Revenir en haut Aller en bas
INTRIGUE
Ne manquez pas le second chapitre du deuxième tome de l'intrigue. Plusieurs sujets ont été postés, vous pouvez tous les retrouver dans la partie intrigue.

période sprint rp
La nouvelle période de sprint rp a débuté. Vous agnez le double de points pour tous les rp postés !

nouveaux dés
De nouveaux dés ont fait leur apparition, pour vous aider à participer dans le grand jeu du pouvoir et de la politique. Toutes les explications se trouvent dans ce sujet.
les petites news

les personnages de GWF

les personnages recherchés



 


le gouvernement
Palier 9
l'ordre écarlate
Palier 7

la confrérie
Palier 6
le cercle
Palier 8

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 6
les veuves
Palier 6

les perles
noires
Palier 5
les épines
rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3
les rossignols
Palier 1

propagée par les Veuves: Alors que de nombreuses personnes ont été empoisonnées à Aureus ces derniers temps, il semblerait que la contamination des eaux ne soit pas une conséquence des manifestations de ce 5 septembre mais provient de la malveillance des Perles, par désir de vengeance suite à la perte d'une part du marché sur la Capitale suite à l'instauration de la république d'Aureus. Des hommes ont été aperçus la nuit, déversant des liquides dans l'eau d'Aureus, à la peau bien trop claire et au regard mauvais.
propagée par les Perles et la population d'Aureus: Il a été raconté par ceux présents sur la scène de crime qu'une rose avec des épines a été trouvée sur le corps d'Alexandre Shelby. Quelques minutes plus tard, à peine, un malheureux homme de main des épines rouges fut trouvé non loin de la maison de l'ancien dirigeant. Il se murmure que les épines rouges seraient à l'origine de cet assassinat, énervé par les contraintes qui leur étaient imposées par le nouveau gouvernement d'Aureus.
propagée par la population de Rezbia: Voilà plusieurs semaines que les apparitions publiques de la reine Nysa Sielle se font rares. Si la famille royale n'a pour l'instant pas offert d'explications à son peuple, cela n'empêche pas certains de spéculer sur la nature de cette absence. On murmure au sein du palais que la reine serait malade, et que c'est pour cette raison qu'on ne la voit quasiment plus sortir de sa chambre et qu'elle ne semble plus s'impliquer dans la vie du royaume. Cette rumeur commence à se répandre comme une traînée de poudre à travers le royaume de Valdierva.
Vous aussi vous voulez propager votre propre rumeur? Alors rendez-vous dans le recensement général pour remplir le champ "rumeurs et informations". Vous pouvez également consulter toutes les rumeurs et informations avérées au sein du registre des informations et rumeurs.


 — PARTING WAYS (os).

 :: AKKADIA :: Sebanira :: Beniria  
— GOUVERNEMENT ; those who rule —
GOUVERNEMENT ; those who rule
Celia Haven
surface
inside
behind
MESSAGES : 1833
AVATAR + © : gemma (karine bae)
POINTS : 4666
— PARTING WAYS (os). D4geHUrT_o
AGE : [ TRENTE-TROIS ] futiles années, déception persistante sur l'autel de ses pères, cendres d'une jeunesse envolée et des opportunités échappées.
STATUT CIVIL : le déshonneur ultime pour accabler les siens, trop [ SEULE ], trop indigne ; l'honneur des hommes par la guerre, celui des femmes par l'union, et l'échec cuisant, alors que l'annulaire reste dénué du moindre cercle d'or.

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPÉTENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur
— PARTING WAYS (os). Empty
Revenir en hautAller en bas
— PARTING WAYS (os).  |  Mar 17 Déc - 14:15
PARTING WAYS ★ one shot.
  La brise froide vient se glisser dans les mèches de cheveux aussi sombres que la nuit éternelle, les dérobe dans une danse souple autour de ses traits tirés, fait onduler les pans de l'imperméable sombre dans lequel elle a enfoncé ses mains glacées. Elle n'est que figure officielle, de ces serviteurs d'un gouvernement en perte de vitesse, le seul qui aurait dû faire sens — et pourtant, depuis trop longtemps, elle s'égare, l'égoïste, les pensées emparées par le souvenir d'un Gavon qui avait bousculé toutes les convictions. Et elle serre les poings dans l'étoffe, à la seule idée de trahir — à la seule idée de l'envisager. Mais elle avait déjà trop sacrifié, dans la quête d'une gloire qui se dérobait à ses doigts avides — déjà trop détruit, pour un honneur qu'elle ne trouverait probablement jamais, trop obstinée pour accepter de voir la perte de vitesse de l'instance à laquelle elle avait dévoué sa loyauté. Ce n'était là que choix manichéen, cruel ; persister, et sombrer, inéluctablement — ou trahir, pour l'espoir égoïste d'une gloire en laquelle elle ne cessait de croire? Elle pouvait nier encore, nier toujours — au fond, n'avait-elle pas déjà choisi? Sacrifié tout ce qu'était son nom, sa famille, pour la satisfaction égoïste de ce qu'elle croyait devoir? Elle ne s'était lassée de blâmer trop de proches, trop d'aimés, pour les mille poignards qu'ils avaient planté dans l'ivoire tendre de son dos — et pourtant, c'était sur le même chemin de traîtrise qu'elle s'était engagée, vipère aux allégeances volatiles, tout dignité abandonnée pour le simple mirage du pouvoir.
Elle avait choisi — et c'était là choix sur lequel elle ne reviendrait pas. Elle était volonté d'airain, figure inflexible — I'm doing this for my name, doing this for honor. Honneur. Comme si le mot avait encore du sens — comme si elle ne l'avait pas égorgé, ainsi qu'elle avait détruit tout le reste. Comme si elle n'avait pas déjà trop failli. C'était sur un chemin dangereux qu'elle s'engageait — un double-jeu, poignarder le gouvernement qu'elle prétendait servir pour cultiver la grandeur de Trinitaires qu'elle sacrifierait tout autant, si le vent devait en venir à tourner. Plus d'allié, plus de figure vers laquelle se tourner, plus personne en qui se fier — elle n'avait plus qu'elle-même, un chemin solitaire auquel elle s'était trop résignée, depuis trop longtemps. Peut-être était-ce là sa malédiction, des Champs du Châtiment dessinés à sa mesure, le prix d'un hubris qui avait tout pris.
Pourtant, lorsque s'entrouvre la porte d'un troquet miteux, lorsqu'apparaît la silhouette familière, c'est quelque chose d'un avant qui lui revient en flux et reflux, quelque chose d'une nostalgie sourde. L'envie de tout effacer, de revenir vers ce qui ne serait jamais que souvenir — mais sur les chemins tortueux de leurs existences qui ne se lassaient de s'entrecroiser, elle ne pouvait qu'avancer. Alors c'est un fin rictus amusé qui vient flotter sur les lèvres sèches, le premier depuis trop longtemps ; et elle traverse la taverne, haute stature débordante d'officiel, s'assoit aux côtés de l'homme sans lui accorder un regard. ‘Orseund. It's been a while.’ Les yeux sombres se retournent enfin vers lui, acérés, alors que d'un doigt impérieux, c'est un ordre informulé qu'elle adresse au tenancier. ‘Heard you fucked up badly. Can't say I'm surprised. You never disappoint. Hope you enjoyed prison, in Rezbia. Surely, you've said hi to Valeska for me.' Un haussement d'épaules, de l'ironie dégoulinante dans le regard, et elle referme les doigts sur le verre collant qu'on vient de déposer devant elle. ‘Have to admit I was surprised to hear you were in Beniria. Didn't expect you to be that stupid.’ Les yeux se baissent vers l'alcool qu'elle fait tourner dans le verre sale, distraitement, perdue dans les ondulations dorées d'un spiritueux de piètre qualité, les veines suintantes de gravité, soudainement. ‘But hey -- can't truly blame you for having made choices I'll make too. I guess sometimes, you can't win by playing by the rules. Sad that it's the last lesson I'll have gotten from you.’ C'est un regard entendu qu'elle glisse vers l'homme, qui avait été quelque chose d'un mentor, d'un guide, avant qu'il ne s'égare — une déception. ‘For what it's worth -- I really admired you, you know. But in all of this mess -- you taught me to be better than you. To be better than me.’ Alors d'un trait, elle vide le verre qui lui brûle l’œsophage, lui rappelle combien elle est loin de celle qu'elle a un jour été — comme elle changerait encore, dans l'acceptation de sa trahison, comme si elle ne pouvait se lasser de se réinventer, transmuter, toujours. ‘And I'll never forget it. I'm not arresting you today -- I'm not arresting you ever. Consider us even. And for what it's worth, Orseund -- I hope you find your right way back.’ Quelques pièces tintent sur le bar crasseux, y roulent, alors qu'elle se lève, quelque peut rassérénée, déterminée dans son choix — et c'est sa main qu'elle assène sans pitié sur l'arrière du crâne du colonel déchu. ‘To remember the good times.’ Un sourire amusé sur les lèvres, et elle s'éloigne — s'offre le luxe d'un regard avant de passer la porte, accroche le regard entendu de l'homme qu'elle ne saurait s'empêcher d'admirer. Parce qu'il lui ressemblait un peu trop. ‘Take care, old friend. And may we meet again.’ Un hochement du menton en salut, et elle disparaît, se fond dans la nuit.
Time to be better.
Time to change the world.
Time to change myself.
When the hour shifts -- I'm a traitor.





‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
tell me father, what to ask forgiveness for: what i am, or what i'm not? tell me mother, what should i regret: what i became, or what i didn't? (beloved).

— PARTING WAYS (os).  Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: AKKADIA :: Sebanira :: Beniria-
Sauter vers: