Revenir en haut Aller en bas
ANIMATION HRP
Inscrivez-vous à la prochaine animation hors rp pour inventer une partie de la vie des dieux.

période sprint rp
Les points automatiques pour chaque rp posté et sujet ouvert ont été décuplés pour la période de sprint. Aussi chaque sujet ouvert vous rapport 75 points et chaque réponse vous rapporte 30 points.



 


le gouvernement
Palier 9
l'ordre écarlate
Palier 6

la confrérie
Palier 5
le cercle
Palier 7

les silences
Palier 4
ad maius bonum
Palier 3

les trinitaires
Palier 5
les veuves
Palier 5

les perles
noires
Palier 5
les épines rouges
Palier 6

les oubliés
Palier 3
les rossignols
Palier 1

propagée par la Confrérie du Soleil: Il semblerait que les bavures militaires ne soient pas l'oeuvre d'argents (ou du moins pas uniquement). Sidonie Galathynius, pourtant une rouge, a été vue agressant la foule et usant de son autorité de commandante pour inciter les militaires à faire de même. Parmi les personnes touchées par la Galathynius: plusieurs argents mais également plusieurs rouges. Personne n'est plus à l'abri...
propagée par la Confrérie du Soleil: L'assaillant de Orion et Tonia Zarkari aurait été commandité par la famille Sielle. Des pièces frappées du tigre ont été retrouvées lorsqu'il a fait tomber une bourse durant sa fuite.
propagée par la population d'Aureus: Lyanna Burkhardt, la fille de Nerea Burkhardt (née Iskander) est morte durant les manifestations. Certains affirment avoir vu un homme portant une veste floquée d'un grand soleil dans le dos s'enfuir à l'endroit où le corps à été retrouvé.
Vous aussi vous voulez propager votre propre rumeur? Alors rendez-vous dans le recensement général pour remplir le champ "rumeurs et informations". Vous pouvez également consulter toutes les rumeurs et informations avérées au sein du registre des informations et rumeurs.


 la mémoire des maux — aisling

 :: AKKADIA :: Othinara :: Ibao  
Aaron Walsh
OUBLIES DES AMETHYSTES— those in the shadows —
surface
inside
behind
MESSAGES : 155
AVATAR + © : dacre montgomery + av©bramble rose. ; gif©tumblr.
POINTS : 314
la mémoire des maux — aisling 40cf
AGE : vingt-six soupirs expirés face à une jeunesse avortée, tandis que chaque instant le rapproche un peu plus du sépulcre sacré dans lequel il met déjà un pied.
STATUT CIVIL : célibataire n’ayant plus que l’indifférence pour nouvelle amante, il a bien vite compris qu’aimer, c’était souffrir. que s’attacher, c’était se ruiner.
OUBLIES DES AMETHYSTES
those in the shadows

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1949-thriving-in-chaos Voir le profil de l'utilisateur

la mémoire des maux — aisling Empty
Revenir en hautAller en bas
la mémoire des maux — aisling  |  Jeu 14 Nov - 23:04
la mémoire des maux

Aisling & Aaron

À Ibao, Aaron n’était qu’une silhouette parmi tant d’autres. Il n’était qu’une carcasse errante, perdue dans cette marée de visages qu’il ne reconnaissait pas. Voilà des années qu’il n'était pas revenu vers les terres des Silences, et pourtant, il y était de retour, sans vraiment savoir pourquoi. Après tout, le venturion n’avait pas de chez-soi, ni de famille à rejoindre. Il n’était qu’un Oublié, un mutant, une créature qu’on acceptait ici, contrairement à d’autres contrées. Alors il n’hésitait pas à regarder droit devant lui, offrant un visage impassible et un regard aussi froid que la glace elle-même. Pourtant, il n’avait rien contre ces gens, et de loin. Mais le Walsh, il en voulait au monde entier. Il en voulait à tout ceux qui n’avaient pas su reconnaître sa valeur, il en voulait à tout ceux qui osaient le dénigrer lui et les siens, il en voulait à ce géniteur qu’il n’avait jamais pardonné. Alors il était revenu, ne sachant réellement ce qu’il cherchait en ces lieux. Voulait-il retrouver ceux qui avaient su l’aider à devenir celui qu’il était aujourd’hui ? Peut-être, mais rien n’était sûr. Il les avait quittés après tout, et tous ne l’avaient pas pris de la meilleure des façons. Certains plus que d’autres même, sans aucun doute… Peut-être était-ce donc à ses risques et périls qu’il se frayait un chemin parmi les artères de la ville, mais il n’était pas inquiet. S’ils le confrontaient, il saurait les résonner et leur expliquer. Et s’il n’y parvenait pas, peut-être devrait-il employer la manière forte pour fuir. Il n’y tenait aucunement, mais sa survie l’emportait sur toute autre chose. De temps à autres, il baissait la tête, semblant reconnaître certains visages qu’il croisait, sans vraiment être capable de remettre un nom sur leurs traits. S’il pouvait éviter le conflit, il n’en serait que plus satisfait. Jusqu’à ce qu’il aperçoive une silhouette qui lui était bien trop familière et une longue crinière brune dans laquelle il avait aimé passer ses doigts, fut un temps. Il se stoppa un instant, détaillant la femme sur laquelle ses yeux venaient de se poser. C’était elle, celle qui l’avait aidé, celle qui l’avait soutenu, celle avec qui il avait pu se reconstruire en partie. Aisling.

Les doutes l’assaillirent bientôt, tandis qu’il hésitait bien trop grandement à manifester sa présence. À vrai dire, ils ne s’étaient pas quittés en bon termes, et de loin. Elle, elle n’avait jamais vraiment accepté son départ. Quant à lui, il avait eu soif de liberté, de changement, et surtout, de vengeance. Raisons pour lesquelles il n’avait pas pu se résoudre à rester plus longtemps parmi ceux qui lui avaient appris à maîtriser ce pouvoir qui l’avait longtemps effrayé. Alors aujourd’hui, il doutait. Néanmoins, il n’attendit pas longtemps, désireux de la revoir et de lui reparler. Peut-être le détestait-elle toujours, mais soit. Il n’en avait cure. Il ne voulait plus s’attacher à qui que ce soit désormais, et préférait s’enfermer dans cette solitude bien trop confortable à son goût. Il la rejoignit donc, en quelques pas vifs et décidés. Elle lui faisait dos, bien trop concentrée sur sa destination. Mais d’un geste ferme, il attrapa son poignet, bien conscient que ces retrouvailles n’allaient sûrement pas se passer de la manière dont il l’imaginait. - Aisling. - Il finit par relâcher le poignet de la brune, après quelques secondes durant lesquelles il n’avait pas vraiment su quoi faire, ni comment se comporter. Son regard se plongea dans le sien, tandis que de multiples souvenirs remontèrent à la surface. Il n’avait rien oublié de son visage, ni de ses yeux clairs. Chaque détail lui revenait en mémoire, les bons comme les mauvais. - Tu n’as pas changé… - Il se racla la gorge, réalisant que cette entrée en matière ne l’aiderait en rien face à la colère qu’elle pourrait potentiellement déverser sur lui. Tout ce qu’il espérait à l’instant présent, c’était qu’elle l’ait pardonné, ou du moins, qu’elle ne lui en veuille plus. Peut-être en demandait-il trop, mais il regrettait la manière dont les choses s’étaient déroulées entre eux. - Je suis désolé, je… - Qu’avait-il à dire ? Rien. Il n’avait pas d’excuse, du moins, pas d’excuse valable aux yeux de la mutante. - J’espère que tout va bien pour toi. - L’espérait-il vraiment ? Avec certitude. Néanmoins, ce n’est pas pour cette raison qu’il avait pris de ses nouvelles, tout comme il n’avait jamais eu le courage de revenir la voir. Il avait simplement voulu disparaître, sans jamais se retourner.

Made by Neon Demon

Aisling DeQ'ianto
LES SILENCES— those who train to strike —
surface
inside
behind
MESSAGES : 169
AVATAR + © : Taylor Marie Hill (PHILATOS.) + Gif (angelictaylorhill.)
POINTS : 1058
la mémoire des maux — aisling 3674914beb14add01665cb458496e32a
AGE : 26 ans. Une vieillesse partagée avec un double et pourtant, chaque année le temps la sépare un peu plus de son enfance. Plusieurs années parties en cendres avant qu'elle commence à se reconstruire avec eux. Renaissance douloureuse mais nécessaire, elle réapprend à vieillir.
STATUT CIVIL : Solitude. Hermétique aux sentiments, élevée pour apprendre la froideur d'un visage aux traits tirés à la perfection. Les années l'ont pourtant laissé percer sa carapace, vestige du passé. Essoufflée d'amour. C'est son coeur qui s'arrête, trop lâche pour lui avouer, à chaque fois qu'elle croise son regard. Secrets inavoués, trahison camouflées par quelques sourires, relation d'enfance essoufflée ; elle sait, qu'elle ne mérite pas de réclamer ses bras aimants.
LES SILENCES
those who train to strike

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

la mémoire des maux — aisling Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: la mémoire des maux — aisling  |  Sam 23 Nov - 8:21

la mémoire des maux
Aaron & Aisling


Son prénom résonne comme un écho dans la rue bondée de monde, la voix s’infiltre en elle comme un souvenir et son poignet, ressent le toucher avec ardeur – violation de son intimité. La présence familière est reconnue aussitôt, avant même qu’elle ne se retourne pour faire face à ses yeux bleus qui avaient hanté une partie de son passé ; deux astres dans lesquels elle avait aimé se perdre sans s’y abandonner complètement, deux astres dans lesquels elle avait aimé jouir d’un plaisir intime, sans y laisser ses ailes se brûler. L’homme qui se tenait face à elle n’en avait pas été moins important, peut-être plus, parce que dans la frivolité de leurs échanges ils s’étaient reconstruit. Jusqu’à ce qu’il l’abandonne, lui aussi. Sentiment partagé, réapparition inattendue pour elle qui pensait qu’Aaron ne serait plus qu’une ombre du passé ; l’odeur encore âcre de son départ au fond de la gorge. Pourtant, elle se sentait ridicule à présent de s’être comportée comme une enfant capricieuse, alors qu’elle était la mieux placée pour comprendre ce qu’il pouvait ressentir – ce besoin irrépressible de partir pour se venger. Parce qu’elle était partie aussi, pire encore, elle ne s’était pas seulement volatilisée, elle avait abandonné derrière elle amis, amour et famille. Écho de sa propre vie qui s’était répercuté dans ses oreilles le jour du départ d’Aaron – résonnance trop familière à laquelle elle n’avait pas eu le courage de faire face. Décontenancée, mélangée entre ce qu’elle sait être sa propre stupidité et l’impression, encore parfois, qu’il est parti en l’abandonnant juste après l’avoir aidé à se reconstruire, égoïstement, Aisling ne sait ni comment agir, ni comment se positionner. « Tu n’as pas changé… » Qu’il lui dit, sous ses paroles ses traits de déformes et se reforment ; elle ne les connait que trop par cœur même si elle continue à les observer, comme pour s’accrocher à une présence familière et réconfortante. Parce que la chaleur d’Aaron lui donne encore du baume au cœur, comme médicament dont elle n’avait pas eu assez. Alors elle ne répond rien, les mots encore bloqués dans sa gorge, l’envie de lui poser des centaines de questions sans que l’une pourtant ne vienne à sa bouche. Ce sont quelques excuses qui sortirent de ses lippes, comme s’il avait compris son hésitation à prendre la parole, comme s’il comprenait son trouble. Le venturion, aussi indécis qu’elle, tous deux faisant face aux handicaps des sentiments ; sauvages, ils l’étaient ensembles, associables, se comprenant dans leurs silences. « J’espère que tout va bien pour toi. » Qu’il ne fait que lui souhaiter, autant qu’elle lui souhaite aussi. Elle sait, Aisling, la multitude de questions qui se cachent derrière cette simple phrase ; droite, raide, elle hésite, elle ne sait sur quel pied danser et elle aimerait que son frère si adroit de ses mots soit présent pour parler à sa parole. Sauf que c’était à elle de parler à Aaron et qu’il venait de s’excuser, lui. Le monde est tombé en ruine et ce qui avait alors de l’important n’en a plus tellement, des vies entières ont été détruites, elle se dit qu’elle ne peut certainement pas lui en vouloir pour avoir voulu suivre son propre chemin. Alors, elle l’enlace, d’un geste soudain, maladroit au début et la tête contre son épaule lui prouve qu’il dit vrai depuis le début ; parce qu’elle connait l’âme humaine, la DeQ’ianto, particulièrement celle de ses amis. Une accolade, un peu plus que celle d’une simple amie, un peu moins que celle des amants ; entre les deux, comme ils l’avaient toujours été – dans la simplicité. « Tu m’as manqué. » Qu’elle prononce, sentence lourde pour elle qui n’a jamais appris à exprimer ses sentiments autrement que dans la manipulation de la séduction, enseignée par les veuves. Elle se détache, pour lui faire face, ose enfin observer son visage plein de remords. La main qui se lève puis qui retombe, impuissante face à son désarroi. Aisling sait que ce ne sont pas les gestes mais la parole, cette fois-ci, l’instrument magique. « Je n’ai jamais rien eu à te pardonner. Je suis aussi stupide que toi Aaron. Égoïstement, je t’en voudrais toujours d’être partie parce que j’aimais la protection que tu apportais à mon cœur. Sauf que jamais je n’aurais dû agir ainsi, je suis la mieux placée pour te comprendre et même si ça me brûle les cordes vocales de le dire ; Aaron, tu as eu raison. Les véritables amis ne sont pas égoïstes. » Qu’elle dit, difficilement mais qu’elle réussit à articuler. Moment de gêne, trouble perturbateur alors qu’elle ne sait plus comment agir. Mal à l’aise, la silence ne sait plus où mettre ses bras, ses pieds, elle ne sait plus quoi faire, attendant comme une enfant qu’Aaron ose enfin prendre les choses en main, qu’il lui montre un chemin ou un endroit ; alors que cette journée prenait une tournure très bizarre.
(c) DΛNDELION

Aaron Walsh
OUBLIES DES AMETHYSTES— those in the shadows —
surface
inside
behind
MESSAGES : 155
AVATAR + © : dacre montgomery + av©bramble rose. ; gif©tumblr.
POINTS : 314
la mémoire des maux — aisling 40cf
AGE : vingt-six soupirs expirés face à une jeunesse avortée, tandis que chaque instant le rapproche un peu plus du sépulcre sacré dans lequel il met déjà un pied.
STATUT CIVIL : célibataire n’ayant plus que l’indifférence pour nouvelle amante, il a bien vite compris qu’aimer, c’était souffrir. que s’attacher, c’était se ruiner.
OUBLIES DES AMETHYSTES
those in the shadows

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
https://gods-will-fall.forumactif.com/t1949-thriving-in-chaos Voir le profil de l'utilisateur

la mémoire des maux — aisling Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: la mémoire des maux — aisling  |  Jeu 28 Nov - 19:19
mémoire des maux

Aisling & Aaron

Et la colère ne vint pas, la rancœur resta absente tandis qu’elle l’entourait de ses bras gracieux. Un geste qu’il mit quelques secondes à appréhender, mais auquel il répondit sans se forcer. Un contact doux amer, qui oscillait entre le plaisir de la retrouver et le soulagement du pardon, mais qui faisait également ressurgir en lui de nombreux souvenirs douloureux. Il était effrayé de cette affection qu’il avait désespérément cherchée et qu’il tentait désormais de fuir à tout prix. Mais Aisling faisait partie de ces âmes chéries qu’il avait rencontrées sur son chemin, ces personnes qui avaient occupé une place importante dans sa reconstruction, qu’il le veuille ou non. Alors ces retrouvailles, il les chérissait, tant elles étaient muées d’une signification particulière. - Tu m’as manqué. - Sa gorge se noua, face à cette douceur, face à cette chaleur dont il n’avait aucunement l’habitude. Aaron n’était bon qu’à vivre dans l’ombre, paré de cette solitude qui l’accompagnait depuis plusieurs années désormais. Il s’était reclus dans cette indifférence, dans ce manque d’affect évident. Mais la DeQ’ianto savait briser cette glace. Elle n’avait besoin que de simples gestes, que des quelques mots échappés de ses lippes pour fêler la carapace du Walsh. Une situation qu’il pouvait craindre, enfermé dans ce passé qui le hantait pas à pas. Il ne voulait pas la perdre non plus, cette mutante qui avait partagé une partie primordiale de son existence. Il ne voulait plus s’attacher, pour souffrir. Alors il tentait de se protéger, de rester prudent face au danger qu’il voyait partout. - Je n’ai jamais rien eu à te pardonner. Je suis aussi stupide que toi Aaron. Égoïstement, je t’en voudrais toujours d’être partie parce que j’aimais la protection que tu apportais à mon cœur. Sauf que jamais je n’aurais dû agir ainsi, je suis la mieux placée pour te comprendre et même si ça me brûle les cordes vocales de le dire ; Aaron, tu as eu raison. Les véritables amis ne sont pas égoïstes. - Encore une fois, les quelques phrases qu’elle prononça vinrent s’écraser sur sa carapace, qui s’émiettait peu à peu. Mais il se refusait encore à se laisser aller, à se donner corps et âme dans cette amitié qui pourrait le ruiner, si jamais elle venait à se dissoudre, d'une manière ou d'une autre.

Et pourtant, il ne peut lutter contre la DeQ’ianto, totalement perdu quant au chemin à prendre, quant au comportement à adopter. Alors il esquissa un sourire, qu’il espérait réconfortant, avant de lui proposer son bras dans le simple but de faire quelques pas et de s’éloigner de cette foule qui l’étouffait presque. - À vrai dire… Je mentirais si je te disais que tu ne m’as pas manqué. - Toujours aussi maladroit pour avouer les quelques sentiments qui parvenait à s’échapper de son myocarde barbelé, il parut gêné, détournant brièvement les yeux de la brune pour les laisser s’accrocher à tout et n’importe quoi autour d’eux. Puis, après un autre long silence, il reprit la parole. - Merci, Aisling. - Cette fois-ci, il avait bien plongé son regard dans celui de son interlocutrice, espérant lui faire comprendre à quel point il était sincère. Peut-être n’était-il pas des plus bavards et des plus adaptés socialement, mais il faisait de son mieux. Après tout, il connaissait la mutante, et il savait pertinemment qu’avec elle, il n’avait pas besoin de feindre ou de mentir. - Merci d’être toujours là, et de ne pas m’en vouloir. - Il haussa les épaules. - Je pense que nous abritons tous une part d’égoïsme, à des degrés différents. Mais je ne t’ai jamais vue comme une égoïste, jamais. - Il secoua la tête, comme pour appuyer ses propos. - Après tout, j’ai aussi été égoïste. Je n’ai pensé qu’à moi en fuyant sans t’expliquer, sans te laisser un quelconque mot d’adieu ou quoi que ce soit d’autre qui aurait pu t’informer de ma décision. - Il grimaça, se remémorant cet instant fugace, pendant lequel il s’était volatilisé sans laisser de trace. - Je reconnais ma faute, et si je suis ici aujourd’hui, c’est pour réparer les erreurs que j’ai commises. - Replongeant dans un mutisme, il se demanda s’il parlait seulement des erreurs qu’il avait commises envers elle, ou si sa pensée allait plus loin, jusqu’à s’adresser aux Silences également. Puis il secoua la tête de gauche à droite, bien conscient qu’un pardon n’était pas toujours facile à accorder. Le plus important était celui de la brune, celui qui comptait le plus. - Toujours avec les Silences ? - Une simple question qu’il posait innocemment, mais dont il attendait la réponse avec curiosité. Après tout, avoir des amis parmi ces derniers était une très bonne chose, au regard de la situation actuelle.

Made by Neon Demon

Aisling DeQ'ianto
LES SILENCES— those who train to strike —
surface
inside
behind
MESSAGES : 169
AVATAR + © : Taylor Marie Hill (PHILATOS.) + Gif (angelictaylorhill.)
POINTS : 1058
la mémoire des maux — aisling 3674914beb14add01665cb458496e32a
AGE : 26 ans. Une vieillesse partagée avec un double et pourtant, chaque année le temps la sépare un peu plus de son enfance. Plusieurs années parties en cendres avant qu'elle commence à se reconstruire avec eux. Renaissance douloureuse mais nécessaire, elle réapprend à vieillir.
STATUT CIVIL : Solitude. Hermétique aux sentiments, élevée pour apprendre la froideur d'un visage aux traits tirés à la perfection. Les années l'ont pourtant laissé percer sa carapace, vestige du passé. Essoufflée d'amour. C'est son coeur qui s'arrête, trop lâche pour lui avouer, à chaque fois qu'elle croise son regard. Secrets inavoués, trahison camouflées par quelques sourires, relation d'enfance essoufflée ; elle sait, qu'elle ne mérite pas de réclamer ses bras aimants.
LES SILENCES
those who train to strike

Feuille de personnage
TIMELINE:
COMPETENCES:
RELATIONS:
Voir le profil de l'utilisateur

la mémoire des maux — aisling Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: la mémoire des maux — aisling  |  Dim 8 Déc - 1:13

la mémoire des maux
Aaron & Aisling


Ses yeux avaient toujours été aussi électrisant ; même si elle lui en avait voulu au début, terriblement, maintenant qu’il était face à lui, cette frustration s’en était allée – parce qu’elle comprenait mieux que personne. L’habitude, fâcheuse, de fuir tout ce qui appartenait au passé comme une résistance qu’elle brisait pour Aaron ; depuis toujours, son passé n’avait été que débris d’une vie fracturé par une mère aux cachoteries infinies, son passé n’avait été que mensonge identitaire, perdant cette moitié d’âme, jumelle, qui était sienne, son passé n’avait qu’un amour pour cet homme qu’elle avait voulu protéger égoïstement. Aaron, fragment d’un cœur en reconstruction, les épaules trop frêles pour le titre et pourtant, assez solide pour lui donner l’impression de pouvoir s’y reposer encore. Ce n’est pas la gêne apparente qui émane de l’homme, détournant le regard quelques instants, cherchant à accrocher ses pupilles partout sauf sur elle. C’est la main d’Aisling qui se pose sur sa joue, pour tourner son visage vers le sien, pour lui donner ce courage qu’elle le sait chercher au fond de lui. Elle lui avait manqué aussi ; soulagement dans son cœur qui se desserre alors qu’il trouve enfin la force de véritablement la regarder. Aaron avait toujours été ainsi ; sauvage, tout autant qu’elle parfois, moins téméraire mais tout autant passionné. C’est un sourire qui se dessine sur le visage de la silence, quelques encouragements discrets, comme une preuve que le pardon lui serait donné. Aisling ne savait pas vraiment pourquoi elle avait pardonné si facilement à Aaron, pourquoi elle avait puni si sévèrement d’autres pour avoir voulu quitter le mouvement sans lui donner le même traitement ; peut-être que les traces de ses mains sur sa chair, des quelques nuits passées sous les draps avaient attendris sont jugement mais elle n’y croyait pas, peut-être était-ce pour se séparer complètement des principes des veuves et faire confiance à un homme mais elle n’y croyait pas, en réalité, c’était parce qu’elle aurait fait la même chose dans son cas, qu’elle avait fait la même chose aux veuves – elle aurait suivi son cœur pour mieux le reconstruire. Parce que l’esprit humain n’était pas fait pour être en cage, il suffisait d’observer comme son frère était revenu de la prison, brisé de l’intérieur, différent. La jeune DeQ’ianto secoue la tête parce que ce n’est pas vrai, il est si loin de la vérité ; elle est égoïste, plus que tous les autres. La preuve en est, elle a abandonné Faelyr sans aucune explication, elle est partie laissant toutes ses amies des veuves sans nouvelles pour fuir l’influence néfaste de sa mère, elle s’est servie de lui, en quelques sortes, pour réparer son cœur et quand il a voulu réparer le sien, elle s’est énervée. Sa main qui passe rapidement sur son front alors qu’elle feint un sourire. On dirait les deux facettes d’une même pièce, on dirait un reflet dans le miroir, tous deux persuadés d’être le plus mauvais des côtés. C’est une phrase toute particulière qui retient son attention, c’est une phrase sous forme d’excuses qu’elle ne déchiffre pas correctement alors elle se demande, s’il est présent seulement pour elle ou pour quelques autres affaires, alors elle ne peut s’empêcher de s’inquiéter. Quelques secondes et elle le dévisage, curieuse de comprendre ce qu’il entend par « réparer ses erreurs ». Aisling est bousculée par la foule, légèrement, parce qu’ils sont nombreux dans la rue aujourd’hui, alors d’un doigt, elle pointe un café à l’angle d’une rue. « Tu veux un café ? C’est moi qui t’invite. » Qu’elle l’attrape déjà par le bras, pour le pousser délicatement à suivre ses pas. Le silence s’installe et les paroles restent suspendues dans l’air, étrange moment, Aisling, qui ne sait pas réellement sur quel pied danser face au retour si soudain du jeune homme. « Fidèle au poste. » Qu’elle répond à sa question, comme pour une blague qui ne fera pas l’effet souhaité. Alors elle se tourne, décidée à ne plus laisser des non-dits se mettre entre eux ; même si c’est dur, même si ça veut dire s’énerver encore, même si ça veut dire souffrir. « Aaron, pourquoi es-tu revenu ? » Demanda-t-elle, ses iris comme un livre ouvert, demandant peut-être trop de sincérité. Elle avait besoin de savoir ; pas seulement ça mais ce qu’il avait fait, quelles horreurs ou pas avaient-ils commises, s’il avait sacrifié son âme pour sa quête, si elle pouvait lui faire confiance, encore. « Est-ce que j’ai le droit de demander la vérité Aaron. Si je veux savoir ce qui s’est mis sur ton chemin après être parti… est-ce que tu vas me dire la vérité ? » Sentiment encore rare en Akkadia.
(c) DΛNDELION


Spoiler:
 

Contenu sponsorisé
surface
inside
behind

la mémoire des maux — aisling Empty
Revenir en hautAller en bas
Re: la mémoire des maux — aisling  |  

la mémoire des maux — aisling  Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GODS WILL FALL :: AKKADIA :: Othinara :: Ibao-
Sauter vers: