elle va bien. Elle va bien car Arius était pour elle plus un bourreau qu’un Père (Hector a vite endossé ce rôle - celui là et tant d’autres). Elle va bien car cela fait des années que la gamine n’a plus que de la haine pour le vieil homme. Elle va bien, et pourtant - l’amère enfant s’attendait à plus. Tonia respire peut-être pour la première fois, s’étonne de ne ressentir ni euphorie ni allégresse.  Arius a t’il cassé jusqu’à sa colère? « Je pensais que je serais plus soulagée que ça - qu’elle confesse - mais je vais bien. » Ses yeux trouvent ceux d’Hector, s’y plongent pour y lire tout ce qu’elle a besoin d’entendre. « Vraiment. Ne t’inquiètes pas pour moi. »

Tonia acquiesce, laisse les mots de l'aîné combler le vide. La princesse sans couronne vient loger sa tête dans son cou, cache un sourire contre son épaule. « Je ne veux pas attendre, Hector. » La patience n'a jamais été le point fort de la commandante, elle qui a passé plus de vingt ans à se battre contre un écran de fumée. « Je ne veux plus attendre. Ni attendre ni avoir peur (d’Arius, d’un homme, du monde, d’elle-même. Peut-être la mort d’Arius a t’elle donné naissance à un monstre). On ne pourra jamais réparer ce qu’il a brisé (c’est peine perdue, Tonia le sait mieux que personne) mais nous pouvons bâtir quelque chose de nouveau. Un empire rien qu’à nous. » Car c’est ensemble qu'ils se sont promis de piétiner le monde, ensemble qu'ils se sont jurés de régner un jour.

« Je sais exactement où se trouve mon démon. » Et je sais exactement dans quel état il se trouve. Une pause, Tonia qui s’éloigne un petit peu pour de nouveau mieux le voir. La gamine est d'un calme à toute épreuve, n’est pas tiraillée par la même culpabilité qu’Hector. « Tu ne peux pas t'en vouloir - c'est presqu'un ordre entre ses lèvres - La mort s'est occupée d'exorciser mon démon (si seulement c'était aussi simple, mais à ce moment précis, Tonia est persuadée d'être enfin libre) mais j'ai bien peur que les tiens ne s'en aillent pas aussi facilement - ses doigts courent le long de sa joue - Je ne veux pas que tu te sentes coupable de ses erreurs. » Jamais.

(c) DΛNDELION


she wears strength and darkness equally well, the girl has always been half goddess half hell -- t.m

Hector Macanthos
CONFRERIE DU SOLEIL— those who want it back —
surface
inside
behind
MESSAGES : 2607
AVATAR + © : Sweetie Plum (avatar) floweryshell (gif profil), PHILTATOS (crackship x2 signature), ASTRA, (codage signature) ♥
POINTS : 7396
future's in our hands now Tumblr_pw2p2uiMaV1tlov0zo3_400
AGE : 41 années passées avec un unique but pour le guider : la couronne, sa couronne
STATUT CIVIL : Ancien veuf, à présent fiancé, il passera bientôt la bague au doigt de sa douce alliée
CONFRERIE DU SOLEIL
those who want it back

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1449-the-measure-of-a-man https://gods-will-fall.forumactif.com/t1458-when-something-is-im Voir le profil de l'utilisateur

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: future's in our hands now  |  Mer 16 Oct - 2:53

 
future's in our hands now
 

@Tonia Zarkari & @Hector Macanthos


Si elle lui assurait qu'elle allait bien, néanmoins Hector pouvait encore douter de la réelle disparition de ce démon. Ses cicatrices resteraient éternellement présentes et il en était sûr, il n'était pas loin le temps où les coups s'étaient abattus. Il s'en doutait, Arius ne s'était certainement pas calmé avec l'âge. Pire encore. Devenant cette infâme homme aigri, vieil acariâtre qu'il n'avait jamais véritablement compris. En lui demandant si elle allait bien, intrinsèquement il ne lui avait pas demandé si elle supportait cette perte, mais elle si elle en était soulagée. Assurément il n'aurait pu en être autrement. Le passé ne pouvait s'échapper aussi facilement, il en était certain. Peut-être que sa soeur en était soulagée, mais sans doute craignait-il la violence qui accompagnerait bientôt la remontée de ses cauchemars enfouis. Bien sûr, il ne doutait pas de la force de sa soeur. Jamais il n'en avait douté. Cependant il ne pouvait nier l'importance de l'horreur qui s'était abattue sur elle depuis toutes ces années. Une horreur qui aurait l'effet d'un boomerang un jour prochain et ce jour il craignait déjà de ne pas être à ses côtés. Il ne se le pardonnerait jamais. Mais il ne la forcerait pas à s'exprimer d'avantage si elle ne le voulait pas. Pas en cet instant. « Si tu sens ce démon reprendre l'emprise sur toi, je veux que tu m'en parles. » Si cela sonnait comme un ordre, sa cadette le savait, il s'agissait bien plus d'une invitation bienveillante.


L'impatience qu'il lui reconnaissait commençait déjà à brûler les doigts de sa cadette, il le sentait, elle mourrait d'impatience. Peut-être voulait-elle fuir ses émotions contradictoires en s'accrochant vainement à ses ambitions. Démesure il n'y en avait point lorsqu'il s'agissait du pouvoir des Macanthos. La tête de sa soeur au creux de son cou, il l'écoutait parler, il aurait presque souri en écoutant son impatience. Il ne s'agissait point de vulgaires caprices dénués de sens, non cela allait bien plus loin que cela. Il l'écoutait parler de cet avenir qui leur était à présent libre, celui qu'ils choisiraient, celui qui les porterait jusqu'à ce triomphe mordant pour lequel ils s'étaient tant battus, celui qu'on leur avait non seulement inculqué, mais aussi celui qu'il avait choisi. Ce serait le leur. Pas celui d'Arius, de Targen ou qui d'autre encore, non. Ce serait leur triomphe. L'ascension des aigles royaux. « Cet empire ce sera le notre, je me battrais jusqu'à mon dernier souffle à tes côtés. Nous éradiquerons cette terre de ces vils ennemis pour en faire un monde à notre image. » Ses entrailles brûlaient de désir à présent. Prenant une nouvelle inspiration, il sentait le regard de sa cadette. « Un monde où tout sera plus juste. Celui où la royauté aura sa place. Un monde où tu n'auras plus à avoir de peur de qui compte. Plus jamais, tu m'entends. » Il serrait déjà légèrement son poing. « Et nous nous y mettrons dès demain. »


Tonia a toujours eu une attention particulière à son égard, la même que lui. Elle avait toujours tout été pour lui, celle qui était là lorsque ça n'allait pas avec Maider. Celle qui avait même été jusqu'à l'aider à la faire disparaître. Ils avaient tout manigancé à deux, de l'accessoire à l'élément le plus capital. Jamais une seule fois elle n'avait failli à sa mission qui était celle d'être présente pour son frère. Pourtant il n'en avait pas exactement fait de même avec elle. Il n'avait pas été là toutes les fois où elle avait eu besoin de lui. Et ce sentiment, celui de la culpabilité n'avait jamais cessé d'agrandir la plaie dans son palpitant. Bien plus encore, c'était l'indignité qui pesait sur lui. Une honte qui lui tranchait la chaire, s'enfonçait doucement, mais sûrement tel un pieux en proie à atteindre le coeur d'un vampire. Il se sentait comme lui, buveur de l'amour que sa soeur lui portait, la vidant égoïstement sans ne lui laisser l'opportunité de pouvoir se relever. Et elle continuait à lui donner cet amour qu'il ne méritait pas. Il ne devait pas le prendre. Comme s'il lui avait jeté un sort et qu'elle n'était plus capable de discerner le vrai. Elle ne voyait pas le vrai, l'homme qu'il était. L'égoïste frère qui avait laissé son père s'en prendre à sa soeur. Celui qui ne l'avait pas sauvé des griffes. Et voilà que maintenant elle s'intéressait à ce qu'il ressentait lui, alors qu'il ne le méritait pas. Bien sûr qu'elle s'y intéressait. Il avait perçu cette admiration avec laquelle elle le détaillait depuis qu'elle était enfant, bambin à vrai dire. Non ses démons ne s'en iraient pas. C'est mérité, pensait-il. Il avait fuit la maison pour en rejoindre une où s'était trouvée celle pour qui il n'avait ressenti qu'aversion. Il avait accordé du temps à cette femme qui n'avait aucune importance, alors qu'il aurait pu se trouver avec son sang. Bien sûr, il avait toujours considéré que regretter ne menait nul part, pourtant il n'y arrivait pas quand il s'agissait de Tonia. Jamais il ne lui confierait toutes ces nuits qu'il avait passé à errer seul dans le noir à chercher une solution autre que le meurtre, finissant par abandonner le jour levé. Peut-être était-ce aussi une raison au manque d'intérêt qu'il avait porté à Maider, son esprit n'avait jamais quitté celui de sa soeur. Il aurait dû agir, mais il ne l'avait pas fait. Les doigts de celle-ci courrait le long de sa joue. Elle tentait de l'apaiser, encore. Elle avait toujours été attentive, alors qu'il ne le méritait. Elle avait toujours été là pour lui, douce, tout en gardant cette force, gardant la tête haute. Si elle ne s'effondrait pas, lui n'en avait pas le droit non plus. Il ne voulait pas prendre ces quelques instants de répit pour lui. Les prendre à celle qui les méritait bien plus que quiconque avait foulé cette terre. « Bien-sûr que je me sens coupable. Et cette culpabilité c'est à moi de la porter, Tonia. » Il tentait de réunir tout ce qu'il avait voulu lui dire, même si jamais ça ne suffirait à combler son absence auprès d'elle ces jours où la pluie et l'orage, capricieux, s'abattaient sans crier gare. « Il a commis des erreurs et je ne remets pas ça en question, sûrement pas. Mais moi aussi j'ai mes torts. je n'ai jamais rien fait pour te soustraire réellement de son emprise malsaine. Si j'ai tenté vainement de le distraire parfois et d'assurer une présence, ça ne suffisait pas, tu le sais. » Ses yeux bleus étaient à présent remplis de cette amertume qui n'était devenue que trop familière. « Je ne te dis pas ça pour attirer une quelconque pitié ou pour me plaindre, ce serait incongru de ma part. Je te dis ça car je te le dois. Oui, je te dois ces confessions, Tonia. Je te dois cette part de vérité que je t'ai trop longtemps caché. Je m'en veux et je veux que tu me laisses m'occuper de cette culpabilité car tu n'as nullement à m'en défaire. Elle m'appartient. Tu n'as pas à m'en déposséder. Déjà beaucoup trop de temps t'a été pris, je ne veux plus que tu en perdes, pas pour panser des plaies que je me suis infligée seul, des plaies dont il ne devrait pas être question si j'avais fait le nécessaire. » Il est vrai que ses pensées fusaient. Peut-être parlait-il trop vite. Les mots lui manquaient. Ils ne seraient jamais assez forts, assez puissants, assez efficaces pour remplacer ses erreurs, car c'était bel et bien de la magie qu'il lui aurait fallu. Nonobstant, il lui devait bien ça. « Jamais je n'aurais dû le laisser continuer. Et si la seule solution avait été d'en finir avec lui, j'aurais dû le faire. Au moins te sortir de cette abominable maison. J'ai failli à mon rôle de frère. Oui c'est au grand-frère de protéger sa petite-soeur. Pas l'inverse. Et si l'heure des regrets a sonné, c'est parce que tu dois savoir que j'ai mal agi. Je n'ai pas fait ce qu'il fallait. Je t'ai laissé dans la gueule du loup et je voudrais qu'il en eut été autrement, je te le jure. » Il avait mal, Hector. Son coeur battait à la chamade, l'estomac noué, son crâne prêt à exploser. Il prit la main qui avait vu les doigts de la femme à la crinière brune se poser sur sa joue, de sa main chaude il la serra et il se tourna pour lui faire face, ne plus fuir ce regard myosotis. « Désormais tu ne seras plus seule, Tonia. Je te le promets. » Il la serrait plus fort encore. « Je le sais, tu es forte et tu l'as toujours été. Tu feras de grandes choses. Tu seras celle que tu as toujours voulu être. Je n'en ai jamais douté. Et si à présent c'est la lumière que tu verras, je veux que, si un jour tes journées s'obscurcissent, tu m'appelles. Parce que je serai toujours là. On se battra ensemble parce que réunis nous sommes invincibles, on les écrasera. » Il le promettait et cette fois, oui cette fois il s'y tiendrait quoiqu'il lui en coûte. Jamais personne ne s'approcherait plus d'elle sans croiser la route d'Hector.



Hector pendant que le Cercle et les haters parlent:
 

Tonia Zarkari
CONFRERIE DU SOLEIL— those who want it back —
surface
inside
behind
MESSAGES : 3063
AVATAR + © : bella hadid / vocivus (av) philtatos (gifs)
POINTS : 376
future's in our hands now 9kVwKHzp_o
AGE : vingt cinq ans, les années se battent et soupirent
STATUT CIVIL : la bague au doigt et le coeur au large, mariée à orion zarkari - impératrice en devenir
CONFRERIE DU SOLEIL
those who want it back

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1041-tonia-leave-a-light- https://gods-will-fall.forumactif.com/t1081-leave-a-light-on-ton Voir le profil de l'utilisateur En ligne

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: future's in our hands now  |  Lun 11 Nov - 15:39
future's in our hands now

Tonia se contente du silence pour réponse. La dame aux aigles est peut-être plus humaine avec Hector qu’avec quiconque, elle reste diablement têtue. Et fière. Alors, la cadette préfère laisser l’impatience et l’ambition venir lécher ce qu’il reste de son coeur plutôt que de se pencher sur la drôle de sensation qui lui creuse les viscères. Tonia est triste. Triste de voir la (toute petite) partie d’elle-même qui continuait d’espérer la rédemption d’Arius mourir avec le patriarche. Heureuse, aussi. Heureuse de savoir qu’elle est enfin libre, si tant est qu’elle ne le sera jamais vraiment. Mais Tonia se garde bien de lui dire tout ça, toute enchaînée qu’elle est par des chaînes toutes neuves: elle ne devrait pas être heureuse, du moins pas comme ça. « Pourquoi attendre demain? » Qu’elle glisse du bout des lèvres, amoureuse de l’idée même du Pouvoir. S’il y a bien une chose dont Tonia ne s’est jamais cachée (et encore moins auprès d’Hector), c’est d’avoir le sang vicié d’ambition. Plus qu’une question d’éducation, c’est que la cadette est née avide. Avide d’amour, de pouvoir, de reconnaissance.

Les regrets peignent un peut-être, tracent les contours de quelque chose qui aurait pu être si Tonia l’avait moins aimé: de la rancoeur, de la colère face à son impuissance. Mais l’égoïsme de Tonia ne semble pas s’appliquer à Hector (ça n’a jamais été le cas) et elle pourrait lui pardonner le pire des affronts. Et si les blessures infligées par Arius à sa cadette ont toujours été visibles, Tonia a bien conscience qu’Hector n’est pas indemne de cicatrices. La commandante a toujours pensé que le patriarche tirait une certaine satisfaction de voir son héritier pris à défaut lorsque son poing s’abattait sur la meurtrière. Comme si c’était leur amour, cet amour qu’il n’avait jamais ni compris ni réellement accepté, qu’il frappait de sa haine. Tonia le laisse parler, écoute ses regrets même s’ils lui crèvent le coeur. La future impératrice n’a jamais fait partie de celles et ceux capables de ne rien faire. La gamine voudrait recoudre la moindre plaie, panser le moindre bleu pour s’assurer que plus jamais Hector ne se flagelle ainsi. Et pourtant, là voilà qui reste plantée au creux de son cou - la gorge serrée et les yeux fermés.  A juste l’écouter. « Je sais que je ne pourrai pas te faire changer d’avis. » Elle soupire, légèrement. « J’espère qu’un jour tu verras les choses autrement. Comme je les vois. Tu as fait de ton mieux, Hector. » Quelques secondes de silence. « C’était ton père à toi aussi. Et il n’a pas toujours été un monstre. »

Et il suffit qu’il lui prenne la main et qu’il la regarde pour que le monde cesse de tourner. Il avait toujours eu ce pouvoir sur Tonia, cette fascination dangereuse qu’elle n’avait que pour lui. Cette dévotion dont lui seul connaissait toute la tendresse. « Nous contre le reste du monde. » Ce n’est pas la première fois qu’ils se font cette promesse mais Tonia le pense aujourd’hui plus encore que tous les autres jours. Elle ne peut cependant pas s’empêcher de le reprendre, une douceur (inconnue de tous ou presque) au fond de la voix. « On fera de grandes choses. A deux. » Parce que voilà la limite à ses ambitions. Lui. Tonia piétinerait jusqu’à son coeur pour la plus grande des couronnes, pourrait aller jusqu’à sacrifier amis et amours. Mais pas lui. La grandeur sera partagée avec lui et lui seul ou ne sera pas. « Je t’appellerai. Promis. » Et alors que ses yeux s’accrochent au sien, c’est la petite fille qui le regarde enfin. La petite soeur avant la femme, avant le monstre. L’enfance qui promet à son grand frère une chose et une seule: à deux, ils répareront les erreurs passées. Ça ne rendra jamais à Tonia tout ce qu’Arius lui a volé mais qu’à cela ne tienne, la gamine sans enfance jouera bientôt avec le monde.

(c) DΛNDELION


she wears strength and darkness equally well, the girl has always been half goddess half hell -- t.m

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind

future's in our hands now Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: future's in our hands now  |  

future's in our hands now  Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kimitori, la future mangaka
» Premieres photos de la future nouvelle classe
» Kaamelott ft Le Visiteur du Futur
» I've got the whole world in my hands ! [World-Wyatt-Rock]
» LAUREN + The Future depends on what you do today

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: LET'S GO BACK TO THE START :: flashbacks-
Sauter vers: