Revenir en haut Aller en bas
INTRIGUE
Ne manquez pas le second chapitre du deuxième tome de l'intrigue. Plusieurs sujets ont été postés, vous pouvez tous les retrouver dans la partie intrigue.

période sprint rp
Merci à tous pour votre participation à la période de sprint RP. La prochaine arrivera bientôt !

nouveaux dés
De nouveaux dés ont fait leur apparition, pour vous aider à participer dans le grand jeu du pouvoir et de la politique. Toutes les explications se trouvent dans ce sujet.
les petites news

les personnages de GWF



 


le gouvernement
Palier 9
l'ordre écarlate
Palier 7

la confrérie
Palier 5
le cercle
Palier 8

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 6
les veuves
Palier 5

les perles
noires
Palier 5
les épines
rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3
les rossignols
Palier 1

propagée par les Veuves: Alors que de nombreuses personnes ont été empoisonnées à Aureus ces derniers temps, il semblerait que la contamination des eaux ne soit pas une conséquence des manifestations de ce 5 septembre mais provient de la malveillance des Perles, par désir de vengeance suite à la perte d'une part du marché sur la Capitale suite à l'instauration de la république d'Aureus. Des hommes ont été aperçus la nuit, déversant des liquides dans l'eau d'Aureus, à la peau bien trop claire et au regard mauvais.
propagée par les Perles et la population d'Aureus: Il a été raconté par ceux présents sur la scène de crime qu'une rose avec des épines a été trouvée sur le corps d'Alexandre Shelby. Quelques minutes plus tard, à peine, un malheureux homme de main des épines rouges fut trouvé non loin de la maison de l'ancien dirigeant. Il se murmure que les épines rouges seraient à l'origine de cet assassinat, énervé par les contraintes qui leur étaient imposées par le nouveau gouvernement d'Aureus.
propagée par la population de Rezbia: Voilà plusieurs semaines que les apparitions publiques de la reine Nysa Sielle se font rares. Si la famille royale n'a pour l'instant pas offert d'explications à son peuple, cela n'empêche pas certains de spéculer sur la nature de cette absence. On murmure au sein du palais que la reine serait malade, et que c'est pour cette raison qu'on ne la voit quasiment plus sortir de sa chambre et qu'elle ne semble plus s'impliquer dans la vie du royaume. Cette rumeur commence à se répandre comme une traînée de poudre à travers le royaume de Valdierva.
Vous aussi vous voulez propager votre propre rumeur? Alors rendez-vous dans le recensement général pour remplir le champ "rumeurs et informations". Vous pouvez également consulter toutes les rumeurs et informations avérées au sein du registre des informations et rumeurs.


 (xylorn) + when justice failed you

 :: LET'S GO BACK TO THE START :: flashbacks  
— CONFRÉRIE ; those who want it back —
CONFRÉRIE ; those who want it back
Thorn Macanthos
surface
inside
behind
MESSAGES : 347
AVATAR + © : Dom Sherwood + praimfaya - babe erebe (crackgif profil)
POINTS : 1013
(xylorn) + when justice failed you Tumblr_pms695XNEI1wxdmrbo10_r1_400
AGE : (25 ans) la jeunesse au corps qui parait pourtant déjà usé par le temps sous certaines attitudes ou mimiques. L'éducation trop lourde et violente a le don de marquer les corps d'une manière ou d'une autre, l'insouciance déjà partie depuis trop longtemps.
STATUT CIVIL : (Coeur bousillé) épris officieusement de l'ennemi (Erebe), qui de surcroît n'est pas du sexe opposé. Distance assassine qui le laisse sans la moindre vie, enfermé dans les tourments de la violence.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t460-thorn-i-can-help-you- Voir le profil de l'utilisateur
(xylorn) + when justice failed you Empty
Revenir en hautAller en bas
(xylorn) + when justice failed you  |  Sam 31 Aoû - 21:48

“when justice failed you” & @xylara macanthos - « Thorn Macanthos, vous êtes officiellement déclaré comme traître, vous êtes déchu de vos fonctions de Capitaine au sein de l’armée et êtes en état d’arrestation. A compter de ce jour, toutes vos propriétés vous sont saisies par le Gouvernement. ».

Pour quel motif ? avait-il demandé lorsqu’ils avaient déboulé de nulle part, armés jusqu’aux dents et visiblement peu enclin à la rigolade. Il savait les différentes autorités à fleur de peau depuis les attentats, eux-mêmes le sentaient au sein de l’armée, et d’autant plus depuis les actes de flagellations sur la place publique mais Thorn ne les pensait pas capables d’une telle sottise. Incrédule, il n’avait eu d’autre choix que de les suivre, sans connaître les raisons exactes si ce n’est la découverte de sa trahison au sein du gouvernement. Perplexe et néanmoins inquiet, il pensait la situation non encore critique lorsqu’il avait franchi les murs de la Tour d’Ivoire pour rejoindre les quartiers de la SPC. Ce n’est qu’au bout des deux premières heures enfermé qu’il a réalisé que tout cela n’était pas une vaste blague, mais bel et bien réel. Alors la panique avait lentement commencé à s’insinuer dans ses veines sans qu’il ne puisse dire quoi que ce soit aux autorités lors des interrogatoires. C’est ensuite en piteux état qu’il a franchi les portes de la prison, transféré dans cette dernière sans à peine voir les réelles lueurs du jour, lumières artificielles explosant ses rétines nuits et jours, lui faisant perdre toute notion du temps ou même de la vie en elle-même. Trimballé comme un malpropre, il ose pourtant toujours marcher dignement, comme il le peut dans de telles conditions et à cause des différents hématomes et traumatismes subis durant 72 heures quasi consécutives. Il n’avait rien eu à leur dire, et ça les avait beaucoup contrariés. « Ai-je au moins le droit à un coup de fil ? » qu’il avait lâché à son arrivée, après avoir subi les contrôles d’usages et le passage de la perte d’identité définitive. Sans savoir combien de temps il resterait ici. Intérieurement, c’était la pagaille, sans savoir si le monde extérieur s’intéressait à son sort. Sans savoir si les siens étaient au courant, si même Erebe l’était ? Le visage fermé, l’argenté évite de trop y penser au risque de se laisser submerger par des émotions qu’il ne souhaite pas. Il a appris à les contrôler, et il ne compte donner satisfaction à personne ici, même si sa dignité parait déjà lui avoir été arraché.

Jour 14.
Il tourne en rond pour s’occuper l’esprit, comme chaque jour depuis qu’il est arrivé. Ecarté des autres, en isolement solitaire. A peine un bruit qui vient heurter ses oreilles s’il n’en fait pas lui-même. Les premiers jours il a cru devenir fou, mais il a trouvé le moyen de se focaliser sur d’autres choses que son esprit tournant en boucle les mêmes informations. Il ne peut pas rester ici. Que le gouvernement aille au diable si telles étaient ses pratiques. La colère, non totalement présente au début de son incarcération, se faisait de plus en plus grondante. Elle avait même failli éclater le cinquième jour mais les menaces non sous-jacentes à propos de l’inhibiteur avaient finalement eu raison de son envie de jouer au jeune con. Il avait eu une grosse frayeur et se tenait dorénavant de manière irréprochable. Non pas qu’il ait été réellement virulent depuis son arrivée, rongeant plutôt son frein comme il l’avait toujours fait et comme on le lui avait appris. « Un test… Ce n’est rien qu’un test supplémentaire. » qu’il se répète à voix baisse pour lui-même en faisant les cents pas dans la maigre cellule. Il compare la situation présente à un énième test que son paternel aurait pu lui concocter à l’époque lorsqu’il ne cessait de le vouloir aussi bon que les autres Macanthos de la famille. Education stricte jusqu’au bout des ongles. Mais combien de temps tiendrait-il ainsi ? Cette question, il se la pose au moins une fois par jour, surtout lorsqu’il a l’impression la nourriture ingurgitée ne va faire que lui remonter à la gorge à force d’inquiétudes diverses et variées. Par les dieux, ce qu’il voudrait revoir le soleil ou même le nuage de pollution des quartiers pauvres. Non, il ne peut définitivement pas rester là. D’un coup d’œil jeté à la porte constamment close, il file s’asseoir dans un coin, prenant son visage entre ses mains pour se noyer dans une obscurité plus rassurante que les lumières constantes qui lui éclatent la rétine. Au visage, il porte encore par endroits les stigmates de ces longues heures d’interrogatoire musclé qu’il n’oublierait sans doute jamais. Sans savoir, que derrière cette porte qu’il fixe régulièrement, certains Macanthos s’agitent en vue de le faire sortir.  



 
code by solosands


❝ crier tout bas ❞ J’ai voulu calmer ton souffle qui s’étouffait, des courses vers le vide, ton rire qui soupirait. Si tu mets le cap vers des eaux restant troubles, je serai le phare qui te guidera toujours. Mais quand les saisons attendront ton retour, ce sera le vent qui portera secours.

— CONFRÉRIE ; those who want it back —
CONFRÉRIE ; those who want it back
Xylara Macanthos
surface
inside
behind
MESSAGES : 197
AVATAR + © : Eva Green @all soul
POINTS : 694
AGE : 38 ans
STATUT CIVIL : Célibataire

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur
(xylorn) + when justice failed you Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: (xylorn) + when justice failed you  |  Ven 13 Déc - 23:33



when justice failed you



☾☾ L'uniforme noir lui colle à la peau, représentation sévère des idéaux de cette démocratie pervetie.  Elle n'y a jamais cru la Générale, elle ne songe qu'à la couronne perdue depuis sa prime jeunesse. Double-jeu qui se fait de plus en plus dangereux depuis les récents événements, depuis que les cris et les sanglots résonnent dans tout Aureus au nom des dieux et des souvenirs. Un désastre dont la signature est d'écarlate, bien loin des couleurs de la Confrérie. Elle ose espérer qu'aucune des prises de force ne se passera ainsi. Le regard de l'autre innocent a transformé ce souhait en un devoir. Elle fera tout ce qu'elle peut pour rétablir l'empire d'ombre et de lumière sans que leur peuple ne souffre,  Le pouvoir ne doit s'obtenir au détriment de la justice et de la raison. Mais cette droiture sans faille et la couleur de son sang ne l'empêchent pas d'être étroitement surveillée. Epée tranchante suspendue au-dessus de sa tête mais elle est loin de se douter de ce qui se trame réellement.

L'amère nouvelle s'insinue dans ses veines, effigie de paille qui est avertie après tout le monde qu'un de ses capitaines a été déchu de ses fonctions. Le mot trahison résonne dans sa tête avec une urgence toute particulière, car l'homme est de son sang.  Les visages des siens défilent dans l'encéphale agité avec la crainte nichée au creux des reins, de les perdre un à un. La famille avant tout, elle doit voir Tonia et Hector porter la couronne de lumière et de foudre. Elle ne se rendra pas sans se battre, sans tenter quelque chose pour eux tous. La main n'est alors guère éloignée de l'arme à sa ceinture. Les jointures deviennent blanches à force de la serrer au moindre bruit qui retentit. Ils rythment habituellement sa journée au sein de la Tour d'Ivoire mais ils ne font que la heurter en ce jour. Ils sont d'autant de glas dont elle se passerait bien.Les échos fantômes la poursuivent tandis qu'elle est à la fois si proche de son cousin et si éloignée de lui. Il est ici, quelque part dans la Tour. Elle argumente avec la SPC pour dire qu'il dépend de l'autorité militaire du pays, qu'il doit être gardé et jugé par ses compères. Mais, ils ne répondent guère aux sollicitations de la guerrière. Ils se drapent de cet épais silence tandis qu'elle reste dans l'ignorance. La véhémence dont elle fait preuve constitue un autre indice de sa trahison à elle aussi. Mais, les fonctionnaires ignorent tout des rouages de son esprit. Ainsi les jours défilent tandis qu'un stratagème se dessine dans son esprit. Un plan aux multiples failles mais dont elle ne doit pas plus retarder l'exécution. Il n'aura pas le droit à un procès équitable car les droits fondamentaux ont déjà été niés. Elle le sent au plus profond de ses tripes : elle doit lui permettre de fuir avant que l'aube ne se lève de nouveau ou alors tout sera trop tard.

Sa main tremble tandis qu'elle contrefait un ordre officiel de déplacement d'un prisonnier sous-haute protection.  Un rictus nerveux déchire les lippes à la vision du traitement spécial qui a du lui être réservé : isolement, privations sensorielles et interrogatoires musclés. Mais, la SPC n'a sans doute pas conscience de l'entrainement reçu par chacun des Macanthos, bénediction du paternel pour résister à la douleur autant de temps qu'il le faut. Le temps nécessaire pour qu'elle mette son plan à exécution. Elle n'a prévenu aucun des Macanthos de ce qu'elle s'apprête à faire, insouciance des aigles tandis que deux d'entre eux dansent dans l'oeil d'une mortelle tempête.

Les talons claquent avec assurance sur le sol de la prison, sombre dédale dont elle a appris les contours et les règles. Elle passe les divers points de contrôle avec succès, les galons sur l'épaule comme gage de bonne foi et sa signature comme souvenir de son furtif passage. Une preuve supplémentaire qui sera contre elle, dans l'hypothèse où elle serait jugée pour avoir assister un traître. Elle prend une profonde inspiration lorsque la porte grise de la cellule se dessine devant elle. Il n'y a qu'un homme et une serrure, entre elle et Thorn. Elle adresse un salut militaire au jeune maton qui se dresse devant elle. Il la regarde avec ce regard des premiers jours. Elle a choisi un homme inexpérimenté pour le convaincre plus facilement de la justesse et de la pertinence de l'ordre. Elle veut qu'il la croit sur parole, sans avoir besoin de faire confirmer l'ordre par ses supérieurs hiérarchiques. Elle se place sur un piédestal, à la hauteur de ces autres d'en-haut qui ne les considèrent point.

<< -  It's chilly today, soldier. At ease ! I have an order for you. >>


Elle tend le papier vers le maton, la tête légèrement inclinée vers l'avant. L'attente se fait insoutenable tandis que le myocarde manque un battement. Elle retient un soupir de soulagement lorsqu'il lui répond un tout est en ordre presque tremblant. La clé tourne alors dans la serrure tandis que les verrous sont méticuleusement défaits. Grinçante mélodie qui prévient le prisonnier d'un changement iminent dans le morne quotidien de la prison.

<< - Stand up ! Hurry up prisonnier ! . >>


La voix de la Générale est reconnaissable entre toute malgré son intonation glaciale. Elle semble presque teintée de dégoût pour le prisonnier, loin d'être celle dont Thorn a l'habitude d'entendre. Un signe qu'elle espère suffisant pour ne pas avoir à assommer le serviable maton.



CODAGE PAR AMATIS & AVATARS PAR kane + MITTWOCH



EDIT : oupsi j'ai activé le dé par erreur ici alors que je l'ai lancé dans réussite ou échec finally (xylorn) + when justice failed you 180545382
I apologize so much pour le retard (xylorn) + when justice failed you 2186484611


Dernière édition par Xylara Macanthos le Ven 13 Déc - 23:34, édité 1 fois

(xylorn) + when justice failed you  Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Pacte [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: LET'S GO BACK TO THE START :: flashbacks-
Sauter vers: