Revenir en haut Aller en bas



 


le gouvernement
Palier 9
l'ordre écarlate
Palier 6

la confrérie
Palier 5
le cercle
Palier 7

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 5
les veuves
Palier 5

les perles
noires
Palier 5
les épines rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3
les rossignols
Palier 1

propagée par la Confrérie du Soleil: Il semblerait que les bavures militaires ne soient pas l'oeuvre d'argents (ou du moins pas uniquement). Sidonie Galathynius, pourtant une rouge, a été vue agressant la foule et usant de son autorité de commandante pour inciter les militaires à faire de même. Parmi les personnes touchées par la Galathynius: plusieurs argents mais également plusieurs rouges. Personne n'est plus à l'abri...
propagée par la Confrérie du Soleil: L'assaillant de Orion et Tonia Zarkari aurait été commandité par la famille Sielle. Des pièces frappées du tigre ont été retrouvées lorsqu'il a fait tomber une bourse durant sa fuite.
propagée par la population d'Aureus: Lyanna Burkhardt, la fille de Nerea Burkhardt (née Iskander) est morte durant les manifestations. Certains affirment avoir vu un homme portant une veste floquée d'un grand soleil dans le dos s'enfuir à l'endroit où le corps à été retrouvé.
Vous aussi vous voulez propager votre propre rumeur? Alors rendez-vous dans le recensement général pour remplir le champ "rumeurs et informations". Vous pouvez également consulter toutes les rumeurs et informations avérées au sein du registre des informations et rumeurs.


 gods rule us still. (noah)

 :: WRITE THE STORY :: rite de passage :: fiches validées  
Noah Sielle
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 3233
AVATAR + © : ben barnes // av©self - gif©stellae
POINTS : 2327
gods rule us still. (noah) URiABzW
AGE : L'homme n'est ni jeune, ni vieux. Encore jeune, peut être, pour être à la tête de sa famille. Mais la tête sur les épaules, une expérience qui commence à compter, et des rêves qui se sont définis avec le temps de ses 35 années.
STATUT CIVIL : Le coeur dédoublé plus que coupé en deux. Si l’un est brisé, l’autre vit et bat pour celle qu’il a épousé. Le soldat mutant oublié, c’est la reine argent qui accaparent les sentiments du Sielle. Nysa Sielle est plus que son épouse, elle est sa meilleure alliée, la mère de son fils, et la femme qu’il désire chaque jour un peu plus.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

gods rule us still. (noah) Empty
Revenir en hautAller en bas
gods rule us still. (noah)  |  Sam 19 Jan 2019 - 12:09

noah
sielle
⚊ No one ever told us where the easy part begins. The story that they sold us keeps us hanging from the end. So we keep on starting the fires, thinking we'll smoke out the lairs. We don't give up when we're tired. That isn't the way that I'm wired.
PRENOM, NOM - Noah, un être unique. Le seul de la longue lignée des Sielle. Le premier à porter ce nom. Dans une volonté puissante de le différencier des autres, son père l'a distingué, dès la naissance. Sielle, une belle famille. Une grande famille, plus soudée que toutes les autres. Le sang des magnetrons est puissant, et plus argent que tous les autres. Un sang puissant, divin, qu'il convient de préserver. Noah ne l'ignore pas. AGE - Les années passent, la jeunesse s'égraine et ce sont déjà 35 hivers qui ont façonnés le brun. DATE ET LIEU DE NAISSANCE - Noah a vu le jour le 17 novembre  2641 à Rezbia, la capitale de Valdierva. STATUT CIVIL - Il y a 10 ans, Noah a été forcé de dire oui. Il a dit oui à un serpent de glace, et en lui disant oui, il s'est privé de glisser la bague au doigt de celle dont il était réellement amoureux. Mais c'était il y a 10 ans, et son mariage à Nysa a pris une tournure étrange, depuis quelques semaines. Noah ne s'y penche pas, car d'un autre côté, il se bat avec des sentiments qu'il ne devrait pas éprouver, car l'objet de ses désirs est non seulement un mutant de basse naissance, mais pire encore: c'est un homme. METIER - Les échelons ont été gravi, bien qu'il veuille monter encore plus haut, Noah est désormais sénateur. POUVOIR - Il le sent tout autour de lui, pratiquement en permanence: le métal. C'est le métal qui l'attire, et qui devient son arme, son bouclier et son armure à la moindre pensée, au moindre geste. Noah est un magnetron. LIEU DE LOCALISATION - Noah et Nysa possèdent un appartement bien trop grand pour eux et leur enfant au pied de la Tour d'Ivoire, dans les Hauts de Aureus. La richesse suinte de leurs murs, et ils s'en fichent. CREDITS ET AVATARS - ben barnes. @ultraviolences
WHO ARE YOU REALLY ?
Une regression plutôt qu’une avancée, voilà ce que c’est. Noah n’approuve pas, loin de là. Il rêve des temps où, un siècle auparavant, sa famille regnait d’une main de fer sur tout Valdierva. Et plus loin encore, il rêve d’un empire. Un empire qui serait sien, bien que personne ne le sait. Alors oui, cette situation pseudo-démocratique est une régression. Les rouges ne sont rien, et devraient être leurs sous-fifres. A la place de quoi ils se pavanent à la tête du gouvernement, comme si cet Arven était plus important que n’importe lequel des argents. Et les Zarkari ? Une nuisance. Noah finira le travail.
Noah est désormais le dirigeant du Cercle. Il porte l’anneau pratiquement sacré à son doigt, depuis plusieurs années. Il est pratiquement né avec cet anneau, le métal pour un magnetron, l’argent pour le sang qui coule dans ses veines, et pour représenter sa supériorité. Depuis un mois, Noah est à la tête de ce mouvement qu’il a toujours considéré comme juste. C’est son droit qui est défendu ici. Il est un royaliste convaincu, persuadé que le monde ne tourne pas rond parce que mettre un rouge à la tête d’Akkadia était une hérésie. Et Noah fera tout pour récupérer le trône qui lui revient de droit, et aller même plus loin si il faut.
WHICH SIDE ARE YOU ON?

ANECDOTE 1 ; Noah est un excellent pianiste. Il a appris la musique très jeune, et a continué à la pratiquer presque tous les jours. L'art le détend, et lui apporte une certaine sérénité qu'il a du mal à retrouver autrement. La musique en particulier est importante dans la vie du Sielle. Il possède d'ailleurs un immense piano à queue, qui trône dans son salon. ANECDOTE 2 ; Noah ferait tout pour sa famille, peut être même mourir. Il a été élevé comme ça. Même si un Sielle se perd, et tente de le trahir, son rôle est de le ramener sur le droit chemin. ANECDOTE 3 ; Le brun s'entraine tous les jours à la maitrise de son pouvoir,... Ou plutôt presque tous les jours. Entre son métier et son rôle de dirigeant de famille et du Cercle, il a de moins en moins de temps pour lui. Il n'empêche qu'il maîtrise très bien son don. ANECDOTE 4 ; Comme tous politiciens - ou presque - Noah est un manipulateur. Il sait ce qu'il veut, et n'hésitera pas à dévier des champs battus pour l'obtenir. La stratégie politique le stimule et le passionne. ANECDOTE 5 ; Orion Zarkari était jadis un de ses amis. Lorsque son père a parlé d'exterminer cette famille, Noah a d'abord hésiter à le suivre, à cause d'Orion. Cependant, il savait que la seule manière de s'ôter une épine faramineuse du pied était d'exterminer leurs ennemis. Orion n'était donc qu'un dommage collatéral. Désormais qu'il sait que son ancien ami est en vie, il a peur de ce qui pourrait se passer. Il sait qu'Orion lui en veut, car si l'histoire était inversée, il lui en voudrait aussi. Alors Noah sait ce qu'il lui reste à faire: agir avant les Zarkari. ANECDOTE 6 ; Possessif, Noah a toujours besoin de garder les personnes qu'il aime proche de lui, et de les conserver à cette place. Ce qui peut parfois provoquer des mésententes. ANECDOTE 7 ; Il n'aime pas sa femme, et donc, Noah se plait à se trouver des maîtresses pour combler ses désirs. Seulement voilà: la réputation de Nysa l'empêche parfois de trouver chaussure à son pied. En effet, beaucoup de jeunes femmes ont peur de l'épouse de Noah, et de ce qu'elle pourrait leur faire... ANECDOTE 8 ; Il porte constamment du métal sur lui: dans ses chaussures, son alliance, une gourmette et aux pans du col de ses chemises. Parfois, des boutons de manchettes et même les boutons de sa chemise. Ainsi, il est toujours armé. ANECDOTE 9 ; Il rêve d'un Empire, plus que d'un royaume. Mais ça, personne ne le sait si ce n'est Arabella et Asher. Même son meilleur ami ne sait pas cette information. ANECDOTE 10 ; Il possède une tigresse du nom de Thanae. C'est son père qui lui a offert le fauve, lorsqu'il a réussi le concours de sénateur.
pseudo - bigbadwolf, mais appelez moi Lise âge - 25 ans  gods rule us still. (noah) 3850333294 pays - La Belgique pour l'instant. comment as-tu connu le forum? Un soir j'ai eu cette vision d'une tour d'ivoire qui surplombait une ville. I knew I was doomed.  gods rule us still. (noah) 3943621194  smiley préféré -  gods rule us still. (noah) 3943621194
gif qui décrit le mieux ton personnage -
Spoiler:
 
GODS WILL FALL - 2019


Dernière édition par Noah Sielle le Jeu 11 Avr 2019 - 18:08, édité 9 fois

Noah Sielle
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 3233
AVATAR + © : ben barnes // av©self - gif©stellae
POINTS : 2327
gods rule us still. (noah) URiABzW
AGE : L'homme n'est ni jeune, ni vieux. Encore jeune, peut être, pour être à la tête de sa famille. Mais la tête sur les épaules, une expérience qui commence à compter, et des rêves qui se sont définis avec le temps de ses 35 années.
STATUT CIVIL : Le coeur dédoublé plus que coupé en deux. Si l’un est brisé, l’autre vit et bat pour celle qu’il a épousé. Le soldat mutant oublié, c’est la reine argent qui accaparent les sentiments du Sielle. Nysa Sielle est plus que son épouse, elle est sa meilleure alliée, la mère de son fils, et la femme qu’il désire chaque jour un peu plus.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

gods rule us still. (noah) Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: gods rule us still. (noah)  |  Sam 19 Jan 2019 - 12:10

time to build
my empire
i fear no evil. the shadow is mine, and so is the valley.

04 JUILLET 2660
lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet

La flèche de métal est trop rapide. Noah ne parvient pas à l'éviter, ni même à en voler le contrôle de la part de son cousin, et elle vient déchirer son abdomen avec un bruit étrange. Le Sielle ne sent pas directement la douleur, car l'adrenaline est trop forte. Il entend son père se précipiter vers lui mais il s'en fiche. Son cerveau ne réagi pas à ce son, seulement à la douleur et à l'instinct de survie. La rage de ce Sielle déborde et tandis que son cousin a perdu sa concentration, trop occupé à observer le sang qui coule, il s'empare du métal autour de lui et en fait une multitude de billes qu'il envoie vers l'adversaire à une vitesse folle.

Sans la réaction vive de son père, il aurait fait bien plus de mal à son cousin. Mais Jeremy fait tout fondre et puis attrape le bras de son fils. “Noah ! What were you thinking!? “ le brun secoue la tête, une grimace de douleur lui tord les traits avant qu'il ne puisse répondre. “You two. Remember you're family.” le regard de Jeremy se pose sur son neveu, qui hoche la tête et s'approche. “I'll take you to the healer.” souffle son cousin, mais Jeremy secoue la tête. “I'll do it. Keep training with Arabella.” Asher hoche la tête, et se tourney vers sa cousine, qui venait d’arriver sur le terrain d’entrainement. Elle ne se concentrait pas sur le blond, d’ailleurs, mais bel et bien sur son frère dont le bras semblait être en piteux état. Mais Arabella savait aussi qu’il était inutile de tenter de faire changer d’avis Jeremy, en proposant d’accompagner Noah chez la guérisseuse. Alors elle lui fit un simple signe du menton, il répondit d’un vague sourire et désigna Asher du menton pour lui faire comprendre qu’il comptait sur elle pour faire mordre la poussière à leur cousin.

En réalité, Noah n’en voulait pas à Asher. Leurs entrainements étaient d’une violence toute particulière mais ce n’était que dans un seul but : devenir le meilleur magnetron. Une sorte de petite rivalité qui existait entre eux depuis qu’ils avaient mis un pied sur le terrain d’entrainement. Noah avait certes eu un peu d’avance, il n’en restait pas moins qu’Asher l’avait rattrapé et n’avait pas à rougir face au talent de son cousin.

« I don’t want to see you deliberately try to hurt another Sielle ever again.” Noah, qui pressait sa plaie avec sa main, eu une légère grimace quand il la retira et constata à quoi point ses doigts étaient désormais teintés d’argent. « I wasn’t trying to hurt him. » Mensonge, et Jeremy le savait bien lui aussi. Il fit signe au guerisseur de s’approcher pour que celui-ci soigne son fils. Et pendant qu’il était attelé à sa tâche, Noah eut droit aux mots habituels de son père. « You were, I saw you. » une pause « Asher is a Sielle. No matter what he does…» «I shall not hurt him or do anything against him. I know, father.» Leurs regards se croisent, et une petite chose change dans le regard du père, qui fini par soupirer et hocher la tête. « Act like you do, then. Family is the only thing that truly matters in this world. If you’re alone, you won’t make it. I want a crown on your head as much as you want it for yourself, and our ancestors did not get theirs alone. »

03 MARS 2666
we'll never get freed, lead to the slaughter. what are you gonna do when there's blood on the water?

Les pas du brun résonnent contre le carrelage. C’est un pas vif, pressé… Et anxieux, aussi. Noah n’a jamais été dans cet état. A la fois impatient, mais aussi presque effrayé par l’entrevue qui s’annonce. Il monte une volée de marches, et traverse une moitié de couloir avant de toquer à une porte. « Come in, love. » La voix de Kristina apaise déjà quelques tensions qui se forment dans l’estomac du Sielle, qui ouvre la porte et la referme derrière lui. Il n’a pas le loisir de prononcer un mot que la jolie blonde s’approche et vient lui voler ses lèvres, les mains accrochées à sa nuque, et son corps se pressant déjà contre le sien. Noah s’y perd un instant, il laisse la douceur de ses lèvres envahir ses sens, mais pas jusqu’à inhiber sa volonté. Les mains du magnetron se posent contre les hanches de sa belle, et il la repousse doucement. « Wait. » La Ravinsky fronce les sourcils, et s’éloigne un peu, à contre-cœur, de son amant. «  I was with my father. » Kristina déglutit, la jeune femme va s’installer sur le canapé et pose son coude contre le haut du dossier. Là, elle laisse sa main soutenir son front, tandis qu’elle observe le brun. Ca fait quelques semaines qu’ils en parlent ; Noah atteint un âge où il doit se marier. Et puisqu’elle n’est pas une descendante d’une ancienne famille noble, elle ne pourra pas l’épouser. Jamais, pas lui, pas l’héritier de leur ancienne famille royale. C’est ainsi, mais quelque part, Kristina avait toujours ce petit espoir… « What did you talk about ? » Noah soupire, et va s’installer près de la jeune femme. Elle ne bouge pas, ne vient pas chercher une étreinte, ni un baiser. Pourtant le regard qu’ils s’échangent est lourd de signification. Ni l’un ni l’autre ne veut d’une séparation. « My wedding, as we knew we would at some point. » C’est au tour de Kristina de soupirer. La jeune femme hoche la tête, et s’éloigne un peu, juste un peu mais la distance est suffisante pour frustrer l’homme. « I wish I could choose. » La jeune femme lève les yeux. « Who would you choose, then ? » La question est douloureuse, parce que la réponse est censée être évidente. Noah en est persuadée : elle ne la pose que parce qu’elle est blessée. Il s’approche, et lui prend le menton. « You. », souffle-t-il contre sa bouche, avant de venir doucement l’embrasser. « But you can’t choose. » siffle la Ravinsky. « I can’t. » répond Noah, qui ne s’éloigne pas. « Who ? » A nouveau, la question a une saveur particulière. Parce que Noah sait déjà. Parce qu’Arabella l’a prévenu, elle lui a dit que Kristina n’apprécierait pas, et pour cause… Il n’aurait pas aimé voir son meilleur ami épouser celle qu’il aime. Noah déglutit, la nervosité revient, et cette sensation est étrange pour lui qui n’en a pas l’habitude. « Who, Noah ? » Il s’éloigne un peu, et glisse ses doigts contre ses paupières fermées. « Nysa Xi’nora. »

14 AVRIL 2666
the goodbye is the hardest part.

« Please don’t make me marry Nysa. » Noah n’a jamais rien supplié. Jamais. C’est une première, et pourtant, il serait pratiquement prêt à implorer son père. Tout mais pas ça, pas elle. Arabella a tenté de l’aider aussi, de faire entendre raison à son père mais l’alliance est trop belle. Un Sielle et une Xi’nora, tous deux ainés de leurs branches, des branches majeures en plus. Pour une fois que deux ainés ont plus ou moins le même âge, et peuvent se marier, c’est une aubaine qu’il faut saisir. Jeremy n’est pas insensible aux paroles de son fils, loin de là. Lui non plus n’a pas épouser celle qu’il avait choisi, mais ainsi va la vie et leur objectif est plus important que le reste. Il refuse de laisser le regard de son ainé l’atteindre, alors, il lui tourne à moitié le dos. « You will marry whoever I decide you will marry. » Jeremy range quelques dossiers, mais Noah connait son père et il sait qu’il évite son regard. Le brun sait se faire persuasif, mais il ne peut rien faire contre Jeremy parce qu’il est son père, et qu’il est également bien plus capable que lui de le réduire au silence si l’envie lui prenait. Noah le sait : il le trainera à l’autel si il le faut. « I don’t dislike the woman, I hate her, father. » Noah crache presque ses paroles, le dégout suinte de ses mots. Beaucoup d’hommes auraient été heureux d’épouser Nysa Xi’nora. Une beauté du nord comme on en voit peau, la peau agréablement hâlée, et les lèvres à se damner. Mais même ce corps de déesse ne suffisait à donner envie à Noah. « And who do you want to marry then ? That Ravinsky girl? A commoner. » Désormais, le dégoût suinte des paroles de Jeremy, qui a consenti à se retourner vers son fils. « I allow that and next thing I know, Arabella or Enée is marrying a red rat. » Noah sent la colère s’insinuer en lui, mais ne dit rien, et ne fait rien. C’est son père, si il fait la moindre chose, il ne sait pas exactement ce qui pourrait lui arriver. Alors il ravale sa fierté, même si l’envie de le provoquer le prend aux tripes. « Besides, you are my heir. When I’m dead, it’s you who will compete for the crown against all those crows. I intend to put one on my head before I pass away. Meaning your wife is going to be a princess of Valdierva. She needs to be of noble blood. You can keep the Ravinsky girl on the side. Have fun with her I don’t mind. Just be careful boy, I don’t want a bastard in our dynasty. »


00 MOIS 0000
lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet

Les pieds de Noah bougeaient avec une habitude acquise au fil des ans. Ils faisaient peu de bruit sur le sol de l’arène d’entrainement du château des Sielle. Ceux de son cousin étaient tout aussi silencieux. Les deux Sielle s’observaient en chien de faïence, prêts à bondir dès le moindre signe. Ils s’étaient tant entrainés ensemble qu’ils se connaissaient par cœur. Leurs combats étaient toujours incroyables, et dangereux pour quiconque se trouvait dans les parages. Aujourd’hui, c’était Nysa qui était présente, et Themyskira. Leurs épouses étaient installées chacune de leur côté, occupées à observer leurs maris faire la démonstration de leur grand pouvoir. Celui qui serait également celui de leurs enfants à toutes les deux. D’ailleurs, Nysa étaient enceinte de son second enfant. Malgré son ventre rebondi, elle ne semblait pas capable de rester assise bien longtemps, car elle se leva juste au moment ou Asher décida qu’il en avait marre d’attendre son cousin. Noah l’avait vu, et fit s’élever un mur de métal entre lui et son cousin pour se protéger des éclats qu’Asher lui avait envoyé. « Oh come on Noah don’t play safe ! » s’exclame le plus jeune des deux, alors que le mur de métal se déplace, et vient former une armure tout autour du corps de l’héritier. Lequel souriait, présentement, tout en détachant un bout de la structure de métal qui les entourait, tout ça pour s’en servir. Asher n’était pas un idiot, et il xdécida de se faire une armure également, bien conscient des capacités de son ainé. « I don’t want the healer to have to much work with me you know, she’ll be too busy with you. » Asher s’esclaffe alors qu’une lame de metal fonce vers lui. Trop facile. Il en prend le contrôle, mais Noah s’en doutait et s’emparre du métal qui protège de son cousin, profitant de la distraction, pour le défaire de son armure et en faire une seconde lame, qui s’élanche vers son abdomen. Là Asher ne prend plus la peine de discuter, et n’a que le temps de contrer le métal avec le sien, avant de riposter immédiatement. Len combat s’éternise, et la sueur perle sur les fronts des deux Sielle. Finalement, c’est un mouvement de l’épouse de Noah qui arrête le combat. Celle-ci se lève, ce qui provoque l’inquiétude d’une cousine, qui s’empresse d’aider Nysa. Son ventre est suffisamment rebondi que nul n’ignore qu’elle arrive à son terme. Noah se tourne, et Asher rappelle à lui le métal. « Good one. » Fait-il vers son cousin. Tous les deux ne sont que légèrement blessés, bien qu’un peu de sang argenté tapisse désormais le sol. « I’ll see you tonight at dinner. Themyskira, see you too ! » Mais Noah ne rejoint pas son épouse, du moins pas tout de suite. Il n’en a pas envie, même si il sait que c’est son devoir, non seulement en tant que Sielle mais aussi en tant qu’époux. Le brun laisse d’abord les guérisseurs s’occupent de ses quelques entailles, après quoi il prend une douche qui n’a rien de rapide et c’est seulement après s’être habillé qu’il rejoint sa femme, dans les appartements qui leur sont réservés au sein du palais. « Everything okay? » Noah ne s’approche pas, ne vas pas l’embrasser et ne lui envoie même pas de sourire. Il n’aime pas sa femme, et est persuadé qu’il ne l’aimera jamais. Nysa a représenté, pendant des années, les chaines qui se sont liées autour de ses poignets. Et même si désormais il a oublié la douce Kristina, il n’a pas oublié le sentiment de s’être fait volé un pan tout entier de vie. C’est injuste, car ce n’est pas la faute de l’ancienne Xi’nora, et pourtant… Il fallait bien blâmer quelqu’un. « I thought I would give birth with you not giving a fuck but turned out I’m not. At least not now. » Noah pourrait s’empêcher de soupirer, mais il ne le fait pas. « I would have known. » Nysa hausse les sourcils, l’air faussement surprise. « Oh really? Is it an ability that Sielles have too? Sensing when your wife gives birth? » Noah s’approche, l’étau de la bague de la jeune femme se resserre autour de son doigt. « I am not in the mood to play your little games, Nysa. You know what I meant. Do you think my child would be born in my castle without me knowing? » C’était même précisément pour ça qu’ils étaient là. Un Sielle ne doit pas forcément naître à Rezbia, mais ceux que la première branche, si. Du moins c’était le désire de Noah, et celui de Jeremy. Nysa leva les yeux au ciel, et secoue doucement sa main. « Don’t hurt me. » La température commence à descendre, du moins, celle du corps du jeune homme qui ne quitte pourtant pas du regard son épouse. Il sait ce qu’on dit sur les Xi’nora. Qu’elles sont entrainées pour leur résister, à leurs époux, si jamais ils allaient trop loin. Les deux époux testent leurs limites, et finalement, c’est Nysa qui relâche la première, alors que le métal de sa bague avait commencé à fondre pour s’enrouler autour de sa main, et de de ses doigts, pour en tirer un en arrière sans que Noah ait même à la toucher. « Don’t tell me what to do. » La bague reprend sa forme normale, et la pâle couleur de l’argent revient sous les joues du brun, alors que son sang se fait à nouveau plus chaud.

06 AOUT 2670
lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet

Le silence dans la pièce est complet. Noah est installé dans un canapé, une jambe repliée sur l’autre, il déguste un verre d’un alcool fort importé de Hiokuri en cette occasion spéciale. Un autre homme est installé dans la même pièce, en face de lui, pratiquement dans la même position. C’est Pavel, son meilleur ami, et le frère de son épouse. Son beau-frère, donc, désormais. Noah a tendance à l’oublier, car il n’a de toute manière jamais vu Pavel autrement que comme un frère. Il remue doucement l’alcool dans son verre. Contrairement à Pavel, et même à Nysa, Noah ne parvient pas à vider son verre aussi vite lorsque son contenu est si fort. « It’s long, isn’t it ? » Noah hausse doucement les épaules, et fini par boire le reste de son breuvage. L’alcool lui brûle la gorge, et ce n’est pas désagréable. Chez les Xi’nora, ça doit être particulièrement appréciable. Il faudra qu’il en laisse un peu pour Nysa, avec un peu de chance elle finira la bouteille et il ne l’entendra plus pendant quelques heures. « I’m no expert. I believe it can last for hours. » Noah se lève, cependant. Il fait l’homme calme, mais ça commence à l’inquiéter. « I’m sure everything’s okay, Noah. » Pavel se lève à son tour, et pose une main sur son épaule, dans une étreinte presque fraternelle et pleine de soutien. « My sister can handle your heir just fine. » Noah soupire et hoche la tête. Mais le brun n’a pas le loisir d’ouvrir sa bouche pour parler que c’est la porte que l’on ouvre. « Mr Sielle. » Et puis, quand le regard de la jeune femme se pose sur Pavel. « Oh, Mr Xi’nora you are there too. Perfect. » Noah et Pavel échangent un regard, bref. « Your wife has given birth to your son, Sir. Congratulations. You can come visit if you’d like. Mr Xi’nora can come as well. » Pavel hésite, son regard pose sur son ami. C’est un moment special, Noah va rencontré son fils. Son fils héritier, qui plus est. Pavel ne veut pas gâcher ce moment de sa presence, alors quand Noah se tourner vers lui, il lui fait un geste du menton. « Go, I have all my life to meet my nephew. »


00 MOIS 0000
lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet

Une douce mélodie s’échappe d’une des immenses pièces de l’appartement de Noah et Nysa Sielle. C’est Noah qui laisse courir ses doigts sur les touches de l’immense piano qui trône fièrement dans leur salon. L’instrument est massif, et le son qui s’en échappe est d’une clarté incomparable. Noah n’entend rien d’autre que le son qu’il produit. La mélodie est presque mélancolique. A vrai dire, elle n’est pas censée l’être mais l’interprétation du brun lui confère quelque chose de triste.
Ca fait 6 mois qu’elle est partie. Kristina. Et il n’a aucune nouvelles. Rien du tout, pas même une seule lettre pour lui annoncer qu’elle comptait lui revenir. Et plus il y pense, plus sa mélodie prend des accents de désespoir. Noah ne s’exprime pas par des mots, pas sur ses sentiments. La meilleure manière de le connaître est encore de le surprendre installé à son piano.
Et c’est souvent ce qui arrive, depuis qu’il est marié. Il ne le sait pas, le sent pas, mais derrière lui, accolée contre le portant de la porte, Nysa l’écoute.
La scène dure de longues minutes, lorsqu’une mélodie s’arrête, une autre commence, directement après. Les pensées de Noah s’envolent, et sa tête se vide. Au fur et à mesure qu’il se détend, ses mélodies changent encore et deviennent moins lourdes de sens.
Nysa a disparue, aussi silencieuse qu’une ombre, elle n’a pas voulu ou pas supporté en écouter plus. Noah ne l’a pas sentie, et quand il se lève, il n’est pas surpris d’être seul. Il s’est pensé seul du début à la fin.

Pourtant ce soir-là, Nysa vient le voir alors qu’il buvait un verre de vin, devant le journal télévisé du soir. Elle vient s’installer près de lui, beaucoup trop proche pour ce dont ils ont l’habitude. Elle ne dit rien, et se sert du vin dans le verre vide qu’elle a à la main. Noah soupire, et pose ses deux pieds sur la table basse, un regard en biais partant vers elle. « Nathanael is asleep. » Les mots de la brune coulent sur Noah. Il s’en doute : le soleil se couche, et leur bébé est encore bien trop jeune pour résister à la douce tentation du sommeil. « Don’t you have anything to say ? » Noah soupire à nouveau, et vide son verre de vin avant de lui lancer un autre regard. « Missing my voice, Nysa? » Elle se renfrogne à peine, mais il ne le voit pas parce qu’il s’en fout. Le brun pose le verre en cristal vide sur le guéridon à la droite de leur canapé. « You’ve been abnormally quiet for a few weeks now. » Mais Noah n’a pas le temps de répondre qu’elle vide son verre, le pose sur la table, et s’approche de lui pour l’embrasser. Ce qui le surprend assez que pour ne pas réagir. Elle glisse ses doigts contre son torse, et le corps réagi quand les mains du brun viennent trouver leur refuge habituel dans le creux des reins de son épouse. Mais il fini par la repousser. Une partie de lui est encore accaparée par Kristina, et les lèvres de Nysa n’ont pas cette saveur qui peut le déconnecter de la réalité. Il pousse son épouse, et se lève. « I’m simply tired. » Dit-il en s’éloignant. « I’m going to bed. »


00 MOIS 0000
lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet

Les doigts de Noah tapotent doucement contre le bureau en métal de son père. Chaque tapotement y inflige une légère ondulation, comme si le métal n’était que de l’eau. Jeremy n’autorise cette maîtrise que sur un certain pan de son bureau, un coin de son esprit contient la maîtrise de son fils à quelques centimètres carrés. Noah en est conscient, mais ne dit rien. C’est une habitude de toute manière. Jeremy le garde dans un carcan qu’il ne peut pas dépasser, même si Noah s’amuse à flirter avec les frontières de ce qu’on lui impose. « Tell me again how you plan to do that ? » Jeremy soupire, et réduit encore un peu la surface du bureau qu’il autorise à son fils. « Mercenaries. Perhaps from the Kolikowskis. Your uncle can provide and we can pay. They go, they set the bloody manor on fire and they leave. Simple. Some silences are going to be there as well, surrounding the manor to make sure the Zarkaris can’t escape out of sight. Maybe I’ll send cinetics to make more damages. » Noah ne dit rien, sa machoire se resserre mais il ne dit rien. Jeremy ne sait pas ce qu’il se passe sous sa crnière brune, et il ne lui donnera pas d’indices.

Dans ce feu, il y aura Orion Zarkari. Le seul ombre que Noah peut qualifier d’ami. Une amitié improbable, née des années auparavant, d’un interdit qu’ils avaient tous les deux bien envie d’envoyer balader. A l’époque, Noah était moins docile encore vis-à-vis des ordres de son père. Mais désormais, Noah a grandi et il a compris. « Sounds like a plan to me. » assène Noah, comme une sentence qu’il prononce sur la tête de son ami. Orion est le sacrifice qu’il doit faire pour obtenir la régence de sa région. Et plus tard, l’empire. Il ne peut pas compter sur un Zarkari, eux aussi veulent le trône et hors de question que Noah le partage.



GODS WILL FALL - 2019


Dernière édition par Noah Sielle le Jeu 17 Oct 2019 - 17:35, édité 17 fois

Noah Sielle
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 3233
AVATAR + © : ben barnes // av©self - gif©stellae
POINTS : 2327
gods rule us still. (noah) URiABzW
AGE : L'homme n'est ni jeune, ni vieux. Encore jeune, peut être, pour être à la tête de sa famille. Mais la tête sur les épaules, une expérience qui commence à compter, et des rêves qui se sont définis avec le temps de ses 35 années.
STATUT CIVIL : Le coeur dédoublé plus que coupé en deux. Si l’un est brisé, l’autre vit et bat pour celle qu’il a épousé. Le soldat mutant oublié, c’est la reine argent qui accaparent les sentiments du Sielle. Nysa Sielle est plus que son épouse, elle est sa meilleure alliée, la mère de son fils, et la femme qu’il désire chaque jour un peu plus.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

gods rule us still. (noah) Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: gods rule us still. (noah)  |  Sam 19 Jan 2019 - 12:21

time to build
my empire
i fear no evil. the shadow is mine, and so is the valley.

25 JUILLET 2676
I will fight for my family until my last breath.

Une des blessures qui tranchent la peau du brun est particulièrement profonde. La douleur irradie dans tout son être, mais Noah a appris à la réprimer. Ou du moins, à l’ignorer. La lame de métal était particulièrement acérée, et bien trop sous le contrôle de l’autre Magnetron pour se soumettre à la volonté de l’héritier. Sans un mot, la Guérisseuse referme chacune des plaies du Sielle. Ses doigts glissent contre la peau dévoilée de celui qui aurait autrefois dû être un roi. Le regard concentré du brun est posé sur une serviette dont la blancheur est désormais maculée de sang argent. Le sien.

« Mister, I’m sorry, you cann-… » « I want to see my dad! » Noah lève la tête, la porte s’ouvre à cet instant et c’est un petit garcon qui pénètre à l’intérieur de la petite pièce qui fait office d’infirmerie après les entrainements entre lui et les autres Sielle. « Nate ! » Le regard du père se fait sévère, tandis que la Guérisseuse termine de refermer la dernière plaie – la plus grosse. La sensation est à chaque fois étrange, à la fois extrêmement satisfaisante mais aussi presque frustrante. Aucune cicatrice ne subsiste. Heureusement, car sinon Noah en serait recouvert. « You promised we would go to the fair. » Noah soupire. « I don’t know if I will keep this promise since you don’t listen to what I told you at least ten times this month alone. » L’embarras est clairement visible sur les traits du petit garçon, qui baisse les yeux tandis que son sourire s’efface. Le père laisse son enfant mijoter dans son jus. Il se lève, et attrape une chemise propre qu’il enfile sans un regard pour son héritier. « Clean this up, and then you can go. » Les instructions sont claires, la Guerisseuse – qui travaille pour Noah depuis plusieurs années – ne se fait pas prier et s’exécute. Alors qu’elle est occupée, les pas de l’homme se dirigent vers la sortie. « Are you planning on staying with Maeve ? Perhaps you could help her, hm ? » Mais savant que l’enfant ne le prenne au mot et s’exécute à son tour, Noah se rapproche à nouveau et pose sa main sur son épaule. « If I see you anywhere near the training field before I decide it is time for you to train, I swear I’ll keep you locked up in your bedroom. Is that clear enough for you, now, Nathanael? » L’enfant hoche la tête, l’air partiellement terrorisé. C’est que l’enfant connait l’homme qui lui fait face, et qu’il sait que si son père est capable d’une certaine douceur, il est plus capable encore d’exécuter la punition dont il le menace. « It is, I’m sorry… » L’emprise du brun sur l’épaule de son fils se fait un peu plus forte, alors qu’il l’entraine finalement à l’extérieur.

Ils marchent quelques minutes en silence, le père, protecteur de son héritier et de l’enfant qui représente plus pour lui que n’importe quoi d’autre dans le monde, garde sa main sur son épaule. Hors de question de le laisser filer, de le laisser s’échapper de sa surveillance quasiment constante. « Does it hurt ? » Les regards noisettes se rencontrent, juste une petite seconde, car Noah lève les yeux pour regarder devant lui. « It does, especially for a Sielle, thanks to being Magnetrons. » Noah refuse de mentir à son fils, du moins tant qu’il le peut. La question est légitime, surtout après que l’enfant l’ai vu après une session d’entrainement. « Metal is very dangerous, Nathanael. » Noah s’arrête, et force son fils à en faire de même. Il s’accroupit alors à sa hauteur. «.Many think our ability isn’t especially the most dangereous. On that, I may agree. Never believe your ability is the strongest. That’s how you end up losing, and that’s how it ends up hurting. » Encore une fois, Noah hoche la tête. « We can do anything with metal and that is why it is dangerous. I can get cuts like the ones you saw. A blade could fly across the room and there you are, even though you are not supposed to be there, and no one saw you and it touches you. » Les doigts de Noah lissent doucement les cheveux du petit Nathanael. « I don’t want you to be hurt, so listen to me and do as I say. » « I’m sorry. I won’t come here anymore. » Noah sourit légèrement, et se relève. « Do you think I’m properly dressed for that fair? Maybe you could help me choose a better outfit. »

10 OCTOBRE 2676
lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet

Seuls les bruits des stylos qui glissent contre les feuilles se font entendre. La concentration est à son comble, dans le bureau du sénateur. Celui-ci lit attentivement un rapport, tandis que la jeune femme qu’il emploi est occupée à rédiger une analyse d’un texte de loi, qu’il lui a demandé pour le lendemain matin. Le son que produit son style contre le papier est la mélodie parfaite aux oreilles du Sielle, qui parvient à se concentrer sans trop de difficultés.

Mais alors qu’il continue de lire, et parfois de prendre quelques notes, le téléphone sonne presque trop brutalement. Noah sursaute légèrement, et Lys bondit déjà sur ses pieds pour décrocher le combiné. La concentration était trop intense, et ils sont tous les deux sortis d’une sorte de transe étrange. « Senator Sielle’s office. » annonce la Gavon, comme à son habitude. Noah pose son stylo, et attend. « Good morning Mrs Sielle. » Noah soupire, c’est soit sa mère, soit une tante, soit pire: sa femme. Lys hoche la tête, répond à son interlocutrice, et tourne la tête vers Noah. « You’re wife wants to speak to you. She says it’s important. » Noah lance un geste de la main. « It’ll wait tonight, tell her I’m busy. »

Il n’attend pas, et continue sa lecture pendant que Lys répète ces quelques mots au téléphone. Mais Nysa insiste, et Noah entend la voix de son épouse au travers du silence de la pièce. « I’m sorry Noah, she insists. » Lys a posé sa main sur le combiné, pour étouffer le son de leurs voix. « She does not sounds well. » Noah fronce les sourcils. « She added that it’s about Neela. » Noah se lève, d’un bond, et vient prendre le combine des mains de Lys. « What is it about Neela ? » L’inquiétude perle dans le son de sa voix, bien plus que la colère qu’il ressentait quelques secondes auparavant. Pour son enfant, il ferait tout. Et Nysa le sait, et Lys le sait aussi parce qu’elle le connait suffisamment bien, désormais.

A l’autre bout du téléphone, Nysa soupire et s’installe sur une chaise. Le bruit se répercute dans le combiné, et parvient à l’oreille de l’époux. « Please just come home. » Noah baisse la tête, le travail qu’il est occupé à faire est important. En effet, les sénateurs se réunissent bientôt en séance plénière pour discuter d’affaires importantes d’Akkadia. « Is it that important ? » un soupire, de Nysa. « It is, Noah. Hurry. »

Le brun se retourne vers son bureau, ou les papiers l’attendent. Lys est retournée s’asseoir, mais elle ne travaille pas. Elle écoute Noah, et peut être que son pouvoir lui faire sentir que quelque chose ne va pas: son coeur s’emballe, et pompe le sang de son corps plus vite que d’habitude. « I’m coming. » il raccroche alors le combiné, et se tourne vers Lys. « Keep working on that, I’ll come back as soon as I can. »

Ce jour-là, Noah ne retourna pas au bureau.

Quelques minutes plus tard, Noah sort de la tour. Il n’est pas accompagné, et se rend chez lui en une poignée de minutes. Quand il passe le pas de la porte, ça ne fait qu’un quart d’heures que Nysa lui a téléphoné. Elle n’est pas dans le salon, ni dans la cuisine. « Nysa ? » La voix de Noah porte, mais il ne crie pas. Elle ne répond pas, alors le brun se rend directement dans la chambre de sa fille. Mais il ne peut pas y entrer, car devant la pièce se tiennent Nysa, et un des médecins mandatés pour s’occuper de la très jeune mutante.

Le visage de Nysa n’affiche pas son air habituel. Il n’a jamais vu ça sur ses traits. Cette déformation, cette tristesse profonde qui transperce la carcasse du Sielle, et l’atteint en plein cœur. Il tend la main, par réflexe, et elle s’en empare avec force. Presque avec violence. « What is it about Neela ? » Le médecin les observe tous les deux, avec une profonde compasser. « I am sorry. » Noah fronce à nouveau les sourcils. Il n’a jamais été un idiot, mais cette fois, il refuse d’y croire, refuse de deviner ce qui va arriver. « Let me see her. » Nysa tire sur sa main, comme pour l’en empêcher. Par réflexe, la bague en or qu’elle porte se serre autour de son doigt. Un ordre silencieux – laisse-moi – qu’il lui donne. Elle le lâche, et la bague reprend sa forme initiale. « We did everything we could, sir. » Noah pousse le médecin, plus brusquement qu’il ne l’aurait voulu, et pénètre dans la pièce.

Une odeur étrange envahit ses narines. Puis ce sont ses yeux, qui se pose sur le petit corps dans un berceau. Deux ans, elle n’avait que deux ans.

Noah s’approche, chaque pas est plus difficile que le précédent. Son cœur menace de s’effondrer dans ses talons, pour qu’il puisse le piétiner sans aucun scrupules. Il respire difficilement. Neela ne pleure pas, elle n’ouvre pas ses grands yeux pour observer son père, elle ne respire pas. Pas même difficilement, comme elle le faisait ces derniers jours. Les cables qui la raccrochaient à la vie ne sont même plus là – ils ne servent plus à rien. Le père laisse ses doigts courir contre son crâne. Il ne bouge plus, pendant de longues minutes. Le regard paralysé sur le corps sans vie de son enfant.

« Please, leave us. You can wait in the living room, down the stairs. » Il entend Nysa, dans son dos, et sa voix le ramène doucement à la vie. Le brun se penche sur le berceau, et laisse son index courir contre la joue de Neela. Elle est froide. Elle est glacée. Nysa s’approche, et il l’observe, avec dans le regard une question qu’elle comprend sans qu’il n’ait besoin de la prononcer tout haut. « I don’t want her to fade yet. » souffle Nysa. Noah ne peut s’en empêcher, il attrape son épouse par la nuque et vient lui prendre un baiser. C’est là que les larmes coulent, sur leurs visages à tous les deux. Elle s’accroche à lui comme elle ne l’a jamais fait. Ses doigts s’enfoncent dans sa chemise, et dans son torse. Ses doigts à lui s’accroche à ses cheveux, et bien que leurs bouches se soit détachées, ils restent l’un contre l’autre, leurs larmes coulant à l’unissons. Nysa se faufile même entre les bras de son époux, et laisse son visage se cacher contre son torse.

Le temps passe, les larmes sèchent, et tandis que Nysa va voir Nathanael, Noah retourne voir le médecin. Ils discutent, et le médecin s’en va. Alors Noah, seul dans son immense salon, contemple la vue sur la tour depuis son canapé. Nysa fini par revenir, avec Nathanael. L’enfant grimpe sur le canapé, et vient cherche le réconfort dans les bras de son père, qui les ouvre machinalement pour son désormais unique enfant.

Nysa s’installe près de lui, et les regarde tous les deux. « Are you going back ? » souffle-t-elle, pas trop fort pour que Nathanael ne les écoute pas trop. Les doigts de Noah glissent machinalement contre le crâne de son ainé, toujours accroché à son père. « No. » Nysa hoche la tête, et se lève. « We have to tell our families. » Noah hoche la tête. « Tomorrow. » « Yes. Tomorrow. » approuve Nysa. « I just have to call Lys. » Suite au regard désapprobateur de son épouse, Noah ajoute. « That’s not what you think, she’s a friend. And she works for me. » Le brun pose ses doigts sur le menton de son fils. « Nate look at me. » Le fils s’exécute. « You’re not alone. You have your mother, and me. You have your aunts, your uncles, you grand-parents. Remember what I always tell you. We are a family. I know you loved your sister, and she loved you… You can cry. » Il essuie ses larmes, mais Nathanael ne peut s’en empêcher. Il est encore trop jeune. « Today, you can cry. A week from now, you’ll have to be strong, just like me and just like your mother. You promise me? » L’enfant hoche la tête, et Noah le soulève pour le poser à côté de lui sur le canapé. C’est Nysa qui prend le relais, comme toujours. Noah, lui, se dirige vers le téléphone, accroché au mur quelques metres plus loin.

« Lys? It’s Noah. (…) Listen… I’m not coming back today. (…) It was important, yes. (…) Just put it on my desk, I’ll read it when I’ll be back. (…) I might take a few days. Probably a week. (…) I’ll call you tomorrow to explain. Have a good evening, Lys. »



20 OCTOBRE 2676
my mind drowns in the possibility of you and me.

La lumière baisse progressivement, tandis que le soleil se couche et disparait lentement derrière la Tour, dont les époux Sielle sont si proches. Leur demeure est pratiquement collé à l’emblème du pouvoir Akkadian. Et à l’intérieur, installée dans l’un des vastes canapés du salon, la divine créature qui porte une bague d’or à son annulaire gauche. Le seul métal qu’elle porte sur elle, Noah note. Il sent chaque métaux dans la pièce, comme des présences rassurantes. Le métal dans ses chaussures, celui à ses poignets et celui qui orne les pans du col de sa chemise. Le brun tient dans ses mains deux verres de vin. Tandis qu’il s’approche de son épouse, il glisse l’un des verres entre ses doigts, qui s’ouvrent pour venir recueillir l’objet en cristal. « It will pass. » Nysa ne lui répond pas, mais son regard se pose sur lui, un instant seulement. Pendant des années, le regard de la brune l’a bien plus refroidi que réchauffé. Comme si elle était capable de faire passer la glace au travers de ses yeux noisettes. « I don’t think so, Noah. » Son ton est doux, mélancolique. Un ton dont ils n’ont pas l’habitude. Pas ensemble. Mais cette épreuve, ils la traversent ensemble. C’est la seule chose que personne d’autre qu’eux peut comprendre. Ca fait plus d’une semaine qu’ils l’ont enterrée, au sein de Valdierva, avec les autres Sielle. Son sang mutant n’y a rien changé, Noah a insisté, et Jeremy n’a pas émis la moindre objection. Neela était une Sielle, c’est auprès de ses ancêtres qu’elle doit reposer pour l’éternité. « It will at least get better. » Nysa secoue doucement la tête, et termine la moitié de son verre. Noah en fait autant. Le brun se lève, il aurait aimé être plus proche de son épouse, à cet instant. Les sentiments qui se jouent en lui sont étranges, mais il n’y prête pas attention. « How can you think for even a second that I can live without her ? » Le regard de Noah ne se détourne pas, il est pose sur la Tour d’Ivoire. Comme souvent, comme toujours. Il rêve d’une meilleure vie, alors que la sienne est déjà bien meilleure que le commun des mortels. « That’s not what I said. » Il vide son verre, désormais. « That’s what you implied. » Le Sielle soupire, il se retourne, cette fois, et traverse la pièce aller chercher la bouteille de vin qu’il a laisse sur la table près de leur bar. Le brun pensait naïvement qu’un seul verre leur suffirait, alors qu’il n’était désormais plus certain d’avoir assez d’une bouteille. « Whatever, Nysa. » Il s’approche, et laisse couleur un peu plus de vin dans le verre de son épouse, avant d’en faire de même dans le sien. « We have a son who needs us. He needs us both. » Nysa l’observe, et vide son verre. Noah en fait de même, et tandis que son second verre se vide, l’effet du vin commence à se faire ressentir sur son corps fatigué et son esprit épuisé. Il pose finalement le verre, et la bouteille, et vient s’installer à nouveau dans le canapé. « My daughter died » souffle l’épouse. « She was my daughter too. » L’intensité du regard qui s’échange entre les époux est si puissant que le coeur de Noah en rate un battement. Finalement, une larme solitaire coule contre la joue de la brune, qui s’empresse de l’essuyer. Mais rapidement, une seconde suit, et Noah lui attrape le poignet, moins délicatement qu’il l’aurait voulu. C’est lui qui vient ensuite essuyer la larme sur la joue de son épouse. Aucun mots n’est prononcé, seuls leurs regards et leurs gestes se parlent. Nysa pose son verre, et glisse ses doigts contre le torse de son époux, qui essuie une troisième larme du bout de son doigt. La brune emmêle ses doigts dans le tissus, et tire l’homme à elle, qui pour une fois ne se fait pas prier et daigne s’approcher. Leurs regards se quittent, pratiquement en même temps, pour se poser sur les lèvres de l’autre. « I want to ease the pain. » souffle Nysa contre la bouche du brun. Celui-ci hoche doucement la tête, et fond sur ses lèvres pour finalement l’embrasser. Le baiser est étrangement doux, mais ça ne dure pas. Bien vite, ils retrouvent leurs habitudes, et la passion sauvage qui les caractérise. Les doigts de la brune s’enfoncent dans la nuque du brun, si souvent cela veut dire qu’elle ne se laisse pas dominer par lui, il n’est plus certain de cette signification, aujourd’hui. Il a le sentiment qu’elle veut l’empêcher de partir, et quelque part, Noah veut faire de même avec elle quand il enroule un bras autour d’elle, pour l’attirer au plus proche de son corps. Elle se laisse faire, et vient grimper sur les genoux du Magnetron, laissant ses doigts glisser avec facilité contre les boutons de sa chemise, les faisant céder un à un. Un peu plus loin, le bruit d’une clé de métal qui tourne dans la serrure se fait entendre. Une seconde, un peu plus tard. Les deux portes d’accès à cette pièce sont verrouillées par un côté de l’esprit de Noah qui n’est pas encore accaparé par les lèvres et le corps de sa femme. Nysa n’est pas celle qu’il voulait épouser, elle n’est pas celle qu’il voulait pour reine, et plus tard pour impératrice, et pourtant dès qu’elle le touche, elle l’électrise. Ils ne prennent même pas la peine de se déshabiller complètement. Juste ce qu’il faut pour se retrouver, et la robe de Nysa couvre toujours son corps, bien que Noah ai fait glisser ses bretelles pour pouvoir embrasser sa gorge, et ses épaules, et la naissance de sa poitrine. Elle n’a qu’ouvert sa chemise, pour sentir sa peau sous ses doigts. C’est Nysa qui est maitresse de leur oubli, ce soir. Elle bouge contre son époux, le rend fou avant d’accéder à ses désirs, qu’il exprime par des coups de hanches parfois maladroits, parfois hâtifs, rendus gauches par le désir, sa position et le vin. Ils soupirent leur satisfaction, et pour éviter tout bruit qui pourrait alerter qui que ce soit, Noah plaque sa bouche contre celle de son épouse quand il l’entend se perdre contre lui. Les doigts du Magnetron l’ont complètement décoiffée, leurs baisers ont étalés le rouge à lèvres de la belle contre son menton, et tout autour de sa bouge, mais aussi sur celle de l’époux, qui s’en fiche pourtant totalement. Quelques traces des ongles ravageurs de la belle subsisteront sur la peau du Sielle, ça aussi il s’en fiche.  

Pendant quelques secondes, ils restent ainsi. Le son de leurs souffles courts inonde la pièce, avant que ce soit Nysa qui se dégage lentement. Elle se lève, et attrape ses chaussures, tombées au sol dans le feu de l’action. Elle prend aussi son verre, qu’elle remplit et puis glisse ses doigts sur son menton, et autour de ses lèvres, pour effacer le rouge à lèvre étalé. Sans un mot, elle quitte la pièce, via la porte que Noah déverrouille depuis le canapé. Elle a l’habitude, et ne dit toujours rien.

Les secondes deviennent rapidement des minutes, et Noah commence pas s’essuyer la bouche lui aussi. Il referme sa chemise, se lève et se rhabille complètement. Le brun glisse encore un peu de vin dans son verre et fini la bouteille. Il boit, encore, et laisse tout sur la table avant de partir lui aussi.

Il retourne dans sa chambre – qu’il ne partage pas avec Nysa – mais refuse d’y rester. Là, Thanae, sa tigresse, vient lui lécher les doigts. Il glisse une main affectueuse sur son énorme tête, et se rend dans sa salle de bain. Rien n’y fera, ni la douche, ni le temps, ni le vin. Le souvenir de ce qui vient de se passer le hante, et tout ce que le brun veut c’est rejoindre Nysa dans sa chambre à elle. Il veut sentir sa peau contre la sienne, et l’enlacer juste quelques minutes. Ou quelques heures. Ou toute la nuit. L’eau coule contre sa nuque, mais ne noie pas ses pensées. Il ferme les yeux, et tandis que son esprit divague et tente de se raccrocher à autre chose – n’importe quoi – il pense à cet autre. Un autre homme, un homme qui fait naître en lui des désirs qu’il a passé trop de temps à se refuser, mais qu’il tente toujours de réprimer tant bien que mal. Pourtant c’est impossible, car dès la première fois que ses lèvres ont touchées celles de Saad, il se savait perdu.

Et si il a réussi à se changer les idées, pour éviter de rejoindre Nysa, c’est Saad qu’il veut rejoindre désormais. Et cette idée ne le quittera pas. C’est l’un, ou l’autre. Le sénateur quitte la douche, se sèche et s’habille. L’idée s’implante dans son cerveau comme une graine, et il est impossible de l’exterminer.  Alors il ne tente pas de le faire, et laisse la raison se noyer dans le vin qui fait toujours son effet. Noah quitte la pièce, et rapidement son logement. Mais comment le trouver ? La nuit est désormais totalement tombée, et l’air frais de l'hiver envahi peu à peu la ville. Aureus est immense, mais si Saad se trouve avec son unité, il quittera seulement la Tour maintenant. Alors Noah s’y rend, et c’est là qu’il le voit, avec d’autres soldats. Les épaules carrées, et le regard confiant, il s’approche. « Were you going back to your casern ? » Il sait que oui, son ton est sec et hautain, celui d’un homme qu’il sait qu’il est supérieur à ce que sont les soldats : le bas de la population, des non désirés par les maîtres, ou des ratés. « Yes, sir. » répond un des soldats. Noah les observe tous, et quand son regard rencontre celui de Saad, il a du mal à ne pas le lâcher. Et pourtant il le fait, plus facilement qu’il ne l’aurait crut. « Go then. Except you. » Il pointe Saad du doigt. L’argent se contient, malgré la course que son palpitant entame, ravi à l’idée de ce qui l’attend déjà. « But, sir… » « Obey, soldier. Tell your superior I took one of you to escort me outside the city tonight. He’ll be back tomorrow morning. »

Noah marche dans la ville, Saad sur ses talons. Son pas est vif, car il est impatient de le retrouver, mais il ne peut pas le faire là, pas à la vue de tous. Personne ne peut savoir. Il se fiche que l’on sache qu’il n’est pas fidèle à Nysa, mais personne ne peut savoir qu’il entretien une relation avec un homme. « What are we gonna do outside the city, hm ? » Noah ne répond pas, et finalement prend une allée étroite, mais toujours au sein des beaux quartiers. Il tourne deux fois à droite, et une fois à gauche. Aucune fenêtre, aucune écoute. « We’re not leaving Aureus. » Une porte de métal s’ouvre, et Noah pousse Saad à l’intérieur. A peine la lumière s’allume, et la porte se ferme, que le brun s’empare des lèvres de son amant. « Don’t say a word. » souffle Noah contre sa bouche, alors qu’il s’empare de lui, de tout son être. Qu’il prend sans demander la permission, mais que Saad ne l’empêche pas de tout avoir. Le plus jeune recule quand Noah avance, ouvre la bouche quand Noah l’embrasse, et répond à son désir avec tout le sien. Quand leurs peaux se touchent, Noah soupire enfin, et écrase l’autre homme un peu plus contre le mur. Ils sont dans une pièce pratiquement vide, une sorte de débarras qui se trouve à l’arrière de la demeure de Noah et de son épouse. Habituellement, c’est sa maîtresse qui passe par là. Noah veut éviter que Nathanael croise son chemin. Mais habituellement, elle se rend dans sa chambre et attend que Noah arrive. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, car Noah est beaucoup trop impatient. Son désire doit combler sa peine, et surtout il veut faire son cœur qui tente de se faire entendre de son propriétaire. Le brun préfère se perdre dans les sensations que Saad lui procure. Et elles sont divines, quand il essaie absolument de lui arracher ces soupires qui démontrent que son plaisir grandit.

Noah a plus de mal que d’habitude de le lâcher, ses mains toujours contre les hanches du plus jeune, il pose son front contre son épaule, avant de finalement expirer lentement et s’éloigner. Il est temps de le laisser partir. Il est temps de revenir dans la réalité, et d’oublier ces instants de douce félicité. Il est temps de redevenir Noah Sielle, pleinement. « Get out. Quickly. »

05 MARS 2677
and clear the anguish from my mind.

« I am deeply sorry for you loss, Mr Sielle. » « Thank you for your words, Miss. » « He was a very honourable man, your father. » « He was. » Les mots se suivent, s’envolent, se rencontrent tandis que les mains se serrent, les gorges se nouent, l’émotion peine à ne pas s’afficher sur les visages de ceux qui ont été trop bien élevés pour ça. Pas de peine, ou plutôt si, mais juste ce qu’il faut.

Pour Noah, c’est trop.

Quelque chose craquèle, doucement, sous la surface. Une fissure semble se former, de plus en plus longue, de plus en plus profonde. La carapace métallique ne résiste pas, ou difficilement.

Neela, et puis Jeremy.

Pour Noah, c’est trop.

Il termine son verre de vin, et le pose sur le plateau d’un serveur qui s’approchait justement de lui. Noah ne dit rien, le serveur s’éloigne, et le magnetron prend lui aussi la fuite. Ce n’est pas dans ses habitudes, mais il veut profiter que personne ne lui parle, que personne ne le regarde. Noah est devenu, en quelques jours, la nouvelle tête de proue de la famille Sielle. Et depuis lors, les vautours ne cessent de lui tourner autour. Ils veulent tous faire leur place, se positionner auprès du nouveau dirigeant du Cercle.

Noah quitte la salle de réception, et s’engouffre dans un couloir. L’anneau qu’il porte à son doigt le serre. Ses pensées sont trop tournées autour de tout ce qui lui tombe dessus : ses responsabilités étant en ligne de mire. C’est lui-même qui s’inflige cette sourde torture du métal qui mord sur sa peau. Comme un ancrage à la réalité, l’anneau est là pour lui rappeler qu’il ne doit surtout pas succomber aux émotions qui l’étreignent. Et pourtant, c’est difficile.

Pour Noah, c’est trop.

Il bouscule quelqu’un, un serveur, qui renverse son plateau mais Noah s’en fiche, il ne lui accorde qu’un regard, noir, et s’en va. Le Sielle descend les escaliers, et laisse ses pas le guider. Il a grandi ici, mais n’y vit plus depuis des années. Au cœur même de Valdierva, se tient le château de sa famille. Autrefois centre d’un gouvernement monarchique, désormais simple logement extravaguant de milliardaires attachés à leur passé.

Les semelles du brun claquent légèrement contre le carrelage, ponctuant ses pensées qui divaguent du bruit de ses pas. Il ne regarde pas où il va, il le voit. C’est l’habitude qui le mène au bureau de son père – son bureau ? – et qui lui fait toquer contre le battant. Habitude idiote. Il n’y a personne de l’autre côté.

« Who is it? » Les sourcils du brun se froncent, et il ouvre la porte sans hésiter, usant de son pouvoir pour faire tourner la clé à l’intérieur de la pièce, et ouvrir la porte qu’elle avait verrouillé.

« Arabella? » La brune a le nez dans un carnet, un vieux carnet en cuir a la couverture usée par le temps, et aux pages chiffonnée par l’utilisation de son propriétaire. « You should be with our guests. », répond sa soeur. Noah soupire et referme la porte derrière lui. « You should too. » La brune relève son menton, elle plante son regard noisette dans celui, identique, de son frère ainé. « I’m not the heir. » Elle pourrait presque lui arracher un sourire, mais l’humeur maussade du brun l’emporte, plus que tout, aujourd’hui. « I’m sure our mother will be delighted to get some bits of the attention. » Il vient s’installer dans le fauteuil de leur père, derrière le bureau, et laisse ses doigts parcourir le cuir des accoudoir, distraitement.

Pendant ce temps, Arabella l’observe. Debout près de la bibliothèque, elle laisse son regard flotter sur le visage de son frère. Son expression qu’elle ne reconnait pas, et ses mouvements qui dénotent d’un certain mal-être. Elle referme le carnet, non sans avoir glissé le fil rouge entre les page, et le pose sur un guéridon avant de s’approcher de son ainé. La brune s’appuie contre le bureau, et vient glisser ses doigts contre l’épaule de Noah. « You need to talk to someone. » Noah lève les yeux. « To me. » Il secoue la tête. « About what ? » Le soupire d’Arabella est profond, et dénote d’une certaine impatience. Cependant, elle ne démords pas. « Have you slept well lately ? Or even at all ? » « I… Actually… » mentir à Arabella ne sert à rien. « Not really. » La brune pose ses deux mains sur le bureau, contre lequel elle est toujours à moitié installée. « You were very close… » Tout le monde le savait, tout le monde l’avait remarqué. Le père et le fils étaient souvent fourrés ensemble. Le principal but de Noah avait été, durant des années, de rendre son père fiere de lui. Et il y était parvenu, quand il avait passé avec brio ses différents concours. Noah semblait toujours en vouloir plus, un autre métier, plus prestigieux, à chaque fois. Tout ça pour briller dans les yeux de son père.  « It’s just a bit… » Noah réfléchi, il ne veut pas être faible, mais c’est Arabella et elle le saura de toute manière. « Much. » Neela, maintenant Jeremy.

Pour Noah, c’est trop.

« You are not alone. I know your wife is not exactly the person you need, but damn her you have me. » Leurs regards se croisent. « And your amazing son. And the task ahead of you. » Elle sourit doucement. « You will accomplish what a century of Sielles dreamt of. Father couldn’t do it, but he lead the way. He took down the Zarkaris, to leave you a clear path. » même Noah sourit un peu. La complicité qui les lien est presque palpable. Par ses mots, elle parvient à faire remonter son objectif, tout en lui faisant comprendre que c’est pour leur famille qu’il le fait. Pour lui, pour elle, pour son fils. « I’ll get you a crown soon, Ara. »

03 avril 2677
when you play the game of thrones, you win or you die. there is no middle ground.

« They murdered their very own family. »
Un silence plane, les autres Sielle l’observent, mais aucun ne bouge. Noah peut voir les rouages de la réflexion derrière leurs yeux. C’est Arabella qui réagi la première, un fin sourire plaqué sur ses lèvres. Elle est satisfaite, sa princesse, et Noah ne peut s’empêcher de lui lancer un léger sourire. « Of course they did. » Répond la magnetron. Même Nysa est présente à cette réunion. Située non loin de son époux, elle joue avec une mèche de ses cheveux, distraitement, tout en observant Noah. Une chose dans son regard a changé. Une chose qui fait qu’il se serait damné pour n’être qu’avec elle en cet instant.
Alors, pour oublier cette urgence qui nait en lui, l’homme reporte son attention sur sa sœur. « Orion is such a show-off. He wanted the glory, the money and the power. I guess he couldn’t bring himself to kill his sister. » Ce n’est pas Noah qui continue, désormais, mais Enée, à la surprise du nouveau chef de famille. « She helped. I heard Elara is good with illusions and especially with getting invisible. He needed her to disappear. » Nysa tique. « But why would she help him, though? » Tous les Sielle l’observe, absolument tous. « Family. » C’est Noah qui parle, à nouveau, le regard planté dans celui de son épouse. « No one elevates that concept to the same height as we do, but they are twins and I know Orion. They really have a thing for each other. Even if that was not a made-up story she would have helped. » Nysa hoche la tête. Pavel déglutit, son regard également pose sur sa soeur ainée. Une certaine tension se ressent entre le frère et la sœur, mais heureusement entre eux est assise leur cadette, qui écoute sans donner son avis. Elle n’est pas née Sielle, n’est pas une épouse Sielle et par conséquent, dans cette pièce, son avis est celui qui compte le moins. « That’s settled then. Spread the word to key agents, not directly from us. Send your instructions on typed letters only. In a month, if all goes well, Nysa will interrogate Orion and/or Elara.»

GODS WILL FALL - 2019


Dernière édition par Noah Sielle le Sam 13 Avr 2019 - 5:04, édité 7 fois

Invité
avatar
surface
inside
behind
Invité

gods rule us still. (noah) Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: gods rule us still. (noah)  |  Jeu 7 Fév 2019 - 9:35
gods rule us still. (noah) 3480070544 gods rule us still. (noah) 2707720009

Noah Sielle
LE CERCLE— those who want the crown —
surface
inside
behind
MESSAGES : 3233
AVATAR + © : ben barnes // av©self - gif©stellae
POINTS : 2327
gods rule us still. (noah) URiABzW
AGE : L'homme n'est ni jeune, ni vieux. Encore jeune, peut être, pour être à la tête de sa famille. Mais la tête sur les épaules, une expérience qui commence à compter, et des rêves qui se sont définis avec le temps de ses 35 années.
STATUT CIVIL : Le coeur dédoublé plus que coupé en deux. Si l’un est brisé, l’autre vit et bat pour celle qu’il a épousé. Le soldat mutant oublié, c’est la reine argent qui accaparent les sentiments du Sielle. Nysa Sielle est plus que son épouse, elle est sa meilleure alliée, la mère de son fils, et la femme qu’il désire chaque jour un peu plus.
LE CERCLE
those who want the crown

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

gods rule us still. (noah) Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: gods rule us still. (noah)  |  Sam 9 Fév 2019 - 14:02
hello mlle gods rule us still. (noah) 3931335125


I think when you've suffered terrible things, you become capable of terrible things.

The Parcae
PNJ— those who fall —
surface
inside
behind
MESSAGES : 1126
AVATAR + © : FACELESS. (AV/BIGBADWOLF)
POINTS : 4685
gods rule us still. (noah) Tumblr_p0ql2pJ7MO1sognhno3_400
PNJ
those who fall

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com https://gods-will-fall.forumactif.com/u3 Voir le profil de l'utilisateur

gods rule us still. (noah) Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: gods rule us still. (noah)  |  Ven 5 Juil 2019 - 18:37
Tes points de compétences:
 

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind

gods rule us still. (noah) Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: gods rule us still. (noah)  |  

gods rule us still. (noah)  Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noah Rolane {OK}
» NOAH ♣ Badass Salvia
» Ty Noah Wolf returns- "Whaaaat?"
» 07. Stop Standing There
» Ty Noah Wolf 's Evolution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: WRITE THE STORY :: rite de passage :: fiches validées-
Sauter vers: