Revenir en haut Aller en bas



 


le gouvernement
Palier 9
l'ordre écarlate
Palier 6

la confrérie
Palier 5
le cercle
Palier 7

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 5
les veuves
Palier 5

les perles
noires
Palier 5
les épines rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3
les rossignols
Palier 1

propagée par la Confrérie du Soleil: Il semblerait que les bavures militaires ne soient pas l'oeuvre d'argents (ou du moins pas uniquement). Sidonie Galathynius, pourtant une rouge, a été vue agressant la foule et usant de son autorité de commandante pour inciter les militaires à faire de même. Parmi les personnes touchées par la Galathynius: plusieurs argents mais également plusieurs rouges. Personne n'est plus à l'abri...
propagée par la Confrérie du Soleil: L'assaillant de Orion et Tonia Zarkari aurait été commandité par la famille Sielle. Des pièces frappées du tigre ont été retrouvées lorsqu'il a fait tomber une bourse durant sa fuite.
propagée par la population d'Aureus: Lyanna Burkhardt, la fille de Nerea Burkhardt (née Iskander) est morte durant les manifestations. Certains affirment avoir vu un homme portant une veste floquée d'un grand soleil dans le dos s'enfuir à l'endroit où le corps à été retrouvé.
Vous aussi vous voulez propager votre propre rumeur? Alors rendez-vous dans le recensement général pour remplir le champ "rumeurs et informations". Vous pouvez également consulter toutes les rumeurs et informations avérées au sein du registre des informations et rumeurs.


 worth your time. ─ hiram & kasia

 :: LET'S GO BACK TO THE START :: flashbacks  
Kasia Gavon
LES TRINITAIRES— those who seek equality —
surface
inside
behind
MESSAGES : 57
AVATAR + © : tati gabrielle. (av) Sarasvati (gif) odairannies
POINTS : 231
worth your time. ─ hiram & kasia Tumblr_pfkw1alUJd1sognhno8_400
AGE : ( 28 ) années à courber l'échine.
STATUT CIVIL : ( célibataire ) le coeur à l'abandon.
LES TRINITAIRES
those who seek equality
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1735-kg-i-can-t-breathe https://gods-will-fall.forumactif.com/t1884-this-is-it Voir le profil de l'utilisateur

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
worth your time. ─ hiram & kasia  |  Lun 30 Sep - 23:06
you don't think i'm worth your time. ─Hiram Gavon
Le souffle est court, saccadé, épuisé. Elle n’en peut plus d’avoir courut toute la journée, toute la nuit. Elle n’en peut plus d’avoir fui. C’était probablement sa faute, pourtant elle ne peut s’empêcher de remettre la faute sur eux, sur le Cercle. Elle observe le visage de son frère, cet autre qu’elle ne connait même pas, le dévisage alors qu’elle s’installe sur le lit de fortune. Elle soupire, la mâchoire serrée. Dans son esprit, les reproches fusent, tout est de sa faute, pourtant, elle ne peut s’empêcher de repenser à cet instant fatidique où elle aurait dû être emportée. Ce moment où il a fait un pas vers elle, où il a tendu la main qu’elle attendait depuis si longtemps. Le regard se pose sur le sol, sur ses pieds endoloris par la journée interminable qu’ils viennent de passer. Pourquoi est-ce qu’il l’a aidé ? Elle redresse la tête, fixe ses yeux sur lui, interrogative. Probablement pour eux, pour lui aussi, ne pas avoir honte, ne pas craindre qu’elle révèle la moindre information. Le poing se serre sur le drap. « Pourquoi tu m’as sortie de là ? » qu’elle lance finalement, persuadée de connaitre la réponse.

Hiram Gavon
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 1461
AVATAR + © : jesse williams. (@ice and fire.)
POINTS : 1567
worth your time. ─ hiram & kasia NTrFif34_o
AGE : ( trente six ans ) qu'il s'acharne à vouloir rester un homme droit, si on oublie sa double allégeance de l'époque, mais voila que ces trente-six années de droiture vole en éclat à cause d'une soeur qu'il considérait autrefois comme une erreur.
STATUT CIVIL : ( marié ) à sa muse, douce arabella qui s’est octroyée l'entièreté de son palpitant. l'un comme l'autre semblent avoir un goût prononcé pour la dramaturgie, laissant un froid dévastateur s'installer entre eux.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1366-imperfectus-perfectu https://gods-will-fall.forumactif.com/t1375-memento-mori-hiram#5 Voir le profil de l'utilisateur En ligne

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Mar 1 Oct - 14:30
- worth your time -
w: @kasia gavon

Les yeux dans le vague, il remarque à peine la poussière qui s’accumule ici et là dans la planque. Personne n’est venu ici depuis longtemps, visiblement. Mais il s’en fiche, Hiram. Il n’a pas la tête à ça, non, il ne pense qu’à ce qu’il vient de faire. C’était stupide, vraiment. Ou peut-être pas ? Il ne sait pas vraiment. Ses pensées s’enchainent, s’embrouillent au point qu’il n’arrive même à comprendre les raisons qui l’ont poussé à faire ça. Il se souvient de l’avoir vu entre les mains de ses propres hommes, et il se souvient de son regard. C’était un regard qu’il n’oubliera jamais, car lorsque ses prunelles bleutées ont croisé celles de la mutante, il n’a pas pu s’en empêcher. Affection soudaine pour une sœur qu’il a toujours mépriser, Hiram s’acharne encore à essayer de comprendre le pourquoi du comment, en vain. Il ne l’aimait pas, et il ne l’avait jamais aimé. Ce n’était qu’une erreur, comme il l’aimait si souvent l’appeler. Pourtant, lorsqu’il a vu la détresse dans son regard, il a ressenti exactement la même chose que pour les autres Gavon, comme si Kasia était Lys, ou Keira. Mais elle n’était pas elles. Non, elle n’était qu’une mutante, une erreur que ses parents avaient engendré sans le vouloir, et il ne s’était pas privé pour lui faire comprendre ce qu’il ressentait à son égard. Si les regards noirs et le ton sec avaient primé sur le reste, il avait fini par l’ignorer totalement. L’ignorance était sans doute pire que tout le reste, après tout. Il refusait de la regarder, ou même de lui adresser la parole, cela voulant dire qu’il la prenait en considération. Relation inexistante qu’il avait fini par créer en la sortant de ce fichu pétrin. Et il s’en voulait, Hiram. Parce qu’il était en train de comprendre qu’il avait tout fichu en l’air pour elle. Il n’était plus colonel, il n’était plus l’homme qu’il était en se levant le matin même, non, il n’était plus rien. Si il avait d’abord rejeté la faute sur elle, il avait fini par se blâmer lui. Sans lui, elle serait.. Il ferme les yeux, en pensant à ce qui aurait pu lui arriver, avant lâcher un lourd soupire. Pourquoi l’idée qu’elle perde la vie le mettait dans un tel état ? Il n’arrivait pas à comprendre, et il ne comprendrait visiblement pas ce soir, ou demain. Son cerveau, sa raison même, refusait toute coopération après le long trajet qu’ils venaient de faire jusqu’à un village proche de Trise, pour arriver jusqu’à la planque en question. Il n’entend même pas le bruit sourd de ses pas, alors que les murs défilent pour le conduire dans une pièce qui semble être une chambre à coucher. Ses yeux vagabondent dans la pièce, cernant les lieux, et la silhouette de Kasia le sort de sa transe. Ses yeux la suivent alors qu’elle s’installe sur l’un des deux petits lits de fortune occupant la pièce, et lorsque son regard croise le sien, il se dérobe lâchement. Il n’a pas la force de regarder celle qui vient de tout foutre en l’air, et certainement pas de soir, pourtant le regard de sa sœur se fait de plus en plus insistant. Il le sent, posé sur lui, alors qu’il s’assoit sur le second lit à quelques mètres. Toujours sans la regarder, le regard fixant le carrelage poussiéreux, il lâche un lourd soupire. Il n’en peut plus de cette journée. Entre la fuite, sa condition de traitre, le trajet jusqu’à la planque, c’est beaucoup trop. Il passe ses mains sur son visage, se frottant le front comme si cela pouvait éclairer la situation dans laquelle ils se trouvaient enchainés. « Pourquoi tu m’as sortie de là ? » La voix cristalline résonne dans la pièce, le ramenant une nouvelle fois à la réalité. Son palpitant manque un battement, et un poids s’abat sur ce dernier. C’est une bonne question. Comment pourrait-il lui expliquer quelque chose qu’il a lui même du mal à comprendre ? Il se sent frustré, Hiram, et un poil énervé par la question. Ou alors est-ce ce manque d’explication qui l’énerve encore plus. « Je ne sais pas. » dit-il, d’un ton beaucoup trop monotone. Il relève la tête, et ses prunelles azures se plongent dans les siennes. C’était la pure vérité, il n’en savait rien. Il avait beau se creuser les méninges, il ne trouvait rien. Il pousse un second soupir, montrant l’énervement qui empiète doucement sur son calme habituel. « Qu’est-ce que ça peut te faire ? Tu es en vie, ça ne te suffit pas ? » Les questions fusent avec hargne, il évacue la frustration, il dirige sa colère contre elle brisant le cercle infernal de l’ignorance dans lequel ils étaient enfermés. Ses iris dégagent de la colère, elle aussi, et ses sourcils froncés ne font que confirmer la chose. D’ordinaire patient, il ne l’est plus en cette soirée, alors il ne lui laisse pas vraiment le temps de s’expliquer, et il lève la main pour la faire taire. « De toute façon, je n’ai pas à me justifier devant une.. » Le ton agressif, il s’arrête en plein milieu de la phrase. Une mutante. Une erreur. Un tas de mot péjoratif pourrait la qualifier, mais ce soir il n’a pas la force de se disputer à ce sujet. « Devant toi. » finit-il par dire, en baissant les yeux. Si ils avaient réussi à briser le silence, ce n’était pas gagné d’avance. Les mois de cohabitions s’annonçaient difficiles, tout comme avaler l’idée d’être considéré comme des traitres. Leurs vies venaient de changer à tout jamais, prenant un tournant inattendu, et il allait falloir un bout de temps pour s’habituer à tout ça.


for the first time, her brown sloes have seen the darkness,
and the deception in his blue eyes.

Kasia Gavon
LES TRINITAIRES— those who seek equality —
surface
inside
behind
MESSAGES : 57
AVATAR + © : tati gabrielle. (av) Sarasvati (gif) odairannies
POINTS : 231
worth your time. ─ hiram & kasia Tumblr_pfkw1alUJd1sognhno8_400
AGE : ( 28 ) années à courber l'échine.
STATUT CIVIL : ( célibataire ) le coeur à l'abandon.
LES TRINITAIRES
those who seek equality
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1735-kg-i-can-t-breathe https://gods-will-fall.forumactif.com/t1884-this-is-it Voir le profil de l'utilisateur

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Mar 1 Oct - 15:34
you don't think i'm worth your time. ─Hiram Gavon
Elle l’observe, pour tenter de comprendre, pour déceler une quelconque émotion autre que la haine qu’il a toujours porté à son égard. Mais elle ne trouve rien d’autre que la colère et l’incompréhension. « Je ne sais pas. » Elle est déçue, malgré tout ce qu’elle attendait à trouver comme réponse. Le ventre se serre alors qu’il plonge son regard dans le sien, la rage animant ses traits, déversant les mots. Les ongles viennent à former des croissants de lune sur les paumes de la jeune femme alors qu’elle tente de garder son calme. Elle voudrait lui répondre, mais elle ne sait même pas quoi dire. Elle sait pertinemment que peu importe les mots, cela ne servirait à rien… Et elle a raison. La main d’Hiram se lève, la voix de Kasia s’écrase au fond de sa gorge alors qu’elle voulait mettre un terme à cette stupide conversation. Mais il continue. Bien pire encore que les questions précédentes. « De toute façon, je n’ai pas à me justifier devant une.. Devant toi. » La phrase coupée, le ton employé, tout démontre le dégout qu’il a pour elle. Tout ce qu’elle a connu de lui, c’est ça, ces instants de mépris parce qu’elle est née mutante. Elle n’a rien demandé, rien en dehors d’un peu d’affection, un peu d’amour. Mais Hiram lui a volé cette opportunité dès l’instant où il a posé les yeux sur elle. Pourquoi cet acharnement entre eux ? Pourquoi ce désamour et désaveu ? Et pourquoi, malgré tout ça, cherche-t-elle à le trouver lui ?
Le visage fermé, elle ne dit mot, préfère retirer ses chaussures et s’installe dans le lit pour tenter de dormir.



Quelques jours plus tard.
Il est tard, et Hiram semble dormir profondément. Elle, tourne en rond depuis de longues minutes. Les derniers jours sont compliqués, ils ne se parlent pas, à part peut-être pour indiquer que le repas est prêt. Un soupire s’échappe d’entre ses lèvres alors qu’elle se tourne sur le dos. Kasia contemple ce qu’elle distingue du plafond, l’esprit qui divague aux possibilités qui lui sont offertes. Peut-être qu’elle devrait fuir, partir retrouver les Trinitaires, Marcus. Mais quelque chose l’en empêche. Elle s’est imaginée que la peur d’être traitresse du Cercle était le problème, mais il n’est rien. Un nouveau soupire, elle perd patience et décide finalement de se lever pour rejoindre la salle de bains.
La porte close, les mains enserrant le lavabo, elle regarde son reflet dans le miroir. Pourquoi tu restes ? Pourquoi t’es là ? Les questions s’enchainent et se ressemblent. Toutes mènent à une conclusion : elle a besoin d’autre chose. D’un changement. Mais il est impossible de faire quoique ce soit coincée entre ces murs, surtout aux côtés de cet autre Gavon… Les prunelles glissent sur la silhouette qu’elle est, observe la chevelure tant appréciée. Le seul véritable choix qu’elle ait eu de toute sa vie, quoi faire de ses cheveux. Le regard s’emplie de larmes aux souvenirs de son enfance, de ses parents et des décisions qu’elle a fait malgré elle. La mâchoire se serre, la tête se baisse. Elle ne supporte plus d’être le pantin des Gavon, d’être la douce et docile Kasia. Elle trouve le rasoir électrique laissé à la disposition de son frère sur le rebord du lavabo et les pensées s’égarent.
Les mèches emmêlées tombent les unes après les autres sur le sol de la planque, le visage change, le regard déterminé à prendre un nouveau départ. Elle arrive presque à la moitié de son crâne quand elle l’entend, de l’autre côté de la porte. Dans un sursaut, elle arrête le vrombissement de l’appareil, mais il est déjà trop tard.

Hiram Gavon
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 1461
AVATAR + © : jesse williams. (@ice and fire.)
POINTS : 1567
worth your time. ─ hiram & kasia NTrFif34_o
AGE : ( trente six ans ) qu'il s'acharne à vouloir rester un homme droit, si on oublie sa double allégeance de l'époque, mais voila que ces trente-six années de droiture vole en éclat à cause d'une soeur qu'il considérait autrefois comme une erreur.
STATUT CIVIL : ( marié ) à sa muse, douce arabella qui s’est octroyée l'entièreté de son palpitant. l'un comme l'autre semblent avoir un goût prononcé pour la dramaturgie, laissant un froid dévastateur s'installer entre eux.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1366-imperfectus-perfectu https://gods-will-fall.forumactif.com/t1375-memento-mori-hiram#5 Voir le profil de l'utilisateur En ligne

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Mar 1 Oct - 16:52
- worth your time -
w: @kasia gavon

Ses yeux se dérobent à l'instant même où il répète la dernière partie de sa phrase, lui évitant une nouvelle insulte. Il sent ce que ses mots agressifs lui font, car la tension monte dans la pièce, mais à sa grande surprise, elle ne dit rien. Borné, il ne la regarde pas, même si il voudrait s’assurer de quelque chose, sans vraiment savoir quoi. Il retire ses chaussures pour se mettre plus à l’aise, avant de se glisser sous les couvertures. Il lui tourne le dos, faisant face à la fenêtre. Il attend quelques minutes avant de se retourner vers elle. Elle dort, ou elle ne fait que fermer les yeux, il ne sait pas vraiment. L’important est qu’elle ne le voit pas. Seule la lueur de la lune vient éclairer son visage qu’il connaît étonnement bien. Il la détaille, ses prunelles bleutées examinant chaque parcelle de sa peau métissée, cherchant le détail qui lui permettrait d’expliquer ce qui lui a fait tout foutre en l’air. Les minutes passent, avant qu’il abandonne cette idée, frustré, et finissent par s’endormir à son tour.

***


Alors qu’il avait enfin réussi à gagner un sommeil réparateur, un bruit le tire de son sommeil en un sursaut. Il met quelques secondes avant d’être véritablement connecté à la réalité, encore trop accroché au visage de sa femme qui s’efface pour laisser place au vieux plafond de la planque. Le cœur serré l’espace d’un instant, il oublie bien vite les regrets qui l’habitent à propos des dramaturgies qui ont touché son mariage, et se demande d’où vient ce bruit. Gagné par une panique, il se tourne vers le lit de sa sœur qui n’est visiblement plus dedans. Ses sourcils se froncent, et il relève les couvertures pour se lever. Il bougonne, parce qu’elle fait un bouquant infernale alors qu’il avait enfin réussi à trouver le sommeil, contrairement à ses derniers jours. « C'est pas possible, qu'est-ce qu'elle fiche. » continue-t-il de bougonner, tout en sortant de la chambre d’un pas rapide pour se retrouver dans le couloir. Ses prunelles azures scrutent l’obscurité, et sont rapidement attirées par la lueur qui passe sous la porte de la salle de bains. Le bruit vient de la, il en est certain. Il s’avance rapidement, bien décidé à s’énerver une nouvelle fois. Si il n’avait pas la force de se disputer lorsqu’ils sont arrivés, il est sur le point d’exploser. Il avait passé ces derniers jours à ruminer, à tout garder pour lui, s’emmurant dans un mutisme entêtant, laissant sa colère bouillir jusqu’au moment où il ne pourrait plus se contenir. Ce moment est arrivé, finalement. « Bordel, mais c’est pas possible, qu’est-ce qu.. -» Il passe la porte de la salle de bain, sans prendre la peine de frapper, avant d’être frappé par l’imagine qui s’offre à lui. Décidé à piquer une colère, il s’arrête net et reste bouche-bée. Les mots restent coincés dans sa gorge, refusant de sortir face à ce qu’il voit. Ses prunelles azures trahissent son étonnement, et elles passent des cheveux étalés sur le sol au crâne à moitié rasé de sa sœur à plusieurs reprises. « Mais qu’est-ce que tu as fais ?! » dit-il, d’un air ébahi. Il sait pas vraiment quoi dire, ou même quoi penser, Hiram. Entre le fait qu’elle se tonde les cheveux à cette heure-ci, puis le fait qu’elle se rase les cheveux tout court, il ne sait pas vraiment ce qui est le pire. Néanmoins, ça l’énerve, c’est certain. Il lâche un lourd soupir, avant de reprendre contenance. La surprise laisse place à la colère qui ne demande qu’à sortir. Il la sent consumer ses entrailles, morceau après morceau. « Non mais je rêve. Tu me réveilles à cette heure-ci pour te raser les cheveux ? » dit-il, en s’emportant, remis du léger choc de la voir ainsi. « Mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? » ose-t-il dire, trouvant son geste totalement absurde. Se raser la tête ne l’aiderait en rien, mis à part à la rendre plus répugnante, il fallait qu’elle se mette ça dans le crane. Il la toise, attendant une réponse, croisant les bras sur sa poitrine. « J’aurais du continuer à t’ignorer, ça aurait évité que tu essaies de capter mon attention de manière aussi pathétique. » dit-il, sans réellement le penser. Il ne peut pas s’empêcher de lui lancer ce genre de piques, plus sou moins blessantes, Hiram, et c’est surement ça qui est le plus pathétique.


for the first time, her brown sloes have seen the darkness,
and the deception in his blue eyes.

Kasia Gavon
LES TRINITAIRES— those who seek equality —
surface
inside
behind
MESSAGES : 57
AVATAR + © : tati gabrielle. (av) Sarasvati (gif) odairannies
POINTS : 231
worth your time. ─ hiram & kasia Tumblr_pfkw1alUJd1sognhno8_400
AGE : ( 28 ) années à courber l'échine.
STATUT CIVIL : ( célibataire ) le coeur à l'abandon.
LES TRINITAIRES
those who seek equality
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1735-kg-i-can-t-breathe https://gods-will-fall.forumactif.com/t1884-this-is-it Voir le profil de l'utilisateur

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Mar 1 Oct - 17:17
you don't think i'm worth your time. ─Hiram Gavon
« Bordel, mais c’est pas possible, qu’est-ce qu.. » Elle sursaute de nouveau, le rasoir entre les mains, prête à se défendre s’il attaque. Reflexe stupide, elle le sait, mais la colère palpable depuis des jours la met sur ses gardes à chaque instant. Elle ne sait pas de quoi Hiram serait capable, après tout, c’est pour elle qu’il a tout perdu… Elle ne dit rien, observe les réactions de l’argent sans bouger. Elle attend que le couperet tombe. La surprise se lit sur dans les yeux trop clairs de l’autre, bien vite remplacée par le mépris. Encore et toujours la même rengaine. Elle l’écoute sans broncher, baisse les bras à mesure qu’il s’égosille, puis quand il finit, elle attend une seconde avant de s’en assurer. Elle soupire avant d’amorcer. « Tu apprendras que le monde ne tourne pas autour de toi Hiram. Je ne fais pas ça pour attirer ton attention, ni pour te plaire ou aggraver ta situation. Je fais ça pour moi. Pour une fois dans ma vie, je m’octroie quelque chose pour moi. – Elle ne pensait pas parler autant. Elle ne pensait pas déballer ses sentiments, mais à force d’être dans sa propre tête, lorsque la bouche s’ouvre pour laisser s’échapper les mots, il n’y a plus d’échappatoire. – Je ne fais pas ça pour les parents, je ne fais pas ça pour le Cercle, pour la religion, pour qui que ce soit… Je fais ça pour moi. C’est si compliqué que ça à comprendre ? » Elle se tourne vers le miroir et continue de se raser le crâne, plus rapidement, tout en continuant de parler.
« J’ai toujours suivi ce qu’on a tracé pour moi, ce que les parents ont décidé pour nous. J’ai fait en sorte de ne faire honte à personne, pas plus que ma condition le faisait en tout cas. – Un regard en coin vers Hiram pour appuyer ses propos. – Je sais ce que tu penses de moi. Je sais ce que vous pensez tous, et j’en ai marre Hiram. Je suis fatiguée de toutes ces conneries alors s’il te plait, ne ramène pas ça - elle se retourne, le crâne défait de ses dreadlocks, simplement orné d’une fine couche de cheveux – à toi et à tes soucis. » Elle repose le rasoir et se met face à lui, lui imposant sa présence. « Je suis Kasia Gavon, que ça te plaise ou non. Je suis ta sœur, que ça te plaise ou non. Je suis celle qui partage cette planque avec toi parce que tu as décidé de jouer les héros pour on ne sait quelle raison. Je n’ai pas décidé d’être née comme ça. Je n’ai pas décidé d’être prise dans cette mission. Je n’ai pas décidé d’être sauvée par toi. Alors arrête de me rendre fautive de tout et réveille-toi. Tu n’es pas le centre du monde, pas plus que je ne le suis. Et ça, c’est pour moi. Compris, grand-frère ? » La dernière qualification sonne presque péjorative, comme pour démontrer qu’il aurait pu faire d’elle autre chose que la vermine qu’il voit chaque fois qu’il la regarde. Une manière de lui rappeler qu’ils sont liés, quoi qu’il en décide. Enervée, l’éclat dans ses yeux démontre qu’elle ne lâchera rien, qu’il peut venir à elle, elle est prête à tout.

Hiram Gavon
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 1461
AVATAR + © : jesse williams. (@ice and fire.)
POINTS : 1567
worth your time. ─ hiram & kasia NTrFif34_o
AGE : ( trente six ans ) qu'il s'acharne à vouloir rester un homme droit, si on oublie sa double allégeance de l'époque, mais voila que ces trente-six années de droiture vole en éclat à cause d'une soeur qu'il considérait autrefois comme une erreur.
STATUT CIVIL : ( marié ) à sa muse, douce arabella qui s’est octroyée l'entièreté de son palpitant. l'un comme l'autre semblent avoir un goût prononcé pour la dramaturgie, laissant un froid dévastateur s'installer entre eux.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1366-imperfectus-perfectu https://gods-will-fall.forumactif.com/t1375-memento-mori-hiram#5 Voir le profil de l'utilisateur En ligne

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Sam 5 Oct - 12:15
- worth your time -
w: @kasia gavon


Les mots blessants s’échappent de ses lippes, parce qu’il ne connaît que ça avec elle. Il ne sait pas l’aimer correctement, Hiram, et il ne sera peut être jamais lui montrer qu’aussi répugnante soit-elle de par son sang, elle était une Gavon. Sa sœur, même si il l’aimait la qualifier d’erreur. Amour fraternel inavoué, amour qui le répugnait lui même, il n’était pas prêt à se comporter comme un grand frère. Pourtant, son héroïque sauvetage l’avait poussé à assumer ce rôle qu’il n’avait jamais joué. « Tu apprendras que le monde ne tourne pas autour de toi Hiram. Je ne fais pas ça pour attirer ton attention, ni pour te plaire ou aggraver ta situation. Je fais ça pour moi. Pour une fois dans ma vie, je m’octroie quelque chose pour moi. Je ne fais pas ça pour les parents, je ne fais pas ça pour le Cercle, pour la religion, pour qui que ce soit… Je fais ça pour moi. C’est si compliqué que ça à comprendre ? » Les répliques fusent dans sa tête, à la seconde même où elle ouvre la bouche pour s’exprimer, mais il se retient. Il se retient, car pour une fois, il va savoir ce qui se passe dans sa tête. Eux qui ne se sont jamais parlés, confiés, voilà qu’on ne l’arrête plus de parler.  Il reste stoïque, ses joues rouges trahissant la colère qui monte en lui. Si le rasage surprise en plein milieu de la nuit l’avait énervé, ce n’était que le début. Pourtant, il s’obstine à nier cette colère qui ronge ses entrailles, qui le bouffe de l’intérieur et il l’écoute, le visage dégageant un air de mépris, lorsqu’elle recommence à se raser la tête. « J’ai toujours suivi ce qu’on a tracé pour moi, ce que les parents ont décidé pour nous. J’ai fait en sorte de ne faire honte à personne, pas plus que ma condition le faisait en tout cas. Je sais ce que tu penses de moi. Je sais ce que vous pensez tous, et j’en ai marre Hiram. Je suis fatiguée de toutes ces conneries alors s’il te plait, ne ramène pas ça à toi et à tes soucis. » Son regard insistant, lui donne qu’une envie : c’est de tout casser. De briser ce foutu rasoir, de briser le miroir, de briser tout ce qui se trouve dans cette maudite pièce. Il n’a pas honte, Hiram. Non, il campe stupidement sur ses positions, gardant son avis négatif sur les mutants, mais il se répugne aussi, d’une certaine manière. C’était bien plus facile de l’ignorer, de mal la regarder, lorsqu’elle lui rendait son mépris. Là, elle est à découvert. Elle s’exprime, elle se confie, lui démontrant à quel point ses remarques désobligeantes la blessent. Et ça l’énerve. C’est presque indescriptible, un sentiment pareil. Il ne l’aime pas, et pourtant si. Elle le dégoute, et pourtant pas vraiment. Il s’en veut, sans vraiment s’en vouloir. Elle le fait douter, elle le fait se sentir mal et rien que pour ça, il a envie d’exploser. Ses prunelles azures passent de Kasia à ses dreadlocks, sur le sol. Son regard passe par une floppée de sentiments, terminant par une colère noire. Mais après qui est-il vraiment en colère, Hiram. Ses iris finissent par se stabiliser lorsqu’elle finit par lui faire face. Leurs prunelles se toisent, se découvrent quand bien même ce n’est pas la première fois qu’elles ont l’occasion de se fixer. « Je suis Kasia Gavon, que ça te plaise ou non. Je suis ta sœur, que ça te plaise ou non. Je suis celle qui partage cette planque avec toi parce que tu as décidé de jouer les héros pour on ne sait quelle raison. Je n’ai pas décidé d’être née comme ça. Je n’ai pas décidé d’être prise dans cette mission. Je n’ai pas décidé d’être sauvée par toi. Alors arrête de me rendre fautive de tout et réveille-toi. Tu n’es pas le centre du monde, pas plus que je ne le suis. Et ça, c’est pour moi. Compris, grand-frère ? » Il frissonne, presque à chaque fois qu’elle prononce chaque mot. Ta sœur. Héros. Fautive. Et finalement grand-frère. Une partie de lui a envie de rire jaune face à cette appellation. C’est ridicule, mais tellement blessant, énervant. Il ne bouge pas, il reste planté devant elle, ses yeux dans les siens, trop rongé par la colère pour dire un mot. Il se contient, la mâchoire crispée comme pour se retenir d’exploser. Chose vaine, car la colère est beaucoup trop grande. « Ne m’appelle pas comme ça. » prononce-t-il, les sourcils froncés, les bras croisés crispés eux aussi. Le ton n’est pas fort, mais la colère s’en dégage clairement. Il ne crie pas, Hiram, pas encore. « Si il y a bien une chose que je ne suis pas, c’est ça. » Ton grand-frère. Mélange de mépris à l’idée de l’être, et de dégout pour lui même de ne l’avoir jamais été. Ses bras de décroisent, alors qu’il lâche un soupir. « Tu sais quoi ? Rase-toi les cheveux si ça peut te soulager, quand bien même je trouve l’idée stupide. » il marque une pause, reprenant de manière plus agressive. « Je n’ai pas mon mot à dire, après tout. Je ne suis rien pour toi, comme tu n’es rien pour moi. » Ca sonne comme une affirmation, mais c’est plus une question, comme pour confirmer qu’ils ne s’aiment pas vraiment, quand bien même ses entrailles se nouent à l’idée qu’elle le déteste. Il finit par lever les bras, comme pour s’innocenter d’une chose, ses sourcils toujours froncés, la colère durcissant ses traits. « Et tu as raison, j’ai juste voulu jouer les héros. C’est la seule raison qui pourrait justifier que je t’ai sauvé, toi, Kasia Gavon. » qu'il dit avec mépris, avec hargne, en insistant sur l'identité donnée par sa soeur quelques minutes plus tôt. Il se voile la face, trouvant n’importe quelle excuse plus logique que la raison que lui souffle son palpitant. Il joue sur une corde sensible, presque effilée, ne ressemblant plus qu’un un fil. Et puis, il fait demi-tour,  d’une démarche décidée en secouant la tête devant l'absurdité de la situation, et pourtant il s’arrête brusquement. Il trépigne d'envie de tout déballer, lui aussi. Alors il se retourne, car il n’a pas terminé, en fin de compte. Si elle se confie, si elle explose, il n’y pas de raison que lui aussi face tout sortir. « En fait, j'aurais vraiment du te laisser là-bas. Au moins, je n’aurais pas eu à t’entendre te plaindre de mon héroïque sauvetage. » qu’il dit, en imitant des guillemets avec ses doigts pour les deux derniers mots, reprenant presque ses mots à elle. Les paroles sont teintées d'une rage sourde, d'une colère qui explose après tant de retenues. « Au moins, je n’aurais tout perdu pour toi. Je n’aurais pas tout fichu en l’air, que ça soit mon mariage, mon travail, ma vie, pour toi, petite sœur ! » qu’il ose prononcer, surement pour la première fois de sa vie. Ses prunelles la toisent, ses yeux sont toujours ancrés dans les siens. « Mais tout envoyer valser pour une personne ne veut surement rien dire, pas vrai ?! Tout cela ne se résume qu’à un vulgaire sauvetage pour jouer les héros ! » dit-il, presque en criant, et ça sonne clairement comme un reproche. Il est en colère, il lui en veut de ne pas lire entre les lignes malgré le fait que ça soit presque impossible qu’elle comprenne la situation. Lui-même ne la comprend pas vraiment. Un soupir de frustration s’échappe de ses lippes, encore, avant qu'il brise le contact visuel pour faire demi-tour pour de bon et qu’il s’enfuie dans le salon. Il donne un coup de pieds dans le premier obstacle qui lui barre la route, une poubelle, probablement, et il se dirige vers le canapé pour s’y laisser tomber lourdement. La mâchoire crispée, la respiration haletante, forte, il pose ses coudes sur ses cuisses et se frotte la tête. Il s’y prend mal, comme toujours. Il ne sait pas comment il doit s’y prendre avec elle, ni si il a vraiment envie de tisser cette relation si particulière. Il est complètement perdu, Hiram. Dans un sens, il espère qu’elle le rejoindra sur ce canapé délavé, mais dans un sens, il espère que non. Peut-être qu’il a finalement juste peur, lui qui est si droit. Il a peur de sortir des sentiers battus, d’envoyer valser ses aprioris et ses convictions pour découvrir une soeur qu’il aimera surement autant que les autres, si ce n’est plus.


for the first time, her brown sloes have seen the darkness,
and the deception in his blue eyes.

Kasia Gavon
LES TRINITAIRES— those who seek equality —
surface
inside
behind
MESSAGES : 57
AVATAR + © : tati gabrielle. (av) Sarasvati (gif) odairannies
POINTS : 231
worth your time. ─ hiram & kasia Tumblr_pfkw1alUJd1sognhno8_400
AGE : ( 28 ) années à courber l'échine.
STATUT CIVIL : ( célibataire ) le coeur à l'abandon.
LES TRINITAIRES
those who seek equality
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1735-kg-i-can-t-breathe https://gods-will-fall.forumactif.com/t1884-this-is-it Voir le profil de l'utilisateur

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Sam 5 Oct - 14:26
you don't think i'm worth your time. ─Hiram Gavon
La colère et la tristesse se déversent dans un flot qu’elle ne contrôle plus vraiment. Les gestes déterminés à raser son crâne sont la seule chose qui la maintienne encore debout, le cœur chancelant à tout déballer à cet autre. Inconnu, pourtant si proche. Elle ne se retrouve pas dans le visage d’Hiram, elle ne voit rien d’elle hormis cette image, toujours si forte, de monstre. Tout ce qu’elle a appris de lui, c’est ça, cette créature hideuse qui vit en elle, qui a fait d’elle cette immonde personne qu’il n’ose pas regarder autrement que par mépris.
Elle est à bout de souffle lorsqu’elle termine, la main tremble, mais le regard reste figé dans celui du grand-frère. Elle observe chacun des traits du Gavon se mouvoir, les yeux qui s’empourprent, la mâchoire qui se serre et la bouche qui s’ouvre pour attaquer à son tour. « Ne m’appelle pas comme ça. Si il y a bien une chose que je ne suis pas, c’est ça. » Le poing de Kasia se serre, évidemment que si ! Imbécile ! qu’elle voudrait hurler. Mais elle le laisse continuer. « Tu sais quoi ? Rase-toi les cheveux si ça peut te soulager, quand bien même je trouve l’idée stupide. – Elle croise les bras à cette réplique, le regarde de haut en bas, clairement … elle se moque bien de ce qu’il pense de ce geste. – Je n’ai pas mon mot à dire, après tout. – Elle hoche la tête, au moins une chose sur laquelle ils tomberont d’accord. – Je ne suis rien pour toi, comme tu n’es rien pour moi. » Le coup part sans qu’elle ne puisse rien y faire. Pas de protection, pas de préparation, elle le prend de plein fouet et le chaos s’installe dans sa tête. Tout devient sombre, tout devient froid. Les bras retombent le long du corps alors que ceux d’Hiram se lèvent. La mâchoire se crispe, à l’image du visage qui lui fait face. « Et tu as raison, j’ai juste voulu jouer les héros. C’est la seule raison qui pourrait justifier que je t’ai sauvé, toi, Kasia Gavon. » Les larmes montent, elle le sent, sous la rage, mais surtout la profonde tristesse qui l’anime alors qu’il dénonce enfin les pensées qui l’animent à son égard. Elle continue de le fixer sans broncher pourtant, sans bouger, à attendre qu’il finisse de la tuer… Parce que c’est ce qu’il aurait dû faire. Il fait demi-tour, mais elle reste plantée là, à regarder la silhouette s’éloigner avant de revenir. « [color:b800=cc9933]En fait, j’aurais vraiment du te laisser là-bas. Au moins, je n’aurais pas eu à t’entendre te plaindre de mon héroïque sauvetage. – Un gloussement étouffé s’échappe de sa gorge, comme un soupire, elle ne sait même plus quoi faire, là, dans la salle de bains, les cendres de sa vie tombées à ses pieds. – Au moins, je n’aurais tout perdu pour toi. Je n’aurais pas tout fichu en l’air, que ça soit mon mariage, mon travail, ma vie, pour toi, petite sœur ! – la respiration est difficile à maintenir calme, mais les yeux restent forts, semblant de calme dans la tempête qui fait rage en son crâne. – Mais tout envoyer valser pour une personne ne veut surement rien dire, pas vrai ?! Tout cela ne se résume qu’à un vulgaire sauvetage pour jouer les héros ! » Les dents sont si serrées qu’elles font mal. Elle cligne des yeux et le voilà reparti. Le souffle coupé, elle se laisse tomber au sol lorsqu’il n’est plus en vue. Les perles salées roulent sur les joues, les cris s’étouffent dans sa gorge sans sortir de sa bouche grande ouverte pour hurler la frustration. Le monstre est à terre, brisée, non pas par surprise, mais par constatation. Jamais il n’avait posé les mots sur le ressenti, jamais il n’avait osé dire les choses. Tout était regard et piques, rien d’aussi … Profond. Alors malgré toute l’armure qu’on se forge, le mal s’immisce et s’octroie à ouvrir une plaie qui ne s’est jamais vraiment refermée.
Les secondes passent alors qu’elle est sur le sol, entourée par les cheveux perdus. Les mains viennent caresser le crâne, doux, alors qu’elle se recroqueville, allongée sur le côté, pour tenter de se calmer. Le regard se perd dans le vide du couloir qui mène jusqu’au salon, les pensées rejouant la scène venant de se dérouler. Dans un sursaut, elle se relève, balaye du pied les mèches emmêlées et d’un pas déterminé, elle retourne au salon.
Il est là, toujours éveillé, assis sur le canapé. Le cœur de Kasia bat fort, trop fort. D’un geste vif, elle essuie les larmes encore humides venues orner son visage. « Ce que je ne comprends pas – elle brise le silence d’une voix chevrotante – c’est justement pourquoi tu as tout risqué pour… moi. » Elle est plus calme, apaisée. Elle ne veut pas la guerre, elle veut comprendre. Avant qu’il ne puisse faire ou dire quoi que ce soit, elle lève la main pour exprimer qu’elle compte encore dire quelque chose. Un instant pour mettre en ordre ses pensées, elle s’avance d’un pas. « Pourquoi sauver un monstre quand on le déteste autant ? Depuis autant de temps. – Elle avance encore. – Je… J’aimerais comprendre. » La voix est douce, inquiète aussi. Si tant de temps n’était pas passée, on pourrait revoir la petite enfant qu’elle était, celle qui voulait jouer avec lui, qui voulait son attention. Celle qui voulait qu’il la regarde avec amour et non haine.

Hiram Gavon
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 1461
AVATAR + © : jesse williams. (@ice and fire.)
POINTS : 1567
worth your time. ─ hiram & kasia NTrFif34_o
AGE : ( trente six ans ) qu'il s'acharne à vouloir rester un homme droit, si on oublie sa double allégeance de l'époque, mais voila que ces trente-six années de droiture vole en éclat à cause d'une soeur qu'il considérait autrefois comme une erreur.
STATUT CIVIL : ( marié ) à sa muse, douce arabella qui s’est octroyée l'entièreté de son palpitant. l'un comme l'autre semblent avoir un goût prononcé pour la dramaturgie, laissant un froid dévastateur s'installer entre eux.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1366-imperfectus-perfectu https://gods-will-fall.forumactif.com/t1375-memento-mori-hiram#5 Voir le profil de l'utilisateur En ligne

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Sam 5 Oct - 15:24
- worth your time -
w: @kasia gavon

Lorsqu’il fait demi-tour, il ne prend pas le temps de se retourner une nouvelle fois, de peur d’y lire de nouveau ce qu’il redoute. Il est bien trop rongé par la colère, Hiram, quand bien même il ne sait pas réellement contre qui la diriger. Il avait toujours détesté les mutants, mais peut-être qu’il en avait peur plus qu’autres choses ? Peut-être que sortir des sentiers battus, trahir ses convictions étaient ce qui lui faisaient réellement peur. Il ne savait pas vraiment, et il n’avait pas vraiment envie de savoir, car si il avait bien une chose qu’il détestait, c’était remettre en question toutes ses convictions. Ajouter une flopée de sentiments indéchiffrables n’arrangeait rien. Et il n’était pas doué pour ça, en plus. Incapable de faire le tri, incapable de gérer, choisir de tout refouler était plus simple. Pourtant, il fallait bien que ça sorte, à un moment ou à un autre. A force de mijoter, de les ruminer, ses fichus sentiments ne demandaient qu’à être exprimés. Mais encore une fois, il les exprime mal. Il se met en colère, comme souvent ces derniers temps. Il a l’impression de faire que ça, s’énerver. Entre les disputes avec Arabella, puis celles avec Kasia, il n’en peut plus. Le coup de pied dans la poubelle le défoule un peu, mais la colère reste là. Il la sent, ronger ses entrailles, se frayer un chemin au plus profond de lui-même. Assis sur le canapé, il cherche un moyen de calmer cette fichue colère, tout en ignorer les bruits sourds provenant de la salle de bain. Bruits qui ne fait qu’accentuer une pseudo-culpabilité dissimulée sous cette rage. Il prend sa tête dans ses mains, se berçant calmement. Il faut que cela cesse, il n’y arrive plus. Il n’en a plus la force. Il soupire plusieurs fois, cherchant à évacuer toute frustration, et il se concentre pour se ressaisir. Il n’entend pas les bruits de pas de Kasia, qui sort de la salle de bain pour entrer dans le salon, et sa voix le fait sursauter. « Ce que je ne comprends pas, c’est justement pourquoi tu as tout risqué pour… moi. »  Ses mains lâchent sa tête, et ses yeux légèrement rougis, humides, se posent de nouveau sur elle. Sa mâchoire se crispe, et il se surprend à ne pas vouloir l’envoyer valser. Sa voix chevrotante le touche, le blesse peut être encore plus. Pour une fois, il a l’impression d’être le monstre, et il déteste cette sensation. Il ne dit rien, il détourne simplement le regard, fixant la table basse devant lui. Il ne sait pas, voilà tout. Il ne sait pas ce qu’il pourrait lui dire, alors il ne dit rien, pas encore. « Pourquoi sauver un monstre quand on le déteste autant ? Depuis autant de temps. Je… J’aimerais comprendre. » Il la voit s’avancer, du coin de l’œil, mais il s’obstine à fixer le sol encore quelques secondes. Sa voix douce est apaisante, à sa plus grande surprise, et elle apaise cette colère qui le bouffe depuis des semaines. Il pousse un lourd soupir, qui cette fois, semble véritablement évacuer sa frustration, avant de lever les yeux vers elle. Frappé par ses yeux rougis, ses lèvres se serrent mais il ne dit rien. Néanmoins, ses sourcils se froncent, mais il ne dégage pas un air fermé ou colérique, comme les minutes précédentes, cette fois-ci c’est plus un air teinté d’une légère culpabilité. Légère, car il s’efforce à rester stoïque. Lui qui est si fier, il a du mal à laisser son air stoïque être envahi par un autre sentiment que la colère ou le mépris. « Je ne sais pas. » finit-il par dire, sur un ton neutre, et cette réponse est bien moins glaciale que celle qu’il y avait donné lors de leur arrivée dans la planque, à défaut d’être identique. « Je ne dis pas ça pour te blesser, ou te mettre en colère. C’est simplement la vérité. » Son regard se perd dans le vide, à nouveau. Ses méninges s’activent, cherchent à trouver une façon de lui expliquer l’inexplicable, sans pour autant dévoiler ce que lui même n’arriver pas à s’avouer. « Quand je t’ai vu, entre les mains de mes hommes, j’ai… - » il s’arrête, cherchant ses mots. Il passe sa  main sur son menton, comme pour s’aider à trouver ce qui reste en suspend. « Je n’ai pas pu me résoudre à te laisser là. » dit-il, sans oser la regarder. C’était incroyablement difficile pour lui, à cet instant. Il ne sait pas exprimer ses émotions, encore moins lorsqu’il s’agit d’amour. Parce qu’au final, c’est bien de ça qu’il s’agit, même si il ne veut pas l’avouer. « Pourquoi ? Je ne sais pas. Nous n’avons jamais été proches, je me suis toujours appliqué à t’ignorer, ou à te blesser parce que.. » Il s’arrête à nouveau, redoutant le mot qu’il s’apprête à dire. Il lui lance un bref regard, ses prunelles s’entrechoquant aux siennes, avant de fixer de nouveau la table basse. « Parce que tu n’étais que le monstre que j’avais appris à détester. » Il déglutit, difficilement. Il se rend compte de la dureté de ses mots, mais il sait que le ton sur lequel il le dit n’a rien à voir avec son ton ordinaire. Il est plus calme, et étonnement plus doux. La colère semble s’être effacée, bien qu’il sente encore quelque chose ronger ses entrailles. « J’ai des valeurs, des convictions, et un avis très tranché sur les mutants. Toi, plus que quiconque, en a fait les frais. Mais le fait est que tout, chez toi, me pousse à les remettre en question, et je déteste ça. » Sa voix n’est pas sereine, lui non plus. Il n’est pas à l’aise du tout, et cela se ressent dans sa voix. Il pèse ses mots, pour une fois, et il essaie de s’exprimer correctement. « Quand j’ai croisé ton regard, je n’y ai pas vu le monstre que j’ai appris à détester, j’y ai vu la petite sœur sur laquelle je me suis acharné toutes ces années. » Son air impassible à disparu, mais son visage reste crispé. Il a du mal à l’avouer, à le dire, et cela se lit sur son visage. Son expression est déchirée par la culpabilité, qu’il a horriblement peur de dévoiler. « Voila, c’est la seule réponse que je peux te donner pour le moment. » dit-il sur un ton légèrement plus sec, sans la regarder, en se refermant légèrement. Il se replie sur lui même, croisant les bras sur sa poitrine. Il en a trop dit, ça l’énerve et le soulage à la fois, une telle confession. Il en presque honte, lui qui n’est pas habitué à ça, et certainement pas avec elle.


for the first time, her brown sloes have seen the darkness,
and the deception in his blue eyes.

Kasia Gavon
LES TRINITAIRES— those who seek equality —
surface
inside
behind
MESSAGES : 57
AVATAR + © : tati gabrielle. (av) Sarasvati (gif) odairannies
POINTS : 231
worth your time. ─ hiram & kasia Tumblr_pfkw1alUJd1sognhno8_400
AGE : ( 28 ) années à courber l'échine.
STATUT CIVIL : ( célibataire ) le coeur à l'abandon.
LES TRINITAIRES
those who seek equality
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1735-kg-i-can-t-breathe https://gods-will-fall.forumactif.com/t1884-this-is-it Voir le profil de l'utilisateur

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Lun 14 Oct - 17:40
you don't think i'm worth your time.

Elle est vulnérable, prise au piège de sentiments contradictoires, de maux passés qu’elle n’a jamais su oublier. Elle a mal Kasia, mal de tout le temps qui les a séparés et de la haine qu’ils ne cessent de déverser l’un envers l’autre. Mais cette fois, le vent tourne et l’esprit s’embrouille de toutes les suppositions, de toutes les possibilités. Elle ne comprend rien. Ne reconnait pas cet autre éloigné. Ne se reconnait pas elle-même. Inquiète de ce qu’il pourrait advenir d’eux, las de crier pour se faire entendre, elle demande une nouvelle fois. « Pourquoi ? » Le regard est figé sur le visage du frère, de l’argent a l’air si sûr en temps normal. « Je ne sais pas. » Le cœur se serre à le voir perdu dans ses propres pensées, à l’entendre ne pas comprendre plus qu’elle. « Quand je t’ai vu, entre les mains de mes hommes, j’ai… - elle s’avance d’un pas, hésitante. – Je n’ai pas pu me résoudre à te laisser là. » Une étrange sensation de soulagement la parcourt, comme si enfin, elle se sentait estimée. Ne voit-il pas le monstre qu’elle est ? Elle l’observe avec toute l’attention, l’écoute sans jamais l’interrompre. Elle veut le laisser étendre ses interrogations, trouver les réponses à mesure qu’il explique la situation tortueuse dans laquelle ils se sont installés. « Parce que tu n’étais que le monstre que j’avais appris à détester. » Kasia pince les lèvres, se recroqueville légèrement sur elle-même, comme une tortue qui voudrait se protéger en rentrant dans sa coquille. Entendre les mots sortir de nouveau de sa bouche sont toujours difficile à encaisser malgré toutes ces années. « J’ai des valeurs, des convictions, et un avis très tranché sur les mutants. – Elle hoche légèrement la tête pour noter son accord sur ce point. – Toi, plus que quiconque, en a fait les frais. – Nouvel instinct de protection. Les doigts s’entremêlent machinalement. – Mais le fait est que tout, chez toi, me pousse à les remettre en question, et je déteste ça. » Les sourcils se froncent pour tenter de comprendre le sens des dernières paroles. Le cœur bat plus fort, comme un regain d’espoir. Toujours debout, elle avance à nouveau d’un pas. « Quand j’ai croisé ton regard, je n’y ai pas vu le monstre que j’ai appris à détester, j’y ai vu la petite sœur sur laquelle je me suis acharné toutes ces années. - La tristesse a envie son visage, une tristesse douce, tendre… Elle est émue. – Voilà, c’est la seule réponse que je peux te donner pour le moment. » Le voir se refermer automatique sur ces mots l’empêche de continuer à aller vers lui. Il n’est pas prêt à plus et bien qu’elle aurait besoin de plus à cet instant, elle n’ira pas plus loin. « Je … - le silence se brise. Hésitation, elle aimerait qu’il la regarde à présent. – Je crois que je comprends maintenant. – Un rictus vient étirer ses lippes. – Malgré ce que j’ai pu dire, sache que je te suis reconnaissante de m’avoir sortie de là. – Un soupire s’échappe, elle se détend quelque peu. – J’espère que tu pourras retrouver Arabella… Elle te rend heureux. – Les mots sont maladroits, mais sincères. – C’est important. » Le regard fuit la silhouette du frère et son corps s’éloigne pour faire de même. Elle n’arrivera pas à rester là plus longtemps, pas par peur, mais à cause du gouffre qui s’installe lentement dans son cœur, lui rappelant lourdement qu’elle est terriblement seule. « Je vais nettoyer la salle de bains avant de retourner dormir. – Elle passe la porte du salon. – Désolée. » Le mot s’évapore dans l’air. Elle ne veut pas parler davantage. Elle veut juste fuir, loin d’ici, loin de tout.

Hiram Gavon
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 1461
AVATAR + © : jesse williams. (@ice and fire.)
POINTS : 1567
worth your time. ─ hiram & kasia NTrFif34_o
AGE : ( trente six ans ) qu'il s'acharne à vouloir rester un homme droit, si on oublie sa double allégeance de l'époque, mais voila que ces trente-six années de droiture vole en éclat à cause d'une soeur qu'il considérait autrefois comme une erreur.
STATUT CIVIL : ( marié ) à sa muse, douce arabella qui s’est octroyée l'entièreté de son palpitant. l'un comme l'autre semblent avoir un goût prononcé pour la dramaturgie, laissant un froid dévastateur s'installer entre eux.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1366-imperfectus-perfectu https://gods-will-fall.forumactif.com/t1375-memento-mori-hiram#5 Voir le profil de l'utilisateur En ligne

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Sam 26 Oct - 16:16
- worth your time -
w: @kasia gavon

Les mots s’enchainent, s’extirpent de sa bouche sans qu’il n’est vraiment le temps de les retenir. De telles confessions sont rares, totalement inhabituelles de la part du Gavon envers sa petite sœur, et il en a presque honte. Il ne sait pas vraiment pourquoi, ou peut être que si, peut être est-ce simplement car il a toujours haït la nature de son sang, comme le reste de sa fratrie. Il montrait l’exemple, Hiram, il se devait de la détester, comme on lui a appris et pourtant, son palpitant lui soufflait de la prendre dans ses bras à l’instant même. Mais il est beaucoup trop réfléchi pour cela, Hiram. La raison l’emporte sans peine sur le palpitant, refusant d’admettre la vérité qui crève les yeux : il l’aime. Il le sait, au fond, mais c’est beaucoup trop dur à avouer. Les mots qu’il venait de prononcer en disaient trop, déjà. Lui qui croyait que de tels aveux lui bruleraient la gorge, il se sentait étonnement libéré d’un poids énorme qui pesait sur ses épaules. Mais le soldat impassible reprend vite le pas sur le grand-frère sentimental qu’il était quelques secondes plus tôt, et son air impassible vient masquer le sentiment de regret qui animait son regard. Il en a honte, même si personne à part elle ne peut entendre ce qu’il dit. Il n’ose pas la regarder, il s’obstine à garder les yeux sur la table basse, ou sur le tapis, pour ne pas croiser les prunelles de sa sœur. Il sent pourtant l’effet que ses mots ont sur elle, il la sent se mouvoir, mais il ne bouge pas. « Je…Je crois que je comprends maintenant. » L’hésitation capte toute son attention, quand bien même il ne détourne pas les yeux vers elle. Elle comprend. Il ne sait pas si il se sent soulagé ou au contraire, si le lourd poids qui semblait avoir disparu s’abat de nouveau sur son estomac. « Malgré ce que j’ai pu dire, sache que je te suis reconnaissante de m’avoir sortie de là. » D’un mouvement presque imperceptible, il acquiesce. Première fois qu’elle le remercie, depuis qu’ils sont dans cette fichue planque, mais surement parce que c’est la première fois qu’ils se parlent de manière plus civilisée que par des cris ou de manière agressive. « J’espère que tu pourras retrouver Arabella… Elle te rend heureux. » Cette fois c’est certain, le fameux poids s’abat de nouveau sur son estomac. Arabella. Le sujet sensible, mais les mots de Kasia le pousse à méditer. Elle le rendait heureux, c’est certain, mais la dispute qu’ils avaient eu juste avant son départ ne cessait de tourner en boucle dans sa tête. Si son désir profond d’avoir un enfant n’avait pas disparu, tout cela semblait futile désormais. « C’est important. » Il lâche un lourd soupire, à l’entente du prénom de sa femme, ses traits laissant transparaitre une pointe de tristesse. Néanmoins, ses yeux ne délogent pas de leur cible, les bras croisés sur sa poitrine, jusqu’à qu’il le voit véritablement s’éloigner. Il lui glisse un regard, avec une flopée de sentiments indéfinissables, avant de regarder à nouveau devant lui. « Je vais nettoyer la salle de bains avant de retourner dormir. » La présence qu’elle dégage s’évapore au moment où elle quitte la pièce et il entend des excuses se fondre dans le couloir, il parvient tout juste à les entendre. Désolée. Elle n’a pas à l’être, car même si il la juge pour responsable de la situation, il est l’unique fautif. Il aurait pu la laisser croupir en prison ou Dieu sait où, mais non. Il a fallu qu’il joue les héros. Un énième soupir s’échappe de ses lippes, avant que sa main vienne frotter son front, essayant de résoudre un casse-tête qui est pourtant si simple.

***

Les premiers rayons du soleil commencent tout juste à illuminer la cuisine, lorsqu’il y entre pour prendre son petit déjeuner. D’une démarche nonchalante, il s’avance vers les placards pour prendre la première chose qui lui tombe sous la main. Les placards étaient remplis, Noah y avait veillé, heureusement pour eux. Il tombe sur un  paquet de céréales, alors il le saisit et s’empare d’un bol dans le placard d’a côté, juste avant d’aller s’asseoir sur la petite table, non visible depuis la fenêtre. On n’est jamais trop prudent. Il commence s’apprête à commencer à manger, mais dès lors qu’il engouffre sa première bouchée, une silhouette entre dans la cuisine. La dispute qui s’était transformée en sorte de confession datait de presque une semaine, où il l’avait soigneusement évité et pourtant, le mot franchit ses lippes comme si de rien n’était. « Bonjour. » qu’il dit, sur un ton neutre, en continuant de manger ses céréales et en lisant un vieux journal. « Les céréales sont déjà sur la table, si tu en veux. » Il se souvient qu’elle en mangeait, à l’époque où il lui adressait des regards mauvais plutôt que de l’ignorer. « Je crois me souvenir que tu aimais ça. » dit-il en haussant les épaules, les yeux toujours rivés sur son journal. Il se livre à un jeu grotesque, certes, car il ne sait pas comment se comporter vis-à-vis d’elle après ce qu’il s’est passé l’autre jour. C’est stupide, mais il ose croire que cela pourrait déboucher sur quelque chose.


for the first time, her brown sloes have seen the darkness,
and the deception in his blue eyes.

Kasia Gavon
LES TRINITAIRES— those who seek equality —
surface
inside
behind
MESSAGES : 57
AVATAR + © : tati gabrielle. (av) Sarasvati (gif) odairannies
POINTS : 231
worth your time. ─ hiram & kasia Tumblr_pfkw1alUJd1sognhno8_400
AGE : ( 28 ) années à courber l'échine.
STATUT CIVIL : ( célibataire ) le coeur à l'abandon.
LES TRINITAIRES
those who seek equality
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1735-kg-i-can-t-breathe https://gods-will-fall.forumactif.com/t1884-this-is-it Voir le profil de l'utilisateur

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Mar 29 Oct - 13:07
you don't think i'm worth your time.

Le réveil est compliqué. Des semaines qu’ils sont là, enfermé entre quatre murs trop petits pour leurs carcasses. C’est difficile. Encore. Mais plus doux, surtout. Les yeux s’ouvrent sur une nouveauté, sur un plaisir étrange à se dire qu’il est là, avec elle. Les jours sont moins amers, plus simples à supporter. Ils ne se parlent toujours pas beaucoup, mais assez pour que ce soit supportable. Les pieds trainent jusqu’à la salle de bains pour un rafraichissement avant de rejoindre ce frère à la cuisine. Le regard épuisé, elle entre dans la pièce, « Bonjour. » elle hoche la tête en guise de réponse, encore trop dans le vague pour ouvrir la bouche. Son visage s’est illuminé, plus heureuse que les secondes précédentes. Elle tire une chaise pour s’y installer, sans vraiment réfléchir. Les mouvements sont mécaniques. « Les céréales sont déjà sur la table, si tu en veux. – Kasia relève la tête pour observer celle d’Hiram, un sourire étire ses lippes. – Je crois me souvenir que tu aimais ça. - Les joues s’étirent encore. – Merci. » Un mot simple, commun, pourtant bien peu emprunté entre ces deux-là. La Gavon se relève pour récupérer un bol et une cuillère afin de se servir. Sans un mot, elle verse dans le récipient et ajoute le lait. La première bouchée est une délivrance, un long soupire s’extirpe de sa gorge alors qu’elle savoure en se réveillant. La bouche à peine vidée, elle s’exclame avec le plus grand naturel. « Je pensais pas apprécier autant des céréales. – Elle relève les yeux vers l’argent. – Ca a du bon d’être coincée ici. » Parle-t-elle des céréales ? Ou de leur présence à tous les deux ? Elle ne dira rien de plus, mais l’étincelle dans son regard indique la malice dont un enfant peut faire preuve. S’il l’observait à son tour, il comprendrait peut-être les demi-mots. Mais le visage de la mutante se détend aussitôt, l’esprit s’évade. Elle a cet air mélancolique de ceux qui regrettent le temps passé. Mais Kasia pense au futur, à ce qu’ils deviendront si rien ne change … Si tout change. Le bol se vide machinalement, le ventre se tord, elle est inquiète et son seul refuge se trouve autour de la table. Si loin, pourtant si proche. Elle mordille l’intérieur de sa joue, remue sa jambe en un mouvement angoissé. Elle hésite. « Hiram ? » Elle a besoin de lui.

Hiram Gavon
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 1461
AVATAR + © : jesse williams. (@ice and fire.)
POINTS : 1567
worth your time. ─ hiram & kasia NTrFif34_o
AGE : ( trente six ans ) qu'il s'acharne à vouloir rester un homme droit, si on oublie sa double allégeance de l'époque, mais voila que ces trente-six années de droiture vole en éclat à cause d'une soeur qu'il considérait autrefois comme une erreur.
STATUT CIVIL : ( marié ) à sa muse, douce arabella qui s’est octroyée l'entièreté de son palpitant. l'un comme l'autre semblent avoir un goût prononcé pour la dramaturgie, laissant un froid dévastateur s'installer entre eux.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1366-imperfectus-perfectu https://gods-will-fall.forumactif.com/t1375-memento-mori-hiram#5 Voir le profil de l'utilisateur En ligne

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  Lun 11 Nov - 15:14
- worth your time -
w: @kasia gavon

Le silence des dernières semaines devenait pesant, et peut-être un peu trop au goût du Gavon. La solitude commençait à l’entrainer dans les abysses, et la présence autrefois désagréable de sa sœur était désormais plaisante. Il n’avait qu’elle, et même si il refusait de l’avouer, il était bien content qu’ils se planquent tous les deux plutôt que séparément. Alors, suite aux confessions inattendues de la semaine passée, il décide de briser la glace dès qu’elle entre dans la pièce. Le ton est neutre, il semble calme, pourtant son palpitant bat à la chamade. Il est nerveux, Hiram, car il ne sait pas comment elle va réagir, ni quelles réactions ses réponses à elle pourraient engendrer chez lui. Il ne la regarde pas, se bornant à regarder le journal dont il ne lit même pas véritablement les lignes, mais il perçoit un hochement de la tête. Il la voit, dans son champ de vision périphérique, se mouvoir jusqu’à lui et finir par prendre une chaise, s’installant à la même table pour déguster les céréales en question. Son haussement d’épaule est sans doute de trop, il feint l’indifférence, alors qu’il n’en est rien. Il est à l’affut de la moindre réaction, et il se prépare aussi bien à être repoussé qu’à être accepté, et à son soulagement, c’est un remerciement qui s’échappe de lippes de sa sœur. « Merci. » Le mot est simple, mais il veut dire beaucoup. Trop peu employé entre eux, le remerciement lui fait étrangement chaud au cœur. Etait-ce parce qu’il n’avait qu’elle en cette période si sombre ? Ou était-ce parce qu’il commençait réellement à l’aimer ? Une flopée de sentiments contradictoires l’envahit, et comme à son habitude, il les balaye, les efface, parce que c’est tellement plus simple d’agir de la sorte. « Je pensais pas apprécier autant des céréales. Ca a du bon d’être coincée ici. » Un léger mouvement vient étirer les lippes du Gavon en un maigre sourire, presque imperceptible, et pourtant bien assez pour qu’elle s’en rende compte. « Hm. » C’est tout ce qu’il arrive à dire, Hiram, parce qu’il a parfaitement compris ce que voulait dire ces demi-mots, et à sa grande surprise, il est entièrement d’accord. Si cette fuite l’avait éloigné de tout ceux qu’il aimait, il avait appris à accepter –aimer, une nouvelle personne. Mais ses sentiments lui font beaucoup trop peur pour qu’il ose les montrer, même si elle en a eu un bref aperçu la semaine passée. Il semble détendu, mais en vérité, il est comme paralysé. Si autrefois il s’amusait à l’insulter, puis à l’ignorer, voilà qu’il essayait désormais de se comporter comme un grand-frère. Le changement était trop brutal, trop soudain, pour que les choses semblent naturelles, et plus il essayait d’y mettre du sien, plus il se sentait stupide. Et malheureusement, plus il se sentait stupide, plus il se renfermait et réduisait tous ses efforts à néant. Mais peut-être que cette fois-ci, les choses seraient différentes, du moins, il osait y croire. Il sent son regard sur lui, et sa mâchoire se serre, alors qu’il continue de lire son journal, mais les prunelles noisettes quittent vite sa silhouette pour se perdre dans le vague. Il en profite pour lui glisser un regard, avant de rapidement retourner à sa fausse lecture. Il la sent nerveuse, elle aussi. « Hiram ? » Les mots résonnent dans son esprit, avant que ses iris azurs quittent les mots imprimés à l’encre noire pour croiser celles qu’il redoute tant. « Hm ? » qu’il répète, attendant la suite. Il perçoit sans mal l’air angoissé qui vient ternir ses traits et ses yeux glissent machinalement vers sa jambe, percevant le mouvement frénétique. « Qu’est-ce qu’il y a ? » Ses sourcils se froncent, il ne sait pas quoi faire. Lui demander ce qu’elle a, se préoccuper de son état, c’est nouveau. Il ne sait pas comment agir, ni comment deviner ce qui se passe dans sa tête. Avec Lys, c’est tellement plus simple, et il ose imaginer qu’un jour, ce sera peut être pareil avec Kasia. Malheureusement, les choses ne sont pas aussi simples, pas encore. Son hésitation, lui fait lâcher son journal, en poussant un lourd soupir. Il s’enfonce dans sa chaise peu confortable, et la regarde, d’un air indescriptible. « Nous n’en sommes pas encore là, et j’aurais sans doute l’air ridicule de te dire que tu peux tout me dire, mais le fait est qu’il n’y a que nous ici, donc. » N'hésite pas, mais les mots restent coincés dans sa gorge. D’un geste de la main, il l’invite à continuer. Ses sourcils froncés pourraient laisser croire à du mépris, mais il n’en est rien. Il est simplement mal à l’aise, et nerveux. « Même si cela concerne ce que tu étais en train de faire lorsque mes hommes t’ont attrapé. » dit-il, en plongeant ses iris dans les siennes plus intensément, montrant qu'il n'est pas dupe et qu'il a bien perçu quelque chose de bizarre dans ses agissements ce jour là. Les paroles se veulent réconfortantes, pour l’inciter à en parler, et pourtant, la conversation semble tourner en interrogatoire. Ce n'est pas ce qu'il veut, Hiram. Il est simplement curieux de connaître la vérité, mais il est tellement effrayé de la réponse qu'elle pourrait lui donner. Néanmoins, relancer le sujet le titillait, il ne demandait qu’à savoir ce qu’elle faisait ce jour là, et après tout, il était en droit de savoir, lui qui avait tout lâcher pour lui sauver la vie, et la couvrir auprès de Noah. Parce qu’une chose est sûr, il savait qu’elle n’agissait pas pour le Cercle ce jour là.


for the first time, her brown sloes have seen the darkness,
and the deception in his blue eyes.

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind

worth your time. ─ hiram & kasia Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: worth your time. ─ hiram & kasia  |  

worth your time. ─ hiram & kasia  Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» In my Time. Dick Cheney.
» Ivy S. Cobb • That's the time where I'm suppose to put a quote so cool •
» Time is Up
» Trombinoscope ∞ It's selfie time !!
» SSS's Time ( Solo )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: LET'S GO BACK TO THE START :: flashbacks-
Sauter vers: