Revenir en haut Aller en bas
INTRIGUE
Ne manquez pas le second chapitre du deuxième tome de l'intrigue. Plusieurs sujets ont été postés, vous pouvez tous les retrouver dans la partie intrigue.

période sprint rp
La nouvelle période de sprint rp a débuté. Vous agnez le double de points pour tous les rp postés !

nouveaux dés
De nouveaux dés ont fait leur apparition, pour vous aider à participer dans le grand jeu du pouvoir et de la politique. Toutes les explications se trouvent dans ce sujet.
les petites news

les personnages de GWF

les personnages recherchés



 


le gouvernement
Palier 9
l'ordre écarlate
Palier 7

la confrérie
Palier 6
le cercle
Palier 8

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 6
les veuves
Palier 6

les perles
noires
Palier 5
les épines
rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3
les rossignols
Palier 1

propagée par les Veuves: Alors que de nombreuses personnes ont été empoisonnées à Aureus ces derniers temps, il semblerait que la contamination des eaux ne soit pas une conséquence des manifestations de ce 5 septembre mais provient de la malveillance des Perles, par désir de vengeance suite à la perte d'une part du marché sur la Capitale suite à l'instauration de la république d'Aureus. Des hommes ont été aperçus la nuit, déversant des liquides dans l'eau d'Aureus, à la peau bien trop claire et au regard mauvais.
propagée par les Perles et la population d'Aureus: Il a été raconté par ceux présents sur la scène de crime qu'une rose avec des épines a été trouvée sur le corps d'Alexandre Shelby. Quelques minutes plus tard, à peine, un malheureux homme de main des épines rouges fut trouvé non loin de la maison de l'ancien dirigeant. Il se murmure que les épines rouges seraient à l'origine de cet assassinat, énervé par les contraintes qui leur étaient imposées par le nouveau gouvernement d'Aureus.
propagée par la population de Rezbia: Voilà plusieurs semaines que les apparitions publiques de la reine Nysa Sielle se font rares. Si la famille royale n'a pour l'instant pas offert d'explications à son peuple, cela n'empêche pas certains de spéculer sur la nature de cette absence. On murmure au sein du palais que la reine serait malade, et que c'est pour cette raison qu'on ne la voit quasiment plus sortir de sa chambre et qu'elle ne semble plus s'impliquer dans la vie du royaume. Cette rumeur commence à se répandre comme une traînée de poudre à travers le royaume de Valdierva.
Vous aussi vous voulez propager votre propre rumeur? Alors rendez-vous dans le recensement général pour remplir le champ "rumeurs et informations". Vous pouvez également consulter toutes les rumeurs et informations avérées au sein du registre des informations et rumeurs.
Le Deal du moment : -78%
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
Voir le deal
23.95 €


 Friction makes sparks ⚔ Phèdre

 :: Rezbia :: Château des Sielle  
— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Satyne Kolikowski
Satyne Kolikowski
surface
inside
behind
MESSAGES : 451
AVATAR + © : Sophie Turner - ©Ultraviolences (the queen ♥)
POINTS : 3089
Friction makes sparks ⚔ Phèdre S0jAxa7l_o
AGE : Du haut de ses 23 ANS, elle avance comme une funambule au-dessus du vide. Déchirée entre sa volonté et ses obligations, muselée et cadenassée par la manipulation et les menaces. Hésitante, finalement, quant à ce qu'elle veut réellement.
STATUT CIVIL : Depuis près de 2 ans déjà, elle est MARIÉE, à un homme dont elle n'est en rien la première épouse. Une union arrangée. Un retour de bons procédés. Une sorte de récompense qui lui laisse un goût bien amer en bouche. Et qui la laisse de plus en plus esseulée quant à ce qu'elle ressent réellement envers son mari.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Jeu 14 Nov - 21:17
Friction makes sparks
and creative conflagrations
PHÈDRE && SATYNE


Pendant longtemps, Satyne avait fait reposer de nombreux blâmes du monde sur les épaules de sa mère. Parce que c'était plus facile ainsi, moins tortueux, aussi. Il n'y avait pas à se creuser la tête ou à poser les choses à plat pour trouver le coupable, le responsable étant alors tout trouvé. Mais pouvait-on réellement lui en vouloir ? Leur mère les avait délaissée, Oliver et elle, sitôt après la mort de leur père Logan. Elle s'était enfermée dans sa chambre, refusant d'en sortir et de consacrer le moindre instant à ses enfants. Ce deuil, Satyne l'avait supporté grâce à son frère, et entouré de son grand-père ainsi que de son oncle Maximilian et des autres membres de la famille. Elle qui avait assisté au meurtre perpétré par l'Ordre, et découlant d'un attentat raté contre les Kolikowski. Elle qui avait tout vu, elle qui avait tout compris sans entièrement tout réaliser, sur l'instant. Elle qui ... Anya s'était détournée d'eux, avant de carrément partir vivre à Aureus, laissant ses deux enfants à la charge de son beau-père, Viktor Whalberg. Fort heureusement, le grand-père de Satyne avait su faire ce qu'il fallait faire, ne négligeant pas à son tour les deux orphelins. D'une certaine façon, la jeune femme savait que les relatives stabilités et normalités qu'elle avait pu connaître à l'époque, c'était aux Whalberg qu'elle les devait, et pas à cette génitrice qui avait certes perdu l'amour de sa vie, enfin, c'est ce qu'elle disait, et qui en était venue à commettre le pire qu'une mère pouvait faire. Les ignorer, les délaisser, les oublier, faire comme s'il n'existait plus. Mieux aurait-il valu qu'elle soit morte, cela aurait bien plus rendu les choses faciles. Et le tourbillon catastrophique qui s'en était suivi aurait alors été évité. Car Anya était finalement réapparue. Mariée. A un Rouge. Un engeance des bas-fonds, une pourriture.

C'était ainsi que Satyne avait vu les choses, à l'époque, et elle n'en avait que peu démordu depuis. On pouvait même dire que son jugement s'était accentué, et encore plus quand, à la mort de Viktor, sa mère s'était revendiquée des droits parentaux sur lesquels elle s'était allègrement assise pendant des années. Le tout avait obligé Satyne et Oliver à aller vivre avec elle, et surtout avec eux, à Aureus. Eux, les Nylander. La jeune femme n'avait même pas à fermer les yeux pour se sentir saisie d'une vague d'effroi et de frissons n'ayant rien d'agréable, rien qu'en repensant aux fils de Sylar. Ses demi-frères, selon la loi. La loi, parlons en ... Sylar la manipulait avec excellence, et toujours à son avantage, en tant que Juge. Et c'était en grande partie à cause de ça et de l'insouciance de son frère qu'elle s'était retrouvée piégée chez les Perles, comme une très jolie abeille prise dans la toile d'une putride araignée. Mais tout ceci tournerait un jour ou l'autre à son avantage, n'est-ce pas ? Sylar ne l'avait jamais ménagée, usant et abusant du chantage qu'il faisait peser sur sa tête. Et il fallait bien qu'il le paie. Tout se paie un jour, et si la satisfaction d'ouvrir la caisse enregistreuse avait bien trop tardé à son goût, Satyne se satisfaisait clairement qu'aujourd'hui, les choses aient changé. Mais pourquoi, alors, devrait-elle encore continuer de voir la tête de fouine de Phèdre, ici, à Rezbia ? Était-elle encore réellement obligée de s'infliger ça ? Si ça ne tenait qu'à elle, les Perles pourraient bien continuer à faire ce qu'elles voulaient, tant que cela laissait les Whalberg et leurs proches en dehors de ça. Par contre, les Nylander finiraient au caniveau, renouant avec leurs origines d'antan. Oui, elle était peste et snob, et alors ? Elle était née Whalberg, elle, et était à présent doublement noble, de par l'anoblissement décidé par Noah de sa lignée natale, et de par son mariage. Peut-être avait-elle voulu remercier le nouveau Roi de Valdierva, ou peut-être avait-elle agi par simple égoïsme et orgueil. La raison principale importait peu, les faits étaient les plus essentiels : Noah avait appris de sa bouche qui se trouvait être le Haut-Sénéchal, et il avait visiblement fait très bon usage de l'information. Mais Phèdre était encore là, et ... Et elle n'avait pas particulièrement cherché à la croiser, et ne savait même pas ce qu'elle faisait dans la cour du château, mais là, l'occasion était trop belle pour la manquer. Fondant alors sur elle telle un prédateur sur sa proie, elle se décida à ne tenter de ne faire qu'une bouchée d'elle. « Je croyais que maintenant que j'avais informé Noah du sordide double jeu de ton père, il vous aurait bouté hors d'ici au plus vite, histoire que la vermine ne se répande pas dans sa capitale de nouveau monarchique ... » Plissant les yeux, mesquine, elle enchaîna. « On endiguait autrefois les épidémies en embrasant un peu tout ce qui était contaminé. Je suis prête à me dévouer, si jamais ... » En tant que brûleuse, elle saurait y faire, et puis, ça lui ferait un caillou de moins dans l'escarpin luxueux !


I'll have vengeance
With fire and blood

— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Phèdre Nylander
Phèdre Nylander
surface
inside
behind
MESSAGES : 1958
AVATAR + © : Sonia Ben Ammar (ultraviolences) + icon (AESTHETIC TRASH) + signature (PHILTATOS - gif - et ASTRA)
POINTS : 3640
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Tumblr_phsx5udb2D1v1j54c_1280
AGE : 21 ANS. La fleur de l’âge, à peine sortie de l’adolescence et déjà bien mature. Il n’y a pas de place à l’amusement volage chez les Nylander.
STATUT CIVIL : CELIBATAIRE. Mais pas pour le moins EPRISE, de cet homme du nord qu'elle se refuse pour ne pas donner satisfaction à ce géniteur à qui elle veut prouver sa valeur.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Dim 17 Nov - 5:29

friction makes sparks
Satyne & Phèdre


L’heure de son départ de Valdierva ne tarderait pas. C’était exactement la raison de sa visite exceptionnelle au palais, tâchant aussi bien qu’elle le pouvait de cacher son visage avec sa capuche. Le nouveau roi l’avait convoqué pour discuter du transport, de l’accord avec l’Ordre Écarlate et pour faire les dernières mises au point. Catius Eberstark avait sauté sur l’occasion qu’on lui proposer en assassinat Alexandre Shelby pour qu’il devienne le nouveau dirigeant ; bien sûr, l’accord avec le Cercle fut oublié dans la discussion, trop éloigné de ses intérêts, information inutile. Phèdre n’avait pas voulu risquer de perdre un accord simplement pour une mésentente entre deux mouvements, néanmoins, elle respecterait sa part du marché avec Noah Sielle. Bientôt, si elle survivait à l’assassinat, elle serait elle-même sénéchal d’Aureus, ayant enfin accès à son rêve ; elle qui avait perdu celui d’être juge. Un seul élément se semblait réellement se tenir sur sa route : son père, qui quoiqu’elle fasse ne semblait jamais convaincu de son habilité à régner, parce qu’elle était femme. Alors elle s’était mise à passer tous ces accords dans son dos, le mettant sur le fait accompli ; elle savait, Phèdre, qu’une fois qu’elle serait sénéchal, elle devrait faire plus attention, elle serait moins pardonnable – parce que concurrente. Elle se permettait un traitement de faveur tant qu’elle le pouvait. D’ailleurs, cette situation ne plaisait pas à beaucoup de personnes, Zyña la première, qui avait envoyé des assassins chez elle en signe d’avertissement ; mais ce qu’elle faisait elle le faisait pour les perles. Intouchable, parce que non condamnable. Pourtant, elle portait encore les marques des mains qui l’avaient presque étranglées sur sa gorge, comme indélébile. Le chemin jusqu’au roi aurait dû être sans danger, simple puisqu’elle était protégée, Phèdre. Plaçant ses cartes toujours entre les meilleures mains, fine stratège, héritage familial – plus encore, véritable talent inné qui était le sien. La Nylander savait s’épancher de parole savante, apprenant des plus grands, lectrice, observatrice, apprentie et maître d’œuvre. Elle comprenait peut-être mieux que son père les rouages pour se rendre au sommet parce que Sylar, si loin qu’il fut allé, se retrouvait aujourd’hui exilé loin des perles pendant qu’elle menait la danse dans une région n’étant même pas la sienne – Valdierva, territoire de Zyña. Ses pensées dérangées par une silhouette bien trop familière provoquèrent frustration alors qu’elle aurait dû se concentrer pour la discussion à venir avec le nouveau souverain. Satyne, sœur apparemment, qui criait sans cesse vouloir s’éloigner de la fosse alors qu’elle se prouvait encore une fois, dignement vipère. Une entrée qui força Phèdre à rouler des yeux, se demandant comment, dans cet immense château, la seule personne qui croisait sa route était celle dont elle n’était pas prête à écouter les fantaisies. Encore une fois, l’accusant elle, alors que le fautif était son père ; parce que si Satyne était mieux sans elle, Phèdre était mieux sans Satyne. Encore une fois, elle surprit la née Whalberg à agir comme un vautour. L’écouter déblatérer ses paroles vides de sens, empruntes d’une haine refoulée, rengaine habituelle. « Je croyais que maintenant que j'avais informé Noah du sordide double jeu de ton père, il vous aurait bouté hors d'ici au plus vite, histoire que la vermine ne se répande pas dans sa capitale de nouveau monarchique ... » Les mots qui n’avaient aucun effet, habituellement, furent cette fois-ci, synonyme de colère. Si les insultes ne l’atteignaient plus depuis longtemps face à cette sœur, avouer que c’était elle qui avait trahi, révélant l’identité du Grand Sénéchal à Noah, eut pour effet de faire bouillir tout le sang de son cœur. Sans laisser le temps à la riposte, elle enchaine, Satyne, l’esprit embrumait par le dégoût que représente Phèdre pour elle. « On endiguait autrefois les épidémies en embrasant un peu tout ce qui était contaminé. Je suis prête à me dévouer, si jamais ... » Si un jour elle avait espéré, ce n’était plus cas, l’argent était devenu le reflet d’une sœur exécrée, jamais désirée mais à son apparition, synonyme d’espoir peut-être – vite évanoui. D’un air revêche, Phèdre enlève sa capuche, désireuse d’affronter la harpie avec dignité. « Tu n’as pas intérêt à me toucher, chère sœur. » Qu’elle dit, simplement, irritée et frustrée, mais aussi, pour l’énerver un peu plus, châtiment mérité. « Qu’est-ce que tu pensais ? Qu’en disant la vérité à Noah sur l’identité du Grand Sénéchal il chasserait toutes les perles du royaume ? Que tu es naïve, ou non, stupide, irréfléchie ! N’as-tu donc rien appris toutes ces années en vivant avec mon père ? Le monde ne fonctionne pas comme ça, petite idiote que tu es. Tu passes pour une gamine qui en plus, n’est pas capable de tenir sa langue sur l’un des secrets les mieux gardé du pays. Je devrais te trancher la gorge tout de suite, juste pour ta trahison. C’est toute la famille que tu mets en danger, pas seulement mon père, ta mère ou moi, mais aussi ton frère, Oliver ! » Un instant pour reprendre son souffle, Satyne avait le don de toujours la mettre dans un état de colère indescriptible. « Pour ta gouverne, si je suis encore là, c’est parce que j’ai été plus intelligente que toi ; j’ai appris, je place mes cartes là où elles sont utiles. Ça n’a aucun rapport avec toi d’ailleurs, ça ne te concerne absolument pas. Maintenant, écarte-toi, j’ai un rendez-vous qui n’attend pas. » Qu’elle termine, outrée par l’intervention de sa – devant la loi – demi-sœur.
(c) DΛNDELION

— PNJ ; those who fall —
PNJ ; those who fall
The Parcae
The Parcae
surface
inside
behind
MESSAGES : 1490
AVATAR + © : FACELESS. (AV/BIGBADWOLF)
POINTS : 7790
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Tumblr_pz9xzaEl841u79aijo1_400

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com https://gods-will-fall.forumactif.com/u3
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Mer 20 Nov - 22:45
RISE OF THE GODS
TOME 2 ; CHAPITRE I

Un livre tombe non loin des deux jeunes femmes. Il s'agit d'un manuscrit à propos de l'Insurrection, du point de vue d'un soldat de la maison Kolikowski. En y regardant de plus près, tous les mots voulant dire "sang" ont été remplacées par d'étranges lettres...

Friction makes sparks ⚔ Phèdre K8k55zG5_oFriction makes sparks ⚔ Phèdre AT1jSBgp_oFriction makes sparks ⚔ Phèdre ISjWUz12_oFriction makes sparks ⚔ Phèdre KenYYyo7_o
GODS WILL FALL - 2019


À CONTACTER EN CAS DE QUESTION.

— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Satyne Kolikowski
Satyne Kolikowski
surface
inside
behind
MESSAGES : 451
AVATAR + © : Sophie Turner - ©Ultraviolences (the queen ♥)
POINTS : 3089
Friction makes sparks ⚔ Phèdre S0jAxa7l_o
AGE : Du haut de ses 23 ANS, elle avance comme une funambule au-dessus du vide. Déchirée entre sa volonté et ses obligations, muselée et cadenassée par la manipulation et les menaces. Hésitante, finalement, quant à ce qu'elle veut réellement.
STATUT CIVIL : Depuis près de 2 ans déjà, elle est MARIÉE, à un homme dont elle n'est en rien la première épouse. Une union arrangée. Un retour de bons procédés. Une sorte de récompense qui lui laisse un goût bien amer en bouche. Et qui la laisse de plus en plus esseulée quant à ce qu'elle ressent réellement envers son mari.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Mer 27 Nov - 22:33
Friction makes sparks
and creative conflagrations
PHÈDRE && SATYNE


Sans doute pourrait-on arguer que si Satyne tenait si peu à voir Phèdre, et bien elle n'avait qu'à pas lui parler ! Mais là, présentement, c'était cette dernière qui pointait son museau au Château des Sielle, là où, des deux, elle était pourtant celle qui devait y avoir le moins ses entrées. Certes, Satyne n'était pas la plus proche de la Lignée Sielle, mais son époux était après tout le cousin maternel de Noah Sielle. Sans parler du fait que, même sans ce lien familial, Luke était issu d'une des plus prestigieuses familles de Valdierva, une dynastie qui venait de recouvrir son titre de noblesse. Les Whalberg venaient tout juste de s'en voir décerner un, eux, mais au moins n'étaient-ils pas issus de la fange. Ou du moins l'étaient-ils au sens propre du terme, le beau sens, celui qui répugnait parfois un peu la jeune femme, car, après tout, il y a plus séduisant que l'odeur des bœufs et leurs bons vieux kilos de crottin journalier. Mais leur fortune, les siens l'avaient acquise par le travail. Pas en manipulant les gens et en leur faisant du chantage. Et puis, les Whalberg étaient des Argents. Alors, non, la jolie blonde n'était en rien la gardienne des lieux, et elle n'était pas non plus en charge de filtrer les entrées. Et même si on ne lui demandait pas son avis sur la question, sans nul doute, il n'en demeurait pas moins qu'elle saurait être vertement culpabilisante et dénigrante dans ses propos si on en venait tout de même à lui demander son avis. Alors, c'était plus fort qu'elle, mais elle tenait quand même à bien faire sentir à Phèdre qu'elle abhorrait le simple fait de la voir ici, qu'elle exécrait le simple fait qu'elle puisse de façon détournée faire partie de sa vie. Qu'elle puisse avoir le droit de se balader en liberté alors qu'elle opinait franchement du chef face aux avis de son enfoiré de paternel. On dit que les meilleurs partent les premiers, et le constat présent était tout de même que cette mauvaise graine de Sylar respirait encore, lui, contrairement à Logan ... Alors, lui faire du mal, physiquement, à Phèdre, ce n'était pas l'envie qui lui en manquait, et cela démangeait beaucoup Satyne. Mais ce serait s'abaisser à un niveau fangieux qui n'était pas le sien, n'est-ce pas, et puis, elle le savait bien, mais là où les coups physiques s'estompent, les plaies mentales, elles, elles restent. Donc elle préférait jouer sur ce terrain là, surtout quand, comme maintenant, elle avait les armes pour. Ce qui ne laissait pas Phèdre indifférente, Satyne le voyait bien, dans son regard et son attitude. De quoi la faire se féliciter.

Mais la plaie, en plus du fait que les Nylander respiraient encore, c'était que Phèdre aussi avait les armes pour riposter. Et que niveau self control, Satyne peinait souvent franchement à briller en ce domaine. Elle n'était pas faite de ce matériel là, n'étant pas de ceux qui s'allongent et s'aplatissent par terre dès qu'on élève un peu la voix. Elle disait toujours ce qui lui passait par la tête, ayant grandie au milieu du cocon familial où on l'avait protégée et aimée aussi fort que possible, parce qu'elle était mutante, parce que sa mère était tarée, et parce que son père était mort. Et évidemment, sa mère avait tout foutu en l'air, et ... Satyne avait dû finalement apprendre à garder sa langue, car hurler face à la situation d'alors, celle qui demeurait encore présente aujourd'hui, cela s'était révélé dérisoire, inutile, sans succès. Cela avait été comme frappé dans un mur inébranlable, du haut duquel on s'était presque permis de lui jeter des pierres. Alors, le simple fait d'entendre le terme tant exécré de "sœur" dans la bouche de Phèdre, c'était ... « Nous n'avions rien en commun ... Et surtout pas nos gènes, que les dieux en soient loués ... » Le regard de haut en bas voulait tout dire de son dégoût, là où ses propos, murmurés entre des mâchoires serrés, devaient eux aussi bien faire leur part du travail pour signifier à son interlocutrice tout le mal qu'elle pensait d'elle, de la situation, et de tout ce qui allait avec. Mais elle se renfrognait encore plus quand Phèdre ne sembla tout de même pas perdre ses ailes. Croisant fort ses bras sur sa poitrine et s'enfonçant presque les ongles dans les bras, Satyne plissait tant et si bien les yeux qu'elle devait sans doute n'être qu'une pâle copie d'elle-même. Mais elle fulminait, oh oui, qu'elle fulminait, n'ayant qu'une envie, ou, non, plutôt plusieurs. Trop, même. Elle voulait tout à la fois lui arracher la langue que de la brûler vive, et aussi, lui coudre les lèvres, bref, quelque chose qui la fasse taire. « Tu as raison. J'ai appris. Sans doute pas aussi vite qu'il l'aurait fallu, quoi que, mais j'ai appris. J'ai appris et compris. Compris qu'en laissant des ordures comme ton père continuer leurs manigances, ce seront toujours les innocents qui en pâtiront. Des innocents comme moi. Ou comme Delilah et Théo. Tu crois qu'il leur arrivera quoi, une fois qu'ils seront plus âgés ? Concernant Oliver, laisse le en dehors de ça, c'est mon affaire. Mon frère, pas le tien. » Qu'elle s'avise de menacer Oliver, et ... Satyne avait dû se résoudre à intégrer les Perles pour sauver le cul de son aîné. Elle s'était abaissée au pire ou presque, alors, il n'y aurait donc rien qu'elle ne ferait pas pour son frère. « Anya, je te la laisse, si tu veux. Il y a longtemps qu'elle a cessé de se préoccuper de moi, il est temps que je fasse de même. » Satyne ne parlait généralement pas mal des morts, alors elle laissait la génitrice de Phèdre en paix, mais que cette dernière continue, et ... Et peut-être la jolie blonde changerait d'elle son fusil d'épaule, comme on dit. Finalement, les dernières paroles de sa vis à vis parvinrent, un peu malgré elles deux, sans doute, à lui tirer un sourire. « Laisse moi rire, Phèdre ... Si tu es d'une quelconque utilité à Noah pour le moment, rien ne dit que ça durera. Et à ce moment là ... Tu n'es qu'un pion sur l'échiquier. Un pion qui sera dégommé dès qu'on n'en aura plus besoin. Tes cartes, comme tu dises, redeviendront poussières sans que tu n'y puisses rien faire, et ... » Et il y eut ce bruit sourd, comme un objet qui tombe. De quoi interrompre Satyne, qui se retourne en direction du son, décroisant les bras pour l'occasion. Un instant, elle s'apprêta à accuser Phèdre, mais cela aurait été stupide : la Rouge n'avait aucun pouvoir, pas même celui de déplacer des objets. Et les petits tours de passe-passe n'étaient pas dans son attirail, à ce qu'elle en savait. Se dirigeant vers l'objet, qu'elle reconnut comme étant un livre, elle se pencha et s'en saisit, en scrutant les pages, les yeux de nouveau plissés, mais cette fois-ci pour une raison différente. Du bout des doigts, elle dessina presque les mêmes arabesques que ce patronyme devenu sien, Kolikowski, évoqué comme étant celui du bras commanditaire, armant ce soldat. Et il y avait aussi ces étranges symboles ... Perplexe, curieuse et quelque peu déroutée, Satyne revint brusquement à la réalité, plaquant l'ouvrage contre son torse. « Tu peux disposer. Vas-y, va t'en, pars. Allez ! » Tournant le dos à Phèdre et s'éloignant de quelque pas, elle décida de se replonger dans la lecture de l'ouvrage, et de totalement snober l'autre Perle. Il fallait qu'elle y comprenne quelque chose, par orgueil, et aussi parce qu'elle se voyait mal aller voir Luke, ou qui que ce soit d'autre, d'ailleurs, en énonçant simplement qu'un livre était tombé de nulle part et que c'était tout ce qu'elle savait.


I'll have vengeance
With fire and blood

— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Phèdre Nylander
Phèdre Nylander
surface
inside
behind
MESSAGES : 1958
AVATAR + © : Sonia Ben Ammar (ultraviolences) + icon (AESTHETIC TRASH) + signature (PHILTATOS - gif - et ASTRA)
POINTS : 3640
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Tumblr_phsx5udb2D1v1j54c_1280
AGE : 21 ANS. La fleur de l’âge, à peine sortie de l’adolescence et déjà bien mature. Il n’y a pas de place à l’amusement volage chez les Nylander.
STATUT CIVIL : CELIBATAIRE. Mais pas pour le moins EPRISE, de cet homme du nord qu'elle se refuse pour ne pas donner satisfaction à ce géniteur à qui elle veut prouver sa valeur.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Mer 4 Déc - 6:44

friction makes sparks
Satyne & Phèdre


Les yeux plissés, elle fixait la fille de sa belle-mère avec agacement. Ces deux-là n’avaient absolument rien en commun si ce n’est que l’amour pour un frère ou une sœur, car Satyne défendait Oliver avec autant d’ardeur que Phèdre protégeait Mérope. Fortes de caractère, il ne s’était jamais passé un repas de famille sans qu’elles ne s’étripent, faisant voler les mots acides d’un bout à l’autre de la pièce. La situation n’était pas bien différente ; trop différentes pour s’entendre, incapables de visualiser la moindre similitude. Les deux jeunes femmes se détestaient du plus profond de l’être ; Phèdre ne supportait pas les airs de princesse que se donnait Satyne et ce, dès qu’elle était venue à Aureus, à l’inverse, l’argent avait en horreur tout ce que pouvait représenter la rouge. Il était difficile d’imaginer qu’elles ne puissent jamais trouver un terrain d’entente. Alors non, effectivement, elles n’avaient rien en commun, surtout pas leurs gènes ; pourtant, Satyne était l’une des seules personnes que Phèdre ne pouvait toucher, le contraire était valable, parce que le Grand Sénéchal ne permettrait pas ses filles, biologique ou non, s’entretuent. C’était une grande frustration qui parcourait lui parcourait l’échine à chaque fois qu’elle croisait cette sœur qui n’en était pas une, plus encore depuis qu’elle avait avoué l’identité de son père au nouveau roi. La Perle réalisait de plus en plus que la haine de Satyne à l’encontre du mouvement et de sa famille était un véritable poison, répandant doucement ses racines. La Nylander se rendait compte que sa sœur adoptive ne voulait pas seulement quitter les perles, elle était tellement en colère qu’elle détruirait sa famille de l’intérieur aussi si elle le pouvait ; détruire les perles ne l’intéressait pas tant que ça, mais les Nylander certainement, seulement l’un ne pouvait pas être dissocié de l’autre. En un sens, ça effrayait la jeune rouge, parce qu’elle savait à quel point Satyne pouvait être tête de mule, elle savait aussi qu’elle s’était toujours remarquablement défendu face à son père ; un point qu’on peut lui accorder sans un doute, même si ça lui brûlerait la langue de l’avouer à voix haute. Longtemps, elle avait hésité de demander au Xi’Nora de la débarrasser d’elle mais elle ne pouvait certainement pas s’y résoudre, déjà parce que son père saurait la vérité, ensuite, parce qu’elle n’était même pas certaine qu’il lui rendrait ce service et qu’elle ne voulait pas risquer d’observer son visage bienheureux qui prenait le dessus sur la situation. Certainement, qu’elle pouvait dire qu’elle avait appris, dans ce qu’elle disait, peut-être qu’il y avait une part de vérité mais ce que Satyne ne comprenait pas c’était que le monde n’était pas aussi innocent qu’elle le pensait, non plutôt, qu’il n’y avait pas d’innocent dans le monde ; chaque personne avait une part d’ombre mais comme Mérope, elle choisissait de mettre l’une ou l’autre plus en avant. « Parce que tu crois que ton frère était innocent avant de rejoindre les perles noires ? Parce que tu crois que tu es innocente ? C’est la chose la plus stupide que j’ai jamais entendu venant de toi. Laisse-moi rire. » Alors elle s’esclaffa, quelques secondes. « Est-ce que tu as regardé le monde dans le lequel on vit ? Les innocents n’existent pas, Satyne. » Énervée, qu’elle était, elle bouillait de l’intérieur ; là était le réel pouvoir de l’argent sur elle. Cependant, elle ne répondit pas que la phrase qui concernait sa mère, parce qu’elle n’avait que trop conscience de la souffrance par laquelle sa sœur adoptive était passée et que même avec toute la haine dont elle était capable, Phèdre ne pouvait déverser ses paroles sur ce sujet ; pas à Satyne, pour une raison inexplicable, peut-être à cause de ces quelques sentiments aimants qu’elle ressentait parfois face au malheur des autres – la rouge n’était pas un monstre après tout. Alors, au lieu de lui montrer la moindre lueur de compassion dans les yeux, ses traits se durcirent et elle resta de marbre. De toute manière, ce moment irréaliste ne dura pas bien longtemps, puisque la blonde se mit à parler politique soudainement ; Phèdre ouvra grand les yeux, n’arrivant pas à croire les mots qu’elle entendait. Pas par le fait qu’elle soit un pion, parce que tout le monde était un pion dans le jeu de tout le monde en Akkadia, elle-même se servait de presque tout le monde comme des pions ; mais surtout par le fait que Satyne se mettait soudainement à analyser les discours politiques. Simplement, elle n’eut pas l’occasion de finir, ni de répondre puisqu’un bruit sourd retentit derrière la blonde. Toutes les deux tournèrent immédiatement le visage vers ce livre tombé comme par magie ; la première réaction de Phèdre fut de regarder autour d’elle pour voir si personne ne les observer dans l’ombre et s’était mis dans l’idée de jouer un mauvais tour, après tout ce château regorgeait d’argent aux pouvoirs plus divers les uns que les autres. Satyne, elle, s’était presque précipitée vers le bouquin. Phèdre grogna en s’approchant d’elle, ne faisant même pas attention à la manière dont elle venait de s’adresser à elle, comme à un petit chien, elle ne comptait certainement pas disposer. Sans même prévenir, Phèdre enfonçant l’un de ses talons dans son pied, pour la déconcentrer et arracha le livre de ses mains sans ménagement ; réaction enfantine, comme elles en avaient toujours, ne pouvant pas réellement se faire de mal. Si elle ne savait pas la réaction de la jeune femme, l’effet de surprise lui laisserait au moins quelques secondes de répits – elle espérait. La page ouverte parlait d’un soldat Kolikowski, pendant l’insurrection, toutes les lettres d’un mot étaient remplacées par des symboles étranges. « L’insurrection… pourquoi est-ce qu’un livre tombe pile sur une page ouverte sur la famille de ton mari. Qu’est-ce que tu manigances encore Satyne ? » Qu’elle demanda, offensée. Pourtant, Phèdre le savait, Satyne n’avait pas le pouvoir de faire volet les objets.
(c) DΛNDELION

— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Satyne Kolikowski
Satyne Kolikowski
surface
inside
behind
MESSAGES : 451
AVATAR + © : Sophie Turner - ©Ultraviolences (the queen ♥)
POINTS : 3089
Friction makes sparks ⚔ Phèdre S0jAxa7l_o
AGE : Du haut de ses 23 ANS, elle avance comme une funambule au-dessus du vide. Déchirée entre sa volonté et ses obligations, muselée et cadenassée par la manipulation et les menaces. Hésitante, finalement, quant à ce qu'elle veut réellement.
STATUT CIVIL : Depuis près de 2 ans déjà, elle est MARIÉE, à un homme dont elle n'est en rien la première épouse. Une union arrangée. Un retour de bons procédés. Une sorte de récompense qui lui laisse un goût bien amer en bouche. Et qui la laisse de plus en plus esseulée quant à ce qu'elle ressent réellement envers son mari.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Mar 10 Déc - 22:56
Friction makes sparks
and creative conflagrations
PHÈDRE && SATYNE

Elle ravale son fiel, Satyne. Difficilement, même que cela lui entrave quelque peu la gorge, mais elle le fait quand même. Parce qu'elle a encore suffisamment de retenue et de tenue pour ne pas se mettre à hurler comme une harpie ici, au milieu de la cour du château royal des Sielle. Elle a une réputation à tenir, après tout, et absolument aucune envie de devoir s'expliquer auprès de son mari. Son mari qui se trouvait être le cousin de Noah Sielle, le nouveau monarque des lieux, et ... Et rien que la possibilité que Luke puisse lui demander des comptes lui filerait presque une sacrée migraine carabinée. Alors autant se retenir de dire à Phèdre tout le si peu de bien qu'elle pensait d'elle, là où l'option de continuer cette confrontation si fascinante en arrière-cour était donc d'office rayée de la liste de faisabilités plausibles. Néanmoins, la jeune Rouge était celle qu'elle était, et leur relation n'ayant pas variée d'un iota durant les quelques secondes qui s'étaient écoulées, et bien ... Et bien, évidemment, il fallait que la Nylander cherche à avoir le dernier mot, ce qui ne pouvait que conduire à une réactivation partielle de l'ire de Satyne à son encontre. Et alors, pour sûr, elle n'était pas prête d'affronter la sécheresse de griefs taris envers la fille de son beau-père honni. Sylar, bien évidemment, pas Leonidas. Elle l'aimait quand même bien, Leonidas, Satyne ... « Ne ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dis ... Je n'ai jamais prétendu avoir été innocente au moment où ton enflure de père a étendu ses griffes sur moi. » Qu'elle en rit, Phèdre, si elle le voulait, de toute façon, rien ne pourrait réellement apaiser la frénésie de la détestation que la jolie blonde éprouvait concernant tous les Nylander. Même si elle en convenait, il y avait nettement pire que Phèdre. Son frère aîné, par exemple ... Parfois, elle aimerait bien pouvoir se dire amnésique, mais cela serait jouer à l'enfant, et, franchement, sans doute le faisait-elle déjà suffisamment inconsciemment pour en rajouter une couche. « Quelqu'un a grillé la priorité à Sylar. Il n'aura pas eu raison de mon innocence d'enfant. L'Ordre s'en est bien assuré, en faisant exploser mon père sous mes yeux. » Oh oui, qu'elle continue de se penser plus maligne qu'elle, Phèdre, sous prétexte qu'elle était du bon côté de la barrière concernant la dépravation de Sylar. Cela ne changerait en rien les convictions qu'éprouvait Satyne, et elle pourrait aisément en offrir un récital à qui choisirait de l'écouter à ce sujet.

De la même façon, la mutante était convaincue qu'elle n'avait en rien à partager ce livre, tombé de nulle part, avec la fille de son beau-père. Certes, elle ne semblait pas en être forcément plus destinataire que Phèdre, mais c'était elle qui avait mis la main dessus en première, et ... Et évidemment, congédier la Rouge se révéla être semblable à un coup d'épée frappé dans l'eau. Phèdre n'écouta pas, lui enfonçant même l'un de ses talons dans le pied. En d'autres temps, en d'autres lieux, Satyne aurait très certainement répliqué avec un bon coup de pied dans la rotule, ou, s'il avait s'agit d'un des fils de Sylar, dans les parties intimes. Mais encore une fois, elle ne pouvait entièrement faire abstraction du fait qu'elles étaient toutes deux dans un lieu très public. De là à cependant pouvoir agir et réagir avec une pleine et entière diligence, il y avait tout de même un fossé ! Il ne fallait en effet pas pousser mémé dans les orties. Arrachant à son tour l'ouvrage des mains de Phèdre, elle leva les yeux au ciel tout en se mordant la langue pour ne pas libérer les mots qui lui venaient tels qu'ils lui venaient. Une étrange articulation de sa pensée, en somme, comme au coeur d'une séance de jonglagle qui la laissait bien incertaine de ne pas apparaître versatile et timbrée. « On ne vous apprend pas à lire, dans le petit peuple ? On n'en sait rien du tout si ce soldat était un vrai Kolikowski ou s'il servait juste la Lignée, ce n'est pas clair, alors ne tire donc pas de conclusion hâtive. » Fronçant le bout du nez tout en tournant une page, elle ne put que constater la somme des récurrences autour de ces symboles peuplant les pages, en remplacement du mot "sang". C'était tout du moins ce qu'en déduisait son regard jaugeur, en lisant en diagnonal, sauf s'il était possible qu'un autre terme puisse symboliser ce qui pouvait bien pulser dans les veines de quelqu'un ... Elle n'y comprenait pas grand chose, faute d'avoir bien lu, et surtout, d'être au calme, et apaisée, mais elle avait suffisamment partagé de jeux d'enfant avec son frère et ses cousins pour ne tout de même pas être une bleuette ! « De toute façon, ce que je peux bien manigancer ne te regarde pas. Et je pourrais tout autant t'accuser d'avoir voulu m'assommer si je ne savais pas déjà à quel point tout est bien banal dans tes capacités physiques ... » Et toc ! Ou pas, mais bon, on l'attaquait, elle se défendait, après tout ...


I'll have vengeance
With fire and blood

— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Phèdre Nylander
Phèdre Nylander
surface
inside
behind
MESSAGES : 1958
AVATAR + © : Sonia Ben Ammar (ultraviolences) + icon (AESTHETIC TRASH) + signature (PHILTATOS - gif - et ASTRA)
POINTS : 3640
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Tumblr_phsx5udb2D1v1j54c_1280
AGE : 21 ANS. La fleur de l’âge, à peine sortie de l’adolescence et déjà bien mature. Il n’y a pas de place à l’amusement volage chez les Nylander.
STATUT CIVIL : CELIBATAIRE. Mais pas pour le moins EPRISE, de cet homme du nord qu'elle se refuse pour ne pas donner satisfaction à ce géniteur à qui elle veut prouver sa valeur.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Mer 18 Déc - 4:38

friction makes sparks
Satyne & Phèdre



Le nez de Phèdre se retrousse, énervée par la veine tentative de sa sœur d’adoption pour se faire passer en martyr ; parce qu’elles se détestaient tellement, qu’elles étaient l’une comme l’autre trop aveuglées pour essayer de se comprendre – c’était une discussion sourde. Certes, ce qui était arrivé à Satyne était horrible, extrêmement traumatisant ; aucun enfant ne méritait de voir son père se faire abattre sous ses yeux, un assassinat ignoble. Pourtant, Phèdre ne fit que hausser un sourcil, parce qu’elle aussi, elle en avait vu des choses traumatisantes quand elle était enfant ; à commencer par les cadavres qui avaient pu joncher sur le sol du salon au décès de sa mère – par un père rendu fou. Quinze ans seulement et déjà, on lui avait demandé de prendre une vie avec toutes les conséquences que ça comportait ; sur son âme, sur les familles de la victime – jamais d’importances accordées à ces détails. Puisqu’il ne s’agissait que de travail bien fait. Aussi, la haine de sa sœur adoptive contre les rouges, parfaitement compréhensible, la haine de sa sœur adoptive contre les mouvements illégaux, parfaitement compréhensible. Sauf qu’on ne leur a jamais demandé de s’aimer, simplement de ne pas s’entretuer ; que tous depuis l’enfance avait forgé leurs destinés dans des routes différentes, que tous depuis l’enfance signifiait qu’elles étaient vouées à se détester. La Nylander, avec déjà assez de problèmes n’allaient pas en plus se rajouter un casse-tête pour Satyne avec qui elles avaient une grande partie de son enfance à se disputer ; elle avait autre chose que de mettre son énergie à essayer de changer les choses entre elles, ou même, de se disputer avec elle. Tout cela n’était une perte de temps et l’argent ne représentait pour la perle noire qu’une véritable épine dans le pied depuis quelques semaines. Elle ignora la remarque alors, parce que même si ça la faisait bien rire intérieurement, la brune n’était si diabolique qu’elle s’en serait servie ; elle sait ce que c’est que de perdre un parent – loin d’être un monstre lorsqu’elle n’en avait pas besoin pour son profit personnel. Peut-être était-ce un élan de sympathie qu’elle montrait par un acte au lieu d’utiliser le ridicule des mots ; parce qu’il n’y avait pas de ça entre elle – jamais. Deux vents contraires qui s’entrechoquaient toujours plus et plus violemment, c’est d’abord Phèdre qui frappa la première dans un élan gamin ; presque puéril, puis ce fut la seconde, qui réussit à récupérer le précieux butin, contrôlant plus son sang-froid alors qu’elle regardait à droite et à gauche. La jeune Nylander pouffa discrètement de rire, parce que c’était du Satyne tout craché que de vouloir préserver sa réputation aux yeux de tous. Cependant, l’argent avait raison sur une chose, c’est qu’il valait mieux regarder autour de soi avant toute sorte de réaction excessive. Reprenant constance, elle lui adressa un sourire mauvais, ne rechignant pas plus que nécessaire face à la contre-attaque espiègle de sa sœur adoptive ; qui ne l’était pas d’ailleurs, même pas par le nom qu’elle portait mais certes, si la loi le voulait. Haussement de sourcils et roulade des yeux face à la pique envoyée par la Kolikowski ; c’était si facile de sa part, de s’en prendre aux citoyens, les mêmes grâce à qui elle mangeait à sa faim toute la journée parce que sans eux, elle était noble de rien, princesse de rien – peu importe la couleur de son sang, sans le petit peuple alors l’économie de fonctionnait plus, le pays ne fonctionnait plus. Un soupir qui s’échappe des lippes de Phèdre, agacée par la situation de devoir partager cet événement avec elle. Cependant, la perle noire devait admettre que l’argent marquait un point. « Certes. Néanmoins, la maison de ton mari est quand même impliquée, les ordres proviennent toujours d’en haut. Le petit peuple, comme tu dis si bien, n’était que l’étendu du bras de ces familles, effectuant au doigt et à l’œil leurs moindres petits souhaits ; comme si ça avait changé, d’ailleurs. » Critique amère à la fin de sa réplique, trop énervée parfois par le nouveau traitement des rouges. Si le sang n’avait jamais été une honte ou un véritable problème pour elle, parce que les perles ne s’accommodaient pas de ces jugements – argent roi –, s’en était tout de même une épreuve de plus en plus difficile à supporter. Ce n’était pas pour autant que Phèdre n’avait jamais été victime de remarques acerbes, obligée de toujours prouver deux fois plus sa propre valeur, obligée de toujours redoubler de deux fois plus d’efforts. Ces rouges prisonniers sur le territoire de la Confrérie du Soleil, qu’on faisait exploser juste pour le malheur d’être né avec la peau plus colorée ; ici-même, ces rouges qu’on réduisait presque en esclavage, sort préféré, mais pas moins impardonnable. Phèdre, elle, certainement pas justicière, n’allait pas s’improviser sauveuse de l’univers même si ces traitements lui donnaient de plus en plus envie de vomir – tout comme Satyne actuellement, parfaite représentante de ces argents haïssant les rouges, quelles qu’en soient les raisons, tout comme sa propre personne, trop consciente des atrocités et fermant les yeux pour faire de ces argents ses alliés, par pur profit personnel. « Satyne, Satyne… – qu’elle murmura presque comme un poison lui brûlant la langue – j’admets que c’est effrayant de savoir que tu peux me transformer en barbecue géant si l’envie t’en prends soudainement. Sauf qu’il faudrait déjà que tu arrives à me viser correctement et je suis plus rapide que toi, je me bats aussi mieux que toi, alors de nous deux, ce sont tes capacités physiques à toi qui sont trop banales, parce que sans ton cadeau de naissance, tu es incapable de te défendre. » La Nylander croise les bras sur sa poitrine, fière d’elle, parce que les piques n’en finissaient jamais entre elles. « Maintenant, excuse-moi d’insister, mais c’est étrange qu’un livre tombe comme par magie derrière nous. Comme s’il n’arrivait pas assez d’événements étranges ces derniers temps, ce n’est pas toi qui à ces cauchemars ridicules toutes les deux nuits. Maintenant, rends-moi ce livre, je veux voir les hiéroglyphes, si ce n’est pas trop te demander. » Qu’elle termine, un air de défi.

(c) DΛNDELION


❝ I drink whisky and I know things ❞ Wide eyed, with a heart made full of fright, Your eyes follow like tracers in the night, And the tightrope, that you wander every time, You have been weighed you have been found wanting

— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Satyne Kolikowski
Satyne Kolikowski
surface
inside
behind
MESSAGES : 451
AVATAR + © : Sophie Turner - ©Ultraviolences (the queen ♥)
POINTS : 3089
Friction makes sparks ⚔ Phèdre S0jAxa7l_o
AGE : Du haut de ses 23 ANS, elle avance comme une funambule au-dessus du vide. Déchirée entre sa volonté et ses obligations, muselée et cadenassée par la manipulation et les menaces. Hésitante, finalement, quant à ce qu'elle veut réellement.
STATUT CIVIL : Depuis près de 2 ans déjà, elle est MARIÉE, à un homme dont elle n'est en rien la première épouse. Une union arrangée. Un retour de bons procédés. Une sorte de récompense qui lui laisse un goût bien amer en bouche. Et qui la laisse de plus en plus esseulée quant à ce qu'elle ressent réellement envers son mari.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Dim 5 Jan - 20:17
Friction makes sparks
and creative conflagrations
PHÈDRE && SATYNE

Peut-être que sa détestation envers les Nylander, et envers son beau-père en tête, était bien trop encrée en elle pour que Satyne parvienne à s'en défaire. Là où certains pourraient prétexter que son mariage lui avait offert une superbe porte de sortie, rien que ça, les choses étaient malheureusement différentes dans son esprit, pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait consenti à cette union que contrainte et forcée. Ou plutôt Sylar lui avait-il dérobé la possibilité de pouvoir réellement savoir ce qu'elle pensait de tout ceci, et ce qu'elle ressentait vis à vis de son mari. Tout ça parce qu'il l'avait poussée à accepter et que, donc, son choix n'avait pas été délibéré. Et c'était très facile pour elle de se dire que tout ça aussi, c'était de sa faute à lui, plutôt que de voir la vérité en face et de reconnaître que, de toute façon, le choix de ses fiançailles avec Luke Kolikowski avait en quelque sorte déjà été fait pour elle sans que Sylar n'ait rien à voir là-dedans. Il s'en était frotté les mains, certes, et grandement, mais il n'avait en rien été la tête directrice. Leonidas Kolikowski avait trop peu de considération pour lui, et les deux beaux-pères de Satyne étaient loin d'être issus du même milieu social, en plus de ne pas avoir le même sang. Alors, ce méli mélo assez insoluble, à ses yeux, ne la poussait pas à parvenir à bien savoir ce qu'elle pensait de son mariage. Il n'était pas question de divorcer, pour elle, car dans leur milieu, cela ne se faisait pas, encore moins maintenant que les Kolikowski avaient récupéré leur titre de noblesse et que Noah Sielle avait anobli les Whalberg. Sans parler du fait que cela serait la faire retomber bien plus entre les serres aiguisées et affûtées de Sylar, qui ne manquerait pas de le lui faire payer cher, n'est-ce pas ? Mais il n'en demeurait pas moins qu'elle évoluait dans son mariage en ayant l'impression que toutes ces manipulations et toutes ces ficelles qui régissaient sa vie lui apparaissaient être comme des lianes nouées de tresses, lui comprimant le thorax et lui enserrant le cœur. Alors il était évident qu'elle était toujours plus ou moins à cran tout en devant sans cesse se contenir, pour ne pas attirer trop de questions et ne rien éventer. Mais la situation avait changé, désormais, comme si en balançant l'identité de Sylar dans les mains de Noah, elle escomptait que cela la libère quelque peu, alors que jusque là, il lui avait été si difficile d'appeler au secours. Cela lui avait même été impossible, car elle avait tant à perdre. Mais face à Phèdre, elle n'avait nullement à se contenir, alors la jeune femme était un exutoire des mieux trouvés. De quoi la pousser à se faire mesquine, sans aucun regret. « Pourquoi l'ordre immuable des choses aurait-il dû changer ? » Elle hausse les épaules tout en plissant le nez, avant de reprendre. « Si tu connais bien ton histoire, tu devrais savoir que les Kolikowski ont suivi le pas impulsé par la Lignée Sielle, lors de l'Insurrection. » Les Whalberg avaient eux aussi suivi la même trajectoire, même si, à l'époque, la situation respective des deux familles n'avait rien de comparable.

Les choses avaient quelque peu changé, aujourd'hui, alors que la Monarchie était de retour à Valdierva et que Noah Sielle avait décidé de réinstaurer l'ordre ancien de la noblesse et de l'aristocratie, non sans y intégrer de nouvelles lignées, comme celle des Whalberg. Ce dont Satyne se serait encore plus réjouie si elle n'avait pas tant de choses à l'esprit, tant de choses liées aux Perles, d'ailleurs. Et le fait était qu'elle avait toujours l'impression de voir les Nylander et les Perles lui traîner dans les pattes. Comme si, partout où elle allait, ils étaient là. La différence, c'était que, elle, elle en savait plus que la majorité d'entre elles, surtout concernant l'identité de leur fameux Grand Sénéchal. Mais, dans le fond, y avait-il réellement plus manipulée qu'elle, parmi eux ? Comme si tout ceci était à double tranchant, et que ... Lors de son mariage, elle aurait dû vivre l'un des plus beaux jours de sa vie, si l'on s'en tenait à la vision populaire des choses. Sans comprendre la détresse de sa fille, Anya l'avait enjointe à arrêter de bouder et à cesser ses caprices. Alors qu'en réalité, une fois seule devant ce grand miroir, apprêtée, coiffée et maquillée, Satyne avait réalisé que, dans le fond, dans des circonstances comme les siennes, elle ne pouvait se réjouir, ni même bien savoir ce qu'elle devait penser de tout ceci. Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour, dans des circonstances comme celle-ci. D'amour et d'affection, en revanche, elle n'en avait que très très peu concernant Phèdre. Surtout quand cette dernière voulait jouer aux plus malines. Sans même savoir de quoi elle parlait réellement, aux yeux de Satyne. « Je n'ai pas besoin de te viser spécifiquement pour te blesser tu sais. Si tout crame autour de toi, tu crameras aussi, ne te fais pas de faux espoir. » Même si, au final, si une telle situation devait survenir, la mutante préférerait, et de loin, que ce soit Sylar qui se retrouve à la place de sa fille. Crispant les mains et se tendant comme un arc, tout était clair comme de l'eau, dans son esprit : Phèdre l'insultait, clairement, purement et simplement. « Parce que tu vas me dire que ton père ne t'a pas poussée, depuis la naissance, à savoir te débrouiller, juste parce que tu étais en position de faiblesse ? Mon cadeau de naissance, comme tu dis, t'a toujours terriblement fait défaut, et de nous deux, c'est toi qui avait des choses à compenser, une tare à gommer, un retard criant de vérité à étouffer. Et tu devras toujours continuer de courir après ça, malgré toi, que ça te plaise ou non. » Et puis, il ne fallait pas croire, mais Satyne savait quand même se défendre, en partie parce que, pendant un temps, elle avait complexé, un peu, d'être née Brûleuse et non pas Volcanos, comme le reste des siens. Alors, pour ne pas montrer cette différence ... Bref. Le fait était que Phèdre n'en démordait pas, concernant cet ouvrage. Non sans tiquer en apprenant qu'elle aussi, elle semble ne pas dormir de façon agréable, la nuit. « Il en est hors de questions. Cet ouvrage parle des Kolikowski, d'une façon ou d'une autre, et je suis une Kolikowski, alors il me revient de droit. Je vais d'ailleurs le porter à Luke de ce pas. » Le serrant contre elle, elle s'avança en direction du château, non sans de nouveau bousculer Phèdre au passage. Et sans pouvoir se taire, aussi, pour changer. « Et cesse donc de faire ton intéressante. Tu n'es pas la seule à faire de ridicules cauchemars, comme tu dis. » Oui, sans doute étaient-elles définitivement bien trop bornées pour voir en face toutes ces choses qui les rassemblaient !


I'll have vengeance
With fire and blood

— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Phèdre Nylander
Phèdre Nylander
surface
inside
behind
MESSAGES : 1958
AVATAR + © : Sonia Ben Ammar (ultraviolences) + icon (AESTHETIC TRASH) + signature (PHILTATOS - gif - et ASTRA)
POINTS : 3640
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Tumblr_phsx5udb2D1v1j54c_1280
AGE : 21 ANS. La fleur de l’âge, à peine sortie de l’adolescence et déjà bien mature. Il n’y a pas de place à l’amusement volage chez les Nylander.
STATUT CIVIL : CELIBATAIRE. Mais pas pour le moins EPRISE, de cet homme du nord qu'elle se refuse pour ne pas donner satisfaction à ce géniteur à qui elle veut prouver sa valeur.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Mer 22 Jan - 11:25

friction makes sparks
Satyne & Phèdre



Ses oreilles chauffaient d’énervement ; Phèdre ne s’embêtait généralement à être prise par les sentiments – elle aurait déjà planté l’un de ses couteaux dans n’importe quelle autre personne lui parlant sur ce ton, à quelques exceptions près. Sauf qu’il s’agissait Satyne ; compliquée Satyne que son père couvait beaucoup trop à sa manière pour par cet amour insensé qu’il donnait à sa nouvelle femme – parfois Phèdre se demandait s’il avait aimé sa mère avec autant de passion, si elle n’était pas morte en mission pour les Perles, alors peut-être qu’elle-même aurait été traitée différemment, avec plus de douceur. Parce que la Kolikowski pouvait râler autant qu’elle voulait, son sort été préférable au sien et Sylar était beaucoup moins dur avec elle qu’il ne l’était avec ses propres enfants. C’est un roulement des yeux que provoqua l’agacement qui s’insinuait en Phèdre alors qu’elle écoutait les rixes et complaintes de sa sœur par alliance. C’est un soupir même qu’elle lui donne, de manière à lui faire comprendre à quel point elle la trouvait chiante à toujours tout ramener à sa propre personne, à son propre sang ; le monde était en train d’évoluer et si certains royaumes se plaisaient à dénigrer les rouges, d’autres prônaient l’égalité des sangs – le monde changeait et visiblement, beaucoup de nobles avaient du mal à changer en même temps. Dans l’ombre des Perles, Phèdre observait tout, c’était comme se tenir dans l’ombre des tours ; manipulant comme des marionnettes les riches toujours plus demandeurs d’argent, créatrice de ses propres règles. Un instant, elle dévisagea Satyne, qu’elle connaissait maintenant depuis de nombreuses années et même sans le vouloir, elle avait appris à lire sur son visage – il n’y aurait probablement jamais d’amour ou d’amitié entre ces deux-là. Pourtant, parce qu’elles étaient dans un lieu public et Phèdre n’était pas un monstre, dans le sens où tous les crimes qu’elle commettait était pour une raison et non pas par simple plaisir ; elle décida de ralentir la cadence sur les rixes envoyées à la fille de sa belle-mère. « Parce le monde est en train de changer. » Qu’elle répond simplement, sans donner plus d’autres explications ; Satyne était tout à fait à même de comprendre que le contexte politique d’Akkadia évoluait à une vitesse impressionnante et qu’elles ne jouaient plus à des jeux d’enfants pour savoir laquelle réussirait à emmerder le plus l’autre. Aussi, elle fronça les sourcils à son autre remarque, comme c’était mignon de défendre son mari ; aussi, Phèdre ne l’avait pas accusé spécialement, elle ne fait que répéter ce qu’elle voyait c’était légitime – d’autant plus que Satyne était troublée apparemment puisqu’elle essayait de cacher l’information. « Est-ce que les choses se passeraient mieux que prévues dans ton mariage ? » Et toc, bien envoyé. « Pour que tu défendes la lignée Kolikowski avec autant d’ardeur, ça éveille ma curiosité ! » Le sourire hypocrite, tout ce à quoi elle pense réellement, c’est à profiter de cet instant pour l’embêter ; l’un de ses passe-temps favoris ! Et aussi, la curiosité véritablement piquée à vif d’une Phèdre qui veut savoir ce que cet indice signifie.
Décidemment, si elles savent se tenir en public, les langues fusent et si elles étaient en privée, elles se seraient certainement crêpé le chignon ; ça n’aurait pas été la première fois – Phèdre se demandait quand même, pourquoi est-ce que Satyne s’acharnait toujours plus sur elle que sur Mérope ou ses frères, peut-être parce qu’elle était la seule à véritablement lui tenir tête alors que les autres se fichaient de Satyne pendant qu’elle faisait ses affaires dans son coin. Sauf que Phèdre n’était pas de ce genre, surtout pas quand la nouvellement Kolikowski se mêlait des affaires des Perles Noires. Après la rixe de sa sœur par alliance, la jeune Nylander ne put s’empêcher de soupirer encore une fois, se prenant le nez entre les mains ; elle commençait véritablement à lui donner un mal de crâne. « Tu sais, Satyne. Si tu étais restée tranquillement dans ton coin, je ne me serais même pas embêtée à continuer cette discussion. Tout le monde dans la famille sait pertinemment que tu détestes les perles, pourtant tu continues à tourner autour. » Qu’elle dit, la voix plus exaspérer qu’autre chose ; véritable lassitude à présent. « Oui, mon père m’a entrainé depuis l’enfance, tu le sais très bien et ça n’a rien à voir avec une position de faible comme tu le dis. Je connais beaucoup d’argent et de mutant qui ne font pas le poids face à certains rouges mais ça, c’est trop difficile à comprendre pour toi. Ce qui est beaucoup plus perturbant pour moi c’est pourquoi tu continues à te mêler des affaires qui ne te regardent pas, mon père n’est pas là pour te maintenant sous son joug, pourquoi même avoir balancé son nom alors que ça ne t’apportait rien à toi, alors que tu aurais pu tout simplement disparaitre ? » La question se fait plus sincère qu’elle ne l’aurait voulu pour Phèdre qui trouve réellement l’attitre de la jeune mutante curieuse. Puis le sujet changeant, Satyne révéla une information intéressante que la jeune rouge ne comptait pas lui laisser passer sous le nez ; elle voulait savoir et elle saurait. Retroussant le nez, elle lâcha l’ouvrage sans causer plus de difficultés, de toute manière elle avait une excellente mémoire et elle avait déjà retenu ce qu’il y avait d’écrit et les éléments importants. « Très bien. J’ai déjà lu le plus important de toute manière. Penses-tu que c’est plus en rapport avec l’insurrection ? Dans mon rêve j’ai l’impression qu’on m’envoie un message sur une guerre entre sangs à cause de ces boules lumineuses de différentes couleurs… Et toi ? » La Nylander n’avait de toute manière pas d’autre manière de demander à Satyne ce dont elle rêvait, pas d’autres manières de la forcer à révéler quelque chose. Véritablement curieuse d’en apprendre plus sur les rêves de d’autres personnes, elle espérait secrètement que Satyne lui raconte ses nuits ; même si elle l’observait avec un air de défi. Peut-être que pour une fois, elles auraient une discussion plus intéressante que leurs chamailleries habituelles ; il serait temps.

J'suis désolée c'est moyen j'ai écrit ça dans l'avion  Friction makes sparks ⚔ Phèdre 2845903808
(c) DΛNDELION


❝ I drink whisky and I know things ❞ Wide eyed, with a heart made full of fright, Your eyes follow like tracers in the night, And the tightrope, that you wander every time, You have been weighed you have been found wanting

— LES PERLES ; those who do business —
LES PERLES ; those who do business
Satyne Kolikowski
Satyne Kolikowski
surface
inside
behind
MESSAGES : 451
AVATAR + © : Sophie Turner - ©Ultraviolences (the queen ♥)
POINTS : 3089
Friction makes sparks ⚔ Phèdre S0jAxa7l_o
AGE : Du haut de ses 23 ANS, elle avance comme une funambule au-dessus du vide. Déchirée entre sa volonté et ses obligations, muselée et cadenassée par la manipulation et les menaces. Hésitante, finalement, quant à ce qu'elle veut réellement.
STATUT CIVIL : Depuis près de 2 ans déjà, elle est MARIÉE, à un homme dont elle n'est en rien la première épouse. Une union arrangée. Un retour de bons procédés. Une sorte de récompense qui lui laisse un goût bien amer en bouche. Et qui la laisse de plus en plus esseulée quant à ce qu'elle ressent réellement envers son mari.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  Ven 31 Jan - 19:24
Friction makes sparks
and creative conflagrations
PHÈDRE && SATYNE

C'était très mal de noyer les petits chiens sous prétexte qu'on a tardé à réguler la fertilité de leurs parents et que maintenant, on se retrouve avec une portée entière sur les bras sans trop savoir qu'en faire. C'était très mal, et en tant que vétérinaire et femme de cœur, élevée au grand air et issue d'une prestigieuse famille d'éleveurs, Satyne ne s'aventurerait jamais à de telles atrocités. Pourtant, elle n'avait pas exactement les mêmes préoccupations et les mêmes remords concernant l'espèce humaine, comme on dit. A ses yeux, certaines mises à mort n'étaient sans doute pas si répréhensibles que cela, pour peu qu'elle estime que la victime l'avait bien cherchée, ou parce qu'elle avait une dent contre la dite victime. Et c'était notamment le cas concernant les enfants de son beau-père Sylar. Jamais elle n'avait voulu aller vivre avec eux, et pourtant, on l'y avait obligée. Tout ça parce qu'à la mort de son grand-père paternel, sa chère mère s'était comme réveillée et avait exigé de pouvoir faire marcher avec elle le principe d'autorité parentale. Et évidemment, avec quelqu'un comme Sylar de son côté, sa mère avait obtenu ce qu'elle désirait, et Satyne n'avait pas eu d'autres choix. C'était soit ça soit aventurer son oncle Maximilian dans une guerre de procès judiciaire qu'elle aurait bien aimé pouvoir concevoir comme juste et équitable, mais qu'elle savait déjà perdue d'avance parce que, encore une fois, on ne l'a fait pas, niveau droit, à quelqu'un comme Sylar, Juge de son état. A l'époque, elle en était venue à s'enfermer dans la moindre pièce où elle allait, tant que celle-ci était pourvue d'une serrure ou d'un dispositif de fermeture. Car ce n'était pas tant son beau-père, alors, qu'elle avait redouté. Il avait bien des défauts, mais les rapports non consentis sur mineurs n'étaient pas parmi ceux-ci, à ce qu'elle en savait. Ses fils, en revanche ... Satyne avait toujours été jolie, séduisante et attirante. Elle le savait, alors elle en jouait et en abusait, mais, promis, avec eux, elle s'était abstenue au maximum. Encore aujourd'hui, elle ne pouvait que serrer les dents et même grincer des dents quand elle voyait l'un d'entre eux et qu'il croyait bon de feindre le compliment en présence d'une tierce personne. Parce que, seul à seul, pour sûr, elle aurait répliqué. D'une certaine façon, elle se doutait que Phèdre n'avait jamais connu la pareille, du moins, pas avec les mêmes protagonistes, parce qu'après tout, eux, ils étaient vraiment ses frères. Mais dans le même temps, jamais Satyne ne s'était réellement interrogée sur le fait que Phèdre avait elle aussi pu en voir des vertes et des pas mures au sein de cette organisation si machiste et misogyne qu'étaient les Perles ... D'une certaine façon, elle s'en fichait bien, et il était plus aisé de fermer les yeux et de faire comme si elle n'en avait absolument pas cure. Son monde à elle, la jeune femme y tenait bien trop pour risquer de le voir chanceler. Alors même si Phèdre avait raison et que ce dît monde était en train de changer, et bien elle se refusait à l'accepter. « Ils vont finir par se calmer. Tout finit toujours par se calmer. Et les choses recouvreront leur normalité. » Elle haussa les épaules en levant les yeux en l'air, convaincue du fait que les siècles ne s'étaient pas écoulés en suivant la logique habituelle rien que pour le plaisir. Il devait bien y avoir une finalité déjà atteinte et ne pouvant donc plus être renversée.

Dans le même temps, en terme d'habitudes, Phèdre ne dérogeait pas à la règle concernant l'agacement et l'impatience qu'elle faisait naître en Satyne. Une Satyne qui mourrait d'envie de lui rentrer dedans, mais qui savait tout de même se tenir, car elle n'avait après tout pas été élevée dans la fange. Il ne fallait pas abuser quand même ! Quoi qu'il en était, c'était plus fort qu'elle, mais le simple fait que la Nylander se mêle de ses affaires ne cessait de l'ulcérer. Et c'était encore pire quand elle se permettait de ne serait-ce qu'évoquer Luke. Luke, et ce qui pouvait bien se passer dans son couple, à Satyne et à lui. « Occupe toi donc de tes affaires ! Qui sait si ton cher géniteur n'est pas déjà en train de te refourguer à quelqu'un en paiement dû ! Pour sûr, tu ne risqueras pas de tomber chez une Lignée aussi prestigieuse que ma belle-famille !  » Une façon comme une autre de repousser le sujet au loin, de ne pas y répondre, de ne pas y penser, de ne pas s'y pencher. C'était ... C'était bien trop compliqué de faire le tri et d'y voir clair, et puis, cela ne regardait absolument pas Phèdre, non mais oh ! Et encore une fois, face aux vérités que lui balançaient tout de même la jeune femme et qu'elle se refusait tout de même de reconnaître oralement, Satyne ne pouvait que lever les yeux au ciel. Bien évidemment qu'elle détestait les Perles, c'était parfaitement compréhensible compte tenu de sa situation. Et bien évidemment qu'elle ne s'en cachait pas, car à quoi bon faire croire à Sylar qu'elle lui mangeait volontairement et bien gaiement dans la main ? D'une certaine façon, sans doute la jeune femme n'avait-elle aucune explication à fournir à Phèdre. Mais si elle se taisait, alors elle ne serait pas égale à elle-même. Et cela laisserait la possibilité à la jeune brune de se faire des films, de croire qu'elle avait tout compris ou qu'elle avait la liberté de créer de toutes pièces les explications qui lui conviendraient le mieux. Plutôt mourir ! « Bien sûr que si, cela a à voir avec de la faiblesse. Tu es une Rouge, et de surcroît, tu es une femme. Dans notre société, voilà bien deux des pires tares ! Mais bon, libre à toi de penser que ton cher Papa a fait tout ceci juste par amour ... » Elle haussa les épaules avant de plisser les yeux et de répondre au sujet suivant. « Donne moi le nom de quelqu'un à qui ton père a définitivement accepté de lâcher la bride au sein des Perles, ou même de sa famille d'ailleurs ... Il est comme une tâche indécrottable sur un joli drap blanc ... Et puis, disparaître ? Pour aller où ? Valdierva, c'est chez moi. J'y suis née, mon père y est enterré. Mon mari en est lui aussi originaire. Et ça devrait toujours être au bourreau de décamper, pas l'inverse. Je n'ai pas une affection plus débordante que cela pour Noah Sielle, mais il me semble un bien meilleur Leader que ton père. Au moins n'enchaîne-t-il pas tous ceux qu'il rencontre à de sordides chantages et moyens de pressions, lui ... » Et puis, que Phèdre soit honnête avec elle-même : si elle n'était pas la fille de Sylar Nylander, chercherait-elle à faire de vieux os parmi les Perles ? Quoi qu'il en était, le sujet dérivait et Satyne observait désormais son interlocutrice, de haut en bas, bien curieuse de savoir comment il était possible qu'une simple Rouge puisse elle aussi être concernée par des songes quelque peu torturés ! Si elle n'en dit verbalement rien, sans doute son regard parla-t-il pour lui-même. Finalement, serrant l'ouvrage contre elle, elle soupira, non sans prendre un air supérieur d'adulte plus que blasée par un enfant stupide. « Dans mon rêve, ton Père m'a réellement enchaînée et il tente de me tirer jusqu'à lui. Et j'ai beau vouloir faire fondre les chaînes, le métal chauffe à blanc, me brûlant les chairs. Mes meilleures amies viennent finalement me délivrer, mais je n'ai pas le temps de savoir si j'ai le temps de réduire ton père en une flaque visqueuse de chair fondue. » Elle se garde bien de lui dire qu'elle est là, elle aussi, Phèdre, dans son rêve, et qu'elle tient des chaînes pour de nouveau lui obstruer les poignets. Et elle ne dit rien non plus, Satyne, du fait que Luke aussi est là, avec les siens, et avec les mêmes visés ...


I'll have vengeance
With fire and blood

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind
Friction makes sparks ⚔ Phèdre Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: Friction makes sparks ⚔ Phèdre  |  

Friction makes sparks ⚔ Phèdre  Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: Rezbia :: Château des Sielle-
Sauter vers: